Médias suisses : haro sur Pierre Cassen

Publié le 28 novembre 2014 - par - 1 080 vues
Share

C’est ce jeudi, à Saviese, à l’invitation de l’UDC de Sion, que notre fondateur tiendra une conférence sur le thème : « L’islam, un danger pour nos démocratie ? ». Manifestement, les journalistes suisses ressemblent beaucoup aux journalistes français… Mêmes mensonges (Pierre Cassen n’a jamais été condamné pour incitation à la haine raciale), et bien sûr, même classification crapuleuse du site Riposte Laïque à l’extrême droite…

http://www.lesobservateurs.ch/2014/11/27/medias-suisses-haro-pierre-cassen/

http://boulevarddelislamisme.blog.tdg.ch/archive/2014/11/27/pierre-cassen-en-valais-le-courrier-plante-ses-griffes-262261.html

Médias suisses : haro sur Pierre Cassen !

riposte-laique

Les liaisons dangereuses de l’UDC

JEUDI 27 NOVEMBRE 2014

Philippe Bach [1]

Un renvoi d’ascenseur. Le conseiller national et magistrat cantonal Oskar Freysinger avait été invité à Paris en 2010 aux assises sur l’islamisation, coorganisées par le Bloc identitaire, une formation de la nébuleuse d’extrême droite, et l’association Riposte laïque. Ce soir, Pierre Cassen, la figure de proue de cette organisation, s’exprime à Savièse, à l’invitation de l’UDC locale.

En l’occurrence, c’est à une nouvelle collusion du parti blochérien avec l’extrême droite française que l’on va assister. Sous prétexte de laïcité, c’est bien de la mise en accusation de l’islam – seule rengaine d’un Pierre Cassen déjà condamné pour incitation à la haine raciale – qu’il est question. Finement, l’affiche de l’UDC invitant à la manifestation se conclut par la promesse d’«un apéro pinard-saucisson» pour clore la soirée. Les initiés de la fachosphère, que l’UDC drague de la sorte, auront compris d’eux-mêmes. Le saucisson contient du porc. Et ce genre de manifestations, déjà organisées par Riposte laïque à la Goutte-d’Or – quartier parisien où vit une importante population d’origine musulmane –, vise précisément à provoquer.

Quant au Bloc identitaire, il sert pour sa part des soupes au porc aux SDF, ce qui permet d’écarter de manière ostentatoire les musulmans. Affligeant. Il s’agit uniquement d’exclure, de stigmatiser, d’offrir des boucs émissaires à une population déstabilisée par la crise, le cœur de cible que vise la propagande de l’UDC. Il aurait vraiment été dommage de se priver de tant de talents. Mais soyons optimistes: de telles manipulations populistes ne durent qu’un temps. Car, ce faisant, le parti blochérien joue sur la peur primale et, surtout, il fait montre d’un manque de confiance total dans la démocratie. Car on peut au contraire affirmer – et la réalité le montre tous les jours – que les musulmans de Suisse ont une pratique apaisée, joyeuse et progressiste de leur religion. Et que celle-ci est tout à fait soluble dans les institutions démocratiques. Ou, du moins, tout autant que les différentes branches du christianisme ou du judaïsme (qui comptent tous deux également leur lot d’extrémistes intolérants).

Le raidissement autoritaire porté par l’UDC va d’ailleurs bien plus loin que la seule stigmatisation d’un islam assimilé à ses dérives totalitaires et antihumanistes. C’est bien à l’entier des progrès démocratiques que s’attaque ce parti. Le week-end passé, l’inénarrable Ueli Maurer a ainsi eu une idée. La première depuis sa claque sur l’avion de chasse Gripen. Il faut que la Suisse dénonce la Convention européenne des droits de l’homme au nom du nouveau mot d’ordre de l’UDC voulant qu’aucun droit supérieur ne puisse s’appliquer dans nos frontières. Encore un peu et ces nostalgiques d’un âge d’or médiéval vont réinstaurer le servage et brailler comme des putois lorsqu’il leur sera rappelé que l’esclavage est interdit par le droit impératif qui s’impose à toutes les nations, signataires de traités internationaux ou non. Etre au ban des nations ne leur suffit pas, c’est le ban de l’humanité qu’ils visent aujourd’hui. Enfin seuls.

En lien avec cet article:

Un islamophobe invité par l’UDC en «terre chrétienne» [2]

«L’islam: un danger pour nos démocraties?» C’est de ce sujet que traitera le Français Pierre Cassen, membre fondateur du site internet d’extrême droite Riposte laïque, lors d’une conférence publique organisée par l’UDC du district de Sion. L’intervenant, condamné par la justice française pour incitation à la haine raciale, réclame un «droit à l’islamophobie». …

Le Courrier

Un islamophobe invité par l’UDC en «terre chrétienne»

JEUDI 27 NOVEMBRE 2014

Julien Repond [1]

VALAIS • Le Français Pierre Cassen, fondateur de Riposte laïque, donne une conférence ce soir à Savièse à l’occasion d’une assemblée de l’UDC.

«L’islam: un danger pour nos démocraties?» C’est de ce sujet que traitera le Français Pierre Cassen, membre fondateur du site internet d’extrême droite Riposte laïque, lors d’une conférence publique organisée par l’UDC du district de Sion. L’intervenant, condamné par la justice française pour incitation à la haine raciale, réclame un «droit à l’islamophobie». La venue de M. Cassen en Valais interpelle tant les associations œuvrant pour l’intégration que les représentants des diverses religions présentes dans le canton et les partis politiques, de gauche et de droite. Jusqu’à l’UDC!

En Valais, canton où, selon les chiffres de l’Office fédéral de la statistique de 2012, les personnes de confession musulmane représentent 2,5% de la population, et les personnes sans confession 11%, la venue d’un «laïciste islamophobe» laisse dubitatif. Refusant de s’exprimer sur la venue de M. Cassen, Jacques de Lavallaz, chef de service au Département de la formation et de la sécurité (DFS), indique cependant qu’il n’y a «pas de problème musulman en Valais». Un pas que franchissent en revanche les représentants valaisans des trois principales religions. Vicaire général du diocèse de Sion, Pierre-Yves Maillard condamne tout encouragement à la haine envers quelque religion que ce soit. Beat Abegglen, président du Conseil synodal de l’Eglise réformée, le suit: «On ne peut pas dénoncer une religion, dans son entier, comme une menace.»

Réprobation générale

De son côté, Abdul Nasufoski, président de l’Association musulmane sédunoise, regrette cette «nouvelle provocation de l’UDC», tout en refusant de «donner de l’importance à une telle personne». «Je ne veux pas entrer dans le cercle de la haine, les musulmans valaisans entretiennent une très bonne relation avec le reste de la population, c’est ça le principal.» Les trois religieux rappellent qu’hier encore, à Sion, des croyants des diverses religions valaisannes étaient réunis dans une rencontre interreligieuse de prières pour la paix.

«L’UDC doit arrêter de stigmatiser toujours la même communauté. Les musulmans ne représentent pas un danger pour la démocratie, ni en Suisse ni en Valais. Le seul résultat de cette politique est le risque de pousser certains musulmans vers l’intégrisme en manquant à ce point de compréhension à leur égard», s’insurge Françoise Jacquemettaz, responsable du Centre Suisses-Immigrés Valais.

Oskar Freysinger se défend

Gaël Bourgeois, président du Parti socialiste du Valais romand, «condamne fermement ce type de provocations». «La tendance toujours plus extrémiste des membres et des élus de l’UDC, notamment sur les réseaux sociaux, nous inquiète sérieusement!» Le candidat au Conseil national ajoute qu’il «est inadmissible que le conseiller d’Etat en charge de l’Intégration s’acoquine avec des personnages condamnés pour incitation à la haine contre les musulmans». Président du PDC valaisan, Serge Métrailler appelle, lui, à la retenue du conseiller d’Etat. La venue du Français fait réagir jusque dans les rangs de l’UDC du Valais, dont un membre a réclamé la démission de Jean-Luc Addor, qui l’a invité.

