Médias français : Fin du soutien inconditionnel au clown de Kiev ?

Nos médias sont la voix de leur maître. Or il semblerait qu’ils prennent quelques distances avec la propagande anti-russe. Prudemment, progressivement, ils osent décrire une réalité peu reluisante et instiller le doute sur la victoire de l’Otanukraine.

Outre des questions sur ces Russes assez fous pour bombarder leurs propres forces, des reportages nous montrent que, en dehors du Donbass, des Ukrainiens attendent avec impatience d’être libérés… D’autres images nous montrent des Ukrainiens de Kiev et des environs, fatigués des facéties du Zygomyr, écœurés par la corruption généralisée et qui n’ont plus aucune envie de se battre pour prolonger la dictature.

Comme c’est Macronescu qui remplit la gamelle de nos médias, on peut se demander si le paltoquet ne se préparerait pas à répudier son grand amour le pianiste.

RFI ouvre le bal avec «ces habitants qui ont choisi de passer sous drapeau russe»

On perçoit le trouble et l’amertume du journaleux contraint de manger sa casquette. Sans doute qu’à force de rabâcher la propagande otanesque, il avait fini par y croire.

Première surprise :  Les autorités de Kiev reconnaissent que les habitants de la partie du Donetsk pas encore libéré, n’ont pas évacué malgré les appels répétés à le faire. Fatalisme ou convictions pro-russe, se demande le journaleux trop bien formaté.

Une femme de 59 ans prend le frais sur le balcon de l’appartement d’un immeuble que les nouvelles autorités pro-russes ont attribué aux évacués d’Ukraine. Elle témoigne :

« Le 17 mars, l’armée ukrainienne nous a expulsés de chez nous à Ugledar. Nous étions quatorze personnes, avec enfants et petits-enfants. Ils nous ont dit qu’ils avaient besoin de notre maison et nous ont fait partir de suite. On nous a juste permis de prendre une valise chacun. (…) On nous a proposé d’aller dans l’ouest de l’Ukraine, mais nous ne connaissons personne là-bas, et nous nous sommes dits que nous y serions humiliés, parce que nous ne parlons que russe. Du coup, nous sommes partis pour Zaporozhye. puis arrivés ici à Berdiansk. »

Comment a-t-elle passé la ligne de front avec toute sa famille ?

Des Ukrainiens hargneux nous ont posé des tas de questions. Pourquoi nous allions chez les Russes ? Si c’était pour nous battre ? Nous avons répondu que nous allions nous rapprocher de nos familles et de nos amis (…)  Lorsque nous avons passé le premier point de contrôle, des Tchétchènes étaient là, ils nous ont dit : « Détendez-vous, maintenant, vous êtes chez vous. Personne ne vous fera du mal. »

Elle a un frère qui vit à Kiev. Cet abruti formaté par la propagande de l’histrion refuse de croire le récit de sa sœur. L’incompréhension et la haine s’installent dans la famille.

D’autres russophones témoignent que des bus et des trains sont passés tous les jours jusqu’à l’avancée russe, pour déporter par la contrainte, le maximum d’habitants vers les zones encore contrôlées par Kiev.

Comment ont-ils réussi à échapper aux sbires du Zygomyr ? On sent la méfiance sourdre. Pas trop de détails, sait-on jamais, les oreilles ennemis peuvent les écouter.

« Un voisin a réussi à trouver un endroit dans la ville où il y avait une connexion. Tout le monde s’est passé le mot et on en a profité pour s’échapper. »

À Svetlodarsk, Nikolaï, tient à leurs montrer comment les Ukrainiens s’en prennent aux civils .« Venez voir comment notre marché a été détruit hier. »

Près du centre-ville pavoisé de drapeaux russes,  des cratères de plusieurs mètres et des hommes au visage fermé qui finissent de ramasser les débris. « Voilà, les étals, les magasins, les minibus, tout notre approvisionnement était là », dit Nikolaï.

Comme ce café, où ils allaient tous depuis une vingtaine d’années. C’était un lieu de rencontre, un endroit où on savait qu’on allait toujours croiser quelqu’un avec qui bavarder. Ça a été détruit en quelques instants. Frappé par trois projectiles.

