Méric : Yann Bouchez du Monde évoque la « radicalisation » des accusés patriotes

 

 

Comment ne pas bouillir de colère à la lecture du compte rendu de l’audience de mercredi dans Le Monde ?

Ça commence en douceur, par l’évocation des parents de Samuel, des gens simples :

Jean-Michel Dufour est du genre taiseux. Alors, au moment d’évoquer la personnalité de son fils Samuel, jugé à Paris pour avoir participé à la rixe entre militants d’extrême droite et militants antifascistes lors de laquelle Clément Méric est mort, en 2013, il était peu probable qu’il devienne soudain bavard.

Que dire face à ce tribunal ? Le monde judiciaire, cet agent d’entretien au chômage dit ne pas le connaître, sauf ce qu’il en a vu « à la télévision ». Il ne le comprend pas. « Qu’est-ce que vous voulez entendre ? », demande-t-il à la présidente, Xavière Simeoni. La juge l’invite à évoquer la jeunesse de son fils. « Je ne sais pas quoi dire », s’obstine-t-il. À la barre, il ne sait que faire de ses mains, les place tour à tour devant ou derrière lui. « En tant que père, il est parfait, c’est mon fils », tente Jean-Michel Dufour, cheveux gris et coupés ras. Lui se dit « de droite ». Dans la famille, « on essaie d’être le plus droit possible ». On n’en saura guère plus.

https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2018/09/06/au-proces-clement-meric-le-difficile-temoignage-des-parents-des-accuses_5350837_1653578.html

Émouvant ce père qui n’enfonce pas son fils, au contraire, avec cette phrase sublime : « En tant que père, il est parfait, c’est mon fils ». Et cette autre qui dit tout de l’éducation qu’il a donnée à Samuel : Dans la famille, on essaie d’être le plus droit possible.

Et la mère, aussi, digne, courageuse elle aussi. Parce qu’il en faut du courage dans un prétoire hostile où l’on attend de vous que vous crachiez sur vos enfants :

« Bon garçon », « pas méchant », « quelqu’un de posé » : à leur manière, les parents se transforment parfois en avocats. Jacqueline, la mère de Samuel Dufour, trouve « injuste » la situation actuelle. « Il est innocent, c’est mon fils. Cette bagarre n’aurait pas dû arriver et ça s’est mal fini. » Comme son mari, Jean-Michel, elle n’est pas à l’aise avec les mots.

Qu’attendaient-ils, les vautours du Monde ? Que Jean-Michel Dufour et Jacqueline renient leur fils, qu’ils l’insultent, qu’ils le condamnent?

Loin de là, ils montrent qu’ils sont fiers de leur fils, qu’il l’ont bien élevé.

Alors, il fallait que le journaleux du Monde, du haut de sa suffisance d’intello dévoyé laisse passer des petites phrases pour fustiger ces petites gens qui ne sont pas à l’aise à l’oral « taiseux », « il ne sait que faire de ses mains »…

Mais le meilleur est dans la suite : Yann Bouchez ose parler de la « radicalisation » des jeunes agressés par la bande à Meric :

À la barre ont défilé une assistante de vie, des chômeurs proches de la retraite et un déontologue travaillant pour une banque. À leur manière, tous ont raconté comment ils ont vécu la radicalisation de leur fils vers le milieu des skinheads d’extrême droite.

C’est nouveau, ça vient de sortir, ces journaleux qui font des efforts désespérés pour ne pas parler d’islam, qui n’ont que « déséquilibrés » à la bouche et ne parlent de radicalisation que du bout des lèvres pour les terroristes musulmans, osent enfoncer la tête sous l’eau de nos enfants, droits, équilibrés, qui ont pour seul tort de défendre une certaine idée de la France.

Mais ce n’est pas tout. Il faut, en sus, culpabiliser les parents, en faire des coupables, coupables de n’avoir rien vu… Coupables d’avoir des enfants allant à des manifestations et de les avoir laissé faire… Et Yann Bouchez ose mettre dans la bouche des parents des mots qu’ils n’ont sans doute pas prononcés « déni, aveuglement »… Il nous dit qu’il a tiré cela de son chapeau avec cette belle invention : « consciemment ou pas, tous évoquent… ». Yann Bouchez doit être très psy, pour être capable de deviner l’inconscient des parents…

Consciemment ou pas, tous évoquent aussi leur propre déni, leur incompréhension ou leur aveuglement. « J’ai malheureusement pris conscience assez tard de ce phénomène, assure Didier Eyraud. Je savais qu’il participait à des manifestations, ça m’inquiétait. » Quand son fils, Alexandre, était plus petit, il l’emmenait visiter des lieux historiques – Verdun, les plages du débarquement… – pour l’éveiller à l’Histoire de France.

