Messieurs les sénateurs, il me parait normal d'expulser un étranger délinquant

L’extension de la déchéance de la nationalité a été rejetée par le Sénat. L’opposition nous explique qu’elle ne veut pas de « deux catégories de Français », que tout ça rappelle Vichy, etc etc.
Je vous confierais volontiers que moi-même je trouvais cette proposition de loi tout à fait absurde – un meurtre de policier ? donc le viol ou le meurtre de n’importe quel autre de nos compatriotes, ça ne mérite pas l’expulsion ? -, car pour moi tout étranger commettant un délit sanctionné par la justice par plus d’un jour de prison mérite d’être mis dehors, car de par son acte même il aura prouvé son incapacité à apporter un « plus » à ce pays. Qui a-t-il de difficile à comprendre ou de Vichyste là dedans ?
J’ai toujours du mal à saisir pourquoi certains veulent à tous prix garder des tueurs chez nous, étrangers qui plus est. Mon esprit obscurci par la haine de l’Autre m’empêche sûrement de saisir le kif.
Et certains d’oser nous rajouter des commentaires du style « on ne va quand même pas expulser TOUS les étrangers, il ne resterait plus personne en France », ou encore « évitons les amalgames ». Double erreur grossière, qu’il convient de souligner ici. Premièrement, comme certains n’ont pas l’air de l’avoir compris, il y a une légère nuance entre un étranger, c’est à dire quelqu’un qui n’a pas la nationalité française, et qui peut donc tout aussi être Allemand que Zoulou ou Chinois – vous êtes donc bien les seuls à imaginer à travers le mot étranger uniquement un Noir ou un Arabe -, deuxièmement, s’il se trouvait par malheur que certains étrangers venant de certaines zones du monde foutent plus la merde que d’autres, tant pis pour eux. Et troisièmement, la France n’est pas (encore ?) peuplée majoritairement de personnes d’origine étrangère, mais j’avoue que les rues de Lyon, Grenoble ou Paris peuvent nous induire en erreur.
Personnellement, si un jour je m’installais au Mali, et que le lendemain j’explosais une cabine téléphonique à coups de batte, je comprendrais qu’on me mette dehors et qu’on ne juge pas satisfaisant mon apport personnel à la communauté. Et je n’aurais pas la malhonnêteté de dire que cela s’apparente à du racisme, à de la xénophobie ou ne je ne sais quoi.
Second évènement de la semaine, la petite Laëtitia dont on a retrouvé la tête dans un étang. Sarko fulmine et dénonce vigoureusement les «dysfonctionnements graves» de la police et de la justice qui ont permis la remise en liberté du principal suspect du meurtre seraient sanctionnés. Perso, j’ai vu une photo du type et rien qu’à sa tronche j’aurais refusé de le libérer, mais ce n’est que mon point de vue. «Ceux qui ont couvert ou laissé faire cette faute seront sanctionnés (…) Nos compatriotes ne comprendraient pas qu’il n’y ait pas de sanctions », a poursuivi notre Président bien aimé. Quelle belle manière de mettre son impuissance et les échecs de son gouvernement sur le dos des autres !
Les magistrats et les policiers dénoncent les suppressions de postes dans les services pénitentiaires et de police qui ne permettent pas aux agents concernés d’assurer avec efficacité leur tâche de contrôle et de suivi des délinquants récidivistes. Dans ces conditions, il est difficile d’éviter des «dysfonctionnements graves».
Quand tu penses qu’en même temps ça veut supprimer en douce des compagnies de CRS, tu te permets de te demander si on ne se moquerait pas un peu de toi, pour rester poli.
Là je me dis qu’une petite révolution ne ferait pas de mal, certes certains en profiteraient pour piller et détruire, mais bon, faudra faire avec. D’ailleurs, parlons en, des révolutions.
