Messieurs et Mesdames les maires, aidez Éric Zemmour !

                

                   Messieurs et Mesdames les maires, aidez Éric Zemmour !

« Vichy nous renvoie à une histoire. Cette histoire, nous l’avons vécue, elle est écrite par les historiennes et historiens…gardons-nous de la manipuler, de l’agiter, de la revoir… »,

(Allocution d’Emmanuel Macron, à Vichy le 8 décembre 2021)

 

Aux dernières nouvelles, Éric Zemmour n’aurait obtenu que 275 parrainages, alors qu’il lui en faudra 500 pour pouvoir se présenter à l’élection présidentielle en 2022. La levée de l’anonymat des parrains est une arme redoutable, voulue par une classe politique corrompue (1) mais qui s’autorise pourtant à donner des leçons de démocratie au monde entier. C’est tout simplement scandaleux !

Le dispositif de parrainage existe depuis l’élection du président de la République au suffrage universel en 1962. Lors des trois premières élections présidentielles au suffrage universel (1965, 1969 et 1974), le parrainage de 100 élus était exigé. La loi du 18 juin 1976 a porté le nombre de signatures à 500. Pour éviter les candidatures liées à la défense d’intérêts purement locaux, les parrainages doivent émaner d’élus d’au moins 30 départements.

Jusque-là, le système des parrainages est peu critiquable : il est censé éviter la multiplication des candidatures « fantaisistes », après tout pourquoi pas ?

Mais, depuis la loi du 25 avril 2016, la publication des noms et des mandats des élus qui ont parrainé un candidat est :

a)- intégrale à l’issue du recueil des parrainages ;

b)- elle a lieu en continu (au moins deux fois par semaine) au fur et à mesure de la réception des parrainages. La liste, actualisée en temps réel, est publiée sur le site du Conseil Constitutionnel ;

c)- la liste des parrainages est également publiée 8 jours au moins avant le premier tour du scrutin sur le site du Conseil Constitutionnel  ET au Journal officiel.

En clair, adieu l’anonymat ! Les maires doivent avoir le courage de parrainer un candidat. Comme on sait que beaucoup d’entre eux, hélas,  vont à la soupe et pensent à leur réélection, il faut les convaincre de ne pas parrainer un candidat « nauséabond » ou « fasciste ». CQFD !

Quand Éric Zemmour a annoncé officiellement sa candidature à la magistrature suprême, l’ « Agence France presse », cette officine de gauche qui fournit la becquée aux différents médias (presque tous de gauche) annonçait que – je cite –  « Le sulfureux polémiste d’extrême-droite Éric Zemmour » se présentait à l’élection présidentielle. À ma connaissance, je ne crois pas avoir entendu l’AFP annoncer que « le sulfureux stalinien, admirateur de Fidel Castro et d’Hugo Chavez, Jean-Luc Mélenchon » entrait lui aussi dans l’arène…

Alors, plutôt que d’attaquer Zemmour sur son programme, il était impératif de le marquer du sceau de l’infamie, il fallait encore rouvrir le livre « des heures les plus sombres de notre histoire » et dénoncer sa défense du maréchal Pétain. Quelle mauvaise foi ! Quel procès en sorcellerie !

Éric Zemmour admire et adule deux grands personnages de notre histoire : Napoléon et de Gaulle. Pour Napoléon, je le suis – du moins partiellement – en revanche, je suis et je reste un antigaulliste viscéral, ce qui ne m’empêche pas d’adhérer à son programme politique.

Zemmour n’est en rien un défenseur du régime de Vichy, c’est facile à démontrer :

A-t-il dit que le maréchal Pétain et Weygand ont encouragé l’esprit de Résistance, que ce soit dans l’armée d’armistice, les « Chantiers de jeunesse » ou les « Compagnons de France » ? NON !

A-t-il soutenu que le gouvernement de Vichy a géré la France avec pragmatisme, honnêteté et une certaine éthique ? NON !

Qu’aucun des ministres du Maréchal – et Pétain lui-même –  n’est à l’origine  d’un scandale, d’une affaire de mœurs, d’un enrichissement personnel, de « magouille » financière? NON ! Avant Vichy, et depuis lors, pas un gouvernement ne peut en dire autant. De l’affaire Stavisky, au compte suisse de Cahuzac, en passant par le trafic des piastres ou les « ballets roses » de Le Troquer, les exemples se comptent par dizaines !

A-t-il parlé de la croyance, de l’espoir, du peuple français en la dualité « du glaive et du bouclier » ? NON !

Pendant longtemps, pourtant, les Français on cru en une connivence entre de Gaulle et Pétain : de Gaulle incarnant le glaive, en continuant le combat ; le Maréchal étant le bouclier qui les protégeait des exigences de l’occupant.

A-t-il rappelé que, jusqu’à François Mitterrand, tous les présidents de la République – de Gaulle compris –  allaient fleurir la tombe du « vainqueur de Verdun » à l’Île d’Yeu ? NON !

Il est vrai que François Mitterrand – alias « Morland » – a été décoré de la « Francisque »  par Pétain (N° 2202) et qu’il a fait valider ses titres de Résistance en… 1983.

Mais, pour les bien-pensants, les ayatollahs de la repentance,  Zemmour a fait bien pire, il a commis l’impardonnable, il a osé dire que le gouvernement de Vichy avait protégé les Juifs français.

Depuis les lois Pleven, Gayssot, HALDE, Taubira, et autres lois « mémorielles » il est interdit d’émettre un jugement, voire un simple avis, sur la Shoah (et sur un tas d’autres choses (2)), donc, comme je ne suis ni brave, ni téméraire, je tiens à dire ceci : je ne suis pas révisionniste et encore moins négationniste, je ne suis qu’un historien amateur : je n’ai donc pas d’avis, je constate.

Personne ne peut nier, excuser, minorer, passer sous silence la « question juive » mais qu’il est facile, voire simpliste, de juger un évènement des années après ! Surtout avec une mentalité formatée aux « droits de l’homme », à l’humanisme maçonnique et au « vivre- ensemble » ! D’autant plus que le mot « Shoah » (qui, en hébreu veut dire « catastrophe » et non « génocide ») n’est entré dans le langage courant qu’à la sortie du film de Claude Lanzmann, « Shoah », en… 1985.

On ne peut pas taire la Shoah, encore moins dédouaner  les dirigeants de l’époque de leur responsabilité, mais on peut (on devrait) cependant s’interroger, par honnêteté intellectuelle.

Durant la guerre, en dehors du pape Pie XII et de quelques évêques, le sort des Juifs ne semble pas avoir ému grand monde. Les leaders politiques ne s’indignaient pas, les chefs de la Résistance n’en parlaient jamais ; pas un message d’indignation ou de soutien à la Radio de Londres. Pas même de Maurice Schumann ou de Pierre Dac (de son vrai nom, André Isaac).

Dans les milliers de pages du procès du maréchal Pétain, dans les attendus du jugement, la question juive occupe… quelques lignes. J’ai donc tendance à penser, même si ça doit choquer, que la France de 40-44, attentiste et frileuse en métropole, planquée à Londres ou combattante en Libye, sur le front de Tunisie ou ailleurs, ne se souciait pas du sort tragique des Juifs.

Certes, c’est honteux, scandaleux, indigne, mais les faits sont là et ils sont têtus.

Beaucoup de Français, à cette époque, pensaient que le Maréchal les protégeait.

À ce sujet, l’historien André Kaspi a écrit : « Tant que la Zone Libre n’est pas occupée, on y respire mieux (pour les Juifs) que dans la Zone nord. Qui le nierait ? Surtout pas ceux qui ont vécu cette triste période. De là cette conclusion : Vichy a sacrifié les Juifs étrangers pour mieux protéger les Juifs français, mais sans Pétain, les Juifs de France auraient subi le même sort que ceux de Belgique, des Pays-Bas ou de Pologne. Ils ont bénéficié de l’existence de l’État français… »

Pour l’avocat Serge Klarsfeld, cet  argument ne tient pas devant « l’implication personnelle de Pétain dans la politique antisémite dès octobre 1940 ». Je n’ai pas d’avis tranché sur la question (et d’ailleurs, ai-je le droit d’en avoir un ?) mais, dans ma vie, j’ai beaucoup voyagé et beaucoup lu.

