Même à Montaigne, les profs servent de défouloir aux racailles!

Cela devient une mode d’agresser physiquement les professeurs. Un sport comme un autre. Le mois dernier, à Combs-la-ville, un «jeune » a voulu sortir de la classe, l’enseignante s’est interposée pour l’en empêcher, l’élève a violemment ouvert la porte et l’enseignante est tombée par terre.

En pleine classe, une prof est violemment bousculée par un élève de Combs-la-Ville – YouTube

On dit que le proviseur et l’enseignante ont porté plainte, que l’élève a été exclu, mais plus personne n’en parle… ce qui semble le plus avoir choqué, ce n’est pas le sort fait à l’enseignante, mais le fait que la scène ait été filmée. On déplace le problème pour ne pas l’affronter. Mais il est vrai que la racaille se délecte de telles vidéos.

Marlène Schiappa en a profité pour se faire remarquer une fois de plus dans le registre déclaration décalée, en réclamant le retrait de la vidéo, plus choquante pour elle que l’agression elle-même semble-t-il.

Il est vrai aussi qu’à côté du sort fait à Samuel Paty, ce n’est rien… d’ailleurs, n’oublions pas que certains élèves se sont réjouis de cette décapitation et qu’il y a eu un certain nombre « d’incidents », de refus de l’hommage rendu à Samuel Paty cette année.

Ces jours-ci, au prestigieux lycée Montaigne, à Paris, dans le sixième arrondissement, en plein cours, le professeur de mathématiques a été violemment agressé par un élève de quinze ans, en seconde.

https://francais.rt.com/france/93154-enseignante-lycee-montaigne-paris-violemment-agressee-par-eleve-15-ans

L’élève aurait posé son front contre celui de l’enseignante, avant de lui assener plusieurs coup de poings au visage et au dos. Le motif du mécontentement de l’élève aurait été une remarque sur un devoir non rendu.

Que voulez-vous, il ne faut pas pousser : pourquoi aussi l’enseignante lui a-t-elle réclamé le devoir ? N’est-ce pas là une première agression ?… On ne réclame plus de nos jours si éclairés un devoir à un élève. On attend tranquillement qu’il (iel) le rende. Et on ne fait pas de vague. Comme cela personne n’est stigmatisé.

Mais d’autres avis autorisés disent que c’est une histoire de calculette que l’élève aurait fait tomber par terre. Peu importe.

L’enseignante a au front une plaie ouverte de cinq centimètres et des hématomes sur le visage. En sang, elle a été conduite à l’hôpital Cochin.

Le père de l’élève aurait expliqué l’attitude de son fils par une séparation des parents. Pauvre chéri. Mais si tous les enfants de divorces en cours en profitaient pour frapper leurs professeurs, il n’y aurait plus qu’à fermer les lycées faute de personnel.

Bien sûr le rectorat a mis en place l’habituelle cellule psychologique, sans laquelle on ne peut plus rien faire de nos jours. On n’est pas allé jusqu’à parler de fleurs ni de bougies mais on n’est pas passés loin.

Le rectorat a également annoncé blâmer les violences, mais que fait-il ? Rien. L’élève en question avait déjà été violent. Que faisait-il encore en cours ?

On attend la réaction de Marlène Schiappa. Peut-être va-t-elle dire que l’enseignante aurait dû se baisser pour ramasser la calculette.

On ne signale pas de quelle ethnie était originaire l’élève puisque c’est interdit en France de le dire, sauf quand il s’agit d’un petit blanc hétéro d’extrême droate. Donc on sait en réalité qui est l’agresseur. Mais motus, cela pourrait énerver des électeurs. Ce n’est pas le moment.

Encore un coup de la discrimination positive qui envoie des petites frappes mettre le bazar dans les bons lycées et y baisser le niveau ?

Quelqu’un me dit que le problème n’était pas le devoir non rendu ou la calculette tombée mais le fait que la professeure était une femme. L’islam interdit aux femmes d’enseigner, et surtout d’enseigner aux hommes.

Ces créatures non couvertes, avec des cheveux au vent, et qui ne peuvent pas à la fois parler et « en même temps » mobiliser leur mémoire (selon un imam salafiste dont j’ai oublié le nom), sont incapables d’enseigner, c’est clair. Qu’on les cache dans leurs cuisines. Non mais.

Sale temps pour les profs. Quand on ne les décapite pas, on les bouscule au sol à coups de poings. Ces élèves-là ne sont pas des sauvageons, selon le mot plein de bonhomie et de mansuétude démagogique de Chevènement, en 1999, alors qu’il était ministre de l’Intérieur de Chirac.

Ce sont tout simplement des barbares, voire des tueurs. Vivement l’élection de Zemmour pour remettre de l’ordre et bouter hors de France ceux qui ne doivent pas y être.

Sophie Durand

image_pdfimage_print
16
1

21 Commentaires

  1. C’est donc à Combs-la-Ville qu’une enseignante s’est fait agresser. C’est également à Combs-la-Ville que Bernard Tapie s’était fait agresser lui aussi, par des « chances pour la France ». Décidément, cette paisible commune semble devenir une poubelle du bled. Vivement que Zemmour soit Président pour nettoyer les écuries d’Augias.

