Mathieu Bock-Côté, le Québecois qui pulvérise le politiquement correct

Publié le 4 avril 2019 - par - 21 commentaires - 5 752 vues
Share

Mathieu Bock-Côté : « moins nous parvenons à vivre ensemble, plus on nous parle de vivre ensemble »

L’homme est courtois, vif, plaisant, ferré, et ne s’en laisse pas compter sur les plateaux de télévisions. Il est sociologue et journaliste québécois. Il vient d’écrire un ouvrage d’une telle déflagration qu’il est depuis plusieurs mois l’écrivain chroniqueur à inviter absolument dans les émissions convenues du landerneau journalistique. Son livre, L’empire du politiquement correct cartonne (Éditions du Cerf).

Certaines de ses invitations sont autant de traquenards tendus par la meute habituée à chercher la phrase assassine, le propos contradictoire et surtout le dérapage verbal. Point n’y fait et non seulement la clique fait grise mine (les gros plans des caméras en témoignent) mais elle en est pour ses frais, car souvent son bagage journalistique fait défaut.

Mathieu Bock-Côté tient la dragée haute aux moult pigistes et encartés car il a autant de répartie que d’instruction et pourrait brillamment officier dans une école pour vrais journalistes, un peu à la façon du tant revendiqué Albert Londres, dont la vision professionnelle était  : «  Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie ».

En présentant le peuple comme une bête inquiétante qu’il faut maîtriser, la classe politique actuelle (pas toujours élue d’ailleurs) via ses porte-paroles médiatiques subventionnés, oublie qu’elle doit être au service du peuple et non contraire. La révolte des Gilets jaunes que l’État Macron réprime dans le sang est de fait le prélude à son renversement. Le populisme est grandissant en Europe car les peuples ont compris l’enjeu des migrations et des sacrifices qu’on leur impose autant qu’ils pressentent l’imminente explosion de l’Union européenne et de son système bancaire. Pour parvenir à leurs fins, les mondialistes-immigrationnistes destructeurs de nations et d’identités ont besoin de censeurs et de relais dans la presse, la police et la justice. C’est précisément ce que démontre l’ouvrage de Mathieu Bock-Côté.

L’UNI (Union Nationale Inter-universitaire) présente L’empire du politiquement correct

« Qui fixe les règles du jeu démocratique ? Qui distribue les rôles ? Qui vous assigne du côté des « gentils » ou de celui des « affreux » ? Qui juge que vous avez « dérapé » ? C’est à cette interrogation que Mathieu Bock-Côté tente de répondre dans son dernier livre « L’empire du politiquement correct »

Le sociologue québécois scrute les mécanismes sur lesquels se fonde la « respectabilité politico-médiatique » dans nos sociétés occidentales. Dans une démonstration très documentée, il pointe le rôle de « l’utopie diversitaire », dont le credo : « la diversité est une richesse » est devenue le « grand inquestionnable du moment. »

Pour s’imposer, cette idéologie a fixé préalablement le cadre dans lequel le débat était autorisé à se tenir. Pour cela, elle a préféré disqualifier moralement ses contradicteurs plutôt que de réfuter leurs arguments. Elle les a menacés, culpabilisés, les condamnant à se sentir marginaux même quand leurs positions étaient majoritaires.

Cela ne s’est pas fait du jour au lendemain. Depuis les années 60, nos universités sont le théâtre d’une pensée radicale qui prône la « déconstruction » systématique et totale. 

« L’extinction de la civilisation occidentale serait la condition d’un surgissement d’une humanité diversitaire. La dynamique engagée dans les radical sixties poussait à la critique de toute norme sociale instituée, pour la faire apparaître dans un rapport de domination à abolir entre majorité et minorité. La famille, l’école, la nation devaient être déconstruites avant d’être reconstruites en suivant les plans de la maquette diversitaire, cette logique poussant même jusqu’à la déconstruction des identités sexuelles. » 

Depuis les années 2000, le politiquement correct s’est radicalisé… » En savoir plus sur https://www.uni.asso.fr/spip.php?article12509

Invité de la 100ème d’Interdit d’interdire de RT

https://youtu.be/lNY0mxx1rSA

Dans le studio d’Europe 1

https://youtu.be/nmBu0lOC-Z0

Jacques CHASSAING

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Patrick Granville

Excellent sujet. Merci mille fois Jacques.

quiditvrai

Mathieu Bock-Côté n’aime pas Donald Trump.
A partir de 6:30 de cette dernière vidéo ci-haut mentionnée dans cet article, il dit et je le cite : « …l’élection de Trump qui n’est pas nécessairement une bonne nouvelle, je le précise… » https://youtu.be/nmBu0lOC-Z0
Je suis comme lui , je l’ai déjà dénoncé à quelques reprises ce Trump dans certains de mes commentaires et cela m’a valu énormément de railleries à mon encontre.
Il faudrait juste se questionner objectivement et rigoureusement sur les raisons qui justifieraient d’haïr Donald Trump.
Après tout, Mathieu Bock-Côté semble raisonnable , objectif, honnête et rigoureux dans ses analyses.
.Qu’est-ce qui nous empêcherait de l’être ?

Le king

Le système a laissé Trump accéder au pouvoir, à condition qu’il laisse filer la Dette ! On peut être anti Islam, anti immigrés à condition de continuer à nourrir la Dette, c’est le secret de l’élection de Trump… personne n’accède au pouvoir librement …

DUFAITREZ

Heureux qu’on parle de lui ! Le suivant depuis longtemps…
Canadien québecquois, il sait de quoi il parle !! Pire là bas !
« Chant plein » de Patriotisme viscéral (Champlain ?)
Faut-il que nos Leçons nous viennent du Québec ou de Kabylie, avec Zemmour ?

Patrick Granville

Nos leçons viennent de l’education, des sources mêmes qui nous ont construit durant un temps immemorable. Le patriotisme absolutiste aveugle et univoque à ses limites.

La Hire

Nous pouvons aussi lire notre cher Montaigne,que je prescris comme un médicament radical à nos maux contemporains.

le Franc

les québécqoués ont ils trouvé leur zemmour ?

patphil

Malraux, 1948, postface des « conquérants »
les techniques discursives du stalinisme, c’est d’abord de déshonorer l’adversaire, rendre impossible la discussion, attaquer surtout sur le plan moral, il faut que l’adversaire soit un scélérat.
le son unique de cette propagande c’est l’indignation, la fin qui justifie les moyens…

Le Blob

« La dictature la plus dangereuse est celle qui met le plus de temps à s’instaurer ».
Pierre Mendes France.

geronimo

c’est tellement vrai !!! moi quand je reçois une victime de vol ou d’agression, je commence par lui demander si son agresseur est un « chinois »…(ce qui n’est jamais le cas d’ailleurs) en général, j’ai le droit à des grands yeux ronds…et après en général, cette victime à beaucoup de mal à prononcer les mots arabe ou noir ou bazané…comme si c’était des insultes…certains refusent même de définir le type de leur agresseur….comme quoi, le travail de sape est trés bien fait et bien établi dans la société….c’est dramatique !!!

rastacrockett

geronimo, je me demande comment on peut s’embrigader pour devenir milicien au service de l’oligarchie quand on dénonce le système !
Perso jamais je ne pourrais me mettre au garde à vous devant un commissaire et encore moins un préfet ou un élu !
(probablement mon coté gaulois réfractaire)

Eric des Monteils

Le monde, comme tout, n’est pas noir ou blanc, (sans références à une ethnie), mais le monde est gris. Gris clair, gris myoen, gris foncé, etc . . . DE LA NUANCE ! c’est ce qu’il nous manque le plus. D’ailleurs, comment être tolérent sans être nuancé ? C’est sur cette donnée que les Macroniste invétérés s’échouent : ils condamnent sans débattre, comme en toute dictature.

jam

Tres réaliste ce monsieur
Un tout petit défaut…Il parle très vite…pas facile à suivre

Le king

Ce type est un robinet d’eau tiède, qui ne doit son quart d’heure de gloire qu’à la trop rigide et sectaire idéologie de gauche. Il n’existe que par elle; et ses propres écrits sont très lisses et prévisibles pour incarner quoi que ce soit de subversif pour aujourd’hui et demain…

François Desvignes

La vérité est éternelle, le mensonge provisoire.
C’est pourquoi la propagande même quand elle gagne des batailles finit toujours par perdre sa guerre.
Un jour, tout le monde reconnaitra que l’islam nous envahit et que nos gouvernants sont nos nouveaux collabos.
Et donc leur avenir est celui hier des nazis et de nos collabos.
La vérité est éternelle, le mensonge provisoire.

Le king

Et bien sûr la vérité est de votre côté, n’est ce pas ? Ceux qui ne sont pas de votre avis – au moins les 2/3 de l’humanité- sont voués aux gemonies. C’est pratique comme système de pensée…

François Desvignes

Bien sûr la vérité est de notre côté : nous sommes éternels, vous êtes provisoire.
Peut-être que ça vous fait chier, mais nous pas du tout : la vérité ne nous gêne pas, nous sommes nés dans sa marmite.

La Hire

D’ou la nécessité de consulter Montaigne…Les Essais sont un plaidoyer contre la connerie ambiante.Verite,mensonge,que de clameurs en votre nom,que d’esbroufe et de pacotilles!Et s’il ne s’agissait finalement que de bon sens,de civilité,de politesse,d’honnetete?

Aude Javel

« Qui fixe les règles du jeu démocratique ? Qui distribue les rôles ? Qui vous assigne du côté des « gentils » ou de celui des « affreux » : forcément les plus tordus, les plus malhonnêtes, les plus vicieux, les plus pervers… je n’ose faire ici un « reductio ad macronum »! 🙂

Mathieu Bock-Côté est le journaliste le plus intègre que je connaisse, sa plume est limpide et ses commentaires parmi les plus intelligibles qu’il m’ait été donnés d’entendre. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il a les idées claires. À suivre.

BERNARD

Vous avez tous les choix possibles entre une boule rouge ,bleue ou noire, à condition de prendre la boule rouge, voici le résumé du grand débat.. llage !
Le pire c’est que tout le monde est « obligé » de trouver ça génial.. et d’ailleurs, ça l’est ! (par définition, car toute autre opinion est « éliminée » –d’ailleurs, ce n’est plus une opinion, c’est un DÉLIT. Je me suis régalé avec votre billet !

La Hire

A quand,après une journée de la Haine(Orwell),une journée de la Vérité,puis une autre de la Pensée Bonne et Juste,et encore la journée de la Baise L.G.B.T.Q..?
« Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée »,écrivait ce brave Descartes.S’il revenait aujourd’hui,il demanderait son internement,ou un traitement ad vitam de Prozac.