Même la Suisse recule devant l’islam !

Suite au vote d’initiative populaire du 29 novembre 2009 interdisant la construction de nouveaux minarets en territoire helvétique, nous pensions que la Suisse était un exemple de fermeté face à la montée de l’islam. Nous avions tort : le Tribunal fédéral vient de mettre un terme à l’interdiction du port du voile décidée par un établissement d’enseignement secondaire de la commune de Bürglen, dans le canton de Thurgau (1).

Nous devinons aisément les raisons d’une telle interdiction : à la pression musulmane visant à islamiser toujours davantage les pays non islamiques dans lesquels vivent des musulmans, s’ajoute la volonté de la Suisse d’apparaître comme un pays tolérant.

Et c’est chose faite… à ce détail près que la tolérance ne peut être tolérante qu’en fonction de ce qu’elle tolère. Or, tolérer le voile, c’est tolérer l’intolérable, le port du voile étant une décision sexiste dans la mesure où la femme est le seul être de notre espèce à devoir se voiler !

Mais il y a plus : dès septembre 2010, le canton de Fribourg avait lui aussi accepté le voile à l’école (2) !

L’incohérence politique n’est donc pas propre à la France : il semble même qu’en ce domaine elle touche l’Europe entière, ce qui ne manque pas de réjouir les autorités musulmanes officiant en son sein.

Ces dernières ont d’ailleurs bien d’autres raisons de se réjouir, vu les multiples interprétations religieuses et historiques justifiant le port du voile, ces mêmes interprétations oubliant au passage que la laïcité n’a pas pour mission de prendre en compte tel verset coranique (Sourate XXXIII, v.59 ; sourate XXIV, v. 30, 31) ou biblique (I Corinthiens 11, 2-16) – voire la  loi assyrienne du XIIème siècle avant Jésus-Christ (!) obligeant la femme mariée à se voiler dès qu’elle sort de son domicile – mais de séparer le politique (c’est-à-dire l’espace public) du religieux, dont les espaces autorisés sont les établissements ad hoc (églises, mosquées, temples, synagogues, centres cultuels, etc…).

Ne nous y trompons point : le port du voile n’est pas anodin. C’est le signe distinctif des musulmans, qui entendent ainsi imposer leurs règles au monde non islamique, à commencer par le refus du mariage mixte (3), l’islam valorisant la famille endogame alors que les familles française et européenne sont exogames. Le port du voile nous dit donc ceci : « Je ne serai jamais de ta famille » !

Tout l’islam est là, à tel point que la question de l’intégration des musulmans en France comme en Europe devient grotesque. Il ne s’agit plus désormais de savoir quelle peut être la place de l’islam dans la société occidentale, mais bien quelle peut être la place de la société occidentale dans l’islam !

Maurice Vidal

(1) http://www.trtfrancais.com/fr/informations/detail/monde/14/suisse-le-tribunal-fdral-autorise-le-voile-i/9049

(2) http://blog.lefigaro.fr/suisse/2010/09/le-canton-de-fribourg-autorise-le-voile-a-lecole.html

(3) Le voile est alors un marqueur vestimentaire indiquant aux jeunes musulmans les filles qu’ils sont en droit d’épouser.

image_pdfimage_print