Merkel et son coucou, la honte !

Comme Trump, Poutine, le Chinois, le Japonais, le prince tueur d’Arable saoudite, Mahomet version moderne, le Québecois Trudeau atteint d’islamite aiguë et bien sûr, comme son jeune poulain Macron, et le reste, Angela a son avion rien que pour elle. Tous bien sûr y ont le confort dernier cri et leur appareil est à la pointe du progrès technique… tout au moins, en matière d’électricité !

Seulement voilà, Angela, radine comme pas deux, envoûtée par un altruisme et une bonté (dignes de mère Teresa) l’ayant conduite à investir tout son pognon pour le bien-être de millions d’immigrés musulmans, négligeant au passage ses propres Teutons, a oublié qu’un bon mécanicien doit régulièrement s’assurer que les boulons de son appareil sont bien serrés. Alors, comme la cigale ayant chanté tout l’été, et se trouvant fort dépourvue quand il fallut se rendre à Buenos-Aires, la tendre Angela s’est vue contrainte de faire appel à l’une de ces bienveillantes compagnies aériennes africaines dont la flotte est généralement composée de Tupolev soviétiques vieux de plusieurs décennies et bons à être remisés dans je ne sais quel hangar envahi par la jungle.

Au fait, qui a dit que l’industrie allemande est la plus fiable du monde ? Et que les Allemands ont un sens hors pair de la gestion ? Il faut avoir l’honnêteté de reconnaître, en tout cas, qu’Angela, avec sa Mercedes des airs déglinguée, nous a donné une sacrée leçon de démocratie. Par ces temps de gilets jaunes, il faut lui rendre cet hommage : comme tout un chacun (mais pour cas, il est vrai, de force majeure), heureuse et soulagée et après avoir poireauté plusieurs heures, elle a pris, pour se déplacer vers le pays du tango, une place dans un avion de ligne classique. Sûr cependant qu’on lui aura réservé un siège en classe Affaires, car « ein gross » sommeil au-dessus de l’Atlantique a dû lui être nécessaire. Tous ces allers-retours dans les airs germaniques, quand même…

Je ne sais pas si sa présence et donc l’Allemagne, envisageant de nouveau des ambitions planétaires (chassez la nature, elle revient au galop !) a manqué aux 20 du G20 – 1. En tout cas, question ponctualité, c’est plutôt un zéro que les 19, la jugeant bien sûr indispensable au bon ordre du monde et l’attendant en un groupe compact à l’aéroport dans la salle réservée aux VIP, lui auront attribué. J’avais toujours cru jusque-là que la ponctualité justement était une vertu nationale outre-Rhin. Après tout, un proverbe allemand n’affirme-t-il pas « Der web ist das ziel » (l’important, c’est le chemin) ?

Hosanna Angela !

Philippe Arnon

image_pdfimage_print

10 Commentaires

  1. Il paraît qu’à cause de son retard, elle ne figurera pas sur la photo réunissant les participants au sommet du G2, mais on s’en passera aisément.

  2. Vous jetez le discrédit de façon inadmissible sur Donald Trump, Vladimir Poutine, etc. etc. ces gens-là luttent contre l’invasion migratoire et contre la violence musulmanes même si la CIA et d’autres instances ont créé de toutes pièces Isis ! ! !

  3. Il faudrait d’abord vérifier l’allemand ! Autant de fautes pour si peu de mots. Par exemple : chemin = der Weg ! Peinlich!

    • der weg ist das ziel …….cest idiot
      je crois qu il faut dire( das wichtig ist das ziel (limportant est le but )
      allez tt cela nest pas tres grave …..on a assez de probleme comme ca
      amicalement votre
      le celte

  4. Ah, la folle de Berlin, Mme Migrants, Amanda Merdkel…. Voyager en seconde, ça lui donne le temps de réfléchir au prochain coup que l’Allemagne pourra jouer pour accroître sa domination sur l’Europe et achever de faire de la France une petite nation qui végétera dans son ombre, comme par exemple lui piquer son siège au Conseil de Sécurité de l’ONU. Ach, Sehr Gut! Wunderbar! Vive l’Europe allemande, longue vie à Bismarck!
    Quant aux affirmations du style Poutine est méchant, Trump est fou et May est bête, c’est du niveau de la propagande mondialiste anti-souverainiste et anti-identitaire.
    Lisez donc « Le choc des Empires » de Jean-Michel Quatrepoint.

  5. Merkel, comme Macron, n’ont pas eu un « Comité d’accueil » digne de ce nom en Argentine ! Espérons qu’à Marrakech, ce sera pire et qu’ils seront refoulés !

Les commentaires sont fermés.