1

McKinsey ou la moralisation de la vie publique selon Macron…

En 2017, le candidat Macron nous avait promis la moralisation de la vie publique: une république exemplaire. D’ailleurs, nous allions voir ce que nous allions voir! Et on a vu… du jamais vu! Du «au-dessus du lot » comme le précise Castex à juste titre!

Macron est un scandale en lui-même, un imposteur, un incapable, un acheté, un traître la France…

Et McKinsey inventa le Président Macron…

La proximité Macron-Mckinsey démarra en 2007, lors de la commission Attali dont Manu était le rapporteur. Eric Labaye, directeur général de McKinsey France, y assistait aussi, c’est ainsi qu’il rencontra Karim Tadjeddine, alors directeur du département secteur public du cabinet de consulting, lequel devenu président, probablement grâce aux innombrables marchés offerts par son copain Manu… bénéficie désormais d’une plainte du Sénat pour soupçon de délits de faux témoignage et de fraude fiscale..

Dès son arrivée à Bercy, en 2014, Macron fit virer les cabinets de consultings et d’avocats s’occupant d’Alstom, déjà dument rémunérés, pour faire nommer ses copains à la place pour onéreusement  les payer pour des missions déjà accomplies… Puis il  autorisa la vente d’Alstom énergie mais aussi d’autres cessions d’entreprises stratégiques françaises, comme celle d’Alcatel-Lucent au groupe finlandais Nokia ou de Technip à FMC Technologies (Etats-Unis). Rien que sur l’opération Alstom-General Electric, l’argent coula à flots…

Cette entreprise a dépensé pour près de 300 millions d’euros de frais liés à l’opération de rachat par General Electric, sans compter les montants versés par GE lui-même. D’énormes honoraires représentant plus de 3,5% du montant du deal, proportion très au-dessus des standards (1% à 2%).

Et comme par hasard, partie de ces fonds se sont finalement retrouvés dans les poches du candidat Macron. Sur les 12 millions d’euros récoltés par LREM, la moitié était le fait de dons saturant le plafond de 7500 euros… venant pour la plupart de ceux qui avaient bien servis dans la vente d’Alstom…

Et ressortant la stratégie mise en place pour faire élire Zelinsky, McKinsey inventa LREM et le Président assorti..

https://www.marianne.net/economie/la-liste-de-ceux-qui-ont-croque-dans-la-vente-d-alstom-general-electric

Depuis plus de quatre ans, Macron a fait bloquer par le PNF la plainte pour pacte de corruption concernant Alstom. Le PNF est une efficace invention de Hollande pour empêcher le traitement judiciaire de tous les dossiers très compromettants des politocards mafieux.

Ministres, députés et nominations dignes d’une république bananière

Trente-quatre jours après leur arrivée au gouvernement Philippe, quatre ministres durent démissionner pour des affaires financières: François Bayrou, Marielle de Sarnez, Richard Ferrand, Sylvie Goulard.

Vous noterez que deux d’entre eux occupent toujours des fonctions de prestige…

Dix autres ministres eurent ou ont des problèmes avec la justice: Muriel Pénicaud, Gérald Darmanin, Alain Griset, Eric Dupont-Moretti, Laura Flessel, Françoise Nyssen, Agnés Buzyn, Olivier Dussopt, Sebastien Lecornu, sans oublier Nicolas Hulot…

Fraude fiscale, détournement de fond public, trafic d’influence, harcèlement moral, violences, harcèlement sexuel, etc., sept députés LREM se sont brillamment illustrés: Benoit Simian, Jean-Jacques Bridey, Claire O’Petit, Stéphane Trompille, M’Jid El Guarrab, Laetitia Avia, Thierry Solère.

Inutile de s’étendre sur la célèbre affaire Benalla, lors de laquelle Macron s’agita en tous sens pour défendre un modeste garde du corps dont les fonctions réelles et autres attributions dépassaient de beaucoup ce qui nous en fut dit…

Les récentes nominations au conseil Constitutionnel corroborent ces pratiques intolérables:  Jacqueline Gourault, ancienne prof d’histoire… ministricule du gouvernement Castex et surtout, Véronique Malbec, actuelle directrice de cabinet du Garde des Sceaux… ancienne magistrate ayant protégé Richard Ferrand de beaucoup d’ennuis, lequel le lui a bien rendu en la faisant nommer à ce poste.

L’affaire Alexis Kohler…

Secrétaire général de l’Elysée depuis 2017, c’est l’un des hommes les plus discrets du quinquennat  Macron. La France le découvrit à l’été 2018, quand le Sénat enquêtait sur l’affaire Benalla.

Pourtant, ce haut fonctionnaire au parcours irréprochable à un gros souci depuis le mois de mai 2018 : l’association anti-corruption Anticor ayant porté plainte contre lui pour « prise illégale d’intérêts » et « trafic d’influence. » Pendant des années, il aurait favorisé la société MSC Croisières, à travers les différents postes qu’il a occupés, oubliant de déclarer qu’il s’agissait d’une entreprise appartenant à des membres de sa famille…

En août 2019, suite au courrier d’Emmanuel Macron dédouanant Alexis Kohler, le PNF classa finalement l’affaire sans suite…

Les récentes nomination au conseil constitutionnel corroborent ces fonctionnements inacceptables:  Jacqueline Gourault ministricule du gouvernement Castex et de Véronique Malbec actuelle directrice de cabinet du Garde des Sceaux… ancienne magistrate ayant protégé Richard Ferrand de beaucoup d’ennuis et qui le lui a bien rendu en la faisant nommer à ce poste.

Les scandales McKinsey de par le monde

Et pas de bol, voici que grâce aux sénateurs communistes éclate en plus l’affaire McKinsey, cabinet conseil précédé de maints scandales et condamnations de par le monde…

Ce cabinet serait impliqué dans une corruption de fonctionnaires en Inde pour Boeing, la crise financière de 2007-2008 aux États-Unis, le délit d’initié de son directeur général aux États-Unis, l’implication dans l’emprisonnement de dissidents  en Arabie Saoudite, la chute de Valeant Pharmaceuticals au Canada, une affaire de corruption en Afrique du Sud, un détournement de fonds en Belgique, des poursuites pour racket / falsification de documents aux USA, le scandale sanitaire des opioïdes aux États-Unis (en février 2021, McKinsey dut verser 573 millions de dollars pour clore les poursuites judiciaires engagées par 49 États américains.)… ce qui aurait dû lui interdir toute intervention en matière de politique sanitaire. Mais Victor de chez McKinsey étant le fils de Laurent du sang contaminé…

Tout ceci additionné à la ridicule et dérisoire déclaration de patrimoine du candidat-président, à l’affaire Jean-Michel Trogneux (toujours introuvable mais localisé dans le 8e arrondissement de Paris…), au dix-huit millions algériens de la campagne 2017 et au conflit ukrainien… où l’on retrouve les mêmes protagonistes… Cela fait déjà beaucoup. Er pourtant, ceci n’est que la face émergé de l’iceberg… la grande majorité des ignominies et exactions sont soigneusement et habilement dissimulées.

Foutriquet n’a pas menti. En matière de corruptions, collusions, concussions, la République selon Macron est exemplaire: totalement à son image!

Daphné Rigobert

L’affaire McKinsey vu du droit par régis de Castelneau

https://www.youtube.com/watch?v=M4L6fuxIk7w