Médine et Agnès Méric incarnent l’extrême droite qu’ils prétendent combattre

Agnès Méric et Médine ne doivent pas se connaître, même s’ils ont probablement plein de connaissances communes. En effet, Médine était allé chanter pour les dégénérés de « Nuit Debout », avec la complicité d’Anne Hidalgo, sur la place de l’Hôtel-de-Ville. Il avait même été ovationné quand il avait entamé « Don’t Laïk ». On ignore si, à cette occasion, il avait de nouveau cité, comme sur cette vidéo (3’20) le nom de notre fondateur, Pierre Cassen.

https://www.dailymotion.com/video/x2dvyqw

Si ces jeunes imbéciles avaient compris les paroles (en admettant qu’ils en soient capables), ils auraient dû admettre qu’ils étaient dans l’apologie du pire fascisme, celui que les bien-pensants appellent l’islamisme et que nous qualifions, nous, d’islam.

Et pourtant, Médine prétend combattre l’extrême droite, comme d’ailleurs l’ensemble des militants musulmans. Il a compris en effet que stigmatiser un courant de pensée que l’imaginaire et la propagande renvoient à l’époque d’Adolf Hitler (soutenu par les musulmans du Mufti de Jérusalem) allait lui permettre de se mettre dans la poche les militants de gauche. Pour l’instant, il faut reconnaître que cela marche parfaitement, les stupides gauchistes manquant de culture historique.

Dans un autre registre, Agnès Méric, la mère de l’antifa Clément, s’est faite, depuis quinze jours, l’égérie, elle aussi, du combat contre une prétendue extrême droite. Surtout pas celle de Médine, surtout pas celle qui voile les femmes, surtout pas celle qui excise les fillettes, surtout pas celle qui assassine à coups de kalachnikov, de couteau, de voitures folles, surtout pas celle qui a déjà tué 270 millions de non-musulmans depuis 14 siècles, soit un Oradour-sur-Glane par jour.

Non, Agnès Méric, comme Médine, exècre ces Français qui aiment leur pays et sont prêts à le défendre. Tous deux ont donc compris que l’anathème « extrême droite » était l’arme fatale pour les disqualifier. Alors, ils en usent et en abusent, avec l’appui de tout l’appareil d’État.

Quand Médine prétend combattre l’extrême droite, il ne cible pas ces jeunes casseurs qui pètent la gueule à tous ceux qui ne pensent pas comme eux, il ne parle pas de ceux qui vandalisent régulièrement les centres-villes, il n’évoque pas les antifas de Clément Méric, qui pleurnichent parce que, pour une fois, deux jeunes garçons ne se sont pas laissé intimider par leurs violences et ont riposté. Il ne parle pas de ces crapules qui intimident la Nouvelle Librairie, au quartier Latin, parce qu’ils osent vendre des livres qui déplaisent à ces jeunes miliciens.

Médine et Agnès Méric se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Par un effet miroir similaire, en qualifiant l’autre d’extrême droite, ils rejettent sur lui ce qu’ils sont vraiment : deux fascistes. Ils sont fascinés l’un et l’autre par la violence et la force brutale. Médine assume ce militantisme musulman et cette volonté d’imposer la charia à l’ensemble de l’humanité. Ses chansons sont des appels à la violence et au racisme contre les Français.

Par contre, Agnès Méric, avec sa tête de nonne de gauche, n’assume pas la violence de son fils et ses méthodes de fasciste qu’elle fait reposer sur ceux qui ne se sont pas laissé casser la gueule par ces petites frappes. Elle est totalement dans le déni. Elle est, par ailleurs, remarquablement faux-cul puisque, après avoir présenté les deux jeunes garçons, Esteban et Samuel, comme deux personnes qui n’avaient rien d’humain, elle a fait semblant de pleurnicher que la prison n’était pas la solution, tout en continuant à pérorer sur le nécessaire combat contre l’extrême droite qui se ferait par l’éducation. Venant d’elle, et de la manière dont elle a élevé son petit voyou qui expliquait qu’Esteban ne méritait pas de vivre, il fallait oser.