Ce cadre de 62 ans, séparé de sa femme, rappelle le contexte familial compliqué dans lequel a grandi son fils unique. « C’était pas un garçon qui était là pour rechercher l’affrontement, je pense qu’il était là pour s’affirmer », résume-t-il à propos de son engagement dans un groupuscule d’extrême droite. Ni les avocats, ni les juges ne demanderont au père pourquoi il tenait tant à sensibiliser son enfant au sujet de la guerre d’Indochine.

L’ordure ! Yann Bouchez ose sous-entendre que le fait d’avoir évoqué l’Indochine et la Seconde Guerre mondiale avec son fils expliquerait qu’Alexandre ait été « radicalisé », mêlé à une rixe, suite logique du guet-apens qui lui avait été tendu par Méric et ses amis.

Ainsi, évoquer l’Histoire de France et nos guerres ferait des parents des complices des nazis, des responsables de la radicalisation patriote…

Cette famille, que leur fils a lui-même qualifiée de « patriote », constituait-elle un terreau favorable aux dérives ? Des idées bien à droite, peut-être, mais le couple réfute toute violence. Quand la présidente l’interroge sur l’Allemagne nazie, Jacqueline assure ne pas savoir ce qu’est le IIIe Reich.

Voilà, le gros mot est lâché. Une famille PATRIOTE… Infiniment plus grave qu’une famille musulmane, qu’une école coranique ou une mosquée…

Des gens simples, travailleurs, honnêtes, qui ne sont pas allés longtemps à l’école, mais qui savent distinguer le bien du mal. Et voilà qu’au tribunal on leur dit que le tatouage « travail, famille, patrie » serait un slogan nazi…

« Je ne savais pas bien ce qu’il faisait, je partais à 5 h 30 du matin et revenais à 8 heures du soir, explique Manuel Morillo à propos de sa relation avec Esteban. Et quand je le voyais le week-end, je voulais profiter de lui, pas parler de politique. » « Je l’ai engueulé pour les tatouages » nazis, assure-t-il. Mais l’homme ignore à quoi faisait référence l’inscription « travail, famille, patrie » sur l’avant-bras de son fils.

Dans le commentaire de l’un de nos derniers articles consacrés à l’affaire Meric, Lou nous avait fort justement rappelé ceci :

« C’est vrai que « travail, famille, patrie » n’a pas bonne presse à cause de Pétain, mais ce n’était pas la devise d’Hitler ! »

Oh que non, en effet ! Préambule à la Constitution du 4 novembre 1848, art IV :

« Elle a pour principe la Liberté, l’Égalité et la Fraternité. Elle a pour base la Famille, le Travail, la Propriété, l’Ordre public. »

https://www.conseil-constitutionnel.fr/les-constitutions-dans-l-histoire/constitution-de-1848-iie-republique

Mais sans doute que Yann Bouchez n’a pas fait d’études, qu’il est incapable de faire la moindre recherche historique… Je crains même que, en ce siècle d’inculture, même les avocats des 3 accusés n’aient pas été fichus de remettre les pendules à l’heure.

Bref, un procès inique et scandaleux, dont le compte rendu inique et scandaleux est fait par un journaleux idéologiquement dévoyé, sans éthique ni déontologie. Un article même pas digne d’essuyer les fesses des patriotes qu’il conchie.

Christine Tasin

http://resistancerepublicaine.eu/2018/09/07/meric-yann-bouchez-du-monde-evoque-la-radicalisation-des-accuses-eleves-dans-des-familles-patriotes/

image_pdf
0
0

31 Commentaires

  1. Plus que l’article, ce que je trouve inquiétant ce sont des détails comme : « Quand la présidente l’interroge sur l’Allemagne nazie ».

    En quoi les connaissances de cette dame sur l’Allemagne nazie sont-elles pertinentes quand il s’agit de savoir comment la bagarre s’est déroulée ?

    C’est l’acte et ses circonstances que l’on juge ou l’appartenance des accusés à telle ou telle idéologie ? Le chef d’accusation est « coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner » ?

