Michou s'en va et Paris s'éteint un peu plus


(Crédit photo : Wikipédia)
Après Patachou en 2015, une autre figure de Montmartre, Michou s’en est allé… Montmartre, depuis envahi par le tourisme de masse – façon Mont-Saint-Michel –, fut longtemps un îlot de liberté, loin de la ville de plus en plus conformiste ou violente d’en bas, selon les quartiers, là où Paris s’étale « tortueusement couché le long des deux rives de la Seine » (Balzac).
De son vrai nom Michel Catty, l’éternel homme en bleu à la voix rieuse, devenu le Prince bleu de Montmartre, l’ami de tous, connus ou pas – il n’oubliait pas ses origines modestes –, est donc décédé. Il venait d’une époque où il était encore possible de s’amuser de tout sans risquer les foudres de tel ou tel. Et, tout homosexuel qu’il était, il n’affichait pas une hétérophobie dogmatique. Tout le monde venait donc chez lui, en famille même car il bannissait la vulgarité dans ses spectacles. Le Menhir en personne s’est rendu dans son cabaret, photographié à ses côtés.
Son cabaret mythique, qui avait fêté ses soixante ans en juillet 2016, ne lui survivra pas, selon ses vœux : « Lorsque j’aurai tiré ma révérence, je souhaite que mon cabaret ferme définitivement ses portes », confiait-il dans son autobiographie parue en 2017, Michou, prince bleu de Montmartre.
Le choc de la disparition de ce sympathique Amiénois – nettement plus que l’autre, néfaste et malfaisant, qui voudrait diriger la France comme un patron du CAC 40 ! – va bien au-delà du personnage, que nous connaissions fort peu, à dire vrai, pour la plupart. Non, c’est quelque chose de plus mélancolique : c’est un morceau d’autrefois qui se fait à nouveau la malle, comme Mireille Darc, Johnny Hallyday ou plus récemment Alain Barrière. Cet autrefois, c’était lorsque la France s’aimait et n’avait pas à s’excuser d’être ce qu’elle est. De Michou, si ses volontés sont respectées, il ne restera plus qu’une plaque à l’emplacement de son cabaret. La fête est finie. Les gens diront : « C’était Chez Michou, ici ! »
Pour qui a connu cet autre Paris, il est donc des disparitions, qu’elles soient humaines ou pas, qui font mal parce qu’elles enfoncent un peu plus le clou de la fin d’un monde. Ainsi, se balader rue de Verneuil ce n’est plus comme avant parce que Serge Gainsbourg est mort. Croiser Agnès Varda, rue Daguerre, est devenu impossible. Le cinéma Kinopanorama – autre lieu mythique –, dans le 15e arrondissement, n’existe plus ; ce cinéma où, un soir, je découvrais l’immense tête de Depardieu, transfiguré dans le Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau. Et que dire des librairies qui s’en vont une à une, remplacées par d’insipides magasins de fringues ou de téléphonie mobile ?
« Le vieux Paris n’est plus / (la forme d’une ville
Change plus vite, hélas ! que le cœur d’un mortel) », écrivait Baudelaire…

Michou, qui inspira jadis Jean Poiret pour l’écriture de La Cage aux Folles, s’inscrit dans cette nostalgie amère, lui qui montait sur scène tous les soirs, s’inquiétait de savoir si les clients étaient satisfaits du repas et du spectacle de ses « Michettes », ces travestis rigolards et fameux bien au-delà de Paris. Lui qui, enfin, invitait une fois par mois des petits vieux du quartier – en hommage à sa grand-mère d’origine très modeste – sans le claironner sur tous les plateaux de télévision, comme le font certaines indécentes stars de paille, qui brûleront assez vite pour qu’on les oublie…
Désormais, dans un cercueil bleu, il s’en ira rejoindre Marcel Carné, Eugène Boudin, Marcel Aymé et quelques autres, au cimetière Saint-Vincent de Montmartre…
Charles Demassieux

image_pdf
0
0

34 Commentaires

  1. Un homme simple et chaleureux.Ses spectacles n’avaient rien à voir avec les gay-prides dont je ne m’identifie pas en étant homosexuel, marié en 2014 et vivant avec mon conjoint depuis 22 ans.

  2. Adieu, Michou,parti pour le paradis bleu.Mais pourquoi n’avoir pas voulu que son cabaret continue apres lui? N’est ce pas un manque d’humilite ?

  3. Excellent article! Qui exprime ce qu’une sensibilité française devait réaliser de cette disparition. Merci Charles Demassieux!

  4. Parisien depuis toujours, sacré nb d’années, j’ai vu MON Paris disparaitre.
    La « Libération » d’antan, devient Occupation !
    Montmartre, Boul’Mich, Champs Elysées, etc…
    Tant de noms bien Français disparus… Les Vieux de la Vieille…. France !
    J’espère que la « Partition » existe, au moins, là Haut !
    (De mon prénom Michel, gamin, on m’appelait… Michou !)

  5. Qu’on fasse l’éloge de la courageuse Mila, patriote avant d’être lesbienne, c’est une chose.
    Mais pleurer Michou, faut pas déconner !!!

    • Et bien riez donc aux éclats si tel est votre sentiment. Vous êtes libre de manquer de compassion, personne ne s’en offusquera soyez-en sûr. Moi comme tout le monde je m’émeus car en effet son homosexualité était le contraire du lgbetisme, la consécration même de l’image de la femme d’un autre temps, la certitude de ne rien vouloir démolir contrairement à ce que font certains. Alors oui ce Paris nous manquera.

    • Il a donné du bonheur à des milliers de gens avec ses joyeux et humoristiques spectacles, sans la moindre aigreur, sans la moindre méchanceté. ça devient rarissime. J’y suis personnellement allée deux fois, chez Michou. Et j’y serais bien allée une troisième fois. Alors oui, beaucoup le regrettent et à juste titre..

  6. Michou incarnait pour le plus grand plaisir de tous une homosexualité joyeuse et non pas victimaire et revendicative. Qu’il repose en paix.

    • Oui eh surtout pas vulgaire comme on peut le découvrir à la télé lors du défilé de la gay pride ou malheureusement pour l’image de la France au 14 juillet à l’Elysée invités de Macron avec paroles, et photos ! A VOMIR TOUTE CETTE VULGARITE VENANT DE TOUT CES DEJANTES CAMES, que tout les flagorneurs présents et rampants devant Macron et sa vieille, applaudissaient à tout rompre.

  7. Ouai ! bon ! Moi aussi je suis né à Montmartre, et on en fera pas une histoire. D’autant pour ce qu’est devenu le 18) arrodissement . . . . . Bougnoulisé jusqu’à la moelle.

    • Eric de monteils …..respect !…tu fait partie des exeption qui confirme la rêgle ! 👍👏

  8. Mila et Michou sont dans un bateau. Mila tombe à l’eau.Qui s’en émeut ? Pas la LGBT ! Michou tombe à l’eau, pas de LGBT à l’horizon ! Alors que ces deux personnes devraient être les icônes de cette asso homo. Mila tombe à l’eau, la LGBT l’enfonce pour qu’elle se noie !!!

  9. J’ai rencontré Michou une fois où je participais à un spectacle médiéval dans la maison de retraite située en face de « chez Michou » qui s’appelle « La Providence ». La Directrice de l’époque m’avait dit qu’il invitait les pensionnaires une fois par mois gratuitement à dîner dans son établissement. C’était quelqu’un de charmant, même avec quelqu’un comme moi qui suis pratiquant hétéro à sens unique.

  10. Michou était donc homosexuel, il était né à AMIENS, çà vous rappelle rien?

  11. Il a tout de même été acteur actif de la décadence de la France !! e la vraie France !!

    • Suricate…Michou n’a en rien participé à la décadence de la Françe.Il affichait une homosexualite joyeuse et décomplexée,jamais agressive ou vulgaire.Michou apportait à la nuit Parisienne un supplément d’ame et de fantaisie que nous pourrons regretter.Les tristes LGBT Q ,qui ne feront jamais rêver personne…

    • Parce que Macron n’est pas un acteur très actif de la décadence de la France ? L’image qu’il donne de la France en invitant la gay pride au 14 juillet à l’ Elysée sans parler de celle qu’il donne dans les magasines de sa personne enlaçant des ex taulards dealers noirs le doigt levé est vraiment affligeante. Michou n’a jamais fait de politique, il est resté dans son monde de la nuit et du show biz et n’a jamais voulu détruire personne mais plutôt apporter du bonheur aux personnes âgés et aux gens qui venaient voir ses spectacles Alors que Macron comme à son habitude joue un double jeu !

  12. Michou une pensée pour lui,de plus il été d’Amiens comme moi,la France s’eteint un peu plus avec ton départ,salut Michou .

  13. Voilà un article parfaitement inutile!
    La nomenklatura sodomite parisienne est en deuil de son égérie? Et alors?
    En quoi ce non-événement du parisianisme friqué concerne-t-il les Citoyens ou la laïcité?
    Vous confondez, vous aussi le sexe et les « genres » taubiro-belkacemiens.
    L’évolution des espèces et la sélection NATURELLE nous ont faits sexués, mâles et femelles. Et pour votre gouverne, les positions du kama soutra « genriste » ne sont que des COMPORTEMENTS individuels. Pas plus!

    • La nature ? … Et les gens qui naissent hermaphrodites, vous en faites
      quoi ? Vous continuez à leur dire de rendre grâce à la nature, peut-être ?
      Votre commentaire est affligeant d’ignorance et de bêtise.

  14. Bof… franchement, en province (c’est à dire en France), on s’en fiche un peu, de Michou et du gay Paris ! Paris, cet abcès de fixation…

  15. RIP cher Michou, tu incarnais une partie du vrai Paris, Montmartre et ses artistes, un Paris oh combien hélas révolu….Souhaitons que ton cabaret ne devienne pas un kebab…

  16. Merci Charles, du fond du cœur merci.
    Merci pour Michou à qui tu rends un bel hommage bien mérité à l’homme simple et généreux qu’il était.
    Et merci pour nous, amoureux de la France en général, et de Paris en particulier ; enfin de cette France d’autrefois dont nous sommes tellement nostalgiques, pas uniquement ceux qui sont d’un âge certain, mais tous ceux qui souffrent de voir l’état dans lequel de dédaigneux salopards se prenant pour l’élite, les mettent… un peu plus bas chaque jour.

Les commentaires sont fermés.