La Tunisie, d’abord. Ça me rappelle le regretté Georges Frêche en grande forme le 25 septembre dernier, qui soutenait, face à Racaillera Diallo et à son acolyte Gérard Miller, que la colonisation française avait contribué à civiliser le Maghreb – comme, selon lui, les Romains l’auraient fait avec les Gaulois -, et que c’est pour cela que le Maroc ou la Tunisie n’avaient rien à voir avec l’Arabie Saoudite ou la Somalie. On évitera donc de souligner que la première révolte de l’histoire du monde arabe a eu lieu dans un ancien protectorat français, on ne se demandera même pas si, sans l’influence française sur la Tunisie, cette dernière aurait atteint le taux d’alphabétisation qu’on lui connaît aujourd’hui et qui est le plus élevé du monde arabe, cela pourrait heurter les plus sensibles…
Mais laissons-les écrire leur histoire, car les jeunes Tunisiens qui se révoltent aujourd’hui ne le doivent qu’à eux-mêmes, et sûrement pas à certains islamistes qui essaient de récupérer le truc. Petit clin d’oeil au passage à toutes les racailles Franco-Tunisiennes qui doivent se sentir bien cons en ce moment ! Pendant que vous gueuliez « nique la France » et que vous vous pavaniez avec vos maillots Tunisie dans nos villes, d’autres, qui eux habitent vraiment en Tunisie, ont entrepris de changer leur pays et leur histoire, plutôt que de s’apitoyer éternellement sur leur sort et de rejeter la faute de leur mal-être sur les autres.
Bref, cette révolution m’a soulagé, et j’espère que les Tunisiens feront le bon choix. Là encore, c’est à eux de décider. Mais restons prudents, comme nous a prévenus Fadela Amara. Quoi qu’il se passe, on pourra regretter d’avoir déjà accueilli en Europe toute la racaille islamiste du monde, qui restera la même, malgré les évènements outre Méditerranée.
Pour ce qui est de l’Egypte, c’est autrement plus compliqué, et nous ne nous étendrons pas sur ce sujet ici. Pour les barbus qui hurlent déjà à la guerre contre le méchant Israël, j’aimerais leur dire que les Arabo-musulmans ont conquis et écrasé – le tout en arabisant et persécutant ce qui reste – toutes les populations (et leur culture au passage) du bout du Maroc au fin fond de l’Irak, et ont répandu leur religion de la Mauritanie à la lointaine Malaisie, le tout en passant par la Turquie et le Kazakhstan. En plus les Occidentaux se sont barrés des pays jadis colonisés. Alors restez raisonnables les gars, ça va pas vous tuer quand même de laisser quelques kilomètres carrés de cette immense et vaste empire Arabo-musulman aux Juifs Israéliens.
Ce qui m’a fait marré cependant, c’est une Egyptienne qui, à la question « Ne craignez vous pas que votre révolution ne fasse perdre des sommes d’argent considérables à votre pays, notamment dans le domaine du tourisme ? » a répondu « De toute façon pas un centime ne parvient jusqu’au peuple, alors qu’est ce que je peux bien en avoir à foutre, du tourisme ? ». Réponse magnifique à souhait.
De la même manière, je dis à Mr Serge Dassault, qui a voulu empêcher les parutions des caricatures de Mahomet dans L’Express (qu’il possédait à l’époque) parce qu’il devait aller deux semaines plus tard en Arabie Saoudite avec Chirac : qu’est ce que j’en ai à foutre, moi, que tu vendes 0, 1, 2 ou 10 rafales aux Saoudiens, hein ? Sans parler du conflit d’intérêts mis à jour ici. Je pourrais dans le même genre dire à Sarko, qui s’est précipité s’excuser aux pieds du Président Chinois parce que des pauvres cons de Français – ouais, tu sais, ces mecs qui tiennent encore aux valeurs de leur pays, les nazes – avaient éteint la flamme des JO : Est-ce que tu crois que je m’inquiète du nombre d’Airbus que tu vas vendre à la Chine ? Tu crois sincèrement que j’en ai quelque chose à battre ? Je trouve plus louable d’éteindre la flamme en signe de protestation vis-à-vis de l’occupation du Tibet depuis 60 ans par la Chine que de balayer toutes nos valeurs du revers de la main pour que vingt connards gagnent 15 millions d’euros au lieu de 10 par ans. Pas de fracture entre le peuple et les « élites », disent certains ?
