Mitterrand-Pingeot : lettres d’un mort

pingeotune-2500757-jpg_2145814

En 1961, il avait 46 ans, elle 19. Elle aurait pu être sa fille. Il rêve d’inceste. Il l’écrit:

«Je t’aime de toute ma chair comme je n’ai jamais aimé prendre une femme. Rien d’autre n’a existé. Il n’y a donc pas d’erreur possible, ô inceste parfait! La plaisanterie que je faisais (de mauvais goût!) est devenue vérité: tu es l’enfant auquel j’ai rêvé chaque jour avec toutes les délicatesses du ciel et de la terre. Te perdre, c’est tous les malheurs à la fois. Imaginer que tu appartiennes à un autre, physiquement, est atroce

anne-pingeot-la-deuxieme-femme-de-mitterrand

De leur rencontre à septembre 95, quelques mois avant son décès (janvier 96), Mitterrand a écrit 1276 lettres à son «Anne chérie», sa «Nannon aimée», son «canard à l’orange amère», sa «Nannour», son «Animour».

A croire que les socialopathes présidentiels ou présidentiables sont avides de chair fraîche: DSK sautant sur une femme de chambre, Hollande gambadant avec une starlette.

A la parution de cette correspondance chez Gallimuche, les bobos comme Jérôme Garcin dans L’Obs, tombent en pâmoison devant cet amour stupéfiant, ce génie épistolaire, ces mots parfaits, cette poésie du corps et de l’esprit. Surtout sans intérêt. A part celui de marquer le centenaire de la naissance de Mitterrand.

BLA_Mitterrand_Lettres_CV.indd

La maison d’éditions gagnera-t-elle du fric avec ce strip-tease sentimental, cet étalage indécent de lettres et de poèmes? Les collégiens Belkacem auront sans doute à étudier des monuments littéraires comme celui-ci:

À

Vingt heures de joie

Rue

Du saint inconnu,

Ce Placide

Qu’un seul miracle

A mis sur les autels;

Un miracle pour moi tout seul

Qui ne mérite rien;

A N N E qui vient vers moi

Et que j’attends

Que j’attends, que j’attends

Il attend notre auteur du Coup d’Etat permanent. Il attend parce que sa belle en a marre de ses retards perpétuels et qu’elle a décampé avant l’arrivée de l’amant. Nous sommes fin mai 68. Mitterrand se portait candidat à la succession du général de Gaulle. Mais visiblement, il avait d’autres préoccupations. Voici ce qu’il écrivait à Anne Pingeot:

«Mon amour,

Pourquoi m’as-tu fait cette peine?

Je suis arrivé à l’Orangerie à 10h02. Dix-sept minutes, était-ce si long d’attendre en échange de la joie profonde -et un peu nécessaire- que j’espérais? Je t’aime. Je dois vivre les événements rigoureux que tu sais, j’ai besoin de toi comme de l’être qui est le meilleur et la vérité de moi-même, et voilà que dix-sept minutes c’est trop long!

J’étais si heureux de te revoir en paix un bon bout de notre après-midi. Mais il est déjà 3 heures, je t’appelle en vain depuis une demi-heure et je vois le temps mordre mon bonheur d’aujourd’hui.

J’en suis si triste! Jusqu’à 5 heures j’espérai. Après quoi je serai mobilisé ici. Pourvu que tu reviennes à temps pour que nous puissions dîner ensemble! J’éprouve un vrai désarroi. Tu n’as jamais compris à quel point tu étais moi-même. Tu me manques parce que tu l’as décidé. Je ne comprends pas, moi, cette dureté. Je crois bien t’aimer plus que jamais.

Mon Anne aimée, en dépit de l’Histoire qui marche en ce jour à grande allure, je suis celui que tu aimes et qui t’aime, celui qui sourit au bonheur de Gordes et au silence de Torcello, celui qui regarde de sa fenêtre les lupins de Saint-Benoît.

Mon amour pour toi est mon sang, ma chair, mon souffle. Pourquoi me fais-tu cette peine?»

Pauvre quinqua énamouré!

Les lettres d’amour de Mitterrand sont à l’image du personnage, un prétendu sphinx qui écrivait une guimauve prétentieuse que les éditions Harlequin refuseraient, un politicard roué et cynique qui avait un niveau Nous deux quand il la jouait Lettres à une jeune bourgeoise catho de gauche.

Cette correspondance laisse l’impression que Mitterrand se regarde écrire comme d’autres s’écoutent parler. Il pariait certainement sur l’édition de ses lettres.

