Mettre fin au canular : le peuple palestinien est une fiction de propagande

Publié le 3 février 2020 - par - 41 commentaires - 1 009 vues

« L’accord du siècle » du président Trump n’était autre qu’une brillante illustration de sa maîtrise de l’art des affaires. Cette proposition extravagante et généreuse, suivie du rejet méprisant des Palestiniens à son égard, porte gravement atteinte à la présomption de la gauche internationale selon laquelle les Israéliens sont les seuls obstacles à la paix, et révèle du même coup la nature indubitable de la direction palestinienne – des bellicistes génocidaires. Il est maintenant temps de franchir une nouvelle étape cruciale : mettre fin à la reconnaissance du « peuple palestinien ».

Il n’y a aucune nation, race, ethnie, de nationalité ou de culture palestinienne, et cela n’a jamais existé. Le retour à la réalité sur cette question ouvrira la voie à l’adoption de politiques plus saines et plus bénéfiques pour toute la région.

« Le peuple palestinien » est né en 1963, lorsque les ennemis d’Israël avaient entamé une nouvelle stratégie qui allait renverser l’opinion publique internationale contre Israël et donner un nouvel élan au jihad contre lui. Sous la forme de « Délusion palestinienne : L’histoire catastrophique du processus de paix au Moyen-Orient, au préalable, exposant des « Palestiniens introuvables » au sein du drame entourant la colonisation juive en Palestine, la montée du sionisme et la création de l’État juif. La Palestine était donc le nom d’une région, comme Staten Island ou Dubuque, pas le nom d’un peuple.

Ce n’est donc pas un hasard si : ni Mark Twain, ni aucun des nombreux voyageurs anglais qui avaient sillonné la région, ni toute autre personne qui avait traversé la « Palestine désolée et en ruines » au courant des siècles, n’ait jamais mentionné l’existence de peuple «palestinien». Ils ont noté la présence d’Arabes, de juifs et de chrétiens, mais aucun de cette foultitude de personnes, qui avaient écrit sur la Palestine, n’a fait de référence à des Palestiniens. Les nombreux livres blancs britanniques et autres documents produits par le gouvernement britannique pendant la période du mandat ne mentionnent pas non plus les Palestiniens. Les factions opposées dans ces documents sont les Juifs et les Arabes.

Il existe une raison très simple à cela : il n’y avait pas de Palestiniens.

Un fait perturbant et inconfortable pour tous ceux qui affirment que les Palestiniens sont le peuple autochtone de la région, est que lesdits Palestiniens n’ont pas d’histoire. Il n’y a jamais eu d’État de Palestine, jamais de roi ou de Président de Palestine, jamais (jusqu’à tout récemment) de drapeau palestinien, et rien qui puisse distinguer les Palestiniens culturellement, linguistiquement ou autrement des autres Arabes de la région.

Pendant la période du mandat, les Arabes de Palestine se considéraient généralement comme des Syriens, et la Palestine comme le sud de la Syrie. Au début de 1919, les Arabo-musulmans de quatorze municipalités palestiniennes, qui se faisaient appeler l’Association musulmane-chrétienne, avaient présenté une pétition à la Conférence de paix de Paris, délibérant sur le sort de la Syrie, de la Palestine et d’autres anciennes possessions ottomanes d’après-guerre.

Les pétitionnaires insistaient à ce que le sud de la Syrie, c’est-à-dire la Palestine, soit considéré comme « inséparable du gouvernement arabe syrien indépendant », car il ne s’agissait « que d’une partie de la Syrie arabe, dont la Syrie ne s’est jamais séparée ». Les Arabes en Palestine, disaient-ils, avaient « des liens nationaux, religieux, linguistiques, moraux, économiques et géographiques » avec la Syrie, et ont donc insisté pour que la Palestine ne soit pas « détachée du gouvernement arabe syrien indépendant ». La « Palestine » devrait faire partie du sud de la Syrie, à condition que cette dernière ne soit pas sous contrôle étranger ».

Ceux qui faisaient ces demandes seraient tous aujourd’hui considérés comme des Palestiniens. Pourtant, ils seraient déconcertés au-delà de toute mesure s’ils pouvaient être transportés un siècle plus tôt et contraints d’écouter la rhétorique d’aujourd’hui sur les Palestiniens – peuple autochtone de Palestine.