Parlons aussi de tous ces journalistes qui critiquent la position de l’Etat Français vis-à-vis du régime Ben Alien : ils me font doucement rigoler, car quoiqu’on en dise, des critiques de la France contre le régime de Ben Ali avant la révolution auraient, j’en suis sûr, été assimilées à de l’ingérence, du paternalisme, du néocolonialisme ou autres et reçues comme une insulte. Et puis ça veut dire quoi, tout ça ? Parce que si on suit le raisonnement de ces journalistes, s’il faut donc ne pas discuter avec les régimes discutables, arrêtons de suite le commerce avec la Chine, dont le régime n’est pas mal non plus ! Pourquoi pas, moi je pense qu’il faut défendre nos valeurs avant tout, mais mon petit doigt me dit que personne n’ira même jusqu’à critiquer le régime Chinois, et ce n’est pas ces journalistes de pacotille qui le réclameront, alors qu’ils arrêtent de se moquer du monde. L’après-coup, ça va bien un moment ! La géopolitique rentre aussi dans les choses non négligeables à prendre en compte messieurs, voilà pourquoi il n’était pas simple de critiquer Ben Ali. Même le gentil Obama l’aimait bien, c’est dire.
Dernier bonus de la semaine, la Marseillaise lors de la Finale du Championnat du monde 2011, remportée par la France. On a vu très clairement que les seuls joueurs ne chantant pas la Marseillaise étaient Noirs, et qu’en plus de ne pas chanter ils se permettaient de tirer une tronche de six pieds de long (voir notamment à 0:49 : http://www.youtube.com/watch?v=KftXV83ClNA&feature=player_embedded#). Soyons clairs, je ne considère pas que le fait que tout le monde connaisse et chante la Marseillaise puisse arranger les choses. Je ne pense pas non plus que l’on puisse obliger qui que ce soit à la chanter. Ni que c’est un critère pour distinguer un Français d’un autre. Moi-même, je serais bien incapable de la chanter jusqu’au bout, et pourtant j’aime mon pays par dessus tout.
C’est plutôt à ces joueurs de réfléchir. On ne peut pas les forcer à chanter. Mais qu’ils se mettent du plomb dans la cervelle et mesurent la gravité de leurs (non-)actes. Ne pas chanter la Marseillaise est une chose. A ce moment là tu peux au moins faire l’effort de la fredonner. Si tu ne peux pas fredonner, alors vis-la, ou aie l’air concerné.
Eh bien NON! Pour les Noirs de l’équipe de France de handball, tout ça est impossible. Mieux : ils font la gueule, voire manifestent carrément une attitude de défiance (revoir à 0:49 : http://www.youtube.com/watch?v=KftXV83ClNA&feature=player_embedded#). Je leur répondrais simplement que faire cette tronche pendant la Marseillaise, c’est montrer franchement et sans se cacher son désamour du maillot qu’ils portent, que s’ils ne sont pas contents de vivre en France et de jouer pour elle, ils peuvent dégager. Ah, j’oubliais, il y a le fric…
Au-delà de tout ça, il y a quelque chose de bien plus grave auquel ces imbéciles n’ont pas pensé, à moins qu’ils le fassent exprès. Que va penser le petit Français blanc, qui va regarder l’équipe de son pays jouer, et qui remarque qu’une coïncidence malheureuse fait que les seuls joueurs qui font la gueule pendant la Marseillaise sont Noirs ? Lui qui croyait que tout les Français, sans distinction, étaient Français, alors pourquoi ceux-là en particulier n’ont pas l’air contents de l’être ? Et le petit Français noir, qui jusqu’ici se sentait Français à part entière, quelles terribles interrogations vont germer dans son esprit à la simple constatation que des Français, Noirs comme lui, sont les seuls à se refuser à l’hymne de son pays ?
J’engage ces joueurs à bien réfléchir aux conséquences d’avoir montré un tel visage à la France ce soir là.
A noter que des Jérôme Fernandez ou des Nikola Karabatic ne rechignent pas à chanter, eux. Au moins le petit Espagnol ou le petit Serbe devant sa télévision se sentira pleinement Français, sans contradiction aucune.
Niels

image_pdf
0
0