Max Gallo : « Islam : ne rien abandonner à la politique de l’apaisement »

Publié le 23 juillet 2017 - par - 44 commentaires - 2 884 vues
Share

Max Gallo est mort.

Il est mort au moment du triomphe du macronisme, c’est-à-dire de l’officialisation de l’union incestueuse de la « gauche » sociétale (ou américaine comme on l’appelait du temps de Rocard) et de la droite libérale.

Homme de gauche (tant que la gauche était encore la gauche), Max Gallo fut à la fois patriote, républicain, souverainiste, laïque et catholique. Il avait fait sienne cette phrase quasi apophthegmatique de Marc Bloch tirée de L’Etrange défaite : « Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France, ceux qui refusent de vibrer au souvenir de Reims, ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération ».

Max Gallo pensait que la France traversait une crise nationale de grande ampleur, comparable à celle que nous avons connue durant la guerre de Cent Ans. Il avait déclaré à propos du Suicide français de l’ami Zemmour : « Je suis assez souvent d’accord avec Éric Zemmour. Dans ce livre, il y a beaucoup de points qui me paraissent très intéressants : les thèmes de souveraineté, d’indépendance, les questions liées à l’immigration sont des problématiques essentielles. Et Zemmour a un mérite, c’est de mettre le doigt sur les questions qui fâchent, qui font mal. Et il le fait avec la sincérité d’un patriote républicain. Et, de ce point de vue là, je le soutiens ».

Max Gallo avait enchanté l’émission de Philippe Meyer sur France Culture, L’Esprit public, émission devenue sans intérêt depuis son départ. A lui seul, il tenait tête avec talent aux autres habitués de l’émission, européistes dans leur ensemble. L’écouter le dimanche matin donnait, comme pour l’émission Répliques d’Alain Finkielkraut le samedi matin, le sentiment d’écouter Radio Londres.

Le patriote, l’antifasciste, le souverainiste, le républicain, le laïque et le chrétien qu’il était se devait d’appeler à résister à la chose la plus totalitaire, la plus violente, la plus esclavagiste, la plus misogyne, la plus obscurantiste, la plus inégalitaire, la plus droitière qui soit, l’islam. C’est ce qu’il fit courageusement et habilement dans son célèbre article publié en février 2006 par le Figaro au moment de l’affaire des caricatures de Mahomet, Islam : ne rien abandonner à la politique de l’apaisement.

L’article commençait ainsi : « Aurons-nous demain le courage – et la possibilité – d’exprimer ce que nous pensons, vrai ou faux, de l’islam ? Ou bien, au moment de dessiner une caricature, d’écrire, de publier, ou tout simplement de parler, et même de penser, devrons-nous nous autocensurer, nous souvenant des foules déchaînées incendiant des représentations diplomatiques du Danemark et de la Norvège, ces deux pays qui sont parmi les plus pacifiques, les plus démocratiques de tous les États du monde ? »

Max Gallo concluait son article par un détour dialectique, en faisant mine de passer par une sorte de soumission houellebecquienne avant l’heure : « On peut aussi envisager une capitulation rampante qui se donnerait la bonne conscience de la sagesse et de l’esprit de responsabilité. […] pourquoi ne pas cesser de résister ? Va-t-on se battre pour douze caricatures sinistres ? Et allons au bout : l’Empire romain a été conquis par le christianisme ; pourquoi l’islam ne serait-il pas la nouvelle religion conquérante ? On s’adaptera. On se convertira. Il faut oser regarder ces choix en face. Que voulons-nous défendre de ce que nous avons acquis, siècle après siècle ? Que sommes-nous prêts à abandonner ? Par réalisme ? Par sagesse ? Ou par lâcheté ? Au temps de Munich, en 1938, ce dernier mot avait un synonyme, employé par les diplomates : apaisement ».

Lorsqu’à l’automne 2005 les bibliothèques brûlaient en France, comme, toute proportion gardée, elles brûlèrent en 637 à Ctésiphon, Max Gallo fut l’un des très rares courageux à aborder la dimension islamique du soulèvement au milieu des couards qui cherchaient à conjurer le sort en ne voulant pas que ce soit autre chose que du social. Entre les « pogromes antirépublicains » que dénonçait Alain Finkielkraut et le « basculement civilisationnel » que déplorait Régis Debray, nous avions avec Max Gallo une articulation, une proposition politique.