Musa Kazim al-Husayni, qui, à la tête du conseil municipal de Jérusalem, a déclaré en octobre 1919 : « Nous n’exigeons aucune séparation de la Syrie ».

Même Ahmad Shukairy, qui dans les années 60 était président de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), a reconnu qu’à la fin de la Première Guerre mondiale, personne ne parlait des droits du peuple palestinien ; en revanche, ce qui était dans l’air, c’était l’union des Arabes de Palestine avec les Arabes de Syrie : le slogan était « Unité, Unité, du Taureau [Montagnes] à Rafah [à Gaza], Unité, Unité ».

En fait, le mot « Palestinien » était plus souvent appliqué aux Juifs qu’aux Arabes musulmans. Pendant la période du mandat, certains Arabes ont rejeté le terme, expliquant : « Nous ne sommes pas palestiniens, nous sommes arabes. Les Palestiniens sont les Juifs ».

Auni Bey Abdul-Hadi, dirigeant arabo-musulman, considérait le terme avec le même dédain, déclarant à la Commission Peel en 1937 : « Il n’y a pas de pays nommé la Palestine ! « Palestine » est un terme que les sionistes ont inventé ! Il n’y a pas de Palestine dans la Bible. Notre pays fait partie de la Syrie depuis des siècles ».

L’historien arabo-américain Philip Hitti a témoigné devant la commission d’enquête anglo-américaine de 1946 : « La Palestine n’existe absolument pas dans l’histoire », ce qui signifie qu’il n’y a jamais eu de nation portant ce nom.

Cependant, au début des années 60, la situation vira radicalement. Le projet de la constitution de 1963 de l’OLP – Organisation de libération de la Palestine, se réfère en fait aux « Palestiniens », comme s’il s’agissait d’un peuple distinct et facilement identifiable. « Tous les Palestiniens », déclare-t-il, « sont des membres naturels de l’Organisation de libération qui exercent leur devoir dans la libération de leur patrie conformément à leurs capacités et à leur efficacité ».

Aux premiers jours de l’existence des Palestiniens, le fait de leur non-existence dans l’histoire était beaucoup plus largement connu qu’aujourd’hui. En 1969, le Premier ministre israélien Golda Meir, déclarait « qu’il n’y avait rien de tel que des Palestiniens… Ce n’est pas comme si un peuple palestinien existe en Palestine se considérant comme tel, et nous serions venus, les avions jetés et avions pris possession de leur pays. Ils n’existaient pas ». En fait, a-t-elle noté, un « peuple palestinien indépendant avec un État palestinien » n’a jamais existé.

Les Arabo-musulmans de Palestine le savaient également. Le président syrien Hafez el-Assad déclarait un jour à Yasser Arafat : « Vous ne représentez pas la Palestine autant que nous. N’oubliez jamais ce point : le peuple palestinien n’existe pas, il n’y a pas d’entité palestinienne, il n’y a que la Syrie. Vous faites partie intégrante du peuple syrien, la Palestine fait partie intégrante de la Syrie. C’est donc nous, les autorités syriennes, qui sommes les véritables représentants du peuple palestinien ».

Le prince Hassan de l’Assemblée nationale jordanienne disait simplement le 2 février 1970 : « La Palestine est la Jordanie et la Jordanie est la Palestine ; il n’y a qu’une seule terre, avec une histoire et un seul et même destin ».

Zohir Muhsein, membre du comité exécutif de l’OLP, a également reconnu que le peuple palestinien était une invention de propagande dans une interview accordée en 1977 au journal néerlandais Trouw :

« Le peuple palestinien n’existe pas. La création d’un État palestinien n’est qu’un moyen nous permettant de poursuivre notre lutte contre l’État d’Israël pour notre unité arabe. En réalité aujourd’hui, il n’y a pas de différence entre les Jordaniens, les Palestiniens, les Syriens et les Libanais. Ce n’est que pour des raisons politiques et tactiques que nous parlons aujourd’hui de l’existence d’un peuple palestinien, car les intérêts nationaux arabes exigent que nous posions l’existence d’un « peuple palestinien » distinct pour s’opposer au sionisme.

« Pour des raisons tactiques, la Jordanie, qui est un État souverain aux frontières définies, ne peut pas revendiquer Haïfa et Jaffa, tandis qu’en qualité de Palestinien, je peux sans aucun doute exiger Haïfa, Jaffa, Beer-Sheva et Jérusalem. Cependant, au moment où nous revendiquons notre droit à toute la Palestine, nous n’attendrons même pas une minute pour unir la Palestine à la Jordanie ».

