Mathieu, artiste : portrait d’un rebelle

Publié le 20 janvier 2018 - par - 39 commentaires - 1 893 vues
Share

Enfant, Mathieu fit une crise de nerfs et se jeta en criant contre le mur de sa chambre : son maçon de père lui donna une gifle et sa maman une bise : ce jour-là, il comprit qu’il était artiste – il venait d’ailleurs sans le savoir d’inventer le « cri créatif », qui devait plus tard le rendre célèbre. Au collège, sa professeure d’expressions plastiques l’encouragea : « Exprime-toi ! Tu en as le droit ! N’écoute pas les pisse-froid ! » Mathieu s’exprima donc et lui pissa dessus ; c’était chaud. « Voilà ! » cria la professeure.

Il s’exprima encore en ratant deux fois son bac littéraire option Art urbain et Vélib’. « Les profs ne le comprennent pas », dit sa maman à son maçon de mari. Inscrit aux Beaux-Arts en candidat libre, Mathieu découvrit des performers qui couvaient des œufs, mangeaient des vers de terre et couraient dans les couloirs avec des tronçonneuses ; lui-même se taillada les jambes, but de la pisse d’âne, marcha sur du verre pilé – mais il sentait bien que sa voie était ailleurs. Il se souvint alors du « cri créatif ». « Jeusuizungéni.e », pensa-t-il, car il faisait aussi beaucoup de fautes en pensant. Il courut au Musée des Beaux-Arts : « Cédeuxlamairdeuh ! » cria-t-il en chiant devant les toiles pour prouver qu’il avait raison. On l’envoya au poste, son père demanda qu’on l’y laisse et sa maman qu’on le laisse s’exprimer.

Dès lors, il prit le nom de « Hurlevent ». Il se filma notamment en train de hurler à la lune, comme dans L’Enfant sauvage (Cri créatif n°3) ; enchaîné sur un lit, comme dans L’exorciste (Cri créatif n°7) ; ou dans une cage, comme dans King Kong (Cri créatif n°13) : « Jeussuizunpanda ! » (Interrogée, Mme Macron décida que c’était intéressant, et qu’il fallait le laisser s’exprimer.) Son père commença à boire et sa maman divorça.

Mathieu exposa au CAPC de Bordeaux, au MAC de Lyon et au MAMCS de Strasbourg ; puis au Guggenheim de Bilbao et à Beaubourg. « Intéressant, déclara Mme Hidalgo. Continuez, jeune homme… » Dans Le Monde, Jack Lang publia un long papier, « Hurlevent, le cri qui transgresse les oreilles », qui apprit aux lecteurs et à Mathieu lui-même, qui s’en doutait, mais dont il avait la preuve, désormais – tout ce qui est écrit dans Le Monde est vrai : c’est des champions du décodage, là-bas –, qu’il était « rebelle aux identités », qu’il « violait les conventions » et qu’il « ouvrait des voies nouvelles dans l’art brut ».

Invité dans l’émission de Laurent Ruquier, il ouvrit une voie nouvelle dans les tympans de Christine Angot en lui hurlant : « Jeutaimeuhchristiiiiiine ! ». Plus tard, la romancière écrivit le fameux texte, « Hurlevent ! Hurlevent divers ! », qui servit de préface au catalogue d’exposition de Mathieu. « Ça s’est passé, disait Mme Angot. La vie. Et l’art. Et Rien. Comme aux premiers temps où la vie hurlait. Hurlevent est ce cri. Et ce Rien de comment l’art est. »

Ensuite, il mangea du papier, de la craie, de la boue : il tentait d’ouvrir une nouvelle voie nouvelle – mais le public ne suivit pas cette partie de son œuvre. « Jeusuidésu », pensa Mathieu. Plongé dans une profonde dépression, il décida de terminer son travail sur une œuvre définitive (Cri créatif n°27) : il s’aspergea d’essence, frotta une allumette et cria : « Jeussuizenvi ! » Ses cendres ont été jetées dans les toilettes publiques de Beaubourg, selon ses dernières volontés. C’est son père qui a tiré la chasse.

