Michel Rocard : mort d’un ennemi de la Nation ami des patrons

Publié le 6 juillet 2016 - par - 22 commentaires - 1 497 vues
Share

Rocard3« L’urgence est qu’il va falloir finir par tomber d’accord pour dire : les souverainetés nationales ont dépassé leur stade d’efficacité, elles entrent dans la période de la nuisance ». Ce cri du cœur a été prononcé par Michel Rocard, le 2 septembre 2010 à l’université d’été du Medef en conclusion d’un discours qui attribuait au patronat le monopole de la connaissance du monde extérieur susceptible d’inspirer les nouvelles autorités : « Le seul milieu qui connaisse quelque chose au monde extérieur, ce n’est pas vraiment les journalistes ; ce n’est pas les hommes politiques, ils ne sont référés qu’à leurs seules traditions ; ce n’est pas le monde salarial et ses syndicats ; ce n’est pas beaucoup les intellectuels, trop sensibilisés à leur langue et à leur culture ; c’est vous les patrons. Vous n’avez pas de substituts. Vous êtes la seule expertise en connaissance du monde extérieur par rapport à ce qui s’y passe. Dites vos peurs, faites pression, il est grand temps mais laissez pas passez… »

http://www.dailymotion.com/video/xepq6z_rocard-a-l-universite-du-medef_news?start=0%23from=embed

Ce laïus a été prononcé par Michel Rocard en plénière, en début d’après-midi, les joues rosies (in vino veritas !) assis à la tribune à côté Dominique Reynié un tantinet gêné par autant de franchise et de Pascal Lamy. Pascal Lamy un proche de François Hollande qui avait plaidé pour des « petits boulots » payés en dessous du Smic. « Pascal Lamy à l’OMC et DSK au FMI, les socialistes français sont à la tête du capitalisme mondial » avait naguère fait remarquer Jean-Pierre Chevènement.

C’est là qu’on mesure l’abîme qui sépare la première gauche incarnée par Jean-Pierre Chevènement et la deuxième gauche incarnée par Michel Rocard. Entre Le CERES et le PSU le fossé s’est creusé après la contre-révolution de 1968.

Mais Michel Rocard était un homme sincère qui croyait à la force des idées écrit Jean-Pierre Chevènement. Florian Philippot ajoute qu’il avait une certaine élégance. Il était accusé de dérive droitière par des « camarades » beaucoup moins sincères que lui qui faisaient exactement la même politique que lui. Par exemple, Pierre Mauroy, un homme classé à gauche était sur la même ligne que Rocard. Lire « Pierre Mauroy, contre-panégyrique pour une crapule de droite ».

Michel Rocard avait en commun avec Pierre Mendes France son mentor et avec Jean-Pierre Chevènement d’avoir manqué son rendez-vous avec l’histoire en n’accédant pas à la magistrature suprême. Trop honnête, trop sincère, pas assez retors et menteur, pas un « tueur » comme disent les acculturés. Le Florentin, François Mitterrand, avait transformé les trois ans de Rocard à Matignon en une sorte de cohabitation. En 1994 pour les élections européennes il s’était arrangé pour que Bernard Tapie soit tête de liste du MRG afin de réduire le score de la liste du PS emmené par Michel Rocard à une peau de chagrin. Berlusconi et Tapie étaient devenus les hérauts de la fausse gauche.

Un autre trait de caractère de Michel Rocard était son goût pour le compromis. Il ne voulait fâcher personne ce qui lui valait d’être apprécié par les médias mais ne suffit pas à faire une politique digne de ce nom. Le compromis obtenu en Nouvelle-Calédonie est une bombe à retardement qui va bientôt nous exploser à la figure.

Michel Rocard n’était pas un républicain. En 1989 en poste à Matignon lors de l’affaire du voile de Creil, le Munich de l’école républicaine, il n’a rien fait pour s’opposer à Lionel Jospin qui s’était lâchement défaussé sur le Conseil d’Etat. Un avis juridique ne peut remplacer une politique !

Michel Rocard n’était pas un patriote. Il avait pris fait et cause pour l’amputation des départements algériens. Il n’était ni Guy Mollet, ni François Mitterrand ni Jacques Soustelle.