J’ai retenu qu’en France, sous Vichy, 75 721 Juifs ont été déportés.

Ce chiffre fait frémir ; il est énorme et démontre bien la monstruosité de la barbarie nazie !

Pourtant, si l’on compare « nos » 75 721 déportés juifs à ceux de la seule ville d’Amsterdam : plus de 80 000 (dont Anne Frank), on reste perplexe.

84 % des Juifs des Pays-Bas ont été déportés, 80 % en Grèce, 75 % en Allemagne, 70 à 75 % en Pologne et Tchécoslovaquie, 50 % en Autriche, 35 % en Norvège et Roumanie, 23 % dans l’immense URSS et… 20 % en France. En Pologne, 300 000 Juifs ont été déportés, 270 000 en Roumanie, autant en Tchécoslovaquie, 200 000 en Hongrie, 106 000 rien que pour la petite Hollande. Il ne s’agit pas, bien sûr, d’excuser l’inexcusable : c’est, je le répète, un simple constat !

Jacques Sémelin, directeur de recherches au CNRS, peu suspect de sympathie pour le régime de Vichy, a publié « Persécutions et entraides dans la France occupée » (3).

Lors de la promotion de son livre, il déclarait : « Mon propos n’est pas de minimiser l’horreur du génocide de 25 % des Juifs de France…

Mon travail  a consisté à montrer comment 75 % des Juifs vivant en France ont échappé à la déportation… Là où je romps avec l’explication mémorielle, c’est que le nombre de justes français – 3 500 environ – ne peut pas expliquer à lui seul la survie d’au moins 200 000 Juifs.

Je suis désolé de contredire les présidents Jacques Chirac et François Hollande !

90 % des Français juifs n’ont pas été déportés… Ils n’avaient d’ailleurs parfois pas conscience que la persécution pouvait les viser… Constater que 75 % des Juifs de France ont été sauvés ne revient pas à exonérer Vichy. Berlin avait stratégiquement besoin de Vichy – qu’il s’agisse du maintien de l’ordre ou de l’économie de guerre –, et Vichy aurait donc, sans doute, pu s’opposer aux déportations. Il n’en demeure pas moins, quelles qu’aient été les intentions du régime, qu’en soi, le maintien d’un appareil étatique a eu un effet positif pour la survie des Juifs de France… ».

Éric Zemmour n’a pas dit autre chose, donc c’est un mauvais Juif !

C’est du moins l’avis de l’ineffable Bernard Henri Lévy, la belle conscience dépoitraillée des plateaux-télé, et d’Anne Schwartz, ex-épouse Levaï, ex-épouse Strauss-Kahn, dite Sinclair.

Je croyais, naïvement sans doute, qu’il était interdit de critiquer un sémite (4) mais, pour ces gens-là, il existe des bons Juifs… de gauche et mondialistes, et des mauvais Juifs – séfarade comme Éric Zemmour, ou ashkénaze, comme Alain Finkielkraut – qui sont passéistes et ringards.

Quand BHL déclare avec son ton d’accusateur public, de Fouquier-Tinville de la Macronie : « Éric Zemmour, ce n’est pas la France ! », nous voilà rassurés.

C’est aussi le message – pernicieux, vicieux, foireux – que Macron est allé instiller à Vichy.

Avec notre argent, ce personnage qui n’est pas encore officiellement candidat, est venu dire aux maires de France qu’ils ne doivent pas parrainer un candidat aussi « nauséabond » que le Juif Zemmour. Il n’a pas osé le traiter de « sale youpin », il s’est contenté de sous-entendus fielleux.

Visiblement, Emmanuel Macron – qui prenait la Guyane pour une île, Montcornet pour une victoire française, et qui ne voit aucune différence entre antisémitisme et antisionisme (des choses pourtant totalement différentes)  – ne connaît rien à l’histoire de notre pays en 1939-45.

