McKinsey prêt à gérer la Nouvelle-Calédonie… si Macron gagne

nouvelle_caledonie-copie-3-300x226.gif

Une hypothèse (pas vraiment farfelue) : MACRON est réélu !

Une question se posera rapidement à lui : celle de l’avenir du territoire de la Nouvelle-Calédonie-Kanaky

C’est que, nonobstant trois référendums, nos compatriotes (toujours en sursis !) des antipodes n’ont toujours pas compris la nécessité qui s’impose à eux : faire confiance au futur et inexorable Etat kanak socialiste qui se profile à l’horizon.

Une telle perspective nous permettra de mieux dormir et de ne plus être hanté par la culpabilité d’être redevenu « une puissance colonialiste et impérialiste » (dixit Daniel GOA, ancien militant communiste, au congrès annuel de l’Union Calédonienne du 1er au 3 avril 2022).

Je crois toutefois pouvoir rassurer ceux qui, dans notre pays, militent pour la « décolonialité » et s’activent pour la libération et l’indépendance des peuples dominés et exploités.

Finalement l’espoir pour les « décoloniaux » ne va-t-il pas poindre du côté de ceux qui normalement ne devraient pas inquiéter notre cher pathos patriotique, à savoir les intrépides soldats du camp dit loyaliste !

Je lis que trois des vaillants parlementaires du Caillou se rangent du côté de MACRON, M. GOMEZ né à Alger en 1958, l’année du célébrissime « Je vous ai compris[1]», un (in)certain DUNOYER et un certain POADJA[2].

Que demander de plus, chers amis du FLNKS, car incontestablement une victoire de Marine LE PEN, d’un Eric ZEMMOUR, voire même d’une Valérie PECRESSE constituerait un obstacle aux visées généreuses[3] de nos futurs ex-concitoyens socialistes[4].

Pour ma part, je continue à clamer que nous courrons au désastre et c’est pourquoi j’ai esté à l’encontre de la Présidence de la République devant le Conseil d’Etat[5]. Je ne sais que trop ce qu’il est advenu suite aux indépendances africaines des territoires français (Algérie, Comores en particulier) dont les ressortissants sous souveraineté française auraient très certainement été moins tentés de s’exiler et de quitter la terre de leurs ancêtres, en continu et en masses compactes, si le drapeau français bleu-blanc-rouge avait davantage continué à flotter outre-mer.

Au lieu d’une véritable libération des peuples, nous avons abouti à une plus grande confrontation (africaine tout d’abord) des peuples (avec un risque majeur de confrontation Europe-Afrique dans les années à venir).

Mais peut-être devrais-je me faire une raison puisque, pour l’instant, la perspective de l’indépendance de nos derniers confettis (Guadeloupe puis Corse) semble de moins en moins effrayer les « hexagonaux »[6].

Cela étant, deux suggestions me viennent à l’esprit en cas de réélection macronienne. Emmanuel Macron jettera rapidement le masque et révélera sa véritable nature étant d’être au service du mondialisme essentiellement d’essence anglo-saxonne.

La première consiste à prôner la continuation de l’intervention d’un Cabinet de conseil très en vogue que le taquin hebdomadaire d’une droite qui s’assume (Valeurs actuelles, édition du 7 avril 2022) présente ainsi : « l’élitisme de Mac Kinsey, l’argent roi, la globish culture, c’est plus excitant que de parler de gros cabinets français ».

La deuxième est de propager la vertueuse interrogation d’un expert en finances publiques, Yves de GAULLE[7], ex-Cour des Comptes, ex-Conseil d’Etat, distillée par le magazine Challenges, édition du 4 février 2022 : « La France a-t-elle encore les moyens d’entretenir la Nouvelle-Calédonie ? »[8].

La réponse du rejeton de la troisième génération de la lignée de Qui-vous-savez est sans appel. Oyez compatriotes (gaullistes en tout premier !) : « le prix payé pour garder française la Nouvelle-Calédonie est exorbitant ».

Après avoir fait confiance à grand-papa, sachons écouter la douce parole du petit-fils. Et puis, rassurons-nous, si pour l’Algérie il y a eu pas mal de casse (rue d’Isly, Oran, disparus, pieds-noirs et soldats harkis et leurs familles, 100 000 morts au bas mot pour l’historien renommé Marc FERRO, pourtant anticolonialiste), il n’en sera probablement pas de même pour la Kanaky, peut-être quelques dizaines de victimes (îles Bélep et Maré) au cas où les plus excités des indépendantistes auraient le vin mauvais !

Honneur au petit-fils, à son père Philippe encore vivant à l’heure où j’écris, et au grand-père Charles qui gît à Colombey-les-Deux-Mosquées !

Colmar, le 8 avril 2022

Jean-Michel WEISSGERBER

[1] Avant de vous laisser tomber ! Les pieds-noirs comme les harkis restent les éternels cocus de l’Histoire. Décidément Philippe GOMEZ n’a rien compris, rien écouté et rien appris concernant la tragédie des Algérois.

[2] Comme je n’ai pas l’aura d’un certain Yannick JADOT, je ne peux me permettre son mot douteux employé à propos d’Eric ZEMMOUR.

[3] Pas si généreux que cela puisqu’ils excluent du corps électoral la bagatelle de 41 000 électeurs. Le fameux corps électoral gelé, scandale démocratique majeur !

[4] On ne sait toujours pas qui est susceptible de rester français et qui ne le sera pas, sans compter que la ligne de démarcation entre les deux groupes risque fort de se révéler inconstitutionnelle.

[5] L’affaire est loin d’être close même si pour l’instant, il m’apparaît prématuré d’en faire le point.

[6] Pas vraiment rancuniers à l’encontre d’un Moussa DARMANIN s’inclinant à Alger sur les cendres des assassins et proxénètes du FLN et maintenant adepte d’une Corse « autonome » et de LECORNU ou BISCORNU, adepte, lui, désormais d’une Guadeloupe « autonome ».

[7] J’ai bien écrit Yves de Gaulle et non pas Vive de Gaulle !

[8] A-t-elle les moyens d’entretenir la Corse ? la Creuse ? Marseille ? la Seine-Saint-Denis ? etc., etc.

image_pdfimage_print

1 Commentaire

  1. ils devront alors faire le choix des australiens et néozélandais, c’est à dire devenir libres et indépendants

Les commentaires sont fermés.