Médine et Agnès Méric n’aiment pas la démocratie, n’aiment pas les esprits libres, n’aiment pas la confrontation des idées, n’aiment pas la liberté de conscience. L’islamiste pense qu’en dehors de l’islam, point de salut, et il rêve d’une société où le Coran ferait la loi. Agnès Méric n’est pas dérangée du tout par les méthodes des antifas, proches de celles de chemises noires, de khmers rouges, de gardes rouges, de son fils et de ses amis. Elle n’a rien retiré des leçons de l’Histoire et des millions de morts qu’a engendrés l’idéologie de son fils. Elle est professeur de droit, mais elle défend la loi du plus fort et du plus violent contre le plus faible. Cela s’appelle aussi le fascisme.

J’avais fait cette réponse, en 2011, au journal L’Humanité, qui avait qualifié ainsi Riposte Laïque et j’avais, sans difficulté, démontré que ce torchon était bien plus proche de l’extrême droite que nous. Ce texte n’a pas pris une ride, si ce n’est que si je remplace L’Humanité par Médine et Agnès Méric, il est plus d’actualité que jamais.

Je persiste donc et je signe : la véritable extrême droite, aujourd’hui, et le véritable totalitarisme sont incarnés par les coreligionnaires de Médine et par les petits chéris antifas d’Agnès Méric. On pourrait presque les appeler Méric et Agnès Médine.

« On doit la vérité aux gens intelligents. On doit le mensonges aux imbéciles. » (Georges Courteline)

Lucette Jeanpierre

REPONSE AU JOURNAL L’HUMANITÉ, QUI QUALIFIE RIPOSTE LAÏQUE D’EXTRÊME DROITE

https://ripostelaique.com/qui-de-riposte-laique-ou-de-lhumanite-est-le-plus-proche-de-lextreme-droite.html

À Riposte Laïque, nous sommes habitués à être classés à « l’extrême droite » par des adversaires qui se réclament souvent de la gauche ou de l’extrême gauche, mais aussi par des journalistes de tout bord. C’est au tour de Lina Sankari, dans un article paru le 5 août dans L’Humanité, de se lancer dans cet exercice. (1) Pourtant, ce texte, bien que malveillant sur le fond, est totalement différent des précédents. Les journalistes, habituellement, se contentent d’écrire que RL est d’extrême droite, sans se sentir l’obligation d’approfondir la question. Cette fois, Lina Sankari reprend nombre de citations de notre site, notamment quand Fabrice Letailleur explique que l’immigration massive de ces dernières années a servi le patronat, contre la classe ouvrière – ce qu’affirme également le député communiste André Gerin et ce que disait Georges Marchais il y a 30 ans. Elle cite également fréquemment des propos de Pierre Cassen – dont elle affirme qu’il serait Cyrano – sur la réalité de l’offensive islamiste en France, qui ressemblent étonnamment, parfois, à une promotion de notre site. On peut en effet se demander, à la lecture de certains passages, qui reprennent nos propos sur l’islam et l’immigration, quel lecteur de L’Humanité serait assez stupide pour ne pas les partager.

Mais puisque ce journal nous fait l’honneur de nous consacrer un article, en nous classant à l’extrême droite, pourquoi ne pas approfondir cette question, en toute fraternité, avec nos valeureux confrères. Faut-il leur rappeler, comme le fait remarquablement Aramis sur le site du journal communiste, que ce fut dans les années 1930, sous la Troisième période de l’Internationale communiste – la plus sectaire – que Staline et les siens commencèrent à classer à l’extrême droite, et à qualifier de fasciste, quiconque avait le malheur de ne pas croire à la politique du socialisme dans un seul pays, et pas davantage au génie du « Petit père des peuples ». Les trotskistes seront, à cette période, qualifiés « d’hitlero-trotskistes », tandis que les socialistes auront droit au qualificatif de « social-fascistes ». De même seront également classées à l’extrême droite les révoltes ouvrières d’Allemagne de l’Est (1953), Budapest (1956), noyées dans le sang par les chars soviétiques, soutenus alors par le quotidien communiste français qui insultait grossièrement les travailleurs de ces pays, jugés contre-révolutionnaires.

Faut-il rappeler à Lina Sankari qu’un régime d’extrême droite se caractérise par un parti unique, un chef nanti de tous les pouvoirs, le refus de tout processus démocratique, dont les élections, le refus des droits syndicaux et d’organisations autonomes des travailleurs, le racisme et l’absence de toute structure indépendante du pouvoir dans la société civile. Bref, un modèle que L’Humanité défendra bec et ongles tout au long de son Histoire, en le qualifiant honteusement de communisme, jusqu’à l’effondrement du mur de Berlin. Écrire cela ne signifie pas que nous n’avons pas de respect pour des militants du PCF qui ont pu avoir une attitude exemplaire pendant la Résistance (ce qui ne doit pas nous faire oublier le pacte germano-soviétique scellant l’alliance Hitler-Staline en 1939), et purent être, historiquement, d’excellents syndicalistes ou élus locaux exemplaires luttant pour un monde meilleur, contre les injustices sociales.