Bruno Lafourcade

Print Friendly, PDF & Email
Share

39 réponses à “Mathieu, artiste : portrait d’un rebelle”

  1. crap2sp dit :

    nous les savants,mohametans,connaisssont l’art,nous venons de tentez plusieurs subtilites de tortures et mises a morts,de nos prisonienrs au levant,et vous avez pu voir nos incroyable images,he bien vos gauchistes ne nous ont meme pas contredit,ils approuvent,faut dire qu’ils sont connaisseurs,vous voyez que nous avons enfin un point commun,alors nous arrivont au gallop,nous allons essayer chez vous …ha l’art.tout cela subventioner,par vos soins de contribuables bien-sur…

  2. Mas+Jean-Marie dit :

    A classer dans la rubrique des faits divers. On sent bien le vécu.

  3. Metzger dit :

    Les gauchiasses sont tellement malades mentaux que je me demande encore si cette histoire est vraie.
    Bordel, j’ai bien rit !

  4. wika dit :

    J’adore, monsieur Lafourcade.
    Votre texte reflète vraiment ce que beaucoup ressentent devant ce qu’est devenu « l’art » du XXIème siècle

  5. Rosa Ire dit :

    Moi, j’aime beaucoup les papillons bleus. Tiens celui-ci a une tête de clown…

  6. Marcus dit :

    L’Art, vaste sujet en vérité !
    Moi, la première chose que je voudrais qu’on m’explique, c’est QUI décide ce qui est de l’art et ce qui ne l’est pas ? QUI décide que untel ou untel est un artiste et surtout selon quels critères ?
    Bref, tout ça pour dire que l’art n’est pas mathématique, et donc est abstrait. En théorie, l’art serait « la recherche du beau ». Mais on sait bien aujourd’hui que l’art dit « contemporain » est une immense fumisterie pour bobos en pâmoison, et surtout qu’il sert de « placement d’argent ». Je pense donc que chacun a son « art » selon ses propres sensibilités et goûts. Par exemple pour moi, Jean Ferrat, Jacques Brel ou Charles Aznavour sont de très grands artistes, et les rappeurs ne créent que des nuisances sonores. Chacun son art…..

  7. dufaitrez dit :

    Je connais un autre Matthieu, peintre créatif et controversé… Un peu disparu…
    Celui-ci a crû trouver la combine ! Extravagance choquante !
    Mais « l’Art Contemporain » nécessite des financiers pour amorcer la pompe !
    Pour lui, que des Pompes funèbres !!!

  8. Belenos dit :

    Très bonne image de ceux qui s’appellent « artistes » de nos jours. En fait des gauchistes dégénérés dont l’activité n’a aucun rapport de prés ou de loin avec l’Art.
    Pour ce type de tarlouze je propose le lâcher d’hélicoptère au dessus de la place de la République, pour l’exemple.

    • Gillinoui dit :

      Sacré Belenos qui, lorsqu’il entend le mot « culture », sort son révolver. Charmant garçon…

      • Belenos dit :

        @ Gillinoui Effectivement aujourd’hui le mot « culture » est synonyme de propagande d’un régime criminel destructeur de la Nation Française. Il suffit d’écouter France « Culture », par exemple pour s’en rendre compte. Contre les criminels il faut même plus que sortir le revolver.

  9. Margot Faubourg dit :

    Un petit brûlot comme je les aime mr Lafourcade, merci! Le petit bijou de film de Jean Pierre Mocky: « 2 bis rue du Conservatoire » illustre avec cynisme, génie et une infinie nostalgie la déferlante de bêtise crasse, de suffisance gochiotte et de médiocrité qui s’est abattue dans ce lieu qui jadis vit naitre nos plus grands comédiens hélas disparus….

  10. didier dit :

    Merci pour la rigolade. Même l’illustration…Vivement le prochain texte.

  11. Gillinoui dit :

    Cracher sur les artistes (en général), sur l’art (parce qu’on n’y comprend rien), c’est triste et bête à pleurer. Parler d’art avec intelligence et sensibilité c’est déjà plus difficile, mais à l’impossible nul n’est tenu.

    • Joël(1) dit :

      Ce la dépend de quel art on parle! Si c’est celui de la gauche c’est pitoyable d’indigence et de suffisance! Les intermittents du spectacle se disent aussi artistes… mais ce ne sont au mieux que du lumpenprolétariat passif qui se fait prendre en charge par la société sommé de les supporter eux et leur niaiseries! L’art est le fruit de l’étude et du travail porteurs de résultats! Faire du tamtam c’est faire du bruit, pas de la musique! Jouer de la musique passe par un instrument délivrant des subtilités de sons se traduisant par un cahier des charges scrupuleux! Entrainement, assiduité, étude, maîtrise psychologique devant une salle attentive! Pas un gugusse faisant le pitre au marché avec un nez rouge!!!

      • Gillinoui dit :

        C’est difficile de parler d’art ici en quelques signes, il faudrait citer Duchamp, Dubuffet, Courbet par exemple. On ne peut qu’exprimer des idées générales. A ce titre je vous invite à méditer sur celles-ci: L’art c’est ce qui ne sert à rien et dont aucune civilisation humaine ne peut se passer. Un artiste c’est quelqu’un qui ne peut se dispenser -au risque d’y laisser sa peau- de produire ce que personne avant lui n’avait produit. Sa production ne sert à rien et est pourtant indispensable pour vivre: là est l’art.

        • wika dit :

          Difficile en effet de parler d’art en quelques lignes.
          Mais l’art doit transmettre entre autre une émotion. Quand je vois des ordures amoncelées ou une bassine sale accrochée à un mur avec des titres prétentieux, je ne ressens aucune émotion.
          Je pense à ce que ça a coûté pour organiser une telle imposture et au travail bizarre des installateurs chargés d’installer les ordures ou la bassine de telle ou telle façon.
          Allez voir « the square », dernière palme d’or qui montre bien cet aspect des choses

          • Gillinoui dit :

            l’art « doit » transmettre une émotion… voire! Vous avez raison voir des ordures aujourd’hui dans un musée est une escroquerie intellectuelle, les élevages de poussières datent du début du XXème siècle avec Duchamp, le refaire aujourd’hui est nul. Pour pouvoir commencer à apprécier l’art contemporain, il faut lire des écrits comme asphyxiante culture de Dubuffet (éditions de Minuit) et puis aller par exemple à Beaubourg où on peut voir des oeuvres géniales… Buren, sur qui il est séant de vomir a produit des oeuvres magnifiques…

      • Gillinoui dit :

        Il n’y a pas plus d’art de droite que de gauche. Il y a des artistes qui sont des humain ordinaires qui font ce qu’ils peuvent pour survivre. La qualité de leur art dépend uniquement de ce que le public leur accorde de reconnaissance sur la durée. A l’époque de Maupassant d’autres écrivains étaient très célèbres, ils sont aujourd’hui totalement oubliés. Tous les grand artistes aujourd’hui reconnus enseignés, vénérés ont fait scandale… Ce qui ne signifie pas qu’un artiste qui fait scandale est un grand artiste!!!

        • joël (1) dit :

          Tout dépend aussi du degré de construction intellectuelle de la population qui peut tout à fait comparer un rappeur du ghetot de Saine Saint Denis à Schubert… il va de soit qu’un artiste est bien souvent le fruit d’une situation usurpée « intermittent » . Soit, il faut aussi de la mansuétude et oser accepter ce que la démocratie produit: La médiocrité ou du passable compassionnel.

    • montecristo dit :

      Faudrait savoir ! Intelligence ou sensibilité ?
      Perso, je n’y connais rien … mais j’y suis très sensible … et un truc représentant un vagin au milieu d’un jardin, par exemple, j’avoue que ça ne me rend pas plus intelligent !

