Mendicité musulmane : une autre forme d’occupation politico-religieuse de l’espace public

Publié le 22 août 2011 - par - 1 685 vues

 

Lors de la manifestation du samedi 18 juin 2010 « Apéro-Saucisson-Pinard » , prévue initialement à la Goutte d’Or et puis transférée Place de l’étoile, j’ai été frappé, en descendant les Champs-Élysées, par la présence, sur le trottoir de gauche et à une heure de grande fréquentation, d’une succession de 6 ou 7 jeunes femmes voilées, placées (par qui ?) tous les 25 mètres, en plein milieu du trottoir, accroupies, le visage tourné vers les passants. Elles faisaient la manche.

Regardées par des milliers de Parisiens, de provinciaux et de touristes, le message de ces femmes était pour moi clair : « Nous sommes à Paris, en France. Si nous sommes ici en train de mendier, c’est que nous sommes pauvres … La France ne fait rien pour nous … Si nous sommes voilées, c’est que nous sommes musulmanes, que le voile est tout à fait admis en France et que nous sommes ici  chez nous ».

Deux policiers, montés à cheval, parcouraient ce trottoir. Ils n’ont tenté ni de les interpeller ni les obliger à déguerpir. Ne s’agit-il pas d’une mendicité agressive réprimée par la loi ?

Il y a huit jours, le samedi 6 août 2011, à la station Châtelet, une femme de 25 ans environ était placée (par ses commanditaires ?) face au tapis-roulant, à l’intersection même de quatre couloirs et donc en plein milieu d’une très grande circulation, créant vraiment un obstacle pour des milliers d’usagers. Elle était tout de noir vêtue, voilée de haut en bas, visage visible, accroupie. Elle faisait la manche. Si elle portait des gants blancs, ce n’était pas par souci d’hygiène  mais par prescription religieuse : il ne faut pas que la peau d’un donateur masculin touche sa peau car un contact physique entre un homme et une femme musulmane est illicite (harâm).

Pourquoi a-t-elle choisi ce lieu, et précisément cet emplacement, si ce n’est pour nous envoyer ce message : « Je suis musulmane et c’est pour cela que je suis voilée. Que me regardent le plus de gens possible. A Paris, je suis chez moi. Je suis pauvre mais la France ne fait rien pour moi … »

Notre ami Maxime Lépante a fait connaître l’occupation de rues pour les prières musulmanes, à la Goutte d’or et ailleurs. Ne peut-on aussi parler d’occupation politique et religieuse de l’espace public par la mendicité musulmane ? Se montrer voilée en public, c’est aussi faire passer le message de probables commanditaires wahhabo-salafistes et Frères Musulmans : marteler dans l’espace public  la présence de l’islam par tout moyen, en particulier par le voile-étendard de femmes présentées comme dans le besoin.

Bernard Dick

Bernard Dick

 

 

.

 

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi