1

L’étrange « Une » de Charlie : Merah loup solitaire, abattez le troupeau !

Dans un précédent article, je m’étais permis quelques critiques envers ceux qui, dans notre camp, sont prêts à applaudir toute personne tenant un langage vaguement islamophobe. Ainsi, des milliers de nationalistes avaient félicité Charlie Hebdo pour leur une moquant l’islam, « religion de paix éternelle ». Certains oublient en effet que les principales cibles de ce « journal » satirique sont les catholiques, l’estrême-droâte et la famille.

Malheureusement, rien n’a changé depuis. Notre camp fait preuve de la même servilité extatique dès qu’un personnage public (fût-ce un gauchiste patenté) médit sur l’islam. Les natios entrent en transe et font du pauvre bougre un Charles Martel 2.0, pour peu qu’il dénonce l’islam(isme), ce, même s’il est avant tout antifrançais et qu’il passe l’essentiel de son temps à nous conchier. La dernière une de Charlie n’a pas échappé à cette règle.

Publiée mercredi, cette une fait référence à l’ouverture du procès d’Abdelkader Merah, le frère du tueur de Toulouse. Présenté comme un « loup solitaire », il s’est par la suite avéré que Mohammed Merah avait eu une longue radicalisation et même plusieurs séjours dans des camps d’entraînement d’Al Qaïda. Charlie moque cette théorie du « loup solitaire » en figurant sur sa page toute une meute de loups ceinturés d’explosifs, et une légende en contrebas : « Abattez le troupeau! »…

Des milliers de réactions sur les réseaux sociaux. Si la plupart des musulmans et des gauchistes ont exprimé leur réprobation, la droite et les patriotes sont, quant à eux, aux anges. Fiers comme des paons après une parade nuptiale. Les « Je suis Charlie » et autres « Bravo pour votre courage, les gars » fleurissent sur les pages facebook et twitter de nombreux patriotes…

J’ai expliqué dans un précédent article pourquoi ce genre d’attitude me dérangeait à titre personnel. Quelqu’un qui dénonce une fois de temps en temps l’islam n’est pas pour autant notre allié, il peut même être un gauchiste patenté et un antifrançais zélé. Charlie Hebdo ou les FEMEN en sont des exemples probants.

Dans cette affaire, le plus drôle est que la une de Charlie n’est peut-être pas aussi anti-musulmane que certains natios ont pu le croire dans leur euphorie.

Il y a en effet une chose qui me chiffonne particulièrement et que peu de gens ont remarqué sur cette une… La lecture majoritairement retenue de cette affiche est la suivante : « Non, Merah n’était pas un loup solitaire, il y a beaucoup d’autres loups islamistes comme lui. C’est donc tout le troupeau de loups qu’il faut abattre ». C’est sans compter sur certaines incohérences qui pourraient bien changer radicalement le sens de l’interprétation…

« Abattez le troupeau », donc… On se souviendra qu’en 1994, le génocide rwandais a été déclenché par un signal diffusé par la Radio des Milles Collines : « Abattez les grands arbres ». Cela fait donc toujours froid dans le dos quand un journal (a fortiori humoristique) utilise des verbes comme tuer ou abattre à l’impératif, même quand il est question d’islamistes. D’ailleurs, est-on bien sûrs qu’il est ici question des islamistes qu’on demande à l’État d’abattre ? Charlie oserait donc franchir ce pas alors que même Minute et Rivarol rechignent à user d’un tel vocabulaire ? Ce serait bien courageux de leur part… A ceux qui penseraient cela et songeraient déjà à prendre leur abonnement chez Charlie Hebdo, nous rappellerons une citation de Charlie Sheen : « Si quelque chose te semble trop beau pour être vrai, c’est que ça l’est« .

Le fait est, et n’importe quel zoologue le confirmera, que les loups ne vivent pas en troupeau mais en meute. Le terme « troupeau » renvoie plutôt aux ovins, aux bovins ou aux ruminants, bref, à des animaux domestiques ou fermiers. Le terme consacré pour désigner un groupe d’animaux sauvages est « harde », « groupe », « colonie » ou « meute », ce dernier mot est plus spécifiquement réservé aux canidés, dont les loups.

Dans le langage courant, le terme « troupeau » renvoie à un groupe organisé, voire servile et pacifique. Tandis que le terme « meute » figure plutôt un groupe agressif et pas toujours très organisé qui se déplace et qui impose un rapport de force agressif et dominant aux autres.

Les islamistes ressemblent davantage à une meute qu’à un troupeau. Ce qualificatif conviendrait plutôt à l’Occident, fragile et impuissant face aux attaques de la meute islamiste. Avec l’association aux ovins, le mot « troupeau » comporte aussi une dimension sacrificielle et innocente dans notre culture judéo-chrétienne. Ce qui n’est pas le cas de la meute, associée plutôt à un groupe sanguinaire de loups rêvant justement… d’abattre le troupeau. On notera également que dans la tradition islamique, les moutons sont tués par égorgement, comme le sont de plus en plus de chrétiens (or, les chrétiens ne font-ils pas partie du « troupeau du Christ » ?).

Peut-on croire sérieusement que les augustes journalistes de Charlie Hebdo ignorent le sens des mots qu’ils emploient, au point de confondre le troupeau de moutons avec la meute de loups ? A moins que…

Nicolas Kirkitadze