Mieux comprendre la monstruosité d'El Banna, de la famille Ramadan et des Frères musulmans

A l’excellente présentation faite par M. Paul Landau de la « formation » de M. Ramadan et de la « généalogie » de la Confrérie dont il est un des piliers en Europe, il convient d’apporter quelques précisions, qui feront sans mieux comprendre la monstruosité d’El Banna, de la famille Ramadan et des Frères musulmans.
http://www.ripostelaique.com/Six-choses-que-l-on-ignore-au.html
La Confrérie a été fondée en Egypte en 1928. Alors, l’Egypte, contrairement à ce qu’affirment les militants de M. Ramadan et leurs idiots utiles, n’était pas un pays occupé, ni une colonie de quelque puissance que ce fût. C’était un pays libre, souverain et démocratique, qui s’est libéré en 1918 de quatre siècles de sujétion ottomane (une vraie colonisation), qui est membre de la SDN depuis 1923 (un des premiers Etats d’Afrique à le devenir et un des rares Etats arabes à l’être) et qui est une vraie démocratie avec élections libres, presse libre, liberté d’association…
Le gouvernement de l’Egypte alors n’était pas fondamentalement différent de la IIIe République laïque et franc-maçonne. L’Egypte était une terre d’asile pour des dizaines de milliers de persécutés : juifs ayant fui les pogroms en Europe du Sud-Est (et plus tard le nazisme), grecs-catholiques de Syrie et du Liban ayant fui les massacres de 1860 et 1861, Arméniens ayant fui les massacres de 1894-96 et ayant échappé au génocide de 1915, etc.

Elle était aussi une terre d’accueil pour des Italiens fuyant la misère de Calabre ou du Basilicate, de Grecs pauvres, de Français ayant fui les départements occupés entre 1914 et 1918, d’Alsaciens ayant préféré l’exil en 1871 plutôt que de vivre sous la férule du Reich, etc. C’est pour purifier l’Egypte de ces populations allogènes qu’El Banna a fondé sa Confrérie; c’est pour mettre fin à l’arrogance supposée des Juifs (environ 100000 pour 10 ou 12 millions d’Egyptiens) et les contraindre à quitter le Caire ou Alexandrie qu’il a formé des militants; c’est pour couvrir d’une haine sans limite les chrétiens et les coptes qu’il a écrit ses livres; et c’est aussi pour reconstituer le « califat » (le calife est le successeur de Mahomet), c’est-à-dire pour établir un Etat musulman qui réunirait tous les musulmans du monde, qu’il a affronté le pouvoir démocratique d’alors, n’hésitant pas à recourir à l’assassinat.
Bien entendu, les « islamologues », les « sociologues », les « spécialistes du monde arabe », les « arabisants », en bref les idiots utiles dont le prototype a été Berque et qui pullulent au « Monde diplomatique », dans l’Université, dans les associations prétendument « tiers-mondistes », dissimulent ces faits, uniquement pour faire accroire aux gogos que les Frères musulmans, qui forment un mouvement impérialiste et fasciste, au racisme primaire et viscéral, seraient « progressistes », qu’ils lutteraient pour « l’émancipation des musulmans », qu’ils auraient pour but l’amitié entre les peuples, et autres contes à dormir debout, ou pour justifier les alliances qu’ils ont passées avec eux.
Jean-Gérard Lapacherie

image_pdf
0
0