Nous sommes ravis que le PCF, sur la question démocratique, ait évolué. Aujourd’hui, il serait stupide, de continuer à le qualifier de « Parti stalinien ». Pour autant, nous sommes obligés de constater qu’il demeure, en son sein, des vestiges de pratiques passées, comme le fait de qualifier Riposte Laïque de site d' »extrême droite », reprenant les pires pratiques des années 30. Nous préférerions que nos détracteurs, qui dépassent largement les rangs du seul journal communiste, au lieu de chercher à nous salir par ce qualificatif insultant, nous expliquent en quoi nous avons tort. Nous aimerions lire, dans leurs colonnes, que l’islam permet une intégration de plus en plus réussie, qu’aucun de ses ministre du culte ne demande d’accommodements raisonnables avec la laïcité, qu’il y a de moins en moins de voiles en France et que la construction de mosquées renforce le vivre-ensemble. Nous serions ravis de voir développée la thèse de Jean-Luc Mélenchon, que le PCF soutiendra à la présidentielle, qui expliquait, lors de son débat face à Marine Le Pen, que l’immigration « améliorait notre peuple ». Nous aimerions qu’on nous le prouve, en période de chômage de masse et de progression du communautarisme. Nous serions comblés si on nous démontrait que l’insécurité a d’abord des causes sociales et n’a rien à voir avec un choc civilisationnel ou culturel, et encore moins, bien sûr, avec une immigration majoritairement post-coloniale. Nous serions intéressés que le PCF nous explique comment on peut lutter contre la mondialisation libérale, défendre le monde du travail, en restant dans l’Union européenne et en gémissant qu’il faut une autre Europe. Nous aimerions que le Parti communiste nous démontre que, quand la majorité de ses députés refusent de voter la loi contre le voile à l’école ou la loi contre le voile intégral, il ne fait pas le jeu de la pire extrême droite islamiste. Nous aimerions être certains que, quand le maire communiste Échirolles, Renzo Sulli, accepte et revendique le fait qu’une conseillère municipale de son équipe puisse siéger voilée, il ne déroule pas le tapis rouge à la pire extrême droite cléricale. Que dire du soutien inconditionnel, qui doit faire se retourner Georges Marchais dans sa tombe, à des clandestins, armée de réserve du capital, comme dirait Marx, dont la présence fait le bonheur de Laurence Parisot et d’employeurs peu scrupuleux. Faut-il évoquer le soutien à l’opération « Un bateau pour Gaza » qui ne peut que faire le jeu des fascistes antisémites du Hamas ? Quand le formidable Pat Condell dit, indigné par des manifestations violentes, que « la gauche est devenue la nouvelle extrême droite », (2), le PCF, qui entend, avec d’autres, interdire la liberté de réunion et de manifestation à quiconque ose dénoncer l’islamisation de nos pays, ne répond-il pas parfaitement à cette définition ?

Nous pourrions multiplier les exemples montrant à Lina Sankari et à l’ensemble du Parti communiste qu’ils devraient manipuler le concept d’extrême droite avec davantage de précautions… Nous pourrions nous interroger sur la fascination que l’islam exerce sur un journaliste communiste comme Alain Gresh, qui soutient le régime des ayatollahs en Iran. Nous pourrions remarquer qu’un Garaudy, ancien haut responsable communiste, est passé de la vénération de Staline à celle d’Allah, qu’il s’est converti à l’islam et qu’aujourd’hui, avec des personnages comme Faurisson, il a une lecture fort particulière de l’Holocauste qui fait la joie des pires négationnistes et des islamistes. Pour nous, la véritable extrême droite, ce sont les théocraties religieuses qui, en Iran, en Arabie saoudite ou ailleurs, imposent la charia et ses pratiques barbares à leur peuple.