Puissent le souvenir et l’exemple de Max Gallo inspirer au camp patriote un dénouement à sa crise interne. République, souverainisme, patriotisme, laïcité, catholicisme et identité vont de pair comme a contrario vont de pair mondialisme sous égide américaine, libéralisme économique et sociétal et paradoxalement (mais pas tant que ça) islam.

Pascal Olivier

http://reconquete-republicaine.fr/

http://blog.pascalolivier.fr/

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Anne-Marie G

J’aimais et appréciais beaucoup ses livres sur l’histoire, son autobiographie très pudique m’avait émue décrivant une enfance humble et parfois humiliée par les différences de classe marquées qui existaient encore à cette époque. J’avais été attristée quand j’avais appris qu’il était atteint de la maladie de Parkinson. Je pense à la triste fin de carrière politique que Sarkozy lui a réservé en lui faisant miroiter des promesses sur le retour à la vérité historique dans l’enseignement à la place du grand n’importe quoi des pédagogistes et du politiquement correct, promesses qu’il s’est empressée de bafouer en faisant le mariolle.

abandonne

Excellent article bien documenté comme d’habitude. Merci.

victoire de Tourtour

 » Le souvenir de Reims », « le récit de la fête de la Fédération »…Demandez à cent récents bacheliers un (bref) aperçu de ces deux événements : les réponses risquent d’être des plus surprenantes.

Carole

R.I.P. Max Gallo.
Merci pour vos admirables et ô combien captivants récits : Révolution Française, Louis XIV Le Roi-Soleil, Louis XIV, L’hiver du grand roi, Le roman des rois, que j’ai déjà lus, et tous les autres que je prévois prochainement de lire.

dufaitrez

Oraison funèbre remarquable pour cet Homme rare qui écrivait, dès 4 heures du matin, son Amour de la France au travers de son Histoire.
Immigré lui même, reconnaissant éternel à son Pays d’accueil, il reste un exemple !

UltraLucide
JILL

On a déjà capitulé ..

Thomas

« République, souverainisme, patriotisme, laïcité, catholicisme et identité vont de pair »

Non, la République et la Laïcité sont anti-catholique et donc anti Identitaire.

La République est universelle donc sans identité, et favorable à l’immigration parceque la Démocratie qui est son fondemment doctrinal se veut universelle sans frontière et mondiale et encourage la fin des nations…

La République est favorable à l’implantation de l’Islam en Europe, et la laicité un moyen d’interdire toute opposition doctrinale catholique.

Mettre en place une voix qui ne soit ni le libéralisme ni le socialisme suppose de redevenir un Etat catholique et d’abandonner les erreurs de Vatican II.

Léon Léonard

Vous avez resume la verite, maintenant sortez le casque militaire car celui qui dit la verite sera fusille Une habitude des regimes republicains comme en URSS ou RDC, un reflexe.
Vous vous attaquez a une religion qui a lave les cerveaux et a reecrit son histoire.

Le nom republique democratique aura donne naissance aux regimes les plus criminels de toute notre histoire mondiale. Aucune ancienne monarchie en europe aura autant tue ses propres civils que la republique.
Les monarchies auront jamais cree de guerres mondiales.

Carole

Non, ce qui est écrit dans l’article, c’est – à propos de Max Gallo : « Le patriote, l’antifasciste, le souverainiste, le républicain, le laïque et le chrétien qu’il était »
Cela est à fait possible. On peut parfaitement être catholique dans sa vie privée et respecter la laïcité, en bon républicain, dans sa vie de citoyen.

Grenouilleur Palmé

@Carole
Exact mais ça c’était avant que la raie-publique eût été ouvertement Christianophobe et continue à l’être, et ne soit Islamophile assumée, allant jusqu’à créer 3000 mosquées en 30 ans.
90% des églises de France ont été construites soit sur fonds privés, soit avant la révolution, on n’en dira pas autant des moquées.