Soit il ne la connaît pas : c’est un ignare ! Soit il la connaît : alors c’est un menteur !

Dans les deux cas, il est indigne de la fonction qu’il occupe.

De grâce Messieurs et Mesdames les maires, aidez-nous à le remplacer !

Éric de Verdelhan.

Le 10/12/21

 

 

 

 

 

1)- Depuis 2017, l’arrivée au pouvoir de Macron, 8 ministres ou secrétaires d’État ont dû quitter le gouvernement pour des mises en examen ou carrément des condamnations.

2)- Il existe chez nous… 26 cas de discriminations qui peuvent vous envoyer devant les tribunaux, au nom de la « liberté d’expression » si chère à Voltaire et aux philosophes des Lumières, bien sûr.

3)- « Persécutions et entraides dans la France occupée » de Jacques Sémelin ; Seuil ; 2016.

4)- On nous serine à longueur d’année que « l’antisémitisme n’est pas une opinion mais un délit ».

image_pdfimage_print
12

19 Commentaires

  1. Zemmour devrait creuser la question pourquoi se battre pour la France qu’il aime alors que la majorité des français ne se battrait même pas pour leurs enfants. Dans l’état actuel du pays, il n’y a pas un électorat patriotique suffisant. Et avec la crise du Covid, les pétochards voterons pour que rien ne changes. La peur guidant leurs pas, ils applaudirons même la vaccination des enfants de 5 ans. Tu n’as quasiment aucune chance de gagner Eric parce-que la France que tu aimes est pratiquement morte.
    La seule chose qui semble animer l’engouement du français d’aujourd’hui, c’est sa capacité a acheter le plus possible de machins « made in china » le moins chère possible dans les grandes surfaces. ls ne croient plus en rien Ils veulent rester dans leur grotte et consommer, si possible sans trop d’efforts. Cette France la votera Macron et aura le candidat qu’elle mérite, et elle en sera heureuse. Tu ne peux pas faire le bonheur des gens malgré eux Eric.

    • Malheureusement Georges vous avez résumé à merveille l’état d’esprit de beaucoup de Français. Zemmour veut se positionner naïvement comme le sauveur de la France, il n’en a ni l’envergure, ni la capacité logistique .Il n’aura fait que détruire le sens du mot PATRIOTE.

      • Si vous trouvez un ou une politique qui a l envergure et la capacité de sauver la france vous me ferz signe . Seul ZEMMOUR dit des vérités et veut sauver la france. Les autres sont là pour la gamelle.

        • Toujours aussi naïf ces Zemmourriens à l’image du Déçu .Ce bonhomme sans appui, sans structure politique, sans élus ,traité de tous les noms ,copieur et falsificateur du programme et enfin pas entres bonne santés vos croyez au Père Noel. Nous vous laissons à vos illusions et en tant que » Déçu de tout » tiré vous une balle, à blanc bien sur ,on ne vous veut aucun mal.

  2. Quelle soirée de merde :

    -1) J’ai lu que Thaïs d’Escufon est allée pleurnicher chez le rat Nouna. Pauvre idiote.

    -2) Zemmour une fois de plus s’excuse devant ses contradicteurs. Pas bon le gus, pas meilleur que chez Boulleau ou Bourdin.

    J’ai quitté la télé à 22h15.

  3. Je vous rappelle pour vous donner un peu d’espoir que ce sont des promesses de parrainages, le candidat doit obtenir la signature d’élus d’au moins trente départements ou collectivités d’outre-mer « sans que plus du dixième de ces 500 signatures (soit 50) proviennent d’un même département ou territoire », indique le Conseil constitutionnel. L’élu ne peut parrainer qu’un seul candidat et ne peut pas revenir sur sa décision. Entre les dix et les quatre semaines précédant le premier tour, les élus sont invités à envoyer leur formulaire de parrainage au Conseil constitutionnel. En finalité les promesses n’étant pas un parrainage définitif ,il faut au moins 600 promesses. Les amateurs de Zemmour vont se faire des sueurs froides et sont-ils à la hauteur de la tache?