Et quand un journaleux un peu barjot lui demande qui a tiré, Nikolaï s’indigne : «Mais comment ça, qui a tiré ? Mais enfin, c’est l’armée ukrainienne, évidemment. Qui voulez-vous que ce soit d’autre ? »

Un ouvrier russophone s’insurge : « Vous avez voyagé en Ukraine ? Alors vous  voyez bien lorsque vous venez dans le Donbass que nous avons été oubliés ! Ça saute aux yeux. Les différents gouvernements n’ont jamais rien fait pour nous. Il n’y a jamais eu d’investissements, ici. C’est l’arriération et la misère. Moi, je voudrais que la Russie vienne et s’implante profondément.

La Russie, c’est une grande puissance, un grand pays. Nous espérons aujourd’hui, vraiment, que les Russes nous aideront, à la fois pour le travail et pour nos conditions de vie. Moi, j’y crois. La Russie n’abandonne jamais les siens.»

Combien sont-ils à partager ces colères et ces convictions demande prudemment le journaleux ? En tout cas, c’est sans doute aux insurgés depuis 2014 que s’adressent ces affiches de l’armée russe appelant les habitants à s’engager. Il ne manque pas de gens qui veulent se battre pour défendre leur nouvelle patrie.

Une énorme différence avec les contingents enrôlés de force par le Zygomyr.

Pour Nikolaï, c’est impossible de forcer une personne à se battre. « Si quelqu’un se retrouve avec une arme sans convictions, il sera tué dès qu’il aura mis le pied sur le champ de bataille. Ou alors, il cherchera à s’enfuir. »

Ces Ukrainiens qui vivent dans la peur d’être appelés au combat

Autre reportage surprenant de Slate, un groupe de web médias très à gauche, comptant en ses rangs des « pointures » comme Colombani ou Attali, jusqu’alors gauche caviar pro-Otan, qui révèle une vérité insoutenable !

Le décor : Ils roulent à fond la caisse sur des routes désolées et vides au nord de Kiev. Le pays des loyalistes, émaillé partout de checkpoints, entre ponts détruits, villages à l’abandon, immeuble délabrés, carcasses de voitures et de camions. Tous les témoignages d’un grande victoire. Comme annoncé dans les merdias menteurs.

Le témoin s’appelle Oleski. Un bobo local qui bossait avant dans le cinéma. Il reconnaît sans détour : « Les gens ont peur. En Ukraine nous avons Diia. Une application des Américains qui centralise, en format numérique, tous nos documents administratifs. Depuis le début de la guerre, elle a été très utile pour ceux qui ont dû tout abandonner et, ont pu retrouver l’essentiel de leurs papiers. Le problème, c’est que cette application nous géolocalise…»

Olekski ajoute, gêné : « Le gouvernement utilise cette application pour mobiliser massivement, puis pour localiser précisément tous les appelés… Ça nous laisse peu de chances d’échapper à la conscription,»

La peur de la mobilisation

Depuis le 24 février, aucun homme ukrainien entre 18 et 60 ans ne peut plus quitter le territoire. Sauf à se lancer dans une procédure kafkaïenne pour faire valoir les raisons de son déplacement et implorer une dérogation. Moyennant bakchich.

Même pour aller d’une région à une autre, ou pour changer de ville, déménager, voir des parents ou son amour, il faut des justificatifs. Au secours, l’URSS est de retour !

Ainsi le 5 juillet, l’armée des supplétifs de l’OTAN qui gouverne vraiment ce pays a brutalement annoncé que plus aucun homme ne pourrait quitter sa région de résidence. Une libre circulation  peut quand même être autorisée, au cas par cas, à condition de pouvoir justifier ses déplacements. Et verser le bakchich de rigueur.

Des dysfonctionnements multiples dans la bureaucratie d’Ubu Roi

Avant leurs 18 ans, tous les jeunes ukrainiens doivent aller au centre de recrutement pour passer des examens médicaux, comme dans toutes les armées du monde. S’ils sont déclarés aptes, ils sont mis sur la liste des mobilisables.