  2. Ce serait bien des affiches « les vrais fachos ne sont ceux qu’on croit » devant ce tribunal, en espérant ne pas porter préjudice aux accusés. D’une manière générale, une campagne d’information mettant l’accent sur à quel point les français ont été abusés intellectuellement jusqu’à présent avec ce que Camus appelle le retournement en x, en les frappant à l’orgueil pour titiller leur curiosité aurait sans doute un effet assez café sur les muscles de leurs paupières car ils n’aiment pas être pris po

  3. Il me semble que nous assistons à une exacerbation des tendances des deux bords peut être pour créer des troubles? Il est claire que les antifas semblent chercher le trouble partout ou ils le peuvent. Je me demande si cela pourrait déclencher une violence généralisées? Dans ce cas, sous prétexte de militantisme de gauche, ils manœuvrent afin d’attiser les tensions et provoquer la violence. Qui pilote les antifas? pour quelle raison? quel en est le but? pas la paix!

  4. Hélas avec les gauchiasses, c’est comme avec les musulmans :une merde de perdue, 10 de retrouvés !!

  5. Pouvait-on espérer autre chose de ce journaleux et de ce canard ? L’occasion est trop bonne de taper sur l’extrême-droite et d’enfoncer des gens simples, désemparés par ce qui leur arrive.
    Quand le groupe de Méric a attendu 40 minutes en face du magasin, c’était bien pour en découdre avec l’autre groupe de jeunes. Désolé pour les parents, pour moi les racailles sont les agresseurs ! Rentrer à Sciences popo et chercher la bagarre alors que l’on ne sait pas se battre, c’est d’une connerie !!!

  6. Des procès politiques, des médias sous contrôle de l’état et de la doctrine officielle, des gens condamnés et emprisonnés pour des délits d’opinion (islamophobie), des réseaux sociaux où sévit la délation généralisée (balance ton porc, etc.), des juges et des magistrats partisans et corrompus, un peuple de moutons au cerveau lobotomisé.
    En 40 ans, la France est devenue une URSS. Il manque encore les tortures, les exécutions par le KGB et les goulags, mais ça ne devrait plus tarder.

  7. Vous avez encore le courage de lire ce torchon….?
    Et l’article de Yann Bouchez …vous le nez…?
    Tant d’immondices révélées par ceux qui le lisent et le commentent me font me demander pourquoi une telle ordurerie arrive encore à trouver des lecteurs , hormis les trépanés du cerveau des cliniques des écoles du milieu journalistique pour qui c’est une référence…

  8. le plus triste dans cette histoire c’est pour les vers….vu l’epaisseur du « si gentil fils à papa bourge gaucho » ils ne vont pas avoir grand chose à grignoter….ouh la la comme je suis méchant !!!!
    ce procés une mascarade ignoble ça me fait degueuler !! juges de merde, journaleux de merde, justice de merde…..peuple de sans couilles !!!

  9. Il ne faut pas vous énerver comme cela, Christine. Vous n’êtes pas d’accord avec ce journaliste, voilà tout.

  10. On peut tartiner à tour de bras sur ce procès; malheureusement, je crains que le verdict soit déjà prédéfini par les komsomols de macron, les audiences servant à nuancer les attendus. Seule une relaxe montrerait que la justice saurait être intrinsèque… ce qui ne saurait être vu le comportement des mignons juges en robe.

  11. etre skinhead ou antifa, c’est être dans une forme de radicalisme. C’est quand même incroyable de pas le reconnaitre. En plus, j’aime les echos entre les articles: ici la phrase « En tant que père, il est parfait, c’est mon fils » touche au « sublime », et dans l’article de Mme Durand, quand la mère de Méric decrit les qualités de son fils, elle ne voit pas le petit haineux et malsain qu’elle a mis au monde. Mais les médias ne sont pas objectifs il parait, la réinformation c’est ici…

  12. Pourquoi même commenter « Le Monde » ? Ce journal n’a jamais été qu’un tissu de mensonges enrobés de guimauve compassionnelle depuis la relation sur l’entrée des Khmers rouges à Pn. Penh jusqu’aux articles sur JMLP… C’est un média ennemi des français. Il faut l’ignorer et ignorer tout journaleux qui y écrit car c’est par définition un
    menteur.

