Mélenchon : une caricature talentueuse de la gauche du déni


Lundi sur TF1, Jean -Luc Mélenchon a fait le show.  Indéniablement. A quoi cela a-t-il tenu ? Sans doute au fait qu’il est capable de manier le sérieux et l’humour, d’affecter le bon sens solide comme de se réclamer des grands principes républicains, et même de se laisser aller à des envolées patriotiques, longtemps absentes des discours de gauche. C’est un tribun, il faut le lui reconnaître.

Lundi soir, il a su parler de la presse sans se montrer par trop injurieux, et a abandonné le terrain de l’agressivité où s’est parfois aventurée Marine Le Pen.  A se démarquer, parfois avec légèreté d’un Benoît Hamon, son jumeau politique. A faire  tout autant l’éloge de la vertu que le blâme du vice, suivez mon regard. A ignorer Macron l’élève fayot, comme le ferait un maître de classe intègre.  Et même , et c’est le seul, à se payer le luxe d’être d’accord avec Marine Le Pen.

Ceci est pour la forme. Qu’en est-il du fond ?

Dans tous les domaines  où l’idéologie de la gauche est la plus inflexible, la plus monolithique, la plus bornée, Jean-Luc Mélenchon, hélas, est dans une consternante continuité.

Le naufrage de l’Education Nationale ? De quel naufrage parle-t-on ? Sortir de l’école sans savoir lire, sans savoir écrire, sans savoir compter, ça existe peut-être, dit Mélanchon en substance. Mais les trois à la fois ça doit être rare, conclut-il, pince-sans-rire. La dernière remarque est juste. Ce serait bien le moins après dix ans de scolarité minimum, et elle met les rieurs de son côté.

Mais cela n’est pas à la hauteur des inquiétudes que l’état de l’école peut légitimement susciter. Inutile de renforcer l’apprentissage du français puisque l’enseignement se fait dans cette langue, déclare Mélenchon, ancien ministre délégué de l’enseignement professionnel auprès de Jack Lang, ministre de l’éducation Nationale. Position  par ailleurs qui est celle de l’actuelle locataire de la rue de Grenelle elle-même. Ce qui révèle tragiquement soit la méconnaissance profonde de la maîtrise d’une langue maternelle soit le mépris de celle-ci.

La solution pour l’école ? Davantage de personnels, enseignants mais aussi médicaux. Rien de neuf. La seule solution pour la gauche,  syndicats en tête, ne peut être que quantitative. Rien n’a jamais prouvé que les problèmes de l’école viennent d’un nombre insuffisant de personnels mais c’est la seule piste que la gauche envisage de suivre. D’autres réformes remettraient en cause leur vision du monde.

Quid de la laïcité ? Comme tous les autres candidats, Jean-Luc Mélenchon est pour. La suite,  prévisible, ne se fait pas attendre. A condition, tonne-t-il en se tournant vers Marine Le Pen, de ne pas la prendre comme prétexte pour stigmatiser l’Islam. Avec un tel candidat, on se contentera d’interdire les crèches.

Qu’en est-il de l’insécurité, autre sujet qui a le don de mettre la gauche particulièrement mal à l’aise ?

La première insécurité est la délinquance des cols blancs et il convient de pourchasser les fraudeurs du fisc, déclare fermement le candidat,  et si celui-ci  avait voulu  parodier Poutine, il aurait pu ajouter… jusque dans les chiottes. Fort bien.

Sauf que quand on parle d’insécurité, ce n’est pas de cela qu’il s’agit mais de celle qui pourrit la vie des Français au quotidien, qui s’accélère et s’aggrave chaque jour. La première réaction du candidat est donc de dévier le sujet.

Sinon pour en revenir au sujet proprement dit, Mélenchon nous fait encore le coup du rétablissement de  la police de proximité. Quand on voit l’état d’ensauvagement de notre pays – la place manque pour citer tous les exemples – on a du mal à admettre le sérieux d’une telle proposition. C’est une façon à peine déguisée de vouloir  réduire la police à une sorte de voisin débonnaire qui tirera paternellement les oreilles des galopins.

Autant proposer de désarmer la police, comme le réclame le NPA. Ce sera plus honnête.

La solution au terrorisme ? Supprimer les guerres ! Voilà une déclaration qu’une Miss France ne désavouerait pas. Comment y parvenir ? Par le dialogue. Mettons-nous autour d’une table et discutons. Bon sang, mais c’est bien sûr !

Dans ces cas-là, on dit généralement : no comment.  Il paraît que DAESH agite déjà le drapeau blanc.

En clair, Jean-Luc Mélenchon, est tout simplement dans le déni. Capable de  déplacer des foules et de soulever l’enthousiasme, aux questions angoissantes auxquelles la France d’aujourd’hui est confrontée, il ne peut apporter que de vieilles recettes.   Qu’il arrive assez haut dans le classement des candidats les plus convaincants de l’émission, n’est qu’un sujet d’inquiétude et de consternation de plus.

Florence Labbé

image_pdf
0
0

19 Commentaires

  1. Punaise j’étais limite angoissé sur les deux premier paragraphe, puis subitement la petite phrase intérieure qui s’interroge sur les vraies questions. Et la en retrouve le ton enjoué, l’intelligence et l’humour que l’on aime bien chez l’auteure.
    En plus, ce n’est pas évident de parler d’un clown qui n’a pas beaucoup brillé lorsqu’ il était en fonction, dire de lui qu’il a passé la plus grande partie de sa vie à se foutre de la tronche du français de base. D’ailleurs il a été l’un des premiers à déclarer son patrimoine et à oser dire qu’il gagnait très bien sa vie comme député européen, alors vous pensez bien qu’il n’en a rien à battre de l’éducation, la police, de Théo et de la France en général!
    Bon, madame Labbé, merci de nous faire un article sur la « foule » qu’il déplace

  2. Les Français ont toujours aimé les clowns, non pas le clown blanc, l’autre avec son piffe rouge et ses grandes godasses, une sorte de Méle(a)nchon, ça c’est pour Forma, mais en moins con !
    Au fait Mr Forma, on ne dit pas « Changez rien… » mais « Ne changez rien… »

  3. Jean-Luc Mélenchon accusé « d’emploi fictif » par un élu de l’Essonne
    Christian Schoettl, maire de Janvry dans l’Essonne depuis plus de 30 ans, dénonce les petits arrangements de Mélenchon avec « l’éthique démocratique ».

     Rappelons que ce gauchiste haineux est pourtant toujours prompt à réclamer une VIème République débarrassée des politiciens professionnels…

    VIDEO : http://by-jipp.blogspot.fr/2017/03/jean-luc-melenchon-accuse-demploi.html

  4. Bonjour tout le monde. Que ce soit l’auteur de l’article ou vous qui commentez, vous ne savez même pas écrire son nom sans vous tromper! MélEnchon et pas MélAnchon!!
    Dans l’article, erreur au 5ème paragraphe (celui sur l’éducation nationale ahah!) et dans tous vos messages vous critiquez un mec dont vous ne savez même pas écrire le nom!! La droite c’est plus ce que c’était!!! Vous n’êtes pas sérieux s’en est hilarant!! Vous m’avez fait la mâtinée! Bisous les « haters »!! Changez rien surtout, on vous aime!!

    • Toi l’excité(e), tu devrais apprendre à écrire l’orthographe. Matinée ne prend pas d’accent circonflexe. Quand à JLM, je le plains d’avoir des supporters aussi cons.

      • Pardon Genevieve mon clavier a fourché. Je ne le referai plus promis.
        Je suis un con, ok mince encore un bon argument…
        Passe une très bonne journée!

    • Ah non, vous vous trompez d’erreur Monsieur le blaireau pro_mélenchonien, ce n’est ni Mélenchon ni mélanchon mais méchancon ou plus exactement melencescu qui convient à cette vielle raclure stalinienne !
      Ne perdez pas votre temps à interpeler la fâcheuse sphère.

      • Un petit pic ne fait jamais de mal hein!
        Mélenchon est un con, ok! bon argument!
        Passez une bonne journée Drakkar!

  5. Un révolutionnaire de pacotille seul l’intéresse de palabrer de faire son show d’être un talentueux acteur de scène, après à aucun moment ce faux politique ne veut le pouvoir il veut juste se faire élire par une caste de nostalgiques du PCF.
    37000€ par mois pour prêcher la révolution……..je veux bien le faire

  6. Mélenchon fait son cinéma!
    Il fait partie de tous ces « zéléfants » du péhesse qui ont épousé le gauchisme… avant ou après. De Jospin à Cambadélis, beaucoup ont fait leur baptême politique à la même LCR que July, le patron de presse de gôche. Mélanchon a fait deux allers-retours, ce qui n’est pas plus rassurant. Parmi les « perles » qu’il a enfilées lundi soir, il y a eu cette « condamnation » de Mélanchon envers Fillon, lequel veut abaisser la majorité pénale à 16 ans. Dix minutes plus tard, Mélanchon « exigeait » le vote à 16 ans pour les mêmes, ces « gamins immatures » disait-il, qui peuvent assassiner au même âge sans crainte des juges. Comprenne qui pourra!
    Enfin si! Les citoyens ont bien compris que Mélanchon se fout d’eux!

  7. Melanchon n’est que le Marchais du 21ème siècle. Un comique triste ,qui sait très bien qu’il ne sera jamais président mais qui est là quand même avec ces tristes pitreries qui ne font rire que ses 10% maximum d’adeptes.

  8. Autant Hamon est un doux rêveur, autant Melanchon c’est la terreur. L’extrême gauche me terrorise, il suffisait de voir les drapeaux soviétiques lors de son discours. SA 6e République (a lui, pour lui et par lui) démontre son déni total de la réalité pour son idéologie d’égalité et de partage: Une France Internationale, une France prostituée. Sa 6e République: Pour en finir avec la monarchie. Comme si changer les institutions changeaient les gens. Et pour changer les gens, Melanchon promet l’inscription de droit dans sa Constitution; comme ça ceux qui sont contre, c’est des terroristes. Melanchon: c’est Robespierre, c’est le grand Comité de Salut public, c’est la terreur. Une volonté de tout détruire, de décapiter le roi et réfléchir quand c’est trop tard.

    • Les 100 millons de morts provoqués par cette idéologie mortifère n’est-elle donc qu’un mirage pour les Français ? Leur faut-il encore 100 millons d’autres pour qu’ils se disent une bonne fois pour toutes que cette idéologie est à enterrer une bonne fois pour toute pour que jamais plus les peuples ne puissent la subir !!! La gauche RAS-LE-BOL ! Puissent les Français retrouver la voie de la raison pour le bien-être des générations futures…

  9. Le clown de service mais très riche pour un communiste possédant argent, maisons etc.
    Comme disait Coluche donne moi ta montre je te donnerai l’heure un sens du partage très personnel comme tout communard.
    Ce monsieur n’a jamais eu l’honnêteté de donner la valeur de ses biens, ses costumes doivent être payer par la Chine ou la Corée puisque cuba a compris qu’il fallait passer à autre chose.
    Petit rigolo qui ne vise la place suprême que part intérêt personnel, par narcissisme malfaisant, inconscient qu’il va encore prendre une raclée aux élections et couter de l’argent à ses adhérents.
    La seule chose qui restera dans l’histoire c’est sa débile réunion avec hologramme déjà il pense au virtuel et déjà dans le brouillard.

    • Il faut savoir que compte tenu de tous ses mandats, il palpichonnerai aux alentours de 35000€ par mois.

  10. Discuter pour éviter la guerre. Oui bien sûr. Mais aussi être armé jusqu’aux dents au cas ou la discussion tournerait au vinaigre.
    Si vis pacem, para bellum (« Si tu veux la paix , prépare la guerre »

  11. Bon orateur certes mais , hélas,le QI doit être bien bas. Si il n’en reste qu’un ce sera lui.L’idéologie rend aveugle et il est incapable de voir les choses en face et de raisonner à partir des faits.

  12. Bonne analyse du sieur Mélanchon, bon tribun, mauvais président. A la retraite.

Les commentaires sont fermés.