Même Libé n’a pas gardé le journaliste raté Perrotin…

Publié le 10 juillet 2015 - par - 1 857 vues
Share

Qualifier Perrotin de journaliste est lui faire beaucoup trop d’honneur…

Je crois que vous accordez trop d’importance au grand journaliste d’investigation (sic) qu’est David Perrotin.

J’ai consulté son parcours professionnel, qui alterne des piges et des contrats de quelques mois (dont 4 passés à Libération pendant l’été 2013 où les descendants de Serge July n’ont pas dû être en mesure d’apprécier l’étendue de son talent. A la décharge de ce Lazareff de pédalo, les contrats d’été sont des embauches bidon, dont le seul but est de remplacer à moindres frais les journalistes bobos partis se reposer dans le Lubéron).

Perrotin a placé sa plume acérée au service d’un site internet qui devrait bientôt devenir un poids lourd du journalisme d’investigation. Buzzfeed, c’est son nom, fait sa une sur une question de géopolitique aux conséquences métaphysiques : »17 ados disent honnêtement comment ils vont fêter le bac »….
Le Watergate, les micros du Canard, et les diamants de Giscard, c’est du pipi de chat à côté de la fête post bac des ados.

Bref, qualifier Perrotin de journaliste est, je crois, lui faire beaucoup trop d’honneur. Surtout, l’école de haut niveau qui a formé cet esprit clairvoyant porte le nom ronflant d’Institut européen de journalisme.

Cette école semble l’archétype de l’école bidon puisqu’hormis des frais d’inscription prohibitifs et une adresse pompeuse dans le 16e arrondissement, l’admission est digne d’Harvard puisque le futur chômeur doit passer un entretien et une épreuve écrite de 2 heures ! Plus « light » que le brevet des collèges…

On comprend mieux la nullité de ces employés de sites internet aussi consistants que leur armature intellectuelle…

https://fr.linkedin.com/pub/david-perrotin/63/52a/411

Jean-Christophe Comet, Résistance républicaine Ile de France

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.