Christianophobie (donc anti-laïcité) d’un Minsitre de la République illustré en une phrase :
-« Je suis Charlie à 100 %. J’ai envie qu’on bouffe tous du curé. »
Aurélie Filipetti dans Marianne le 14 janvier 2015.
CQFD

Grenouilleur Palmé

Les terroristes musulmans tuent des Français mais pour FIipetti c’est de la faute des curés : Ni pardon ni oubli, pour un œil les deux yeux Aurélie !

Pascal Olivier

Vatican II n’est pas autre chose que la protestantisation de l’Eglise catholique en raison de l’hégémonie civilisationnelle américaine.

Quant à la République elle n’est hélas plus et nous ne sommes même plus en démocratie.

Du temps où la civilisation française rayonnait dans le monde les missions catholiques remplissaient leur rôle. Elles n’ont jamais été autant soutenues à l’étranger que sous la Troisième République, et cela alors même qu’à l’intérieure de la France les relations étaient extrêmement tendues, voire hostiles.

Thomas

La IIIè République a chassé les catholique qui sont donc partie en mission.
La IIIè République a organisé l’expulsion des Jésuites et des congrégations enseignantes.

Il ne faut pas en conclure que la IIIè République était favorable à l’expension de l’église catholique…

Pascal Olivier

Si, la Troisième République était favorable à l’expansion des congrégations à l’étranger parce qu’elle avait conscience que c’était indispensable au rayonnement de la civilisation française.

Gambetta l’auteur du célèbre « Le cléricalisme, voilà l’ennemi ! » est aussi l’auteur de « L’anticléricalisme n’est pas un article d’exportation ! » en réponse aux esprits obtus qui s’opposaient au financement des établissements des jésuites au Liban.

http://blog.pascalolivier.fr/post/2014/12/10/Loffensive-contre-les-creches-une-guerre-contre-la-France-au-service-de-lislam

Monrose

Les mosquées de la vallée de la Soummam ( Kabylie) ont été construites sous le Père Combes qui ruinait les congrégations catholiques, vers 1902. La République maçonnique interdisait la Christianisation des Arabes mais favorisait l’expansion de l’Islam, tout comme la Chambre des Députés laîque et républicaine de 1876 avait bloqué l’oeuvre du Cardinal Lavigerie. L’aveuglement et la trahison ne datent pas d’hier…

Pascal Olivier

(1/2) Il s’agissait de l’Algérie, donc de la France. Mon propos concernait les congrégations à l’étranger, principalement au Levant. Et bien qu’elles aient eu les coudées franches elles ne convertissaient pas beaucoup. Les principales conversions eurent lieu parmi les communautés chrétiennes dites « schismatiques ». Et en remontant beaucoup plus loin dans le temps, durant les croisades il y eut assez peu de conversions. Les Arméniens de Cilicie avait eux tenté une médiation (qui aurait changé la face du monde si elle avait réussi) entre Croisés et Mongols pour la conversion au christianisme de ses derniers. Jeu beaucoup trop subtil… lire la suite

Monrose

je vous signale qu’en 1951, De Gaulle est venu en Algérie pour des élections législatives et a fait un grand discours à Oran devant 8.000 personnes où il a applaudi à l’Algérie française, approuvé les 2 collèges et même salué le Maréchal Pétain qui allait mourir quelques semaines après ! Evidemment, ce discours ne figure pas dans son anthologie. A l’époque, il qualifiait les cocos de « séparatistes » !
Ce « falso » me soulève le cœur…

Pascal Olivier

(2/2)

Pour ce qui est de l’Algérie que vous semblez connaître infiniment mieux que moi, non seulement on ne cherchait pas à christianiser mais on ne cherchait même pas à imposer la loi française qui restait optionnelle pour les mahométans. La charia était donc appliquée en France aux mahométans ! Mais ce n’est pas la République qui avait initié cela, c’est Napoléon le petit qui tenait à préserver le particularisme coranique des mahométans et leur identité culturelle ! La République a eu le tort de persévérer.

Haggar Dunor

Max Gallo était un type lucide, « franco de port », un grand français et un grand écrivain. RIP

Monrose

Max Gallo n’aimait pas les PNs. Il leur reprochait de ne pas avoir suivi De Gaulle le 18 Juin 1940 et d’être responsables des morts US du 8 novembre 1942 !…. Lisez ce que lui répondit André Rossfelder: http://babelouedstory.com/thema_les/debarquement_provence/1015/1015.html J’ avais conseillé à Max Gallo, de lire la série de bouquins remarquables de Pierre Ordioni qui décrit bien l’AFN de 40 à 44: – Tout commence à Alger, 40-44 (Stock, 1972 ; Albatros, 1985). – Le Secret de Darlan, 1940-1942. Le vrai rival de De Gaulle (Albatros, 1974)- Le Secret de Darlan. Le complot. Le meurtre (Albatros, 1986).- La Fracture : de Londres 1941… lire la suite

EVA

« la plus droitière qui soit, l’islam. »

Laissez-moi rire, Pascal: les musulmans votent quasiment tous à gauche, et depuis 40 ans. C’est sans doute parce-que l’islam est « droitier »….

Grenouilleur Palmé

Ils votent à gauche quand ils vivent chez les Occidentaux, chez-eux ils votent ultra-droite, sunnisme (donc monarchisme Arabe).
« Fais ce que je dis ne fais pas ce que je fais » c’est une constante chez-eux.

Allez travailler au Maghreb pendant trois ans, vous verrez si les Maghrébins sont « multiculturels » avec les Sub-Sahariens.

EVA

Exactement, les musulmans votent à gauche car la gauche est islamo-collabo.
Et les musulmans sont anti-racistes quand ils sont en Occident, et traitent les noirs comme des bestiaux quand ils sont dans des pays à majorité musulmane, dont le Maghreb.

Arthur

Les notions de droite et de gauche sont dépassées en France.

Carole

Si les musulmans votent à gauche en France, ce n’est certainement pas par adhésion aux idées de gauche, c’est par intérêt, pour être protégés. Et réciproquement d’ailleurs. La gauche protège les musulmans juste pour avoir des voix. Ils s’utilisent mutuellement. Mais pas sûr que cela dure indéfiniment sans clash car en fait ils n’ont absolument pas les mêmes valeurs, rien de plus éloigné des valeurs musulmanes que les valeurs socialistes !. Cette histoire de vote est une mystification, rien de sincère là-dedans, juste une stratégie.

EVA

Peu importe ce que cela durera, chère Carole, car il est déjà si tard, la gauche a déjà empoisonné le pays. Sans l’islamo-gauchisme, nous ne serions pas dans une situation aussi désespérante.
Et bien sûr, j’avais compris que les musulmans votent à gauche non par adhésion au socialisme, mais parce-que la gauche est islamo-collabo.

Carole

La gauche est islamo collabo en effet et c’est là une situation bien étrange, dont l’équilibre est plutôt incertain, voire périlleux . C’est « diablerie » comme auraient dit nos chers Visiteurs (le film) dans leur savoureux langage … Pour dîner avec le Diable, il faut une longue cuillère » ! :)

Pascal Olivier

 » C’est « diablerie » « . C’est bien trouvé Carole !

Pascal Olivier

Oui Eva, il n’y a rien de plus droitier que l’islam et j’ajoute rien de plus gauchicide. Quant aux musulmans je ne vois pas ce qu’il peut y avoir de plus droitier que les esclavagistes du Golfe ou du Pakistan. Ces derniers brûlent leurs esclaves chrétiens dans des fours à brique quand ils veulent s’affranchir. Et comme il a été dit dans les réponses précédentes les mahométans savent parfaitement exploiter l’irénisme et la bêtise de la gauche quand ça les arrange. Cela ne les empêche pas de ressentir le plus profond mépris pour la gauche et de s’en débarrasser le… lire la suite

EVA

Pas de gauchos esclavagistes, donc ?
Ni colonialistes, ni collabos ?
Seriez-vous naïf, Pascal ?

Pascal Olivier

(1/2) « Laisser-moi rire » et «Seriez-vous naïfs ? », en plus de ne rien apporter sur le fond, vos désobligeants, inélégants et désagréables sarcasmes n’y changeront rien. Cela n’a pas l’air de vous plaire mais c’est ainsi, il n’y a rien de plus droitier et rien de plus gauchicide que l’islam. Relisez le Radeau de Mahomet sur le sort que réserve l’islam aux paysans et aux travailleurs. Ce n’est pas pour rien que le marché s’accommode mieux de l’islam que du catholicisme et que les champions toutes catégories de l’islamo-collaboration que sont les Etats-Unis avaient fait de l’islam le… lire la suite

Pascal Olivier

(2/2)

Navré que vous serviez la soupe aux mahométans qui savent avancer masqués derrière la gauche quand ça arrange leur stratégie de conquête.