Nous persistons et nous signons donc ce passage qu’a repris la journaliste de L’Humanité : « La véritable extrême droite […] ce ne sont pas les Marine Le Pen, Oskar Freysinger, Nigel Farage ou Geert Wilders qui menacent nos vies, nos valeurs, nos démocraties, ce sont les fascistes islamistes qui veulent nous imposer la charia et nous transformer en dhimmis ». Et force est de constater que, sur le terrain, cette nouvelle extrême droite politico-religieuse trouve, avec la gauche, dont le PCF, de précieux alliés.

Il nous semble donc, à travers tous ces exemples, historiques et actuels, que Riposte Laïque, qui se réclame de l’héritage de la Révolution française, des Lumières, de Voltaire, de la liberté d’expression, de la laïcité, de l’égalité hommes-femmes, de la République et qui combat férocement tous les totalitarismes, est bien plus éloigné des thèses de l’extrême droite que nos « amis » de L’Humanité.

Lucette Jeanpierre

(1) http://www.humanite.fr/03_08_2011-riposte-la%C3%AFque-la-nouvelle-extr%C3%AAme-droite-en-guerre-des-cultures-477353

(2) http://ripostelaique.com/Aujourd-hui-en-Europe-la-gauche.html

Lina Murr Nehme

image_pdfimage_print

80 Commentaires

    • La nazisme avec comme objectif la dechristianisation du Reich mais était favorable à l’islam. Un rapprochement rien de plus normal, tant les deux idéologies totalitaires ont énormément en commun, à commencer par la haine des juifs.

      • .On ne peut pas nier la participation de l église dans
        le pogrom juif comme on ne peut nier l hostilité envers les juifs ,les appelles au meurtre de ceux-ci inscritent dans les textes fondamentaux coranique.Beaucoup ici connaisse pas le verset qui dit qu au jour jugement dernier lorsque un juif se cachera derrière une pierre la pierre lui répondra tue le .

      • « La conclusion du concordat me paraît apporter la garantie suffisante que les citoyens du Reich de confession catholique se mettront dorénavant sans réserve au service du nouvel État national-socialiste. » Adolf Hitler

        • Pour le chancelier Hitler, le concordat était un moyen de neutraliser l’Église catholique.
          L’incompatibilité de la doctrine nazie avec celle de l’Église est au cœur de l’encyclique Mit brennender Sorge rédigée pour le pape Pie XI en 1937 par Eugenio Pacelli, futur Pie XII et ancien nonce en Bavière. Il s’agit du premier texte condamnant officiellement l’idéologie nationale-socialiste écrit par un chef religieux.
          À la suite de sa lecture publique dans les églises, 1 100 prêtres sont arrêtés.

          • L’évêque de Freiburg, Monseigneur Gröber, déclare alors, en réponse à des questions sur les lois raciales et les pogroms de la nuit de cristal: « On ne peut refuser à quiconque le droit de sauvegarder la pureté de sa race et d’élaborer les mesures nécessaires à cette fin.»

        • (suite) Les croyances religieuses d’Adolf Hitler ont fait l’objet de débats; le large consensus des historiens le considère comme déiste et anticlérical. À la lumière de preuves telles que son rejet des principes du christianisme, ses nombreuses déclarations privées à des confidents dénoncent le christianisme comme une superstition nuisible et témoignent de ses efforts acharnés pour réduire l’influence et l’indépendance du christianisme en Allemagne après son arrivée au pouvoir en janvier 1933.

          • « Le protestant le plus croyant pouvait marcher dans nos rangs à côté du catholique le plus croyant, sans que sa conscience dût le moins du monde entrer en conflit avec ses convictions religieuses… Le juif a atteint son but : catholiques et protestants se combattent à cœur joie et l’ennemi mortel de l’humanité aryenne et de toute la chrétienté rit sous cape… Ici encore, il nous faut prendre des leçons de l’Église catholique. » (Mein Kampf)

    • Cooper vous avez tout faux comme d’habitude. Le protestantisme était largement majoritaire en Allemagne. Lisez « Mein déguelikampf » et arrêtez de raconter n’importe quoi.

    • Hitler a éte soutenu par les catholiques;c’est nouveau, çà vient de sortir… Dans l’aveuglement général, le cardinal Pacelli, futur Pie 12, nonce
      à Berlin dans les années 30 avertit vigoureusement sur les dangers du nazisme.
      Les musulmans étaient alliés d’Hitler.

