Ménard ne varie plus, il tourne en boucle !

Courageux mais pas téméraire, Ménard s’étant fait éreinter dans la presse locale pour avoir fourni une salle à Zemmour a tenu à préciser, par les mêmes voies, que l’amphithéâtre Zinga Zanga avait été loué par l’association des copains de Z.

Tout d’abord l’on a vu déambuler le couple Ménard faisant cortège au héros du jour dans les rues de Béziers. Souriant aux innombrables caméras, il était fiérot, notre Robert, au côté de cet « ami » dont il dit tant de mal depuis plus d’un trimestre…

Pour applaudir Zemmour, il fallait un passe dit sanitaire… Cette conférence n’était réservée qu’à l’élite des injectés ou des testés.

Une fois sur scène, c’est le maire qui a ouvert « le bal ». Tel que prévu, pendant vingt minutes, il continua à se répéter, il fut lamentable.  « Faire l’union des droites, c’est être capable de faire passer la France avant l’ego des uns et des autres”…

Robert Ménard a réitéré son souhait de rassembler les deux candidats de « la droite de la droite », en février, à Béziers.

« Je demanderai, je souhaiterai, j’implorerai, que vous deux, toi et Marine, Marine et toi, se retrouvent en février prochain, chacun sait que c’est à ce moment-là que les choses se cristallisent », a-t-il demandé.

Robert Ménard, qui avait déjà promis de soutenir Marine Le Pen en 2022, a demandé qu’à cette échéance de février « celui qui à ce moment-là sera derrière l’autre accepte de se retirer ».

Éric Zemmour a remercié Robert Ménard de ses « sages conseils ». « Mais nous sommes en octobre, nous ne sommes pas encore en février », a-t-il ajouté. « J’ai un peu de mal à me retirer alors que je ne me suis pas encore présenté », a-t-il ironisé.

« Ce n’est pas mon sujet. Mon sujet, c’est défendre mes idées et être entendu par un maximum de gens. Je ne suis pas dans une logique partisane ».

« L’élection présidentielle au suffrage universel, ce n’est pas une élection pour être Premier ministre », a-t-il ensuite développé devant un groupe de journalistes qui l’interrogeaient sur l’appel  lancé par Ménard. « Quand je dis Marine Le Pen ne gagnera jamais, je dis ce que tout le monde sait (…) Avant que je ne sois pris en compte par les sondages, on avait une Marine Le Pen très haut mais incapable de gagner le second tour et on avait un candidat de droite incapable d’atteindre le second tour car Marine Le Pen était trop haute. Et Emmanuel Macron attendait tranquillement son second tour (…) et il allait gagner. C’est ça que ma présence a bouleversé ».

Peu subtil, ce pauvre Ménard oublie un peu vite qu’un candidat n’est jamais propriétaire des voix, qu’on peut toujours leur dire d’aller voter Machin, les électeurs ne font que ce qu’ils veulent. Faire une telle demande prouve un certain mépris des citoyens, auxquels il faudrait flécher le parcours tant ils sont stupides. Ces mêmes benêts qui, si l’on en croit les sondages, lors des régionales, ont délaissé Marine Le Pen pour soutenir après le non-candidat Zemmour.

https://ripostelaique.com/menard-souvent-robert-varie-bien-fol-qui-sy-fie.html

Fort d’une supériorité imaginée, il prend vraiment les autres pour des imbéciles, sans jamais réaliser que depuis plus de trois mois, de plateau en plateau, de radio en radio, il offre l’image affligeante d’une petite chose qui n’est pas grand-chose, et cependant voudrait tellement être un important dans ce débat national. N’étant rien, il le demeurera.

Avec beaucoup de charme et de sympathie, Éric Zemmour a bien fait de lui porter la dernière estocade, le ramenant aux réalités et à sa piètre réalité.

Pour avoir loué, sans discontinuer, le miracle des vaccins bienveillants, la magie du passe sanitaire et l’efficience de Macron,  si le dictateur est réélu, il aura peut-être un strapontin. Ce qui serait déjà trop pour un minable de son espèce.

Daphné Rigobert

image_pdfimage_print
15

10 Commentaires

  1. on verra dans quelques mois lorsque EZ caracolera en tête l’autre se ralliera à lui (sous laes injonctions de ménard

  2. R Ménard a le droit de donner des conseils de modération à Zemmour. Il est élu, et a été réélu avec brio lors des dernières municipales imposées par macron en pleine pandémie. Sa mandature est un succès auprès des biterrois qui sortaient d’un 1/2 siècle de cocos-socialos.
    On ne peut que partager son avis. Zemmour ne doit pas être candidat aux présidentielles. Mme Lepen lui offrira un portefeuille de ministre, c’est mieux que de disparaitre après l’échec cuisant qui l’attend…et qui va entrainer les citoyens dans la mondialisation macroniste 5 années de trop.
    A moins que Zemmour ne fasse le lit du centriste Bertrand ou du mondialiste Barnier.

    En accusant ceux qui « bossent », vous adressez des félicitations implicites à ceux qui ne font rien mais « foutent le boxon ».

    • Decidement tu tiens a faire reelire Macron
      En fait tu aimerais assister a une autre debat marine contre micron

      • Zemmour est un diviseur, comme Philippot, dupont aignan et quelques autres qui ont créé leur parti-cule pour « se faire du blé ». Les Français, la France, notre culture, ils s’en moque autant que leur premier joint.
        Il n’y a qu’une solution pour redonner à la France un semblant de souveraineté: l’Union Nationale. ET le seul parti organisé est le RN. Clan familial, il peut servir à virer macron et les mondialistes bobios. Sans prononcer le concept, Ménard a montré cette piste.
        Mais qui voudra ravaler son égo démesuré pour servir la France? Ni Lepen, ni Zemmour ni les autres. La cantoche de la ripoublique est bonne. Et à l’élysée, c’est encore mieux, on y déguste du Fauchon tous les jours, parole de Chirac.
        Zemmour est un DI-VI-SEUR! Qui lui a fait « la grosse tête » pour faire diversion?

  3. Bravo Daphné belle tirade !!
    Le troll biterrois en a pris pour son grade 😅😉

  4. Si Zemmour avait la naïveté d’accepter le marché proposé par Ménard, les sondages feraient tous apparaitre, par un étrange hasard,que MLP aurait toujours plus de voix potentielles que Zemmour surtout à l’approche de février, alors qu’aujourd’hui les sondages peuvent donner l’avantage à l’un ou à l’autre selon les jours et les organismes sondeurs.
    Si Zemmour se présente et arrive au 2ème tour, il est évidemment fort possible que même s’il est excellent lors du débat il soit battu par Macron tandis que pour MLP non seulement sa défaite au 2ème tour est une certitude mais le débat ne serait qu’un nouveau divertissement pour Macron.

  5. « celui qui à ce moment-là sera derrière l’autre accepte de se retirer » !

    Et c’est qui qui décide qui est derrière l’autre ?
    C’est le système qui décide ? L’oligarchie ? je veux dire  » les sondages  » ?

    Non, le baire de Méziers, Mobert Rénard, sera l’arbitre d’une partie de pétanque qui aura lieu à Méziers en trois manches entre MLP et EZ… !

Les commentaires sont fermés.