Contacté par nos soins, Oskar Freysinger estime qu’être en charge de l’Intégration ne l’empêche pas d’être critique envers l’islam. Selon lui, l’islam pose certains problèmes. «Les fidèles qui suivent la loi islamique obéissent à des règles incompatibles avec celles de l’Etat de droit, que je défends.» Selon le ministre, «la Suisse et le Valais sont menacés par les extrémistes musulmans, notamment ceux partis de notre pays pour aller combattre aux côtés de l’organisation Etat islamique». Jean-Luc Addor s’inquiète, lui, «des censeurs qui prétendent interdire au peuple de débattre librement».

Présidente de la commission fédérale contre le racisme, Martine Brunschwig Graf rappelle «fermement» les dispositions légales à ne pas dépasser: «Le Code pénal suisse dispose d’une norme qui permet de poursuivre d’office toute personne incitant publiquement à la haine ou à la discrimination envers un groupe de personnes en raison de leur appartenance raciale, ethnique ou religieuse.»

En lien avec cet article:

En lien avec cet article:

Les liaisons dangereuses de l’UDC [2]

Un renvoi d’ascenseur. Le conseiller national et magistrat cantonal Oskar Freysinger avait été invité à Paris en 2010 aux assises sur l’islamisation, coorganisées par le Bloc identitaire, une formation de la nébuleuse d’extrême droite, et l’association Riposte laïque. Ce soir, Pierre Cassen, la figure de proue de cette organisation, s’exprime à Savièse, à l’invitation …

 

Pierre Cassen et Oskar Freysinger: une amitié durable

Pierre Cassen a été invité pour «agrémenter la soirée qui entérinera les candidats au Conseil national du district» par Eric Baldini, président de l’UDC dans le district de Sion, et Jean-Luc Addor, conseiller communal saviésan UDC et président de la commission pour l’intégration (sic).

C’est une vieille connaissance d’Oskar Freysinger, conseiller d’Etat chargé notamment de l’Education et du service des migrations et de l’intégration (DFS). Les deux hommes se sont rencontrés en 2010, à Paris, lors des Assises de l’islamisation, où l’udéciste avait fait sensation, auréolé du succès de l’initiative antiminarets.

En 2012, c’est M. Cassen qui faisait le déplacement à Lausanne pour donner une conférence organisée par le Mouvement suisse contre l’islamisation. L’année suivante, ils participaient ensemble à un débat sur la liberté d’expression, à Paris. Enfin, en février 2012, Oskar Freysinger allait soutenir son acolyte à la barre lors du procès que lui avaient intenté plusieurs organisations de défense des droits humains.

Sous couvert de défense de la laïcité, Riposte laïque est un site internet français, créé en 2007, ouvertement islamophobe. Depuis 2012, il a son siège à Genève pour échapper à la justice de l’Hexagone. Sa cible principale, pour ne pas dire unique, est l’islam. Y sont dénoncés, souvent avec véhémence, l’«offensive islamiste» sur la France, le voile et le halal comme des «symboles d’occupation et de conquête» ou encore les mosquées, «temples de la haine».

Se disant neutre politiquement, Riposte laïque collabore activement avec plusieurs autres organisations, souvent d’extrême droite et toujours islamophobes, comme le Bloc identitaire, Résistance républicaine (blog dirigé par Christine Tasin, la compagne de Pierre Cassen, également condamnée pour incitation à la haine raciale, qui l’accompagne à Savièse), etc. Les mêmes qui ont organisé, en France, des «apéros saucisson-pinard», appelant à «s’unir face au péril de l’islamisation»; l’alcool et la saucisse 100% porc étant censés représenter un rempart à l’islam.

Dans la même veine, le Bloc identitaire organise fréquemment des distributions de soupes contenant du porc aux SDF, visant à marquer la différence entre les sans-abris musulmans et les autres. Détail non anodin, l’invitation de l’UDC à la conférence de demain précise que la soirée se conclura par un… «apéro saucisson-pinard». Le clin d’œil n’aura pas échappé aux initiés.