De Gaulle avait une certaine idée de la France, Mitterrand une très haute idée de lui-même. Visiblement les ennuis de prostate n’empêchaient pas les épanchements.

«Je voudrais t’embrasser à petites lapées. Tu es mon oiseau chaud et doux de la nuit.»

Ces pleurnicheries d’adolescent attardé auraient dû finir au musée Mitterrand à Jarnac. Les dizaines de visiteurs annuels auraient pu jouir de la prose de l’inventeur de l’attentat de l’Observatoire dans la plus grande intimité.

Une maîtresse attitrée, une femme (qu’il envoya de par le vaste monde faire la bise à Castro, aux guérilleros salvadoriens, aux zapatistes mexicains au nom de l’association France-Libertés), des aventures («On ne peut pas les avoir toutes, mais il faut essayer», avait-il coutume de dire, alors il essaya entre autres la suédoise Christina Forsne -il avait 62 ans, elle 31-, Dalida, Annie Girardot, Christine Bravo).

unknown Christina Forsne

Entre deux séances de b®aises, Mitterrand s’occupait pourtant du pays: destruction de la Calédonie française, création de SOS Racisme, grands travaux parisiens pour complaire à Anne et quelques petites disparitions entre amis: Grossouvre, Bérégovoy.

C’est aux frais des contribuables, que sont protégées, logées, nourries, maîtresse et fille cachée.

En 1984, Jean-Edern Hallier écrivit L’Honneur perdu de François Mitterrand, livre dans lequel il révélait le cancer de Mitterrand, sa proximité avec Pétain, ses liens avec René Bousquet, l’existence de Mazarine, la fille adultérine. Le livre fut refusé par dix-sept éditeurs. Le dix-huitième publia, mais l’ouvrage, détruit en cours de route, n’arriva jamais en librairie. Le pamphlet finit par sortir en 1996.

images

En 1997, Hallier est victime d’un accident alors qu’il circule à bicyclette. Pas de témoin. Au même moment, le coffre-fort de sa chambre d’hôtel est forcé et les documents concernant Mitterrand et Roland Dumas disparaissent, au même moment son appartement parisien, avenue de la Grande-Armée, est également visité.

Mitterrand était un salopard.

Lors de ses derniers vœux à la Nation, il lança: «Je crois aux forces de l’esprit et je ne vous quitterai pas».

Même si la parution de ces lettres ravive de très mauvais souvenirs, j’espère bien qu’il nous a quittés.

Un malheur ne venant jamais seul, en même temps que les lettres d’amour paraît un livre de scrapbooking du sieur Mitterrand: Journal pour Anne.

5008801_6_83bb_2016-10-05-9101b11-22595-1mcvtcl_619e61426bb14846356cbf8fc62d6966

493 pages de photos, articles de presse, cartes de visite d’hôtels, cartons d’invitation, faire-part de mariage, dessins, cartes postales, fleurs séchées, coupures de presse, billets de train ou tickets de cinéma collés, scotchés, annotés.

Une version égomaniaque de « Moi, Président… »

Maintenant j’attends avec impatience la publication des SMS d’amour du capitaine de pédalo à Juju et son bouquin de collages, de poèmes niais et de photos en Daft Punk scootériste.

Marcus Graven

image_pdfimage_print

44 Commentaires

  1. Super…une nouvelle marque de papier toilette, ça tombe bien j’en ai besoin.
    Je vais tester en espérant que ce soit du PQ double épaisseur

  2. ah c’est donc pour ca qu’il se faisait livrer des huîtres directement d’Arcachon, il avait besoin de remontant ce sentimental?? Il me donne envie de vomir, c’est un vieux dégueulasse, de ceux qu’on voit renifler autour des toilettes des dames et qu’on chppe la main dans la culottes des petites filles. Quant a sa bâtarde, elle lui ressemble aussi conne qu’elle est laide, elle aussi coute bien plus qu’elle n’a jamais valut. Même sa prostate n’a plus voulu jouer le jeu.Je suis née en 1983, une bien mauvaise année qui en annoncait d’autres
    .

    • Ne soyons pas injustes : si on peut reprocher à la fille du président d’avoir vendu ces « souvenirs » (mais peut-être y était-elle contrainte ?), on ne peut lui tenir rigueur ni de son existence, ni de son apparence.
      Quant aux accusations relatives à son intelligence, elles sont fausses et dépourvues de toute objectivité…

      • quand je dis laide je parle surtout de la physionomie, vous ne l’avez jamais vue en video debiter des conneries face a Malika Sorel par exemple. Et son existence??? Moi aussi je suis une batarde, je n’ai pas peur des mots. Elle se prend pour une philosophe humaniste, est très imbue d’elle même, j’ai l’ai vue avant même de savoir qui elle était, c’est après que je l’ai su et ca ne m’a pas etonnée.