Abdul Hamid Sharif, le Premier ministre jordanien, admit dans sa déclaration en 1980 : « Les Palestiniens et les Jordaniens n’appartiennent pas à des nationalités différentes. Ils détiennent les mêmes passeports jordaniens, sont arabes et ont la même culture jordanienne ».

Le roi Hussein de Jordanie l’a exprimé le plus succinctement en 1981 : « La vérité est que la Jordanie est la Palestine et la Palestine est la Jordanie ».

Le mythe a néanmoins pris racine et il est maintenant largement considéré comme acquis, à notre époque qui a peu de mémoire historique et peu d’intérêt à en gagner plus – que les Palestiniens sont une véritable nationalité et sont les peuples autochtones du pays qu’Israël occupe illégalement.

C’est un succès de propagande que Josef Goebbels et les éditeurs de la Pravda auraient envié, devenu en plus la base. Ayant établi les Palestiniens comme un petit peuple autochtone dont les terres ont été volées par des étrangers rapaces, bien nantis et oppressifs, le temps est venu de retourner à la table des négociations – non pas pour parvenir à un véritable accord avec Israël, mais pour exploiter la victimisation, le statut du nouveau petit peuple inventé de toutes pièces, afin d’arracher de précieuses concessions aux Israéliens.

Si tout ce qui est dit était finalement reconnu comme véridique, il incomberait alors à la Jordanie, à la Syrie, au Liban et aux autres États arabes d’accueillir leurs frères arabes palestiniens. L’affirmation selon laquelle les Palestiniens sont un peuple qui doit avoir un État perdrait beaucoup de sa force. Revenir à la réalité et rejeter les fantasmes de propagande ne pose pas d’inconvénient.

Il est largement temps de faire ce pas.

Lire mon œuvre : L’Origine du peuple juif hors du contexte biblique – où tout ce qui est décrit dans cet article se trouve en long et en large…

Thérèse Zrihen-Dvir

Mettre fin au canular palestinien – Les Palestiniens n’existent  pas – Le « peuple palestinien » est une fiction de propagande. Cessons d’être dupes.

Robert Spencer

Adaptation

Thérèse Zrihen-Dvir

http://theresedvir.com/ (Copier coller sur google chrome)

https://theresezrihendvir.wordpress.com/

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Lotus

Personnellement, je comprends les Israéliens de vouloir se débarrasser des arabes palestiniens, car ces individus sont des musulmans et c’est impossible de s’entendre avec les musulmans à cause de leur religion pourrie. Et essayer de les convertir au christianisme, c’est impossible, donc le mieux c’est de les ignorer, de ne pas leur adresser la parole et s’ils nous parlent, ne pas leur répondre.
Vu qu’il est impossible, ici, sur RL, d’avoir un débat serein sur le conflit Israël/Palestine, moi, c’est fini, je ne lirai plus les articles de Mme Thérèse. Ou faites des articles sur le judaïsme, essayez de convertir nos athées patriotes amoureux de la laïcité et voir leur réaction. Ou osez nous parler de l’origine des Hébreux et ensuite leur Histoire.

Lotus

Les Français qui aiment les arabes musulmans sont les socialistes, les communistes, les écologistes, ce n’est une grande révélation ce que j’écris et ce sont eux qui défendent toujours les pauvres palestiniens et les pauvres arabes en général. Personne ne les aime, alors eux les prennent en pitié, volent à leur secours. Quel grand coeur ils ont! Mais aussi, les socialistes et les communistes sont des anti cathos et des anti chrétiens, voilà une autre bonne raison d’aimer les musulmans, car eux aussi haïssent les chrétiens et les juifs, les personnes de confession judaïque. Partageant la même opinion sur les chrétiens et les juifs, c’est normal qu’ils soient devenus des alliés.