Semaine contre le racisme

A la mi-novembre, Oskar Freysinger annonçait sa volonté de remplacer, en Valais, la Semaine contre le racisme, considérant le phénomène marginal, par une Semaine pour l’intégration. L’organisation de cette semaine contre les discriminations est prévue par le Programme d’intégration cantonal, validé par la Confédération, qui fixe les règles, avec une certaine marge de manœuvre, en matière de politiques d’intégration et de lutte contre le racisme. Répondant à une citoyenne inquiète, la commission fédérale contre le racisme a indiqué que «le canton du Valais ne faisait pas exception». En début de semaine, les villes valaisannes, qui contribuent au financement de l’événement, ont annoncé qu’elles s’opposaient au changement proposé par le ministre. Plusieurs interpellations sont prévues sur la question lors de la session de décembre du Grand Conseil valaisan.

PIERRE CASSEN EN VALAIS : LE COURRIER PLANTE SES GRIFFES

Pierre Cassen en Valais: Le Courrier plante ses griffes

Alerte rouge dans Le Courrier! Pierre Cassen de Riposte laïque donnera une conférence ce soir à Savièse. Très dangereuses, les conférences! Elles peuvent manipuler les pauvres auditeurs inconscients du danger. Surtout quand elles disent le contraire de ce que Le Courrier s’efforce de faire croire à longueur d’année.

«Les musulmans de Suisse ont une pratique apaisée, joyeuse et progressiste de leur religion.» Certains musulmans, sûrement. Mais les pieux, certainement pas. J’ai consacré tout un livre -Islamophobie ou légitime défiance?- aux idées exprimées par leurs guides spirituels, prêcheurs et autres porte-paroles, Et je n’en ai pas trouvé un seul qui ose contredire les préceptes inhumains de leurs textes. On peut télécharger ce livre ici gratuitement pour vérification.

Ils sont progressistes? Mais comme partout, ce sont les littéralistes qui mènent le bal. La Suisse n’échappe pas à leurs revendications réactionnaires et sexistes. Elles progressent… comme partout.

Et si les musulmans progressistes sont si nombreux, on aimerait bien les entendre dire qu’ils renoncent à l’incroyable haine des autres religions exprimées dans leur «texte saint» et condamner les actes barbares de leur prophète tels que rapportés dans sa biographie.

Le Courrier fait dans les procédés classiques et paresseux: rappel de «condamnations à  la haine raciale» (en réalité à la haine tout court, même les juges ne se sont pas encore soumis à l’idée de race musulmane), renvoi à l’extrême droite et pire encore, à l’UDC. Car ce qui enchante ces militants, c’est exprimer «la collusion du parti blochérien avec l’extrême droite française». Et tout ce monde est envoyé dans «la fachosphère», sous les applaudissements du gratin des  « antiracistes » et anti UDC.

Paradoxe: Hani Ramadan, lui, a accepté de débattre avec Pierre Cassen. Plus démocrate que Le Courrier, le défenseur des lapidations ?

On peut aimer ou non Riposte laïque. Il est certain en tout cas qu’elle a tenté (et tente encore), comme tant d’autres lanceurs d’alerte, de dessiller les yeux sur les dégâts causés par ces pieux musulmans d’Occident. Le journal ne cesse de donner des exemples et d’illustrer la radicalisation de la sphère musulmane.

Le Courrier se refuse certainement à les lire et encore plus à prendre connaissance des sondages «islamophobes» comme ce dernier de Valeurs actuelles, une illustration de plus du désastre. Plus les musulmans français sont croyants et pratiquants, moins ils soutiennent la participation de la France à l’intervention contre l’État islamique. La moitié des personnes d’origine musulmanes la soutiennent, contre 34% des musulmans croyants et pratiquants (64% de la population en général).

Vous désirez être vraiment rassurés sur l’islam? Oublier ses manifestations dans les pays et les groupes qui le prennent pour guide? Lisez Le Courrier !

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.