      • Gillinoui dit :

        montecristo, en fait nous sommes toutes et tous bien emmerdés par l’art parce que l’art (comme disait Dubuffet) est là où on ne l’attend pas. On n’est pas obligé d’aimer l' »art « officiel », personnellement moi qui suis musicien je n’ai jamais pu blairer… Mozart! Mais j’ai attendu très longtemps avant d’oser le dire parce que je craignais de passer pour un abruti insensible! Mozart m’emmerde, je trouve que sa musique est prétentieuse et inintéressante. Je lui préfère Henry Purcell! Si le truc représentant un vagin vous déplait, ce n’est pas grave, c’est peut-être une merde!

    • victoire de Tourtour dit :

      On vous écoute.

  12. André Léo dit :

    Magnifique ode à la connerie bobo.
    Revenez souvent, Mr Lafourcade!
    Aude de Keros a très bien décrit -mais sérieusement- ce qu’est cet « art contemporain » , cet « art financier » qui fait des milliardaires avec des merdes d’artistes (sic)- un artéfact de la médiacratie pour fabriquer les milliardaires avec cette cryptomonnaie, un art comptant pour rien pour la Culture.
    Une ferraille rouillée dans le parc de Versailles et l’on crie au génie: « le vagin de la reine ». En attendant, le Arnaud et les Pinault s’échangent ces caricatures d’œuvres à coups de centaines de millions, histoire de faire échapper leurs fortunes aux fiscs.
    *Aude de Keros: « l’imposture de l’art contemporain ».

    • Margot Faubourg dit :

      Divine Aude de Keros. L’Itelligence au service de l’art.

      • André Léo dit :

        Oui! L’intelligence et le courage désintéressé de DIRE!
        Duchamp et son urinoir… c’était provocateur. Kuntz et son homard en plastique c’est du commerce.

        • Margot Faubourg dit :

          Exact! Les dadas, pataphysiciens et autres surréalistes ne se prenaient effectivement pas au séieux et savaient leurs provoc et élucubrations ephémères. Ils se poilaient de voir ceux qui songeurs et méditatifs leur emboitaient longuement le pas quand eux étaient déjà passés à autres choses.Je ne crois pas me tromper, André Léo, si je pense que vous surfez sur les ondes Courtoises!

  13. Patrick Granville dit :

    OUI, bon sang mais c’est bien sûr, on ne peut devenir artiste que l’orsqu’on a été bercé trop près du mur dans l’enfance!

  14. patphil dit :

    triste histoire de nos zartistes modernes, les impressionnistes voulaient faire la révolution, on les aime encore aujourd’hui, dans cent ans cet art moderne sera dans une urne funéraire! comme il est dit en conclusion!

  15. Zorglub dit :

    et c’est tout ce que vous avez à nous raconter en ce dimanche? Un raté avec R majuscule, qui aurait dû finir ses jours en asile psychiatrique , ça aurait , au moins, fait des économies d’essence.

  16. GARCIA Marie dit :

    Excellent !
    Ce texte m’a fait bien rire ce matin, bonne continuation.

  17. a.picadestats dit :

    Et ce Mathieu a vécu sur nos sous avec un RSA, aide aux logement, etc…
    Triste caricature.

  18. Rosalie dit :

     » n’est-il pas « 

  19. Carter dit :

    Formidable portrait de l’archétype d’un artiste « moderne » et « progressiste ».

  20. montecristo dit :

    Parfait ! L’esprit du Grand Art d’aujourd’hui dans toute sa splendeur !

  21. Fradth dit :

    …C’est une blague. C’est une fausse histoire pour caricaturer les artistes ou une histoire vraie?

    • Rosalie dit :

      PTDR ! Le rôle de l’Art n’est-il d’inciter les hommes à s’interroger ?

    • Nono dit :

      Non non…….C est une histoire vraie!
      Même que avant de tirer la chasse, son père à chier un bon coup…..
      ..je me Rapelle de cette histoire que j avais lu dans un grand quotidien!