Lotus

Encore une fois, on lit des commentaires très hystériques venant des Juifs Français. Vous avez l’épiderme ultra sensible, la moindre critique vous fait bondir. Votre pays, ce n’est pas la France, mais Israël. Voici, pour vous, les amoureux d’Israël, les passionnés d’Israël, en général, les FDS patriotes sont nettement du côté d’Israël et donc PAS du côté des arabes palestiniens ou des arabes tout court. Pourquoi? Facile, on a au minimum 12 millions d’arabes musulmans en France et ils nous emmerdent quotidiennement et même s’ils ne nous emmerdaient pas, on ne veut plus leur voir la face, ce ne sont pas nos compatriotes, nos frères. Sans parler qu’il y a parmi eux des fous au couteau ou à la kalachnikov qui nous tirent dessus sous prétexte qu’on est des infidèles ou des blancs.

POLYEUCTE

“Peuple” palestinien est un bien grand mot pour désigner ces éternels envieux.
Ils ont un “modèle” devant eux. Qu’ils fassent pareil !!
Comme nos arabes, ils préfèrent les subventions…

Lotus

Ouais, les palestiniens n’existent pas, dites-vous, c’est possible, mais pourquoi les Hébreux, le peuple élu, divisés en 2 tribus, celle d’Israël et celle de Juda, ont quitté leur terre promise en l’an 70 pour aller au Maghreb, en Europe de l’est et en Allemagne?
N’ont-ils pas abandonné leur pays aux Romains et aux tribus arabes qui rôdaient dans le secteur?
N’ont-ils pas désobéi à l’Éternel en quittant leur pays de lait et de miel?
Auraient-ils manqué de foi? Connaissaient-ils la Torah? Savaient-ils lire?
Signé un chrétien protestant.

Eric des Monteils

Dès que l’on touche à ce sujet, (ayant lu la totalité des commentaires), on arrive à tout et n’importe quoi, mais aussi à des vues assez raisonnées.
Je n’aime pas les peuples musulmans . . . .sauf losqu’il sont CHEZ EUX ! ! ! N’en déplaise à tous ceux qui ne regardent que d’un seul côté.

Benard Atlan

Eric, a ne regarder les choses que d’un œil, vous allez finir par ne pas voir ce qui peut vous arriver par l’arrière. Suis je stupide, vous aimez peut-être cela.

Énée

Quelle vulgarité…, vous êtes à vomir. Comment Riposte Laïque peut-il accepter de publier vos rédactions odieuses et méprisables.

Jonathan

Mais vous-même, que faites-vous ? Vous ne publiez de commentaires que lorsqu’il est question du conflit israëlo-arabe. Vous n’avez pas publié un seul commentaire sur un seul autre sujet.

zéphyrin

Thérèse, vous auriez dû vous contenter du titre.
parfois à vouloir trop prouver…tandis qu’un bon titre qui flatte l’œil et qui fouette l’imaginaire , enflamme les réseaux sociaux est économe d’effort et de très bon rapport.
croyez moi les gens ne se souviennent vraiment que des titres ..à défaut de bons mots, .l’histoire le prouve chaque jour.

Jonathan

Disons plutôt qu’elle n’a rien de plus à dire qu’elle n’ait déjà dit mille fois, et que ses éternels articles sionistes commencent franchement à nous gaver.

Urbain

Il n’en reste pas moins que les “Palestiniens” ou plutôt leurs dirigeants bouffent et se gobergent à tous les rateliers de l’aide internationale. Le peu d’argent qui ne va pas dans la poche des caïds se retrouve dans les tunnels pour passer de la drogue, des armes ou des combattants; pas dans des hôpitaux ou des écoles (sauf coraniques).

la libellule

Tout à fait juste – la faute incombe à tous ces couards et lâches de chefs d’état qui les financent…

Jonathan

Tout à fait, mais il ne faudrait pas oublier qu’Israël n’irait pas loin sans toute l’aide qu’il reçoit tout aussi généreusement et incondItionnellement des états-unis.

BobbyFR94

Et encore un commentaire stupide !!! Croyez-vous vraiment que les USA “donne” à ISRAËL, sans rien en retour ?

Les USA n’ont que des intérêts, même si je reconnais que favoriser son pays, pour un président, me parait logique !!!

ll serait sans aucun doute très intéressant de regarder de plus près ce qui lie ces 2 pays sur un plan économique…

patphil

il y avait bien des arabes (chrétiens ou musulmans) en palestine avant 1948, non? comment les appeliez vous? comment les appelez vous aujourd’hui ?

la libellule

Ils étaient fiers de s’appeler arabes – Ils ont troqué leur identité arabe contre celle fausse de palestiniens…

Eric des Monteils

Encore une confusion entre race et nationalité. Il faut quand même faire un petit peu attention tout de même !