  3. On nous ressort du placard ce vieux menteur libidineux.
    Quelle honte ! Pauvre pays !

    • Peu reluisant en effet, et dire que les merdias et mafias journaleuses font les dégoûtées avec Donald Trump, un enfant de coeur à côté de nos hypocrites et vicelards presidendouilles.

  4. Dalida, annie girardot, christine bravo !!! Il était pas dégouté le vieux !!..

  5. Cela ne flatte pas celle qui a vendu ses lettres d’amour pour une poignée de billets. La pudeur existe telle encore ?

    • Doit avoir besoin du nerf de la guerre, Pingeot mère….la muse de tonton….quand à leur rejeton, au vu de l’argent public ayant servi à son éducation, le peuple de France peut tour à tour l’appeler sœurette, cousine, fillotte ou copine…on se sent en famille du coup.

    • Maintenant que la République ne l’entretient plus elle vend ces lettres qui sont tellement privées que j’aurais honte.Mais ces gens là ne connaissent pas la honte

  6. Il faut tout recycler autant que possible . Pour cela, je demande à Hollande de mettre en vente les miettes de croissant du petit déjeuner, répandues sur les draps lors de leurs rencontres matinales. Je suis sûr qu’il y aura beaucoup d’acheteurs pour ces petits témoins des ébats du prince.

  7. Du « people », rien que du pipolle!
    Faire oublier au petit peuple ses tracas quotidiens en les amusant avec les frasques des « puissants », ça n’est pas nouveau. Mais ça prend des allures de fin de République.
    Merci pour ce résumé éclairant de la vie de ce cynique machiavel qu’était Mitterrand.
    « Ce n’était pas un honnête homme » avait affirmé Rocard. En effet! Son copinage avec « l’état pétainiste » et ses Bousquet annonçait le personnage.

  8. L’homme était imbu, détestable certes. L’homme politique cynique et froid comme du métal. L’homme amoureux semble avoir été très tourmenté. Amour d’adolescent attardê. En tous cas ce livre sera acheté et lu. L’éditeur fera fortune et les choses de ce Monde ne cesseront jamais d’être ce qu’elles sont finalement. Fugaces et futiles.

  9. Indécent comme le reste.Cette histoire nous a coûté assez cher et nous coûte encore avec la descendance.C’est facile de vivre une grande histoire d’amour sans contrainte financière! Scandaleux ce type qui se prend pour un poète.

  10. Moi, ce qui me choque c’est la polygamie des hommes de pouvoir, leur utilisation des femmes comme déversoir de leur état d’âme et de leur trop plein de testostérone dominatrice, leur revendication arrogante de leur instrumentalisation des femmes
    Après ça, allez-donc lutter contre le viol, les violences conjugales, le harcèlement sexuel, la discrimination des femmes, le gynécide, le sexisme et la misogynie ! Et imaginez si nous avions eu une présidente polyandre ? Je rêve, cela n’arrivera jamais dans notre société qui glorifie les polygames, les sexistes, les harceleurs, les violeurs et les maquereaux ;-(

    • Oui, le droit de cuissage existe toujours bel et bien…. DSK, les présidents de gauche comme de droite, chez les verts, bref en politique aussi séduire et gèrer les affaires de l’État vont de pair et peuvent conduire à la paternité…. Sauf que les dommages collatéraux sont aux frais du petit peuple.
      En quelque sorte, ce sont des allocations nationales!

  11. Cela méritait -il vraiment un article ? C’est faire de la publicité pour un torchon qui ne mérite que le caniveau… ou la chasse d’eau….

    • oui ,cette bâtarde n a penser qu’a se faire du fric ! et s’est assise sur LHONNEUR et la
      dignité de Mme Mitterrand qui a su faire toujours bonne figure mal grès surement sa grande blessure par rapport à toute cette saloperie !!!

      • Mme Mitterrand était complice et elle y trouvait son compte car, de son côté elle avait un amant tout en profitant des ors de la République et des hommages rendus à « la première dame ». Le couple maudit a donné l’exemple du mensonge, de l’hypocrisie, du commerce des femmes, de l’opportunisme et du jeu à 3 bandes.

