Mieux vaut se battre à Verdun que mourir à Dachau

guerreoccident1REPONSE A L’ARTICLE DE THIERRY CUMPS
https://ripostelaique.com/france-deviendra-t-republique-islamique.html
Je reprends certains passages de votre article auxquels je souhaite apporter un commentaire.
« Pour commencer, je dirais que nos dirigeants n’ont pas lu le coran ou la vie du prophète de l’islam et c’est regrettable parce qu’il est difficile de parler avec des ignorants. Je déteste ceux qui parlent sans savoir et en ce qui me concerne, j’ai étudié l’islam, le coran, les hadiths, la vie de Mahomet et j’ai lu pas mal de livres sur l’islam. Quand je parle de quelque chose, c’est en toute connaissance. »
Effectivement, nos dirigeants n’ont pas dû lire le coran ou la sunna. Mais l’auraient-ils fait que cela ne changerait pas grand chose à leurs compétences en la matière. Ils sont tellement convaincus de leur omniscience, persuadés de leur supériorité et de leur aptitude à tout maîtriser qu’ils n’ont évidemment rien à apprendre. Ce sont des doctrinaires oeuvrant dans des oligarchies partisanes composées d’apparatchiks courant après des investitures et des mandats électoraux.
Pour eux, islam n’a qu’une signification : « combien de voix ? ».
Combattre l’islam conquérant et surtout le monstre qu’il a enfanté : le système islamique, totalitaire, fasciste, théocratique et colonialiste nécessite un peu plus que la lecture des ouvrages de référence mentionnés. Il convient aussi d’avoir une bonne idée de ce que sont les frères musulmans et les salafistes (et leur émanation le wahhabisme), les « gentils organisateurs » de ce système.
Il convient aussi de prendre en compte les textes et ouvrages « modernes », nécessaires à la compréhension du phénomène d’islamisation des civilisations occidentales. Les tenants du système islamique (ou islamistes) et leurs séides écrivent et parlent beaucoup.
En outre, il ne faudrait pas oublier les ouvrages écrits par des apostats et des athées , les premiers ayant vécu à l’intérieur de l’islam donc particulièrement sachant, les seconds à même d’appréhender tous les systèmes religieux en toute indépendance.
Par ailleurs, il est aussi indispensable de prendre en compte l’Histoire, celle des conquêtes, des peuples asservis et des civilisations détruites. Par exemple celles des pays du versant sud de la méditerranée, du Machrek et du Maghreb.
Il convient aussi d’avoir des connaissances sur les méthodes et les outils utilisés dans la guerre contre l’Occident : la guerre révolutionnaire, de nature asymétrique et dont le mode d’action est subversif.
« La question donc est de savoir si la France deviendra une république islamique ? »
Je ne partage pas du tout cette question. Je lui substitue celle-ci : comment devons nous agir pour contraindre les hommes politiques à ce que la France ne devienne pas une « république islamique » ?
Cette formulation de « république islamique » est ambiguë car le premier terme pourrait faire croire aux citoyens qu’il s’agirait d’une république telle que la nôtre (quels que soient ses défauts), qu’ils connaissent bien mal il est vrai, au travers de toutes les manipulations et du processus de désinformation entrepris par les politiciens.
Bien peu de Français n’ont même pas connaissance des États étant des républiques islamiques : Afghanistan, Iran, Maldives, Mauritanie et Pakistan. Et ils ignorent totalement ce qu’elles ont en commun avec l’idéal républicain.
« Cela signifie que je souhaite que ce soit le peuple français qui décide en toute connaissance de cause. »
Je ne pourrais partager cette formulation que dans la mesure où lui serait ajoutée une dernière proposition :
« Cela signifie que je souhaite que ce soit le peuple français qui décide en toute connaissance de cause, et en toute liberté de pensée et d’action ».
Quand les régimes nazi, stalinien, de Pol, ou d’autres ont été instaurés, les citoyens avaient-ils décidé en toute connaissance de cause, en toute liberté de pensée, d’action ?
L’Histoire nous enseigne que non. C’est la terreur institutionnalisée qui les a contraints à accepter, à collaborer.
Dans ces conditions laisser faire que la France puisse devenir unerépublique islamique serait au mieux un comportement identique à celui des Bourgeois de Calais, et au pire de la collaboration pure et simple.
« Si la majorité des Français souhaite qu’on abandonne les droits de l’homme pour les droits de l’homme en islam et donc la charia, je respecterais cette décision. »
Cela signifierait que les Français ignoreraient tout de cette « fameuse Déclaration islamique universelle droits de l’homme ». C’est d’ailleurs le cas, ils ne savent même pas qu’elle existe.
Comment pourrait-on accepter – librement – que cette déclaration, manigancée par l’OCI, pilotée par les pays du Golfe, soit la règle, alors que dans son Article 1 il est précisé « … La vraie foi garantit l’accroissement de cette dignité sur le chemin de la perfection humaine. ».
Bien sûr, la « vraie foi » c’est de l’islam qu’il s’agit, mais les membres de l’OCI experts es-taqiyya n’annoncent pas la couleur !
De nombreux autres articles de cette déclaration expriment la primauté de l’islam ou le fait que les pseudo droits de l’Homme, version islamique, sont conditionnés par ou subordonnés au respect total de la charia.
En application de la charte des Nations Unies, le respect de la « Déclaration universelle des Droits de l’Homme » est une condition d’appartenance à l’ONU …
Dans ces conditions, Français et Patriote, je n’accepterai jamais une telle décision. Et, Soldat de France, je me battrai.
« Ma femme est franco-philippine et mes enfants aussi, je peux donc m’expatrier aux Philippines … ».
Cette formulation m’a quelque peu attristé. Cette expatriation possible je la ressens, à tort peut-être, comme une fuite.
Par ailleurs, un tel choix ne me paraît pas vraiment compatible avec nos Valeurs.
Je n’imagine pas qu’il soit possible de laisser tomber dans les pattes des fous d’Allah tous ceux n’ayant pas une telle possibilité en raison de leur âge, de leur état physique, de leurs possibilités financières, …
« Pour les non-musulmans qui veulent vivre dans un pays islamique, ils peuvent bénéficier du statut de dhimmi. »
Pour la bonne compréhension, il serait important de préciser ce qu’est le statut de dhimmi dans les États. Dans cette optique, la lecture des textes de référence Coran et Sunna ne sont pas suffisants. La « constitution de Médine » apporte d’intéressantes précisions quant au statut des dhimmis, auxquels il conviendrait d’ajouter le sort qui serait réservé aux Français athées, polythéistes.
Dans la plus pure forme de la taqiyya, véritable statut de sous-citoyen « accordé » aux chrétiens et aux juifs contre le paiement d’une rançon périodique (jizya) et la privation d’un bon nombre de libertés fondamentales.
Il convient aussi d’être précis : ce statut d’espèce protégée ne pourrait être appliqué à nos concitoyens athées, polythéistes … Alors, on les abandonne, on les laisse crever ?
Je propose donc que l’on débatte de cette grave question : « Que fait-on pour stopper l’islamisation de la France ? »
Hélas, je ne pense pas que ce soit cette question qui doive être retenue en priorité, mais celle-ci : que fait-on pour se débarrasser des politiciens de tous bords, bien assis sur l’assiette au beurre, qui nous mènent à marche forcée vers l’islamisation de la France ?
« … tant il est vrai que les musulmans, lorsqu’ils sont majoritaires dans un pays, finissent toujours par imposer leurs lois. »
L’Histoire nous montre que l’islam s’est toujours imposé par la force, il n’a pas attendu d’être majoritaire (dénombrement des populations), les actes terroristes constituant le palliatif à toute situation minoritaire.
« Je n’ai pas peur des musulmans, ce sont des hommes avant tout. Malheureusement, l’islam voue une haine à tout ce que je chéris : la liberté d’expression, la liberté d’aimer, la liberté de croire ou ne pas croire. Vous êtes le peuple, le pouvoir est entre vos mains, quoique vous choisissiez d’en faire. »
Je ne peux que m’associer à ce que vous exprimez dans ce paragraphe. Mais alors, vous ne faites pas votre hijra à Manille, vous vous battez avec nous ?
Je ne retiendrai pas le discours final du film « Le dictateur », je lui préfère le livre du Général Jean-Paul ETCHEVERRY, écrit voici quarante ans :
Lettre ouverte à tous ceux qui la ferment … … ou le prix de la liberté
Dans les derniers paragraphes du dernier chapitre il est écrit : « Amis de la majorité silencieuse, qui avez peur de passer pour des fossiles, vous risquez de travailler toute votre vie pour vous faire un bel enterrement ! Réveillez-vous … Le décor est planté … Je n’ai pas écrit ce livre pour vous plaire mais pour vous alerter, vous faire comprendre que lorsque l’on dine avec l’ours il faut une longue cuillère, pour vous inciter à mieux aimer votre pays et ce qu’il représente et à défendre l’État et ses structures, garantes de votre art de vivre et de vos biens matériels. Vous pouvez un jour être mis au pied du mur : ou vous coucher ou vous battre. Si vous préférez vivre couchés, cette lettre n’a aucune raison d’être. La maison brûlera et les cendres qui resteront seront celles de vote pays. Réfléchissez … Il n’est pas trop tard … Mieux vaut se battre à Verdun que mourir à Dachau. La défense c’est le prix de la liberté ! »
Jean-François Cerisier
 
C’est aussi ce que j’ai essayé de montrer dans « Guerre à l’Occident – Guerre en Occident »

image_pdf
0
0