    • SHELDON
      Le propagandiste qui utilise la takia pour toujours déformer les choses à ce qu’il croit être à son avantage .
      Ramener sans cesse les comparaisons a hitler qui ne correspondent nullement au contexte d’aujourd’hui,c’est toujours ramener à une malfaisance pour faire peur.
      Quand on né médiocre et que l’on reste malsain c’est,que somme toute,on reste un pauvre type.

      • L’Église catholique romaine est reconnue pour la première fois dans l’ensemble du Reich ; les associations, les œuvres de jeunesse, l’école confessionnelle se voient accorder des garanties ; les biens confisqués sont restitués.

            • Sheldon
              C’est tellement rare que vous reconnaissiez vous être trompé,que je vous en félicite.Espérons que vous révisiez d’une manière personnelle votre attitude face à des commentaire qui ne vont pas dans votre sens

              • SHELDON
                Mon indignation n’est pas à géométrie variable,et mon éducation n’est pas inférieur à la votre.
                Si je ne vous défends pas sur les commentaires qui vous  » insultent « ,c’est peut être que vous les méritez ? !!!

                • Pr Shiédonc …, le jus de chameau était souillé et depuis ta vue est brouillée !
                  Ben oui l’insulte c’est utile pour ton éducation de connard supérieur, une mise en garde juste avant le coup de pied dans ton cul de Pr !
                  Escogriffe, bachibouzouk, mauviette, baltringue, enfoiré, bigot, nigaud, … va donc … !

                • COLOMBO
                  J’avoue que je n’aurai pas utiliser votre langage,mais je reconnais qu’en la circonstance ,il me plait,et je vous remercie de votre soutien.
                  Ce Sheldon ,sous prétexte de libre expression ,n’est là que pour diminuer bien des personnes et nous saturer avec son coté gaucho.

                • @Pr Sheldon Cooper
                  Ah c’est pour ça que la France est dans cet état…
                  Je dis ça mais je sais surtout que ça vient de la propagande véhiculée par les médias de masse, qui créé un conformisme idéologique, véhiculé par peu de gens de cette même idéologie mais dont tout le monde croit que c’est la pensée de tous.

                • Et bien je vous souhaite voyage vers les terres plus cléments de l’Italie de la Hongrie ou de la Russie

                • SHELDON
                  Si cela vous permet de mieux dormir en vous confortant dans l’insulte  » détournée « ,cela me ravi.
                  Je remercie COLOMBO de faire part de son opinion.
                  C’est vrai que vous avez l’art d’attirer le  » respect » ;
                  De la partie boudry qui ne se prend pas pour un être supérieur

        • A l’époque, c’était par opportunisme et pour que le pays marche qu’Hitler a agi ainsi : en bonne politique. mais les catholiques d’alors n’étaient pas aussi naïfs que certains, même non catholiques aujourd’hui.

    • Encore une sentence café du commerce de la part du Crétin. Les gosses de ta rue doivent te jeter des pierres pour que tu passes ton temps à écrire des pauvretés sur RL.

      • En tant que chrétien, mon sentiment me désigne mon Seigneur et mon Sauveur comme un combattant. (Adolf Hitler)

        • soyez plus explicite : expliquez-vous. que vient faire adolf hitler : c’est une obsession ?

    • Renseignez-vous : Pie XII a-t-il abandonné les juifs lors de la dernière guerre mondiale ?
      Le 29 novembre 1945, 80 délégués des réfugiés juifs viennent voir Pie XII et se déclarent « très honorés de pouvoir remercier personnellement le Saint Père pour la générosité qu’il leur a démontré pendant la terrible période du nazisme et du fascisme ».

    • Comment se fait-il alors que seuls les musulmans aient reçu les remerciements des nazis, que seul leur chef ait été l’hôte d’Hitler, et que seule une unité de combattants musulmans ait fait partie des forces hitlériennes? Que pas un seul imam n’ait fait l’objet de représailles nazies alors que de nombreux prêtres et religieuses ont été emprisonnés, torturés, fusillés ou pendus dans les camps de concentration ? Vous délirez, mon pauvre ami.

  1. Vous vous demandez où se trouve la barbarie ? Elle n’est ni dans ces « casseurs », ni dans ces incendiaires de voitures, elle est ici, chez nous, chez vous et vos pamphlets moisis la nourissent chaque jour. Elle est dans vos tristes coeurs et dans vos âmes égarées. Comme je vous plains de ne pouvoir vous émerveiller de tous les enrichissements apportés par ces voyageurs qui traversent « nos frontières »… Comme je vous plains, vous qui ne voyez notre monde qu’en noir et blanc.

  2.  » du pire fascisme, celui que les bien-pensants appellent l’islamisme et que nous qualifions, nous, d’islam.  »
    Nous, les patriotes ? ! Hélas il y a encore pas mal de pasdamalgam et de musulmanophile dans les rangs patriotes
    Et cela risque de nous perdre !…

  3. Je pense qu’il y a une erreur d’analyse fondamentale dans cet article, et c’est très intéressant: elle montre la prégnance de la rhétorique et de l’idéologie gauchiste qui imposent leurs schémas de pensée, leurs théories politiques à tous y compris à droite.

    En fait la thèse principale est fausse: non, Mme Méric et l’islam ne sont pas « d’extrême-droite ».

    Où est l’erreur? celle d’identifier fascisme et totalitarisme à « extrême-droite » dans une relation d’équivalence exclusive.
    (…)

    • Parce qu’en fait, fascisme, nazisme, soviétisme, ils sont tous socialistes !!!
      Eh oui ! nazisme = national SOCIALISME ! CQFD

      • Ce n’est pas aussi simple, Hitler avait sa propre définion du « socialisme », comme étant l’unité de la nation aryenne derrière son guide. En Italie, le fascisme était anticommuniste. Aucun des deux n’a prôné l’abolition de la propriété privée, au contraire.

        En réalité le fascisme ne semble ni de gauche ni de droite, il ne rentre pas dans ce moule binaire simpliste. D’ailleurs il a recruté dans tous les bords, c’est d’ailleurs son but, réaliser l’unité des contraires en les dépassant

  4. (…) L’erreur est multiple:

    1. C’est oublier qu’il y a eu d’abord un fascisme et un totalitarisme « de gauche ». Le premier pays fasciste chronologiquement, c’est l’URSS bolchevique, et l’extrême-gauche l’est toujours

    2. L’extrême-droite n’est ni nécessairement fasciste, ni nécessairement totalitaire. Et ajoutons qu’elle n’est pas non plus nécessairement raciste, ni xénophobe et anti-immigration alors que la gauche peut être tout ça et l’a d’ailleurs été dans le passé

    (…)

  5. (…) En réalité, il est assez difficile de définir l’extrême-droite.

    Ce qui caractérise les extrêmes, c’est le fait qu’ils ne respectent pas les libertés publiques, ni la liberté d’expression, et répriment par la violence les opposants à l’ordre qu’ils souhaitent imposer.

    L’idéal de l’extrême-droite, c’est plutôt le régime autoritaire autocratique ou oligarchique, type dictature, junte ou royauté absolue, ceci afin de préserver un ordre social hiérarchique avec des castes dominantes

    • Mais cela (« le régime autocratique ou oligarchique, etc. ») caractérise aussi bien un régime communiste, et ne constitue pas un idéal en soi.
      L’idéal de l’Extrême-Droite, c’est une société régie selon des principes de droiture où chaque individu a conscience de devoir oeuvrer en vue du bien public, au point de s’effacer en faveur de celui-ci si besoin.

      • Un régime communiste est égalitaire, et ne prône pas une société hiérarchique, mais sans classes.

        Après vous confondez avec le totalitarisme, où seul l’Etat compte et où l’individu nié est interchangeable et sacrifiable. Certains mouvements d’ED prônent cela, d’autres non.

        Pour clarifier, rappelons que l’extrême-droite est née des contre-révolutionnaires partisans du retour de la royauté absolue, de la noblesse héréditaire et de la société constituée en ordres hiérachisés ( castes)

  6. (…) et une élite régnant sans partage sur le peuple.

    Mais le fascisme est quelque part contraire à cet idéal hiérarchique et élitiste de l’ED, puisqu’il abolit les classes et réunit tout le monde en les soumettant à un chef absolu, « guide suprême », et/ou à un parti unique. En face d’un Führer, d’un Duce et d’un Caudillo, rappelons qu’il y a eu un « Petit père des peuples », un « Grand Timonier », un « Lider Maximo », etc.

  7. L’identification entre ED et fascisme est donc bien fallacieuse, une arnaque de la gauche qui a martelé cela pour faire oublier ses turpitudes et sa culpabilité, l’URSS, Staline, Mao, Pol Pot, Castro, Guevara…

    Rappelons encore que la majorité des collabos étaient issu de ses rangs, et notamment de la gauche pacifiste (cf Simon Epstein).

    Il fallait faire oublier tout cela, d’où la diabolisation de l’extrême-droite pour détourner l’attention et lui attribuer ses propres errements.

  8. Cerise sur le gâteau, cela permet de diaboliser facilement, et simplement au niveau de la rhétorique sans avoir à se fatiguer plus, tout contradicteur qui s’oppose à leurs vues, immédiatement taxé de raciste et donc de fasciste et donc blablabla…

    En vérité, les Méric mère et fils aussi bien que l’islam sont fascistes, les uns de gauche, l’autre religieux (une caricature de religion). Et cela n’a rien à voir avec l’extrême-droite.

    • Tout à fait ! que la droite ou extrême droite soit citée de cette façon : comprends pas…..???

  9. Quant à Riposte Laïque, au vu des idées que vous défendez dans votre énumération, bien loin de l’extrême-droite,vous êtes plutôt de gauche!

    Mais la vraie gauche, celle qui est censée être progressiste, libérale (libertés publiques) et démocratique. Et dont l’islam, doctrine totalitaire, fasciste et obscurantiste est un ennemi mortel logique et évident.

  10. « Agnès Méric, avec sa tête de nonne de gauche, n’assume pas la violence de son fils et ses méthodes de fasciste, qu’elle fait reposer sur ceux qui ne se sont pas laissés casser la gueule par ces petites frappes »
    rien à ajouter, tout est dit et bien dit en peu de mots.

  11. Selon la vipère méric, « le nécessaire combat contre l’extrême droite qui se ferait par l’éducation. »
    En ce qui concerne son rejeton, ce fut un succès !
    Au vu des mentalités ambiantes, je me sens de plus en plus « à droite ».
    Extrêmement.
    Et je l’assume.

  12. Ce n’est pas mon « A. Méric » à moi !
    Juste une Prof de Droit, classée à Gauche !

  13. Je dois préciser que le terme faciste est détourné de ses valeurs initiales. La diabolisation de cette expression ne cadre pas avec la réalité sociétale et politique mais, est l’outil idéologique du mondialisme pour diaboliser le Nationalisme! La république nous détruit ethniquement en traitant les Patriotes de facistes! Toujours le mensonge!

  14. Il vaut mieux un homme virile au pouvoir avec valeurs Chrétienne que la république et ses larbins lâches, voleurs, sans paroles avec à la gueule le terme faciste dès que l’adversaire populiste bouscule le républicain alimentaire! Faciste: arme sémantique des vainqueurs de la guerre 39/45 pour conserver le pouvoir POINT!

  15. Juste comme ça quelque pourrait être en mesure de nous donner le nombre de morts du à la religion chrétienne ? Parce qu’on parle de ceux dû à l’islam alors autant être critique.

  16. Suite à certains commentaires sur les miens, je précise ma pensée.

    Selon moi (je peux me tromper, mais c’est le fruit de ma réflexion), le fascisme est un mode d’action politique, caractérisé par l’usage de la force, de la violence et de l’intimidation, et un mode de gouvernement une fois au pouvoir, caractérisé par un parti unique prétendant représenter et unifier toute la société et incarné par un chef suprême.

    (Comme une certaine « religion » et son prophète ou calife)

  17. Il ne correspond pas à une idéologie particulière, droite ou gauche, marxiste ou libérale mais plutôt à une méta-idéologie politique, une coquille formelle, institutionnelle dans laquelle on peut mettre ce qu’on veut en terme de contenu concret.

    Le seul objectif politique est en effet d’abolir la démocratie en particulier parlementaire.

    Voilà pourquoi on peut avoir un fascisme de gauche, et que l’islam est fasciste par nature.

  18. On peut faire un parallèle avec le terrorisme, qui n’est pas une idéologie en soi, contrairement à ce que veulent faire croire les médias (quand ils parlent de la « menace terroriste », en oubliant de préciser l’idéologie du terrorisme en jeu – ici imposer l’islam à l’Humanité), mais un mode opérationnel, un moyen d’action pour instiller la peur et la sidération, afin de subjuguer une population ainsi rendue incapable de réagir, ou l’effrayer pour la chasser d’un lieu (mode de conquête)

Les commentaires sont fermés.