  4. les 500 signatures n’empêchent pas les candidatures bidon, poutou, animalistes etc; refuser sa signature à zemmour serait un déni de démocratie, on va voir le résultat

  5. Son lancement de campagne polémique porte finalement ses fruits. Selon les informations d’Europe 1, Éric Zemmour a reçu plus de deux millions d’euros de dons quelques jours après s’être officiellement déclaré candidat à la prochaine élection présidentielle. L’ex-polémiste peut donc structurer son parti et lancer des opérations d’adhésions, avec un matelas financier confortable. Cette barre des deux millions d’euros devait être atteinte pour la veille du premier tour qui est prévu le 10 avril. La collecte va donc beaucoup plus vite que prévu.

    • Ces chiffres concernant les dons sont incontrôlables n’oublions pas cependant le financement de la banque Rothschild, belle référence pour un homme qui se dit prés du peuple .Concernant les adhésions « revendiqués « qui vont de 20.000 à 40.000 c’est du délire sur ces chiffres flatteurs après quelques jours d’existence! De plus affirmer présenter des candidats aux législatives dans les 577 circonscriptions, selon une règle des trois tiers : un tiers de candidats venus des rangs de LR, un tiers du RN et un autre d’horizons différents et de la société civile. Pure fiction , c’est un doux rêveur. Qu’il se focalise sur ces 500 signatures .Etant sur le terrain ce n’est pas gagné pour lui.

  6. Tout ce que je peux dire, c’est que si Zemmour n’obtient pas ses 500 signatures, alors Macron sera réelu, ou Pécresse. Ca sera pareil.
    Reste Marine Le Pen, mais elle a trop dédiabolisé le parti. C’est pour ça que Zemmour se présente.
    Si on continue à accueillir, comme on le fait depuis des décennies, on finira en République islamique, et après il sera trop tard.

  7. à choisir, il serait préférable qu’il lui manque des parrainnages que de perdre une place au 2nd tour, ce qui parait inévitable aujourd’hui !

  8. Avez-vous remarquez que dans l’entourage de Zemmour il y a Jonathan Nadler : C’est lui qui doit réfléchir au programme, et aux idées qui viendront enrichir les 23 pôles programmatiques du putatif candidat. Il a travaillé pour Rothschild avant d’être embauché par la banque JP Morgan. Nous voyons l’orientation que peut prendre son programme avec ce personnage.Il y a Julien Madar : Ce startupeur (Checkmyguest), ancien de la banque Rothschil, est en charge du financement de la campagne et de la levée des fonds. Nous voyons d’où va venir une partie du financement.

  9. Ras le bol de Napoléon, Pétain et de de gaulle!!! On est en 2021 b..l!
    Z, cesse de nous parler du passé et de ces morts, parle nous des vivants et de notre avenir.

  10. Nous allons montrez ,avec le doigt de Zemmour, les similitudes des idées du copieur Zemmour avec le RN et Marine. Le polémiste veut supprimer l’Aide médicale d’État (AME), appliquer la “préférence nationale” en réservant aux Français les allocations familiales, les allocations logement et le RSA, ainsi que lutter contre la fraude sociale, l’abandon du droit du sol, qui offre la possibilité à un enfant né en France de parents étrangers d’acquérir la nationalité française. D’autres similitudes vous serons dévoilés lorsque Zemmour auras lus l’ensemble du programme du RN et de Marine A plus.

  11. Si les maires refusent les signatures pour ZEMMOUR ils seront responsables de la disparition de la france. Honte aux maires qui n’apportent pas leur soutien a ZEMMOUR.

  12. Les maires qui ne sont pas mères ont peur du pouvoir au-dessus ? Ils touchent des subventions et en fonction de la signature, ils seront punis ! Macron du haut de son perchoir de l’UE en fonction de l’élection présidentielle pourrait nous punir ! Qu’il le fasse car quand on punit on se punit à soi-même ! Nous sommes dans l’ère de la punition quand on ne suit pas surtout si on conteste ! C’est parfait cela nous ouvre les yeux pour savoir où on est ! Si les maires ne font rien qu’ils la ferment dans leur grande réunion face à leur escroc ! 😇

Les commentaires sont fermés.