Déçu que vous n’ayez retenu de mon article que ce détail.

ALPHA ... OMEGA .

Ne jamais oublier que l’islam , c’est ceci :
– « Fatrasies Coraniques » ,
http://www.blog.sami-aldeeb.com/2014/01/17/fatrasies-coraniques

EVA

Merci de ce rappel, Alpha. Votre document est malgré sa brièveté très complet, et très simplement écrit. Il convient à tous types de lecteurs, ce qui est à mes yeux sa principale qualité, mais pas la seule.
Bien à vous, ami précieux !

Eva

ALPHA ... OMEGA .

EVA , la brièveté de l’exposition des faits sert à ne pas décourager un maximum de possibles lecteurs ; si vous saviez le nombre de fois que j’ai entendu « Je n’ai pas encore eu le temps de le lire . » ( le fascicule ) . Nous sommes malheureusement à une époque où les loisirs et les vacances ont la priorité . Islam : « connais pas » ou « m’en fous » . Ce comportement n’est cependant pas nouveau : dans les années ’30 , les gens en Belgique , en France employaient souvent l’expression « Je m’en fous comme de l’an ’40 . » .… lire la suite

JACOU

Mais a force de s’en foutre on s’en fait foutre au final.

EVA

Justement, cher Alpha, je vous complimentais sur le fait que même en voulant faire court, vous n’avez omis aucun aspect important à traiter.
C’est rare de lire des documents courts mais néanmoins complets comme le vôtre.
Nous sommes en effet obligés de faire court, pour harponner le plus de lecteurs possible. Libres à ceux qui sont intéressés de lire par la suite des écrits plus détaillés.

Pascal Olivier

Excellent memento, bravo !

Grenouilleur Palmé

-Après 62 la classe politique s’est auto-censurée sur l’islamisation au nom de la nécessité de paix. -Après 1973 la classe politique s’est auto-censurée sur l’islamisation, au nom de la réal-politique pétrolière. -Désormais la classe politique s’auto-censure sur l’islamisation au nom de la démographie islamique menaçante qu’ils nous auront imposé par le chantage et la force. Responsables mais pas coupables, jamais ! Mes dobermanns ont bien plus de conscience que n’importe quel politique : Quand ils font une connerie ils ne font pas comme si c’était l’œuvre du Saint-Esprit ! « Sablé-sur-Sarthe, l’église Saint-Martin est en cours de démolition un parking doit… lire la suite

Pascal Olivier

Hélas, la République n’est plus et nous ne sommes même plus en démocratie.

Grenouilleur Palmé

Même si ça fait mal au ventre à entendre, c’était le projet originel de la raie-publique universelle.
Il suffit de lire les putschistes républicains de 1789, ils ne s’en sont jamais cachés.
-« Créer d’un homme « libéré » de tous ses déterminismes, sociaux, culturels, religieux, familiaux. »

Dès le départ il s’agissait de créer un individu indéterminé, un disque vierge de toute filiation, un robot, un soldat générique qui serai librement programmable par la raie-publique, car dénué de déterminismes et de transcendance.

C’était le projet d’origine nous y sommes !

Pascal Olivier

C’est plutôt l’Eglise qui est universelle.

« La démocratie n’est pas un article d’exportation » avait asséné Robespierre aux girondins va-t-en-guerre qui étaient en quelque sorte les précurseurs des Bush et des Sarkozy.

Ce que la République a en revanche réussi à exporter est l’idée de Nation. Avec le cri de Valmy, « Vive la nation ! » elle a éclairé le monde. Elle a indirectement mis fin au califat (632-1924) et contribué, beaucoup plus directement, à l’établissement d’Etats-nations, véritables hérésies au regard de l’islam.

Amandina-A

Allez faire un tour sur l’article de Jacques Chassaing -Armée:Les frères trois point sont-ils toujours à la manœuvre en attendant que le Grenouilleur rentre du boulot.

Vous aurez des trucs pour réfléchir en attendant.