1

Ministère de la Vérité : les 14 policiers de la pensée nommés par Macron

Leur nom officiel ? Les Lumières à l’heure numérique. 

Leurs noms et qualités… Riez, amis lecteurs, c’est tout ce qui nous reste !

Composition de la commission :

  • Gérald Bronner : professeur de sociologie à l’université de Paris, membre de l’Académie nationale de médecine, de l’Académie des technologies, de l’Institut universitaire de France, ainsi que du comité de rédaction de L’Année Sociologique ;
  • Roland Cayrol : politologue ;
  • Laurent Cordonier : directeur de la recherche à la Fondation Descartes à Paris ;
  • Frédérick Douzet : spécialiste des enjeux géopolitiques du cyberespace et professeur à l’université Paris 8 ;
  • Rose-Marie Farinella : ancienne journaliste de la presse écrite et enseignante ;
  • Aude Favre : journaliste web ;
  • Jean Garrigues : historien spécialiste d’histoire politique de la France contemporaine ;
  • Rahaf Harfoush : anthropologue canadienne ;
  • Rachel Khan : juriste, actrice, écrivaine ;
  • Anne Muxel : sociologue et politologue ;
  • Rudy Reichstadt : fondateur et directeur de Conspiracy Watch ;
  • Iannis Roder : historien spécialiste de la Shoah ;
  • Guy Vallancien : chirurgien, professeur honoraire des universités, membre de l’Académie nationale de médecine ;
  • Annette Wieviorka : historienne spécialiste de la Shoah de l’histoire des Juifs au XXe siècle.

Pauvre Voltaire, pauvre Diderot… ils s’en retournent dans leur tombe. Oser appeler Lumières ces médiocres, ces staliniens, chargés de « dire le vrai », de « dénoncer le faux »… À quoi bon l’Encyclopédie ? C’est pour ce nouvel obscurantisme que le Chevalier de la Barre a été torturé, écartelé ? 

Qui seront les prochains chevaliers de la Barre montrés du doigt, sommés de changer, contraints de se rééduquer, déportés peut-être, ruinés, enfermés ?

Envie de dégueuler, oui, de dégueuler, j’ai bien dit, en lisant les raisons de la création d’une telle commission, lancée pompeusement sur le site de l’Élysée « Les Lumières à l’ère numérique », lancement de la commission Bronner.

Mais cette révolution est aussi porteuse d’une face sombre. Car l’information ne s’est pas seulement démocratisée, elle a changé de nature. Nos sociétés sont confrontées à une fragmentation du débat, un phénomène de bulles où s’enferment des individus qui ne se parlent plus, à une résurgence de discours de haine, à un recul du savoir et de la science dans certaines circonstances.

On a tout compris. Tous ceux qui osent ne pas aimer qui Macron aime… doivent être rééduqués, punis.

Tous ceux qui, comme Raoult n’ont pas la même conception de la science, du savoir… qu’un Véran  ou un Laurent Alexandre  devront être exécutés.

Les objectifs de la commission ? Éduquer, rééduquer, informer, réinformer, prévenir… dire le vrai !

Bref, une seconde commission Avia qui ne dit pas son nom qui, en sus de tous ceux qui critiquent islam et immigration, mettra au pilori les anti-vaccin Covid, les anti-passe sanitaire, les tenants du traitement…

D’ici la mi-décembre, la commission devra dévoiler une série de propositions concrètes dans les champs de l’éducation, de la régulation, de la lutte contre les diffuseurs de haine et de la désinformation.

Avec plusieurs objectifs :

➜ Définir un consensus scientifique qui sera mis à disposition du grand public, des médias, des acteurs de la société civile sur l’impact d’Internet dans nos vies de citoyens : notre information, notre rapport à l’autre, notre représentation du monde et de nous-mêmes, notre exposition à des biais cognitifs qui peuvent enfermer.

➜ Formuler des propositions dans les champs de l’éducation, de la prévention, de la régulation, et de la judiciarisation des entrepreneurs de haine afin de libérer la société des bulles qui enferment une partie de nos concitoyens et nourrissent les extrémismes, la haine, la violence, les dérives sectaires et les obscurantismes.

➜ Proposer de nouveaux espaces communs de la démocratie, de la citoyenneté, du collectif qui puissent trouver leur place dans le monde numérique, donner du sens à des citoyens isolés.

➜ Développer une analyse historique et géopolitique de l’exposition de la France aux menaces internationales qui pèsent sur notre démocratie et notre société au travers d’Internet et des recommandations sur les enjeux à porter dans le débat international et européen.

Tous ceux qui ne feront pas du Macron qui ne diront pas du Macron… Tout simplement .

Cerise sur le gâteau, plusieurs personnes de cette commission ont été eux-mêmes condamnés ou dénoncés pour… la diffusion de fausses informations, pour des faux, pour de terribles négligences…

Bronner a été lui-même responsable de diffusion de fausses informations… Et il a annoncé qu’il veut trier sur les réseaux sociaux, que soient mis en avant ceux qui disent « vrai », censurer les autres… Bon vous me direz que c’est déjà fait, mais pas suffisamment apparemment.

Vallancien,  sanctionné par l’Ordre des médecins pour un faux certificat médical… qui était à la tête de l’Institut Descartes où les conditions de conservation et d’utilisation des corps offerts « à la science » ont fait scandale..

https://resistancerepublicaine.com/2021/06/05/luniversite-paris-descartes-vendait-des-corps-a-des-entreprises-privees-sans-le-dire-aux-familles/

https://resistancerepublicaine.com/2020/02/18/scandale-du-charnier-de-paris-descartes-madame-buzyn-ou-est-donc-passe-le-corps-de-micheline-dax/

Rose-Marine Farinella, spécialiste des fake news, qui a reçu un prix de l’UE !

Mais on reviendra demain plus en détail sur les membres de cette commission 

Même Libé le dit :  c’est une « troublante commission Bronner »

C’est dire l’ampleur du scandale !

Christine Tasin

https://resistancerepublicaine.com/2021/09/30/voila-les-14-policiers-de-la-pensee-nommes-par-macron-pour-former-le-ministere-de-la-verite/