Même Cahuzac ne me donne pas la nostalgie de la guillotine

Publié le 13 avril 2013 - par - 892 vues
Share

Votre revue Riposte Laïque a publié le 9 avril dans son n° 298 un article intitulé « Cahuzac me fait regretter l’époque de la guillotine » rédigé par Eve Sauvagère.

La teneur de cet article constitue un dérapage qui dessert la cause de la laïcité.

Il fut un temps où il me semblait que vos articles avaient une certaine tenue et je ne comprenais pas ceux qui vous jugeaient infréquentables. Avec un tel article, je comprends mieux pourquoi.

Voir autant de zèle mis au service des prédateurs qui s’ingénient à piller la France et à faire rendre gorge au contribuable sous prétexte de redistribution des richesses permet de comprendre à quelle nécessité répond l’évasion fiscale. Ce zèle et cette fuite des capitaux sont le recto et le verso de la même pièce. Avec une telle incohérence interne à la mentalité française, ce n’est pas d’un changement de régime politique dont la France a besoin, c’est d’une psycho-thérapie!

La personne qui a écrit cet article, c’est elle-même qu’elle devrait commencer par mettre sous la guillotine qu’elle appelle de ses voeux, car elle ne s’exprime que comme un exploiteur du peuple de plus. Or le peuple qui travaille dans l’ombre en a assez d’être exploité pour que ses efforts soient ruinés au profit d’une masse croissante de parasites qui lui sont imposés. Redistribution de richesses? Au profit de qui?

Avant de guillotiner ceux qui refusent l’excès de redistribution de richesses, demandez-vous quels intérêts sert le prétexte de cette redistribution qui constitue aujourd’hui un racket auquel se livre un Etat devenu carrément exploiteur du peuple. C’est ce qui s’appelle une dictature. Et il va falloir une justice expéditive féroce pour réussir à l’imposer. Avec des partisans aussi zélés que l’auteur de l’article, une révolution est en marche pour nous faire descendre encore plus bas. Nous sommes loin d’avoir atteint le fond. En ce qui me concerne, je préfère prendre mon inspiration ailleurs, car cette évocation d’une terreur sanguinaire rend l’air irrespirable.

Je suggère à l’auteur de l’article de visionner quelques films d’horreur ou de guerre pour assouvir son besoin d’émotions fortes avec du sang. Quant à l’arme qu’elle voudrait voir M. Cahuzac pointer sur lui, elle pourrait aussi bien la retourner contre elle, car elle ne vaut pas mieux, ceci expliquant cela.

Virginia Eduard

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.