Eric des Monteils

Vous avez raison, et il faut un peu de distance pour définir cela.

Blanc de peau

Peut-être, que les appeler terroristes ? Cette définition est elle trop traumatisante pour les islamos collabo.

Jonathan

Oui, il y avait du monde dans ce territoire dont peu importe s’il s’appelait déjà ou pas encore la Palestine, et comment s’appelaient ces gens-là, s’ils étaient seulement un peuple ou déjà une nation.
Les juifs essayent bien-entendu d’occulter cela, et plus encore le fait qu’ils ont expulsé tous ces gens… ça ferait tache avec leur profession de foi habituelle d’opprimés et de persécutés…

BobbyFR94

Ah ? les “palestiniens” ont été “expulsés ? Vous avez des liens prouvant et de manière historique, sans aucun doute possible, que le faux peuple a été viré par les méchant israéliens ?

C’est bizarre, parce que je n’ai rien trouvé qui prouve la déclaration que vous faîtes !!!

https://www.terrepromise.fr/2018/09/05/le-mensonge-palestinien-revele-par-des-ecrits-datant-du-14eme-au-20eme-siecle/

A lire, vous allez voir, vous allez vous instruire, et d’abord arrêter d’écrire des connerie sur un sujet que, manifestement, vous ne maîtrisez pas tout d’abord !!!

Ivan Greindl

Curieux article, Madame. Il me semble (subjectivement) fort teinté de partialité. Car, il paraît évident, pour le ‘citoyen lambda’ que je suis, qu’Israël a une solide part de responsabilité dans le sort des habitants de la Bande de Gaza.
BIEN SÛR que les divers riches gouvernements arabes voisins auraient pu résoudre le “problème palestinien”, depuis 1947, en aidant leurs ‘frères’ musulmans ! On aurait alors oublié depuis longtemps jusqu’à l’existence des camps comme ceux de Sabra et Chatila.
Il est toutefois incontestable que les abus, comme la ‘colonisation’ continue de nouveaux territoires et la destruction d’écoles et autres bâtiments payés par l’U.E. ont eu lieu et sont des scandales.

la libellule

à Ivan – pourquoi appelez vous colonisation la reprise de territoires juifs envahis et occupés par des arabes? Oh vous savez, n’allez pas très loin… vous aurez votre part ici en Europe lorsque les arabos musulmans la revendiqueront comme la leur…C’est leur manie de prétendre à la possession des terres qu’ils ont envahies…d’une manière ou d’une autre…en Europe c’est par une immigration massive…En Palestine, c’était parielle..Ils venaient pour gagner leur pain…

Jonathan

On appelle ça colonisation, ducon, parce ce que ces territoires n’ont pas été envahis et occupés par les Arabes : c’est vous, les juifs, qui les avez abandonnés à partir de 70 de l’ère chrétienne pour ne plus y revenir.
Et sans l’ONU et les “goys” qui ont bien voulu vous redonner la “terre de vos ancêtres” (en réalité déjà piquée aux Philistins, Amoréens, Jébusiens, etc.) vous habiteriez encore dans des ghettos dans des villes d’Europe centrale.

BobbyFR94

Vous êtes quoi, un TROLL, un GAUCHO, un NAZISLAMISTE ?

Je vous ai donné un lien dont la teneur est basée sur des faits historiques !!

https://www.terrepromise.fr/2018/09/05/le-mensonge-palestinien-revele-par-des-ecrits-datant-du-14eme-au-20eme-siecle/

rosa

Je vous signale pour votre gouverne que les juifs de la bande de Gaza n’y sont plus depuis 2005 ils ont été viré par Ariel Sharon unilatéralement pour céder à la demande internationale. Et a quoi cela as-t-il servit? à une base pour balancer des roquettes sur les populations civiles juives. Voilà monsieur. la bande de Gaza s’appelait le Gouch Katif. C’était un jardin avant que ces terroristes multiplient leurs actes.
ROSA

Marcel Gotlib

Gaza, n’est-ce pas un ghetto, zone de terre soumise à un blocus israelien et égyptien, soumis a son grand voisin très démocratique pour l’approvisionnement en fuel eau et électricité medoc et autres, le grand plan de Trump, prévoit l’annexion pure et simple des colonies israéliennes de Cisjordanie avec des routes protégés par l’armée Israélienne,
Équitable ecrivez-vous…… Les snipers de l’armée Israélienne ont fait de jolis cartons sur les manifestants de Gaza comme si ils jouaient à Call of duty……

