Udo Ulfkotte : comment on achète les journalistes

Publié le 2 novembre 2015 - par - 4 commentaires - 1 944 vues
Share

Une collaboratrice des observateurs.ch, Caroline,  a traduit et fait la synthèse d’une conférence où un journaliste allemand, Udo Ulfkotte dénonce le fait que de nombreux journalistes sont soudoyés pour travestir la vérité.

Lesobservateurs.ch la proposent à Riposte Laïque (sous-itrage en français sous la vidéo)

udo-ulfkotte

 

Udo Ulfkotte (photo) fut journaliste à la FAZ (Frankfurter Allgemeine Zeitung) de 1986 à 2003 , correspondant de guerre au Moyen-Orient et en Afrique

Extraits de sa conférence, vidéo :

 

10 : 00 – 13 : 00

Lorsque j’étais invité à accompagner des politiciens, on attendait de moi un certain compte rendu de la situation, selon des attentes politiques transmises avant chaque voyage. Il n’y avait pas d’obligation, mais en cas de non-conformité, vous étiez remplacé par un autre journaliste ayant des conceptions correspondant aux attentes des grands think tanks transatlantiques, des grandes fondations transatlantiques, ceux qui se trouvent derrière les grands médias en Allemagne et font que toutes les informations se ressemblent.

14.06 – 25

J’ai été invité par des milliardaires, comme par exemple le sultan d’Oman. Imaginez lorsqu’un homme pauvre comme moi arrive au sultanat d’Oman où la richesse est inouïe, avec ses plus grands yachts du monde. Le sultan possède un orchestre symphonique privé, pour la petite histoire il est propriétaire d’une auberge près de Garmich-Partenkirchen où il consomme de l’alcool sans être inquiété par l’interdit dans son pays, se fait livrer chaque jour, par jet privé, de la viande de mouton d’Irlande et d’Ecosse tout en étant membre d’une fondation pour la protection de l’environnement. Imaginez qu’en tant que journaliste vous êtes couvert de cadeaux, vous savez qu’on vous achète afin que vous transmettiez l’image voulue et vous savez que la liberté de presse et les droits de l’homme n’existent pas. Aux USA, en Afrique du Sud, en Namibie, par exemple où des filles attendaient les journalistes dans le lit de leur chambre d’hôtel. J’ai cessé à un moment donné de compter les cadeaux.

25 – 30

Pendant mes études en droit, politique et islam, j’ai été encouragé par un professeur à suivre des séminaires rémunérés pendant les vacances, à Bonn. Il s’agissait en fait de prises de contact des services de sécurité allemands sans que les étudiants le réalisent. Nous étions 20. Ces services ont repris contact avec moi dès mon arrivée à la FAZ.

30 – 31 : 30

J’ai eu par la suite des contacts très étroits avec le service fédéral du renseignement. Il est arrivé que le service de renseignement me présente des articles auxquels j’apposais mon nom.

38 : 30 – 40 : 30

Le 30 septembre dernier, la chancelière Merkel a donné de nouveaux ordres pour la présentation des faits au public selon sa conception politique. Ceci est passé pratiquement inaperçu.

41 : 30 – 44

Je ne veux plus financer ce genre de journalisme. Il y a d’autres possibilités. Il y a les médias alternatifs, peu importe de quel bord. La vérité doit primer.

1 : 18 – 1 : 36

Selon des informations de personnes actives dans le domaine de la sécurité, nous avons un si grand nombre de combattants de l’EI en Allemagne que les services de sécurité ne sont plus en mesure de les surveiller. Qui dit le contraire ment. Nous sommes en possession de nombreux rapports des services secrets de pays voisins. Nous sommes prévenus, mais les politiciens et les médias ont fermé les yeux. Il y a un mois, un appel de Hongrie m’a effrayé, consterné. Il y a des migrants en route pour l’Autriche et l’Allemagne, dont on sait pourtant qu’ils sont combattants de l’EI, transportant des explosifs et des armes en petites quantités. Ils ne peuvent pas être soumis au contrôle, car la Hongrie subit des pressions de Bruxelles.

1 : 22 – 1 : 24

67 casernes allemandes (non désaffectées) sont utilisées pour l’hébergement des migrants. Dans un cas, une simple barrière a été montée provisoirement pour séparer les migrants des munitions !

1 : 25

Question dans le public : « Que pouvons-nous faire, chacun d’entre nous ? »

Il y a deux ans, j’aurais encore présenté une longue liste. Il y a une année, nous aurions encore pu changer les choses. Ne perdons plus de temps. Il faut prendre des dispositions, monter des réseaux. Les jeunes de moins de 30 ans avec une excellente formation ont éventuellement des chances à l’étranger. Après 45 ans, il est trop tard, car même ailleurs les choses ne se passent pas bien. Il faut prévoir la subsistance (lui-même a déménagé à la campagne, son meilleur ami est boulanger), prévoir

Les gens qui arrivent attendent qu’on les finance. Ce ne sont pas eux qui nous financeront, c’est la réalité. Nous ne pourrons pas vivre de nos rentes.

Merci à Caroline pour la synthèse et la traduction

Danielle Borer

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
gutofsalins

hélas si vous lisez les bonnes infos sur différents journaux étrangers via la toile,vous en voyez la collaboration quotidienne de quasiment tous les médias et presse Française !!le problème pour nous ne se pose pas , nous suivons et savons , par contre les travailleurs ont pas le temps de suivre comme les retraités très nombreux qui sont hélas en plus à l’approche des présidentielles conditionnés par les partis en place y compris les communautés qui vont se voir gratifier de primes substantiels pour faire voter les voilées et autres niquabs,burquas (imposées en douce )par nul 1er au deuxième tour contre MLP ! ! !

Ankou

C’est ce qui nous pend au nez, une confrontation entre le capitaine de pédalo et Marine !
Cela fera comme Chirac et Le Pen en 2002, hélas. La frousse fera son œuvre.

ribouldingue

Ben ça nous pendait au nez , on y est presque ! Allez les autruches encore un petit effort….

STEPHAN

Pour ceux ,qui comme moi ,suivent la politique ,cet article ne m’apprend rien que je ne sache déjà .Le problème , ce sont tous ces journalistes et politiques qui ont tous les pouvoirs ,ces intouchables ,qui ont créé ce système . Et maintenant qui peut dire comment s’en sortir sans dommages ,sans être déclaré facho ,poursuivi sur plainte de x,y,z ,rien ne pourra se faire avant les prochaines présidentielles ,qui j’espère remettra la France et l’Europe en ordre de marche démocratique !