  13. Tous les compte-rendus que j’ai pu lire ou entendre concernant ce procès sont iniques, scandaleusement partisans, lâchement orientés. Ces gens, soi-disant journalistes, .ne méritent que le mépris. Nauséabond est un de leurs termes favoris, il s’applique à merveille à leur comportement. Car voir que dans toute l’Europe les citoyens commencent à se réveiller face aux traîtres qui les ont endormis et bernés pendant des années, avec leur complicité active les rend fous de rage.

  14. Ce procès n’a rien a voir avec le droit ou la justice, ou la légitime défense, c’est un procès politique dont le déroulement et le verdict sont écrits d’avance. Il s’agit des gentils antifas qui défendent les pauvres « victimes des inégalités sociales » et qui sont persécutés par les horribles fachos nazis d’extrême drouaaaaate. C’est déjà plié, vous verrez à la fin du procès. Le pire, c’est qu’il y a dans ce pays des millions de moutons crétins qui gobent tout ça sans le moindre esprit critique.

  15. LES JOURNALISTES SONT AUSSI COUPABLES QUE CES GAUCHISTES, ILS INVENTENT DES FAUSSES NEWS POUR CULPABILISER LES INNOCENTS,ILS SERONT PUNIS PAR UNE JUSTICE IMPITOYABLE C’EST SURE.

    • Vous appelez au meurtre de tous journalistes, ou seulement de ceux qui vous plaisent pas ?

  16. Les journalistes sont en majorité d’arrogants crétins qui roulent des mécaniques dans leurs baveux et sur plateaux télé, mais courent se cacher derrière les flics dès que ça craint un peu dans les manifs. Flics sur lesquels ils crachent à la première occasion d’ailleurs. Pourritures…

  17. Un article du Monde dans l’esprit de la Pravda.
    Et au lieu de juger les faits, on s’égare sur des
    digressions tendant à prouver que les accusés
    étaient d’extrême droite… et alors, cela ne les
    exclut pas de la légitime défense. Meric a agressé Esteban par derrière, comme le lâche
    qu’il était, c’est lui le responsable.

  18. Ce procès est une grotesque mascarade. Les condamnations sont déjà décidées depuis longtemps. Ils se prendront tous le maximum prévu, vous verrez.

  19. « travail, famille, patrie », un bien mauvais tatouage, aux relents nauséabonds.
    Voici ce que doit être le tatouage idéal:
    « Je ne travaille pas, je siphonne le système et je deale »
    « J’engrosse des filles à la chaîne et je les harcèle pour qu’elles avortent »
    « Je chie sur mon pays »
    Le tatouage idéal en 2018, qui vous ouvrira en grand toutes les portes.

  20. Ca fait longtemps que je ne lis plus la presse subventionnée… je suis déjà obligé de la financer avec mes impôts alors faudrait pas qu’en plus on m’oblige à la lire !

  21. Est-ce répréhensible d’affirmer que ce Yann Bouchez est un empaffé de première ?

  22. Un article rédigé par un plumitif, une fois de plus, destiné à influencer jurés et magistrats. Une fois de plus l’occasion de transformer une cour d’Assises en procès politique; c’est très bien parti pour. D’un autre côté, celà fait partie de la norme chez les gauchistes, c’est dans leurs gènes les procès staliniens. Plus rien ne m’étonne dans ce foutoir qui se nomme « France », mais vraiment plus rien, juste l’impatiente envie de régler les comptes le moment venu.

  23. Super Christine cet article ! Une nouvelle ruse : les patriotes seraient des « radicalisés » et l’on fait leur procès à ce titre ! A quand les camps de rééducation des patriotes ?

    • Pas vraiment de camps de rééducation pour des patriotes mais des suivis en hopitaux psy, cela n’est pas impossible ; avec des absobtions massives de produits chimiques pour les transformer en zombies. Les Bolchéviques ont bien essaimé leur propagande et le communisme n’est pas mort, cela est bien évident : il se propage masqué sous couverte de démocratie du monde libre, c’est nettement plus efficace.

  24. Et l’on trouve drole que les journalopes se font massacrer quand ils ramenent leurs grandes gueules quand il y a du grabuge ….!!! ils ont fait la plus et le beau temps pendant des décénnies ,ils ont manti et leurs mensonges favorisaient le systeme opresseur qui en récompense les gavait …..LES RESEAUX SOCIAUX SONT LA ET ILS SONT AIGRIS…………………….Trump en sait quelque chose lol

Les commentaires sont fermés.