Méritent-ils de vivre pour avoir ainsi trahi la Cité ?

Publié le 30 avril 2021 - par - 10 commentaires - 688 vues
Traduire la page en :

Constitutionnellement, en France, le chef de l’État est aussi le chef des armées.
Cela l’oblige normalement à être exemplaire de dignité et d’honneur dans son engagement civil indissolublement mêlé à l’engagement militaire que lui impose le texte constitutionnel.
On a vu que la récente tribune de militaires demandant aux gouvernants de ce pays de se reprendre de leur laxisme qui conduit inéluctablement à la guerre civile a été diversement accueillie.

Plébiscitée comme une divine surprise par une partie de la France, une grande partie de citoyens pouvons-nous avancer, celle qui est en but quotidiennement au délitement de toutes nos institutions, qui se heurte jour après jour à la haine de masses colorées et/ou musulmanisées qui ont totalement envahi tout l’espace public de certains quartiers, parfois de toute une ville, espaces colonisés interdits aux policiers, aux pompiers, aux urgentistes, masses colorées islamisées qui répandent la terreur dans toute la cité sans que le pouvoir actuel y trouve à redire, laissant toute une majorité de la population dans l’insécurité du coup de couteau, de l’égorgement, du tabassage, du viol et autres barbaries en usage dans les tribus indûment importées sur le sol national, tous actes qui sont devenus le pain quotidien du Blanc de France.

Honnie par une petite partie du pays, celle qui a pris fait et cause contre la France, la pseudo-élite composée de pseudo-intellectuels, de pseudo-observateurs qui se croient avisés de la vie du citoyen alors qu’ils n’ont jamais connu de près le tabassage usuel du bien-vivre ensemble, de pseudo-politiciens qui ne guignent que l’intérêt personnel au lieu de l’intérêt du plus grand nombre, de pseudo-universitaires qui veulent reconstruire le passé français par la haine, l’omission et le mensonge, le détournement de sens et la décontextualisation des faits.

Bref, cette tribune salvatrice a été très mal accueillie par tous ceux qui se sont mis consciencieusement à ruiner le pays et à offrir ses habitants d’origine au coutelas de l’allogène, tribune de soldats honnie par cette caste anti-France et anti-Blancs qui a osé, le ridicule égorgeant moins que le musulman, faire un rapprochement avec l’appel d’Alger de 1961, caste anti-civilisation qui devra bien un jour rendre de sérieux comptes quand la colère enivrera le Gaulois qui aura décidé de prendre le texte de la Marseillaise à la lettre et à l’acte et qui ne sera, ce jour-là, plus du tout réfractaire à la correction virile des genres et des déviationnistes qui voudraient instaurer le retour à la guerre du feu ou les barbaresques au pays de Jeanne d’Arc.

Or il est avéré que l’actuel chef de l’État s’est répandu dans des médias étrangers en clamant qu’il voulait déconstruire l’Histoire de France, dont l’armée est l’une des institutions qui en a la garde.
À ce titre, l’actuel chef de l’État a perdu la dignité que lui impose sa charge de chef des armées françaises, il ne serait plus illégitime de le démettre.

Toujours selon notre Constitution, le chef de l’État préside les Conseils et Comités de la défense nationale. Il a donc entre ses mains les outils de sauvegarde de la souveraineté nationale qui appartient au peuple de France mais dont la garde est confiée à ses représentants par délégation de pouvoir.
Or il est avéré que la souveraineté nationale est bafouée tous les jours par des armées ennemies qui ont créé dans l’espace français, normalement un et indivisible comme devrait l’être la République, des enclos de sédition, de séparatisme, de haine anti-France et anti-Gaulois blancs.

Il est également avéré que de véritables commandos d’armées ennemies, turques, tchétchènes ou autres, ont pris possession d’une fraction du territoire national et y font leur chasse aux opposants du pouvoir de leurs pays d’origine avec la complaisance la plus totale de toute la classe politique française gouvernante, au premier desquels le chef de l’État.

Il est tout aussi avéré que des villes entières sont la proie de batailles d’armées ennemies sans que les forces policières de la République n’y interviennent le moins du monde, comme à Dijon au cours de l’été 2020, laissant toute une population civile, femmes, enfants, vieillards, malades ou même handicapés à la merci des assaillants. Cette capitulation sans aucune réaction ni tentative d’intervention et cet abandon de souveraineté sont indignes d’un chef des armées françaises, l’abandon de civils désarmés aux mains de hordes armées étrangères sur le sol national est un déshonneur sans nom dans l’Histoire de France qui n’aurait d’équivalant que la rafle de Juifs par la police française en juillet 1942, et qui devrait indigner au plus haut niveau de l’institution militaire. En voulant sanctionner certains signataires de cette tribune, certains hauts gradés militaires français ont désormais perdu tout l’honneur et la dignité qui devaient pourtant s’attacher à leur engagement initial puisqu’ils ont capitulé devant l’ennemi avec leur chef défaillant sans même chercher à combattre.