Le problème, c’est que les listes de mobilisables ne sont plus valides. Les données ne sont pas actualisées : untel a changé son numéro de téléphone, un tel autre a déménagé… Il semblerait que  80% des données de la liste des mobilisables n’est pas à jour. Et les intéressés ne se montrent pas très coopératifs pour les ajuster.

Il n’y avait que les milices néonazies motivées à en découdre. Mais l’armée russe les a neutralisées à plus de 90%.

En outre, l’État-major préférerait ne pas mobiliser les jeunes inexpérimentés, ceux qui ont entre 18 et 25 ans et qu’on n’a pas eu le temps de former. Manque de personnels et de structures. On vise donc en priorité des vétérans, des hommes passés par l’académie militaire ou qui ont déjà fait leur service. Mais comme ils ne sont pas assez nombreux, on prend des gens sans expérience, souvent n’importe qui.

Sur le plan répressif, la conscription est devenue une sanction pénale : Plutôt que d’envoyer en prison les délinquants ou leur infliger une amende, on les expédie au centre de recrutement où ils seront illico déclarés bon pour le service.  Et après on s’étonne qu’il y ait autant de déserteurs dans cette armée de bras cassés ?

La conscription est un terrain fertile pour la corruption

En Moldavie, on parle beaucoup de douaniers achetés plusieurs milliers de dollars par des Ukrainiens cherchant à fuir le pays. En Ukraine même,  contre des milliers de dollars, un faux certificat médical peut être obtenu sans problème.

C’est la quadrature du cercle que le pantin de Kiev ne peut résoudre qu’en déclenchant un catastrophe nucléaire, en espérant que ses alliés apeurés viendront à son secours. Car la machine mobilisatrice a de gros ratés, les pertes sur le front ne peuvent plus être remplacées. Et il y a des milliers de kilomètres de ligne à tenir. Encore heureux quand les officiers ne revendent pas aux Russes, ou à toute entité solvable, fut-elle terroriste ou mafieuse, les armes miracle si généreusement offertes par l’Occident.

Christian Navis

Climats sous influence (climatorealist.blogspot.com)

image_pdfimage_print
32

23 Commentaires

  1. on comprend grace a nos merdias de grand chemin que, de defaite en defaite , les ukros nazis volent vers une victoire certaine ! c est imparable , ineluctable et certain . BREF on espere que VLADIMIR POUTINE va mettre la paquet pour finir cette operation avant l hiver …

  2. zelenski en effet est bel et bien laché par nos merdias pourtant promptent a entasser et enterrer trop vite Poutine et sa Russie,ils ont tentés de faire « diversion » avec ce virus du singe……qui n’a eu aucun effet sur la population francaise ( ont-ils enfin compris les magouilles du gouvernement ?) tout ca zelenski,Ukraine,gaz,livraison armes,bashing Poutin tout ceci est passé par la fénetre car la rentrée septembre arrive avec la gronde des francais ( pouvoir d’achat,augmentations) et la ca va chauffer grave en France et dans les rues pour le cul de nos dirigeants.

    • Et il n’y a pas qu’en France qu’on commence à réaliser que le Zygomyr est une baudruche, un imposteur et un salopard fini.
      Gonflé d’orgueil, bouffi de la certitude qu’il est intouchable, l’individu qui croit pouvoir donner des ordres à tous les chefs d’Etat de la terre, a baissé d’un cran dans l’admiration que lui portait le très gauchard Washington Post, en se vantant de ses mensonges et de ses turpitudes au détriment de son peuple !
      https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/ukraine-zelensky-critiqu-c3-a9-apr-c3-a8s-ses-d-c3-a9clarations-au-washington-post-au-sujet-de-linvasion-russe/ar-AA10QcUS

    • si vous voulez angliciser votre propos, faites le sans commettre de faute, « putin bashing » serait plus approprié que « bashing Poutin »
      finalement je préfère de beaucoup vos dessins ou vidéo

      • C’est pas très gentil ça Patphil. Le post de Kabout était, tout de même, empreint de vérité, même si j’adore ces dessins.