  12. Il y a 20 ans, ces publications auraient tué la Gauche Française, fille adoptive de la crapule cagoularde. On y lit la prose décousue d’un auteur probablement atteint de troubles mentaux, avec un style d’écriture très bas de gamme dans le contexte des années 60/70. On comprend surtout que ce type qui a présidé aux destinées de notre pays était un taré, préoccupé par sa jouissance personnelle et motivé par la vanité. La France lui a offert les instruments pour réaliser ses fantasmes. Évidemment, 20 ans plus tard son style pourrait être jugé « sublime » tant le niveau littéraire s’est effondré (les méthodes de l’EN ont porté leurs fruits). Le gouffre entre Mitterrand et De Gaulle est abyssal.

  13. La phrase « Tu n’as jamais compris à quel point tu étais moi-même. » en dit long sur la conception de Mitterrand du couple.
    Elle me fait penser au mot d’ esprit de Woody Allen  » mon amour, nous ne ferons désormais plus qu’un : moi « 

    • La maitresse qui doit avoir besoin d’argent et un peu pour la descendance.Pas encore assez profité des largesses des contribuables.Je sais de quoi je parle,j’habite à côté de Gordes.

  14. Pauvres électeurs de pièges à cons qui votent pour le premier jésus christ qui passe. La république n’a pas failli aux huit cent ans de monarchie française, au contraire le roi républicain a beaucoup plus de pouvoir que l’en avez la lettre de cachet. Que n’a t’on cure de ces propos, post mortem, d’un sire qui ne rentrera pas dans l’ Histoire, même s’il a tout fait pour y entrer. De même que l’on sait, depuis peu, que même les Civilisations étaient mortelles, on sait aussi que les Histoires ont leurs poubelles.Maigres consolations certes : je n’ai JAMAIS voté pour « eux » à quel échelon électoral que se soit !

  15. Pourquoi, la bien pensante mondialiste s’acharne sur une déclaration en micro « soi disant off » sur le candidat TRUMP

    • Parce que le Nouvel Ordre Mondial serait en péril avec Trump, et les millions de milliards de dollars qui vont avec.

  16. Cet article me gêne. L’homme ou la femme de droite comme de gauche a droit d’aimer et d’exprimer ces sentiments. Je trouve ces lettres merveilleuses.
    C’est comme des lettres que j’ai reçues de mon premier amour et que j’ai déchirées après, je le regrette, c’était l’expression de l’amour du moment, la beauté des sentiments éprouvés.

    • Comparer le courrier du cœur de Tonton qui voulait toutes se les faire avec le droit d’aimer et d’exprimer ses sentiments, et en plus, trouver ces lettres merveilleuses (de quoi? de bêtise juvénile?), il y a des démarches féminines qui me resteront éternellement étrangères.
      Comme ces dames qui adorent les crapules. Et Mitterrand en était une.
      Comme ces dames qui écrivent des lettres d’amour à Salah Abdeslam.

    • Et alors ps de quoi en faire un livre non? En plus peut-être qu’il faisait écrire ses lettres par quelqu’un…………

    • @ Lida

      Les femmes, dans leur insouciance totale de leur responsabilité sur le malheur que vit ce monde font souvent tout à l’envers. Bien sûr qu’il ne fallait pas les déchirer à l’époque, pour les raisons que vous dîtes, de sorte que la seule chose que vous auriez à regretter aujourd’hui serait de ne pas y avoir répondu.

      Mais ces lettres sont d’une grande niaiserie pour un homme à la veille du 3ème âge, d’une infinie prétention aussi, et leur publication un nième soubresaut du culte de la personnalité d’un homme qu’il conviendrait plutôt de démolir jusqu’à la poussière tant l’héritage qu’il nous laisse est une dévastation. C’est bien là ce que met en évidence l’article qui vous gêne.

  17. Tonton, comme aimaient le nommer les socialistes, envoûtait les femmes, mais aussi le bon petit peuple avec ses petits battements de paupières qui n’étaient pas naturelles mais bien calculées pour séduire. Cela me faisait rire a chaque fois que je le voyais à la TV tout en m’y fiant en aucune manière devinant le personnage matois.

  18. « Tu n’as jamais compris à quel point tu étais moi-même ». J’avoue que je n’avais jamais rien lu d’aussi prétentieux, fat et imbu qu’une telle phrase. C’est terriblement méprisable.

  19. À chaque fois que je vois la figure de Mitterrand je vois un croque-mort c instantané.

    Et pour Margarine c vrai que la Nature a été méchante je l’ai vu avec Malika Sorel je ne comprends pas votre livre, je ne comprends pas votre livre. Et l’autre de répondre je ne l’ai pas écrit pour vous. Et ça se dit philosophe.

  20. Je ne comprends pas votre livre, je trouvé indécent,de publier ces lettres.
    Laissez leurs leur histoire . Point final!!!!

Les commentaires sont fermés.