Ivar

Je vais te tutoyer, tellement ton article de propagande est une insulte obscène à l’Histoire.
Les Philistins, peuple datant du 12 ème siècle avant J.C, occupait l’actuelle bande de Gaza.
Pour ta gouverne, le nom Palestine, est un derivé de Philistin.
Attesté par Herodote au 5ème siècle avantJ.C, Ptolemee ainsi que le Deuterome de l’Ancien Testament en parle.
Les Philistins remontent même avant l’Antiquité, pour flirter avec l’âge de Fer et de bronze.
Philistin signifie “peuple de la mer”.
Et les Palestiniens ont gardé ce nom à travers l’empire romain, assyrien, arabe, ottoman, et mandature britannique.
Et tu sais quoi?
3500 ans après, ils sont toujours là.
Ne t’en deplaise.
Shalom.

julius

Salam carse les muz sont des gens qui demandent et ne foutent rien dehors on vous mettra d’Occident et de Judée Samarie peuple inventé par le KGB à quand une bombe H sur votre gueule racaille, parasite, 7eme race après les crapauds.

Winston

Encore un mensonge délibéré , une propagande façon Goebbels.
Les Philistins n’étaient pas arabes , l’archéologie le prouve.
Faut se tenir au courant des découvertes scientifiques et archéologiques.

Saint-Plaix

Si tous les analphabètes de la planète voulaient bien arrêter d’appeler systématiquement “arabes” les peuples indigènes (ou ce qu’il en reste!) de la Palestine qui est un couloir géographique dont une petite partie seulement a eu dans la Haute Antiquité un peuplement partiellement juif (de natifs ou de convertis) on ferait déjà un grand progrès dans la compréhension de la situation ethnique de la région
Je ne connais pas le Robert Spencer de service, mais voir un écrivain (ou un essayiste) oser qualifier d’oeuvre une de ses productions en dit déjà long sur la suffisance su personnage!

la libellule

Saint-Plaix – vous appelez des indigènes qui se croient syriens ou Jordaniens? Depuis quand la Jordanie existe? Le savez-vous? Elle s’appelait la Transjordanie et a été offerte -75%- du territoire de la Palestine mandataire – à un bedouin, qui s’est mis une couronne sur le crâne et est devenu roi…puis, son appétit grossissant il a envahie la Judée et Samarie dont il a nommé Cisjordanie après l’avoir nettoyé de toute présence juive… Un autre idiot qui veut nous faire avaler des grenouilles – vous ferez mieux de vous instruire au lieu de débiter des sornettes.

Jonathan

C’est marrant, avec vous il n’y a donc rien qui existe ? Je savais que vous niez l’existence de la Palestine, et en vous lisant je m’aperçois que la Jordanie n’existe pas non plus !
Je crois qu’il faudrait que vous arrêtiez de vous shooter à la lecture des livres de “l’ancien testament” et que vous compreniez que nous sommes en 2020.
Vous n’êtes pas le centre du monde. Vous n’êtes pas le peuple élu. Vous êtes juste un peuple bouffi d’orgueil que vous feriez bien de ravaler.

la libellule

Winston… bien répondu.

la libellule

à Iva, je te conseille de retourner à l’école primaire pour t’instruire… Les philistins étaient d’Europe et ils ont disparu depuis des millénaires…Des lacunes grotesques pareilles me font rire…

Jonathan

Non, les Philistins venaient de la planète Mars. C’est eux qui ont inventé les OVNI.

Benard Atlan

Ivar, les Israéliens sont à leur juste place.
Les autres aboient mais ne peuvent rien.
Tu peux le faire avec eux et tutoyer la rédactrice de ce texte.
Tu ne peux rien changer. C’est la seule vérité !

Jonathan

Les Israëliens sont à leur place puisque la création de l’état d’Israël est un fait.
Mais quand on voit comment vous traitez vos voisins, on se dit qu’on aurait peut-être mieux de ne pas vous redonner de pays.

BobbyFR94

C’est bizarre, vous ne parlez pas de la façon dont les “voisins qui dirigent” en question, traitent leur “peuple”, et comment ils” traitent” les israéliens…

Chaher Soliman

Très d’accord avec Ivar. Bravo!

Lire Aussi