  2. Les barbares infiltrent toutes les strates de la société(souvenez vous de Mikael HARPON,habilité secret défense)
    Il faudra suivre de près la sanction rendue par le tribunal;(sans doute un rappel à la loi)
    PAUVRE FRANCE!

  3. Au point où on en est, il faudra peut-être un jour songer à envoyer la Légion dans les écoles. Comme ça, ceux et celles qui vont trop loin se prendront des mandales dans la tronche tout en se faisant hurler dessus.

  4. quand la racaille accède aux lycées de renommée grâce à la discrimination positive ! : et ce n’est que le début – imaginez l’enfer que ce sera dans le monde du travail si jamais toujours grâce à la même discrimination positive ils accèdent à des postes de premier ordre !!

    • vous êtes en avance !! Aujourdhui on va légiferer pour embaucher plus de bougnoules dans les entreprises aux postes importants !!!
      Bon courage !!!

  5. Sûrement l’une des « pépites d’excellences des cités », délocalisée dans un grand lycée Parisien… il y en aura de plus en plus, car il serait bien sûr inéquitable de ne pas mettre les grands lycées Parisiens (H IV, Louis Legrand..) au niveau des lycées de Bobigny.

  6. il fut un temps lointain ou Montaigne avait du panache et où les élèves étaient choisis selon leur valeur et leur cursus . Maintenant c’est ouvert même pour les barbares…je n’en reviens pas du niveau de chute de la maison France…
    JEUNES ! si tu me lis, fuit ailleurs et quitte ce pays car il meure …!

  7. Actu 17 1er Décembre 2021 / Beauvais : un professeur frappé au visage par un de ses élèves de 15 ans pour une simple remarque .
    Si le lycée Montaigne accueille de la racaille parmi ses étudiants , comment s’étonner qu’il rencontre ce type de problèmes ? Qui se souvient de cette jeune institutrice maman d’un enfant en bas âge tuée au couteau devant toute sa classe par la mère d’une de ses élèves à Albi en 2014 ? Elle s’appelait Fabienne Terral-Calmès .

  8. Un futur Montaigne au Lycée Montaigne quoi de plus naturel? Mais ce Montaigne-là m’a surtout l’air d’être un futur Cassius Clay qui prend les femmes pour des punching-balls… Sacré Mohamed Ali!

  9. Tels sont les fruits amers de l’éducation moderne et de l’enrichissement apporté par la diversité. La culture de l’excuse et l’éducation fondée sur « la négociation permanente » avec les enfants, si chères à la gauche et aux enseignants progressistes font boum un jour même dans les lycées des beaux quartiers parisiens. Sans doute pas encore à l’Ecole alsacienne ou à Louis-le-Grand, pas encore ouverts aux quotas pour immigrés, mais qui sait si cela ne va pas venir. Il ne serait pas juste que seuls les lycées ghettos pour enfants de cas sociaux ou de divers soient concernés. Le boomerang va finir par toucher même les beaux quartiers qui devront ouvrir les yeux sur l’insécurité équitablement répartie et non plus dissimulée sous le tapis… des autres moins bien lotis. Pas de renforcement policier hélas possible dans les écoles des beaux quartiers.

  10. C’est ça, le « Vivre ensemble »…
    Pour ma part, pour le bougnoule (car il ne peut s’agir que d’un BOUGNOULE, qui a fait ça, ça serait Retour au Bled (genre milieu du Sahara) avec, en prime, une râclée maison assénée par deux ou trois Gaulois bien baraqués; ce « au nom de la France ».
    Les BOUGNOULES ne comprennent que l’Ultra violence. Il ne faut pas les décevoir !

  11. Evidemment on ne connait pas le nom de l’agresseur, mais on le sait déjà.
    Tout cela est la conséquence d’un laxisme, installé depuis des décennies.
    Il y a une impunité, pour ces gens-là. Ils en profitent honteusement.

  12. frottez votre cervelle contre celle d’autrui !
    dans ce lycée parisien, comme dans les quartchiers c’est un poing dans la gueule , une petite protestation de la direction à peine plus du ministère

  13. Il paraît que le merdeux était un adepte de 2 sports de combat.

    Ce n’est donc pas une agression mais un entrainement sportif.

  14. C’est signé, ils étalent la merde partout, y compris dans les lycées super classe. Le crétin de zyva qui ne foutait rien était largué.

    • Pour votre info a tous
      avant de publier des infos qui vous font du bien, celles qui vous arrangent et de croire en ce que vous publiez, prenez au moins la peine de les verifier ou de ne pas laisser croire que vos avis sont le reflet de la realité.
      c est un evenement sinistre…. pour autant il n a pas été commis sur la professeure parce que c’est une femme, il n a pas été commis par ce que vous ne nommez pas mais imaginez etre un eleve issu de l immigration. la recuperation politique et systematique de tous les evenements ne sert en rien d’autre qu a vous rassurer sur vos convictions personnelles.

Les commentaires sont fermés.