Métissage obligatoire : trois ans plus tard, Mélenchon fait du Sarkozy

Publié le 17 avril 2012 - par - 2 331 vues
Share

« Les déclarations sur le métissage dépassent la limite de la décence ». Qu’on me permette de parodier le titre de René Fougère dans la dernière livraison de Riposte Laïque, où il nous narre le délire de Mélanchon sur l’immense science Arabe qui nous a apporté le transistor, la gravitation universelle et la pénicilline. Oui Jean-Luc, le web aussi. C’est Tim Berners Ali. Mais assez ri. Ce dont je souhaite vous entretenir aujourd’hui est plus grave.

Tout a commencé par un discours d’un Président de la République.

Le 17 décembre 2008, à l’Ecole polytechnique, celui-ci nous intime l’ordre de nous métisser en ajoutant : «si cela ne fonctionnait pas, il faudra alors que la République passe à des méthodes plus contraignantes encore ».

Là, je me précipite sur Internet pour m’assurer que c’est un canular. Mais ce n’en était pas un. Notre Président avait bel et bien perdu la raison. Il convenait de le destituer sans perdre de temps pour protéger la Nation.

J’ignore toujours pourquoi cela n’a pas été fait.

Depuis quand la politique nous dit qui on doit fréquenter? Avec qui on doit coucher? Se métisser est un choix privé, intime, chargé de conséquences, où la politique n’a pas droit de regard. Cela se fait naturellement. Ou ne se fait pas. Ca ne se décrète pas comme un taux de TVA. C’est la liberté de choix de chacun, en ce qu’elle a de plus intime. Qui j’aime, de qui je m’entoure, avec qui je veux vivre. Quel est ce pouvoir qui prétend me dicter qui je dois cotoyer? Et puis quoi, encore? Cette ingérence dans notre intimité est inacceptable.

Et voila que ce pauvre Jean-Luc Mélanchon lui emboîte le pas. «Métissage», «métissé», «métissons», «métissurage», «France métissée», répètent-ils comme des perroquets détraqués. C’est évident, il y a épidémie de métissopathie. Et nous allons confier l’arme nucléaire à ces déments?

Comment en sommes-nous arrivés là? On ajuste le matériel humain comme du bétail. Toi, là! Métisse-toi. Mais pourquoi, Maître? Tais-toi, c’est un ordre. Ca ne se discute pas. Avez-vous remarqué que les métissopathes n’avancent jamais de raison? C’est normal, ils l’ont perdue.

Certains ont voulu tripoter la composition ethnique du peuple. Vous vous rappelez? On sait comment ça a fini. A l’époque, on l’a voulu «aryen».

Aujourd’hui, on le veut «métissé». J’ai du mal à faire la différence. Tout ça est du tripatouillage éthnique de savants fous. Sérieusement, faites un arrêt sur image et réflechissez-y : ça fout les jetons.

S’il-vous plaît, dimanche prochain, faites un bon geste : envoyez-les en maison de repos. Une cure prolongée de métyxocycline leur fera le plus grand bien.

Francis Bourgouin

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.