Cette tribune de militaires n’est qu’un cri d’indignation à la vue de la colonisation de la France par la haine d’importation colora-musulmanisée, haine complaisamment portée à son acmé par toute une frange politicienne qui se complait dans le dégoût de soi, ce qui ne serait pas condamnable puisque cette classe politique pue la veulerie et inspire réellement le dégoût à toute une partie de la Nation.

Est condamnable en revanche cette arrogance à vouloir imposer cette haine d’importation à une majorité de Français écœurés et pris de nausée à la seule vue de ces arlequins de la politique qui dénient au citoyen son choix à exercer son droit fondamental à rester digne, gaulois, blanc, fier de son histoire et de l’Histoire de son pays, et refuser l’anéantissement sous les hordes barbares.

Une caste du pays veut sa destruction, et se refuse à regarder où l’entraîne l’ignominie droit-de- l’hommiste dévoyée en droit à génocider la nation française.
Ce que cet appel signifie, c’est que l’ennemi est déjà en France, et à ce titre, la doctrine d’emploi des forces armées sur des théâtres d’opérations extérieurs est aujourd’hui caduque : c’est dans l’Hexagone qu’il faut maintenant intervenir, et sans quartiers si l’on considère le nombre exponentiel d’égorgements dans les rues et églises de France. L’ennemi est partout, installé et armé par des raclures politiciennes et universitaires jusque dans nos villages et notre ruralité autrefois si paisibles !

Ainsi, quand sa lucidité est prise en défaut, un chef de l’État n’est plus en état de prétendre à rester le chef des armées françaises.
De même, si sa dignité ou son honneur, donc l’honneur de diriger une Nation, sont gravement mis en cause par l’évidence d’une situation d’insécurité intérieure jamais connue depuis l’occupation allemande de 1940 à 1945, et vécue quotidiennement par des millions de citoyens français blancs, un chef de l’État ne serait pas davantage en droit d’exercer sa charge de chef des armées françaises.

Désormais, et la question n’a jamais été aussi cruciale qu’aujourd’hui pour la souveraineté nationale et sa garantie, pour la protection des frontières et des citoyens : un Président qui faillit, et au-delà, tous les gouvernants de la majorité actuelle sont-ils encore dignes, honorables et suffisamment respectables pour prétendre encore diriger ce pays, alors que tous les jours ils abandonnent lâchement des femmes, des enfants, des vieillards et des faibles devant les colonnes ennemies armées en pleine guerre de civilisation, et ce, sur le sol national ?

Encore ces gouvernants ont-ils une chance incommensurable de vivre au XXIe siècle : à Sparte ou à Athènes, la question aurait été : méritent-ils de vivre pour avoir ainsi trahi la Cité ?
Et peut-être que la question n’aurait même pas été posée.
D’ailleurs jamais les dirigeants de Sparte ou d’Athènes n’auraient fait rentrer les chevaux de Troie dans leurs cités.

Jean d’Acre

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
cemoameme

Ces gens là mériteraient de faire connaissance avec la guillotine ! … on peut rêver!!!

Denfer VICTORIA

Méritent-ils de vivre???
Ces gens là, ont tellement haï la France et les Français, qu’ils vont finir par en perdre la tête.
Que le peuple s’amuse!!!
https://i.etsystatic.com/9639374/r/il/aa56b2/1519146643/il_794xN.1519146643_9377.jpg

Gaulois92

L’échelle des sanctions….de la corde à la balle bien placée ! Et pas de pitié ni repentance !

R2D25

Excellent et très bien vu

Une patriote

La France est en tout 1 er TRAÏE PAR LES SIENS depuis 40 ans. Ce sont des collabos français qui ont permis que la France aujourd’hui se retrouve dans CET ETAT LA !!!

Une patriote

( trahit )

Chassaing Jacques

Généraux, officiers, sous-officiers et hommes du rang, comprenez bien que la majorité des Français vous demande de retirer le Permis de Tuer que Macron et ses complices se sont octroyé avec l’appui de l’Union européenne. Le peuple de France n’a qu’à faire que de la littérature d’une tribune d’étoilés restée sans effet. Si vous êtes en première ligne, parce que vous êtes en armes, le peuple sera derrière vous pour assurer le changement politique.

Cyprien

On peut le remettre au goût du jour. Ils méritent de vivre en assumant leurs forfaitures devant le peuple. Autrement dit, payer le prix de leur trahison en peines lourdes.

Laurent P

“Méritent-ils de vivre pour avoir ainsi trahi la Cité ?”
Ma réponse : Non.
Qu’il ne me soit pas donné d’avoir l’opportunité de me retrouver seul avec l’un d’entre eux au bord d’une falaise ou au coin d’un bois ou sur un petit bateau en pleine mer ou toute autre situation similaire…

Des Abusés

Nouvelle version du mur des cons…

Lire Aussi