Il était favorable à l’entrée de la Turquie dans l’UE aux alentours de 2023. Il avait écrit un livre avec Ariane Bonzon : « Oui à la Turquie ». Il y développait que l’Europe ayant renoncé à la puissance politique, elle n’était plus qu’une vaste zone de libre-échange, et que dans ce cas, l’adhésion de la Turquie ne posait pas de problème. Mais La Turquie, le pire ennemi de l’Europe et de la chrétienté, n’a quant à elle renoncé ni à la puissance politique ni à sa puissance impériale. Elle n’entrera en Europe qu’en position dominante, pour en prendre possession quand le rapport de force lui sera favorable. Croire qu’elle consentira à des délégations de compétences, à des transferts de souveraineté ou qu’elle se soumettra à l’acquis communautaire est faire preuve de méconnaissance, d’irénisme ou de mauvaise foi. Dans le cas de Michel Rocard j’ai la faiblesse de penser qu’il s’agit d’irénisme.

Michel Rocard était un ennemi de la Nation ami des patrons, sincèrement à droite il se pensait sincèrement de gauche.

Pascal Olivier 

http://blog.pascalolivier.fr/

http://reconquete-republicaine.fr/

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de

Sarkozy n’était pas aux Invalides pour le général Bigeard, j’avais trouvé cela honteux…mais il y était hier pour Rocard, !!!! Ce n’est pas seulement honteux, il montre qu’il est suce-boules des plus grands nuisibles de gauche : les français s’en souviendront-ils l’an prochain ???
http://saintdenislabauneump.blogspot.fr/2016/05/dien-bien-phu-il-y-62-ans-nonobstant.html
http://saintdenislabauneump.blogspot.fr/

De Navarre

Que dire de plus, il est parti comme il a vécu! Oui, c’était un ennemi de la France, mais qu’est-ce qu’il en a bien profité le bougre!

Jacques Goguy

Un parasite de moins.

François de France

« Certains considèrent le chef d’entreprise comme un loup à abattre, d’autres comme une vache à traire, peu voient en lui le cheval qui tire la charrue. »
Sir Winston Churchill (1874-1965), homme d’État britannique, prix Nobel de littérature en 1953

Sur mon blog et celui de Reconquête républicaine, j’ai ajouté ce paragraphe juste avant la conclusion : « Dans le même registre du renoncement à la puissance politique et la puissance tout court, il était partisan de l’abandon de notre Force de dissuasion nucléaire. Il en était resté à l’obsolète fin de l’histoire de Francis Fukuyama, fin des guerres idéologiques et consensus sur la démocratie libérale. Pour mémoire c’était Jean-Pierre Chevènement qui avait naguère peser de tout son poids pour convaincre la gauche de conserver notre force de frappe. Michel Rocard s’apprêtait à soutenir la candidature à la présidentielle d’Alain… lire la suite

jean marie

Et en plus on lui rend les honneurs , quel honte pour ce traitre , mais ceux qui l ‘ honore sont des traitres alors !!!!!!!

Allobroge

Michel ROCARD c’est ce monsieur qui, en fin de parcours, fut nommé ambassadeur des pôles (sud et nord) ! Encore un qui croyait aux « valeurs républicaines de Gôche » sans doute !…Et payé combien par mois pour instruire les pingouins ?!…

François de France

ambassadeur des pôles (sud et nord)

Ambassadeur de rien :
– primo : il n’y a jamais été
– deusio : (en l’état actuel des connaissances) il n’y a rien au PN et au PS

François de France

Le plus terrible pour lui, pire qu’un placard, un placard en pleine nature, loin de tout, dans des pays sans maisons, sans gouvernements, sans habitants… Imaginez le cocasse : « L’ambassadeur plénipotentiaire Michel Rocard auprès des pôles n’a jamais été convoqué auprès des gouvernants de ces lieux, il n’y en avait pas… Triste fin pour celui qui prétendait gouverner le ciel et la terre, l’air, le passé et l’avenir ! » Le futur oublie l’insignifiance, d’autant plus rapidement qu’elle était outrecuidante.