      • Patphil, nous sommes tous « dans le même bateau », et tu le sais parfaitement !!

        Alors pourquoi créer une polémique ?

        Parce que, s’il y a une chose que l’encuxx à l ‘Elysée a très bien « réussi », c’est la division, y compris et d’abord entre patriotes !!

        A toi de voir ce qui est le plus important : le fond ou la forme …

        Parce que l’union, c’est la force, alors que pour l’encxxé en question, la force, c’est l’oignon, le sien en l’occurrence !! :-))) surtout mélangés avec des radis noirs …

      • @ patphil,
        Désolé de vous contredire, mais l’expression américaine de Putin bashing existe. Si vous ne me croyez pas chercher Trump bashing sur la toile et l’expression a été utilisée de milliers de fois.

    • «  »zelenski en effet est bel et bien laché par nos merdias » Ah Bon !
      Va donc faire un tour sur LCI le média du pédophile Bouygues, tu ne vas pas être déçu par les délires russophobes H24 de cette fabrique de propagandes !

  3. la prise conscience est aussi lente que pour la gestion du virus chinois, j’entends encore le cri débile de « tous vaccinés tous protégés » tant l’abandon des dividendes semblent fendre le coeur de tous ces escrocs criminels

  4. Les medias un peu, mais trou du Cul premier est afond dans le delire sur la centrale nucléaire …

  5. Ne vous y laissez pas prendre et écoutez LCIA. Les Ukrainiens viennent de s’emparer de Stalingrad ce matin.

  6. Zélenski devra rendre des comptes à son peuple le moment venu. Tout comme Macron qui ne fanfaronne plus face à Poutine qui raccroche quand il l’appelle.

    • Seuls les idiots n’ont pas compris que macron a toujours représenté le rien, le néant, l’imposture. Le grand patriote POUTINE ignore ce minuscule personnage et lui a fait savoir à de nombreuses reprises, après ces humiliations seul un fou est incapable de se sentir classé dans l’inutilité et le déshonneur.

    • Hé Dédé si tu avais 2 doigts de culture tu saurais aussi qui c’est un acteur qui a détruit le communisme

  7. quand je zappe sur LCI il me semble que c’est une traduction pure et simple de la propagande zélinskiste !

    • Amha (je peux me tromper) Macronescu est là encore dans le « en même temps ».
      Si jamais les moutons privés de chauffage, d’essence et de nourriture se rebiffent, malgré les éborgneurs, les sbires et autres assassins à la solde du tyran, il est possible que cette raclure essaie de se ménager une porte de sortie.
      La « back door » c’est tout à fait dans son style ! 🙂

      • Christian, à ton avis, dans les banlieues bien NAZISLAMISEES, comment la
        « demande de baisse du chauffage » va-t’elle être « perçue » ?

        Pour nous, l’union, c’est la force !!

        Alors que, comme je l’ai déjà écrit, le µ, il est écolo :

        Pour lui (son) oignon, c’est avec des radis noirs qu’il « consomme » !!

        Et moi, j »écrirais plutôt  » black door « , ahahaha :-)))

    • En parlant de la dernière déclaration de macron, l’on ne peut que lui répondre en reprenant une célèbre tirade de notre regretté Michel Audiard : « Les cons çà ose tout ! »

    • « le prix de la liberté »….ENCORE ET TOUJOURS DES MOTS CREUX ! Dans la famille macron , depuis quand n’a t on pas ouvert le portefeuille pour « payer le prix de la liberte « 

  8. dans cette affaire, il y a le camp de l’HONNEUR, avec Monsieur POUTINE, et le camp de la HONTE DU DESHONNEUR et de la HAUTE TRAHISON… devinez dans quel camp est notre ADO ATTARDE???

    • Quand je pense que les roumains ont réussi à se débarasser du couple infernal des CEAUCESCU…..Les français , un des rares peuples régicides ( avec les anglais et les russes ) leur seraient ils inférieurs ?

1 Rétrolien / Ping

  1. Médias français : Fin du soutien inconditionnel au clown de Kiev ? | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation

Les commentaires sont fermés.