Mediapart : Delarue (Mrap) ose parler du racisme de Tasin et le renvoyer dos-à-dos avec celui de Bouteldja

Publié le 10 mai 2013 - par - 2 885 vues
Traduire la page en :

Décidément, les personnalités et les écrits de Houria Bouteldja, égérie des Indigènes de la République, et de Christine Tasin, présidente de Résistance Républicaine, suscitent des comparaisons des plus curieuses. L’animateur de télévision Frédéric Taddéi avait expliqué les raisons pour lesquelles il avait déjà invité dix fois la première, et seulement une fois la deuxième : la pensée de Christine Tasin ne serait pas à la hauteur de celle de Houria Bouteldja ! Défense de rire !

https://ripostelaique.com/taddei-estime-que-la-pensee-de-christine-tasin-nest-pas-a-la-hauteur-de-celle-dhouria-bouteldja.html

Ce vendredi 10 mai, 32e anniversaire de l’élection de François Mitterrand, c’est sur le site Médiapart, animé par Edwy Plenel, qu’un responsable du Mrap, Christian Delarue, qui se dit altermondialiste (donc d’accord avec la mondialisation), s’essaie, dans un autre registre, à cette comparaison.

niquelafranceIl cite des passages du texte de Houria Bouteldja, où celle-ci explique carrément que dans un avenir proche, les blancs, quels qu’ils soient, n’auront plus le droit de mettre les pieds dans certaines cités.  

« Demain, la société toute entière devra assumer pleinement le racisme anti-Blanc. Et ce sera toi, ce seront tes enfants qui subiront çà. Celui qui n’aura rien à se reprocher devra quand même assumer toute son histoire depuis 1830. N’importe quel Blanc, le plus antiraciste des antiracistes, le moins paternaliste des paternalistes, le plus sympa des sympas, devra subir comme les autres. Parce que, lorsqu’il n’y a plus de politique, il n’y a plus de détail, il n’y a plus que la haine. Et qui paiera pour tous ? Ce sera n’importe lequel, n’importe laquelle d’entre vous. C’est pour cela que c’est grave et que c’est dangereux ; si vous voulez sauver vos peaux, c’est maintenant. Les Indigènes de la République, c’est un projet pour vous ; cette société que vous aimez tant, sauvez-là… maintenant ! Bientôt il sera trop tard : les Blancs ne pourront plus entrer dans un quartier comme c’est déjà le cas des organisations de gauche. Ils devront faire leurs preuves et seront toujours suspects de paternalisme. Aujourd’hui, il y a encore des gens comme nous qui vous parlons encore. Mais demain, il n’est pas dit que la génération qui suit acceptera la présence des Blancs ».

https://ripostelaique.com/Bobos-antiracistes-bien-pensants.html

christinearticlesEt il renvoie ce texte dos-à-dos avec celui de Christine Tasin, publié dans Boulevard Voltaire, où celle-ci, évoquant de possibles émeutes musulmanes, en cas d’interdiction du Coran en France, appelle la République à la plus grande fermeté si des Islamistes engageaient alors une épreuve de forces.

http://www.bvoltaire.fr/christinetasin/que-faire-des-musulmans-une-fois-le-coran-interdit,13185

Christian Delarue voit du racisme dans les deux textes, sans mesurer l’énorme contradiction de ses propos. Si les propos de Bouteldja sont racistes, pourquoi le Mrap, dont il était dirigeant national, n’a-t-il pas déposé plainte, en 2006, contre elle, mais également contre la directrice de publication, Christine Delphy, membre elle aussi des Indigènes de la République, alors qu’à cette date, il traînait devant les tribunaux Fanny Truchelut ? Comment le Mrap a-t-il pu accepter le témoignage de la même Christine Delphy, le 3 février 2011, lors du procès intenté contre Pierre Cassen et Pascal Hilout ?

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/090513/bouteldja-pir-tasin-rl-ou-la-funeste-guerre-des-races

On comprend donc que, selon Christian Delarue, critiquer l’islam et l’ampleur de son offensive, comme le fait Christine Tasin, serait du racisme. Il se comporte ainsi en parfait télégraphiste de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) qui, partout dans le monde, à l’Onu ou au sein de l’Union européenne, tente de faire interdire toute critique de l’islam, en l’amalgamant à du racisme. Petite contradiction du responsable du Mrap, n’est-ce pas lui qui avait été épinglé par Leila Adjaoud, dans les colonnes de Riposte Laïque, pour avoir tenu des propos qualifiés d’islamophobes ? N’avait-il pas défendu le jeune Calimero, accusé de racisme par le procureur de la République Delorme, pour avoir brûlé le Coran, et uriné dessus pour éteindre le feu. ” La montée du racisme en Alsace mérite d’être combattue fermement mais sans y mêler un pseudo délit de blasphème qui n’existe pas – Dieu soit loué – en France ! Un homme a incendié le Coran, et a uriné dessus. C’est un fait divers. Ce n’est qu’un blasphème qui désacralise ce livre. Rien de plus mais c’est quand même un acte qui a du sens”.

https://ripostelaique.com/Mouloud-Aounit-quelles-sanctions.html

N’avait-il pas aggravé son cas en osant proférer ces propos terribles : “Si les femmes pouvaient pisser aussi aisément que les hommes je dirais pissons allègrement sur tous les livres sacrés : Coran, Bible, Thora, etc. Il faut ajouter que certains passages du Coran appellent ouvertement à la haine et à la violence contre les athées, les homosexuels, les juifs et les femmes”.

En attaquant ainsi Christine Tasin, le responsable altermondialiste du Mrap espère-t-il se faire pardonner ce moment d’égarement ? Ce militant se raconte, dans sa conclusion, une belle histoire, où il doit admettre que certes, le racisme anti-blanc et la violence musulmane existent bien un peu (alors que le Mrap l’a toujours nié, avec quelle virulence), mais de façon très marginale. C’est sans doute pour cela qu’avec une population de 12 % d’habitants, les nés-musulmans représentent, dans certains établissements pénitenciers, plus de 80 % des détenus. Autre sornette habituelle, c’est bien évidemment la faute à la République qui ne met pas assez de moyens dans les quartiers s’il y a des violences, les malheureux étant presque en état de légitime défense. Bref, l’habituel discours de l’excuse de tous les bobos compassionnels.

Delarue ose donc, au-delà de ces quelques contradictions, renvoyer dos-à-dos une Houria Bouteldja, qui ne cache ni sa haine des Blancs, ni celle de la France, ni sa proximité idéologique avec le Hamas, qui, dans sa charte, appelle ouvertement à l’extermination des juifs, et une Christine Tasin qui ne parle jamais des Arabes, milite avec des nés-musulmans comme Pascal Hilout, et se contente, de toutes ses forces, de défendre la France laïque et républicaine, qu’elle aime, de l’agression de l’islam.

Le cinéaste Jean-Luc Godard disait : « L’objectivité, cela ne peut être 5 minutes pour Hitler, 5 minutes pour les Juifs ».

Pour Delarue, l’objectivité, c’est de renvoyer dos-à-dos Houria Bouteldja et Christine Tasin, le fascisme islamiste et la République laïque, l’obscurantisme et les Lumières, la Barbarie et la Liberté, la fascination morbide de la mort et la joie de vivre, la francophobie haineuse et l’amour de la France.

En 1940, les Delarue étaient pacifistes ou collabos, les Christine Tasin étaient résistants.

Bernard Bayle

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi