Mike Pence peut-il vraiment aider Donald Trump le 6 janvier ?

https://photos.lci.fr/images/1280/720/mike-pence-vice-president-18c99e-0@1x.jpeg

La remise du rapport du directeur du Renseignement national, John Ratcliffe, étant finalement reportée au mois de janvier, tous les projecteurs se tournent vers le 6 janvier, date où le Congrès se réunira pour certifier le vote des grands électeurs.

C’est le vice-président Mike Pence, également président du Sénat,  qui dirige la séance d’ouverture des enveloppes envoyées par les États.

Sur 50 États qui ont voté le 14 décembre pour désigner leurs grands électeurs et ont envoyé leurs listes au Congrès, 7 d’entre eux ont envoyé une double liste.

La liste pro-Biden, certifiée par le gouverneur de l’État et une liste dissidente pro-Trump, envoyée par les représentants républicains, qui dénoncent la fraude électorale et rejettent la liste officielle pro-Biden.

La nouvelle vidéo ci-dessous explique clairement les trois scénarios possibles, en fonction de l’interprétation que les juristes peuvent faire de l’Electoral Count Act, texte qui régit les litiges de l’élection présidentielle, écrit après la présidentielle de 1876.

À vrai dire, rien n’est gagné pour Trump, car le texte est extrêmement ambigu.

Et contrairement à ce qu’affirment certains, Mike Pence n’a pas carte blanche pour trancher en faveur des listes dissidentes républicaines.

Face à deux listes concurrentes, le Sénat (républicain) et la Chambre des représentants (démocrate) doivent délibérer séparément et se mettre d’accord sur la liste à retenir.

En cas de désaccord, tout se complique.

Car l’Electoral Count Act donne deux réponses.

Dans une phrase de 275 mots, un monument qui dit tout et son contraire, on lit que tout désaccord entre les deux chambres entraîne automatiquement la validation de la liste officielle, donc pro-Biden, déjà certifiée par le gouverneur de l’État.

Et Biden est donc élu !

Mais plus loin, la même phrase dit qu’en cas de désaccord entre les deux chambres, le vote de l’État est automatiquement annulé.

Ce qui signifie que si les 7 États sont annulés, Biden tombe de 306 grands électeurs à 222. Il n’atteint donc pas la barre des 270 grands électeurs indispensable pour gagner l’élection.

Dans ce cas, le 12e amendement entre en action. La Chambre des représentants vote avec 1 voix par État, et comme les Républicains sont majoritaires dans près de 30 États, c’est Trump qui est réélu !

Le désaccord étant inévitable, je ne suis pas certain que Mike Pence ait la possibilité de trancher le litige sans faire appel à la Cour suprême.

https://www.bvoltaire.fr/elections-americaines-mike-pence-homme-de-lannee-2021/?

Mais que fera la Cour suprême, qui a déjà montré sa totale mauvaise foi ?

Refusant de s’impliquer dans l’élection et ignorant ostensiblement la conspiration anti-Trump à grande échelle, aura-t-elle le courage et la volonté de renverser l’élection ?  J’en doute.

Ou bien, il faudrait que le Rapport Ratcliffe soit divulgué avant le 6 janvier, apportant des preuves irréfutables que la Cour suprême ne pourra évacuer, ce qui  l’obligera à donner raison aux listes dissidentes.

En ce moment, les meilleurs juristes et constitutionnalistes des deux camps doivent décortiquer l’Electoral Count Act. C’est une rude bataille de juristes qui s’annonce.

Une Commission de 2001 avait conclu qu’en cas de désaccord entre les deux chambres, le vote de l’État devait être annulé.

Mais une autre Commission de 2004 dit au contraire, que tout désaccord entraîne la validation de la liste officielle certifiée par le gouverneur.

Officiellement, rien n’est tranché, car le cas ne s’est plus revu depuis 1876 !

Rappelons que ce texte ne figure pas dans la Constitution. Tout est donc encore possible et rien n’autorise Biden à s’autoproclamer vainqueur de l’élection.

Les fêtes devraient se passer calmement, mais du 2 au 20 janvier, date de l’investiture et de la prestation de serment,  il faut s’attendre à des moments très sportifs.

Et quelle que soit l’issue du scrutin, le pays devrait connaître des lendemains très agités.

Les démocrates n’accepteront jamais un renversement des résultats et les républicains n’accepteront pas la fraude qui les a privés de leur victoire.

Au pays des 300 millions d’armes à feu, il paraît que les armureries manquent de munitions !

Pour conclure, rappelons qu’au-delà de procédure judiciaire toujours en cours, l’option de la loi martiale reste à la disposition de Trump.

Lui seul sait déjà ce qu’il y a dans le rapport Ratcliffe, lui seul sait quels sont les pays impliqués dans la fraude électorale, avec la complicité de quelques traîtres américains.

À notre modeste niveau on ne sait qu’une chose : voilà 47 jours que Trump se bat comme un lion seul contre tous.

Et on n’a jamais vu un Président se battre ainsi, sans avoir quelque chance de l’emporter…

Jacques Guillemain

 

image_pdf
0
0

37 Commentaires

  1. TRUMP a rejeté l’usage a priori de la loi martiale et donc son fameux décret de 2018 en cas d’ingérence étrangère, ceci alors que les juridictions refusent obstinément d’examiner les preuves fournies
    Cette prise de position m’apparaît être une grave erreur

  2. « À notre modeste niveau » tout à fait vrai. Ce qui est par contre visible par de plus en plus de monde, ce sont les innombrables cadavres immergés qui remontent à la surface et qui flottent tel des icebergs.
    Peut-être que Tump attend la fin des fêtes avant de mettre un grand coup de pied dans la fourmilière, le risque de dommages collatéraux est considérable.
    Alea jacta est.

  3. Que des bonnes nouvelles
    Le conseiller de la Maison Blanche Peter Navarro approuve l’idée de reporter les élections [sénatoriales] en Géorgie – qui ont déjà commencé – pour permettre aux fonctionnaires de faire la lumière sur les fraudes et irrégularités présumées concernant les élections de 2020.

  4. Tout cela risque de finir bien mal…
    Tant le 20 janvier que dans les 4 années à venir…
    God Bless Trump ?
    Le Monde restera Blessé !

  5. Et encore sur Dreuz :
    Le rapport de la commission judiciaire du Sénat de Georgie sur la fraude électorale vient d’être publié. Il récapitule, sur 15 pages, toutes les preuves et témoignages de la fraude électorale de l’Etat.
    Le rapport se termine avec la demande que la majorité de l’Assemblée générale approuve ses conclusions, annule la certification de l’élection, et modifie la liste des grands électeurs qui a été envoyée au Congrès, pour remplacer les Démocrates par des Républicains.

  6. Je crois que Donald lève une ambiguité. De ce que je comprends, il y a plusieurs outils à son service. Il a choisi d’aider chaque Etat. D’où son recul pour certains sur la ‘loi martiale’. C’est une fausse psite qui a occupé beaucoup…

  7. C’est rigolo car il n’y a pas si longtemps vous étiez CERTAIN que la CS allait donner raison à Trump, au vu de son écrasante majorité républicaine. Mais depuis qu’elle n’entend pas les arguments présentés, elle est subitement devenue « de mauvaise foi ». Ce qui fait qu’on se demande finalement qui est de mauvaise foi…

    • Tu es dans un scénario de cinéma rationaliste et tu nous distrais bien. Merci. As’tu vu ‘des hommes d’influence’ comme je t’ai dit. Ca te distraiera aussi.

      • Bon, c’est déjà ça si je vous distrait. N’empêche que depuis le début que je poste sur le sujet, tout se déroule exactement comme je le disais, sous vos commentaires du genre « t’y comprends rien, va jouer ailleurs ». Et au bout du bout…devinez. Relisez.

  8. N’oublions pas aussi Alex Jones qui sera là aussi le 6 janvier 2021, dans la marche sur Washington D.C. A défaut de pouvoir y être, je suivrai l’évènement sur InfoWars !

  9. Effectivement, Trump se bat seul contre tous. Le rejet de toutes ses démarches, de tous ses recours légaux n’ont fait que montrer une chose dont on se doutait depuis le début : Trump a tout le monde contre lui, tout l’appareil social, toute l’administration et toutes les institutions – bref tout ce qui compte dans un pays.

    Il n’y a plus de doute pour moi que le rapport Ratcliffe fera long feu lui aussi, comme tout le reste.
    Et l’on se doute de l’interprétation que ne manqueront pas de faire les juristes de l’Electoral Count Act.

    Pris de vitesse pendant l’élection, mis sur la touche quand il a voulu présenter ses recours, Trump n’a plus qu’une seule chance : court-circuiter ses adversaires à leur tour en décrétant la loi martiale. En espérant qu’il soit suivi, cette fois.

    • Vous ne connaissez pas bien Trump, mon ami. Vous ignorez ses stratégies de managment…

      Il est inutile d’élaborer des scénarios. Restez dans vos doutes (3) mais ouvrez les yeux pour en sortir…

      • Par exemple, pas de Rapport Ratcliffe, mais un Rapport Navarro. ?
        Expulsion du clan Biden pour cause de vacances au Pentagone. ?
        Faites le lien avec les pédo-criminels… jusqu’au Juge chef Roberts. ?
        Suivez les déboires du capitalisme chinois, c’est gigantesque !!!
        etc, etc, etc…

        Juste une question : vous trouvez normal que la création monétaire américaine s’en aille en Chine et en même temps l’emploi américain est mis à mal par les délocalisations en Chine ? C’est double peine !

        Informez-vous et réfléchissez.

        Acceptez la causalité multiple et les manoeuvres. C’est trop réducteur ce que vous dites… Ca ne tient pas.

        • Je pense que tu te prends bien la tête pour expliquer les non sens de Trump. Tu me rappelles ainsi ces amateurs d’art abstrait qui hurlent au génie devant n’importe quelle « œuvre moderne », y compris un tas de sable, quitte à élaborer un discours délirant pour justifier leur révérence : « Ah oui bien sûr l’artiste a voulu exprimer bla-bla-bla ». Tu as en définitive une imagination débridée. Mais à un moment donné, il faut atterrir et regarder les faits en face et la tendance qu’ils dessinent : l’échec de Trump sans aucune possibilité de rebond. On n’est pas dans un film américain avec un incroyable twist à la fin.

        • quelles incidences peuvent avoir les multiples magouilles mondiales, réseaux d’intérêts, de hunter biden, (Rosemont realty) dans lesquelles trempe jusqu’au coup le père biden ?

      • Je n’ai plus aucun doute et la preuve que j’ai ouvert les yeux, c’est que j’ai déjà tiré toutes les conclusions. Alors que vous continuez à espérer, moi j’ai compris que Trump doit montrer les crocs.
        Je suis depuis belle lurette sorti de ce système où vous êtes encore enlisé.

    • Quand on tout le monde contre soi y compris ses anciens alliés, la logique veut qu’on en deduise qu’on a tord. Mais quand on est dingue, on dit qu’on est seul a avoir raison contre tous.

      • Bien sur prestit ils suffit qu’un mensonge soit partagée par la majorité ( majorité merdiatique)…pour que se soit officialisé comme une verité …la fumisterie et l’hypocrisie de t’a prose en dit long sur ton cas désespéré !🤗🤭

  10. NB :

    La question pour Trump n’est plus de savoir qui sera élu
    Car avant d’être candidat, il est président.
    Mais comment éviter la guerre civile.

    OR:

    la question pour l’Etat profond n’est pas de savoir si Biden sera élu.
    Puisqu’aussitôt élu, il sera destitué pour sénilité
    Mais comment obliger les USA à la guerre civile

    C’est le piège diabolique de l’Etat profond : quel que soit l’élu, ce sera la guerre.
    En fait, sous couvert républicains vs démocrates, c’est une guerre de religion : chrétiens vs mondialistes.

    Planétaire.

    • Tout à fait d’accord avec François Desvignes. Et c’est aussi ce qui se passe en France avec la haine qu’on injecte aux noirs et aux arabes contre les Français et les Blancs en général, pour également provoquer au minimum une guerre civile. Et c’est d’ailleurs une partie des raisons qui a poussé nos traitres blancs à faire venir tous ces débiles d’Afrique, sachant d’avance qu’ils allaient pouvoir en faire ce qu’ils voudraient. Traoré est très probablement soutenue par Soros tout comme le mouvement Floyd aux USA. La signature est la même.

    • Exact, mais il y a aussi des faux chrétiens qui sont des mondialistes.
      Moi je catholique identitaire…….la grande classe 🙂

    • Ce qui serait intéressant, au lieu de dérouler un discours rationaliste, ce serait que vous expliquiez ce qu’est la guerre civile. Mettez’vous la même chose que Donald a dans la tête lorsqu’il dit ‘fight’ par exemple…

      A mon avis, c’est votre dernière chance pour comprendre, car vous n’avez pas compris ce que ‘concéder’ veut dire…

      Je crois que l’explication la plus profonde est celle de l’échec de l’URSS et de la réussite de la Chine capitaliste…

  11. TRUMP EST UN COUILLU contrairement a beaucoup d autres ! je parie qu il va gagner car on ne s entete pas autant quand on a tort et il est bien parti pour FAIRE CAMERONE …

    • Ce qui importe c’est que l’Amérique gagne. » GOD bless America » et « In GOD we trust! « 

  12. Je ne suis pas sûr que les fêtes se passent calmement.

    La Cour Supreme peut-elle se désolidariser de son Président ? Une sorte d’impeachment ?

    Il faut que Ratcliffe dépose bien avant pour celà, mais il doit envore débusquer de mauvaises personnes dans les services, qui empêchent l’accord de tous les services…

    Il y a des noeuds un peu partout… Courage Donald !

    • @Pierre Montamat : la Cour Suprême n ‘ a pas à être « solidaire » d ‘ un Président , quel qu ‘ il soit , son rôle est de DIRE la LOI , point barre !!! Cessez de fantasmer …

      • Excusez-moi, je n’ai pas voulu développer, mais je vois que vous m’avez mal lu car vous ne connaissez pas le sujet.
        D’autre part c’est gramaticalement correct ce que j’ai dit; votre fantasme n’est pas français !

        Il y a un problème avec le Juge chef J Roberts de la Cour Suprême qui empêche un bon fonctionnement de la Cour Suprême car il est clairement Biden. D’où le refus de traiter de la CS.

        Vous n’avez pas suivi que Roberts était (6 fois, je crois…) dans le ‘Lolita Express’ et qu’il est pris en photo chez Epstein dans la piscine avec Clinton, par exemple. La semaine dernière, il y a eu une scéance bruyante à la CS, car Roberts épaulé par 2 complices s’est énervé !!!

        Je ne suis pas sûr de dire trop de bétises en disant celà; allez aux bonnes sources et vous découvrirez.

        • Et Trump poursuivi pour agressions sexuelles ca ne vous dérange pas trop en revanche ?

  13. Il faut faire confiance à Mike Pence, fidèle à Trump, sans conteste, c’est un loyal !

    De toute façon, tout celà est théorique… Il va se passer plein de choses avant !

  14. Excusez-moi, mais il y a d’abord le vote du 5 janvier en Géorgie qui est essentiel…

    Très important, avec déjà des fraudes encours de 76.000 électeurs nouvellement inscrits depuis le 3 novembre… Ca continue !!! Vote anticipé massif !!!

    Je vois juste la conclusion que Trump serait seul contre tous !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Vous rigolez ou vous avez attrapé le virus ?????????????????????????????

    Trump n’est pas comme un lion, c’est un boxeur qui luttera jusqu’au gong final et qui vaincra !!!

    • @Veritas : … »Trump seul contre tous »… ou TOUS contre Trump ? Celà voudrait-il dire qu ‘ il est devenu indésirable ?? MDR …

  15. Admirable lutteur qui disons-le fort et clair redonne du poil de la Bête au genre masculin que bcp cherchent à détruire.

  16. Ça fait des semaines que je parle de l’ECA comme je parlais aussi de la SHD. Si toutes les listes à l’exception de celle du Wisconsin ont bien été certifiées avant la SHD, les listes qui arrivent après sont disqualifiées. Et s’il y avait quand même des objections, les 2 chambres pourraient aussi les rejeter conjointement en l’absence de preuves d’une fraude permettant de renverser l’élection. Ça s’est déjà produit 2 fois en 1969 et en 2005. Les GE contestés ont été comptés.
    La composition du sénat ne sera connue que le 5. Mais il faut 3 sénateurs républicains au maximum qui votent avec les démocrates pour rejeter les objections. Et ces 3 sénateurs on les a. Voilà pourquoi McConnell dissuade de formuler des objections pour éviter le désaveu de Trump par des républicains au Sénat.

Les commentaires sont fermés.