Frank

Allez hop à l’ équarrissage !

WOLFRED

un porteur de valise est un traitre a la nation , surtout pour le FLN , assassins de jeunes Français , les traitres pendant la deuxième guerre mondial avaient droits a 12 balles dans la peau , mais la France n’a pas eu le courage de jugé ses gens là et au contraire ils nous gouvernent , les Français n’ont pas de mémoire ni pour l’Indochine , ni pour ,l’Algérie , De gaulle aurait du faire le ménage , socialo communard tous des traitres a la France ,la preuve ils ont pris le parti de l’islam

vivementlafin

Merci infiniment pour tous ces rappels, sur un autre plan (le plus important selon moi) je serai curieux de connaître ce que ce salopard s’est mis dans les fouilles en 60 années de carrière ! la bonne nouvelle est, qu’ils finissent par crever

Yves ESSYLU

« ami des patrons » on retrouve la lutte des classes du bon marxiste bien de chez nous, MRC en l’occurrence comme ce bon Florian, qui par ailleurs feint de s’étonner de la disparition des emplois et d’une dette abyssale Avec un « ami » qui met en place l’assistanat via le RMI, le boulet de la CSG et déclare que la France doit prendre sa part de la misère du monde, pas besoin d’ennemi En réalité selon mes anciens en treillis et placard de médailles, le sous lieutenant Rocard était un porteur de valises du FLN et effectivement un ennemi de la Nation… lire la suite

JEAN PN

Michel Rocard … Les socialauds … Oh Putain !!!… Et dire que certains leur lèchent encore les bottes !

GVS

A tout le moins je penserai a autre chose au moment de l’hommage « national » en regrettant que les Invalides soient le lieu choisi

La Mécréante !

@GVS,
c’est lui qui a imposé Les Invalides dans son testament. C’est sa manière de tirer un bras d’honneur à ceux qui lui ont barré la route de l’Elysée…

il a la haine tenace.

montecristo

Au sujet de l’abandon de l’Algérie, Rocard prétendra que : « La victoire sur le terrain ne suffit pas et l’armée doit s’en remettre à la politique qui avait d’autres soucis que ses états d’âme ». Un Premier Ministre français, porteur de valises, condamnait ainsi en quelques mots l’action de l’armée française.

Xénokiller

Rocard aura été aussi un porteur de valise du FLN, un militant anti-nucléaire primaire opposé à la Force de dissuasion nucléaire française, un défenseur des dérives budgétaires qui minimisait les conséquences tragiques du déficit public français devenu abyssal depuis que lui et des individus semblables à lui en avaient assuré la « gestion », et j’en passe… Cet individu aura été aussi un ministre de Mitterrand comme chacun le sait. Et c’est peut-être cela le plus grave de tout. Mitterrand en arrivant au pouvoir a inauguré une nouvelle ère dont nous ne sommes plus sortis : celles des plus viles ordures et… lire la suite

La nouvelle ère a hélas commencé avant Mitterrand.

J’ai en effet omis de dire que Rocard était partisan d’un abandon de notre Force de dissuasion nucléaire. Rocard qui s’apprêtait à soutenir Juppé qui lui aussi est pour l’abandon de notre Force de frappe.

PUGNACITÉ

Un porteur de valises ennemi des patriotes et de la patrie n’est pas respectable.
En outre,ses discours nébuleux et abscons n’étaient compréhensible que par lui et ses comparses censés appartenir à l’intelligentsia Française socialiste.
Malheureusement il a été un parasite inutile social de la France qui l’a largement rémunéré tant en tant que haut fonctionnaire que l’élu.
D’aucuns diraient j’irai. Craché sur vos tombes…ce que je ne ferai pas mais comprendrai néanmoins.

antécumé

Qui est capable d’affirmer ou d’infirmer telles ou telles prises de positions de cet homme remarquable car dès lors que ses idées quittaient son cerveau pour atteindre ses cordes vocales cela se traduisait par un charabia totalement inaudible pour le commun des mortels !

Kahnawake

Comme disait excellement Rivarol: »les idées étaient dans sa tête comme des vitres mises en caisse,claires séparemment mais obscures mises ensemble. »