Mixité ethnique bientôt obligatoire dans tous les collèges ?

Oui, si on suit l’exemple de deux collèges parisiens dans le 18e arrondissement de Paris : Berlioz et Coysevox, qui, sur décision du Conseil De Paris, ont été dans l’obligation de mélanger les élèves à partir de la rentrée 2017, pour retrouver la mixité sociale à l’exemple de ce que l’on voit dans les rues de cet arrondissement (sic).

Les deux collèges ne sont pas très éloignés en distance. Berlioz est dans le secteur où se trouvent des HLM de la Porte de Clignancourt, et Coysevox dans celui où sont érigés quelques immeubles bourgeois. D’un côté une jeunesse colorée, donc forcément défavorisée, et de l’autre côté une jeunesse blanche donc trop favorisée. Les deux collèges ont fusionné en mettant par exemple obligatoirement tous les élèves des classes de 6ème dans le collège de Coysevox  et tous ceux de 3ème dans celui de Berlioz.

Il y a peu, la chaîne LCP a présenté sur ce sujet un documentaire : Le collège d’à côté, où la caméra a suivi une de ces 3èmes à Berlioz, à différents moments de l’année scolaire.

https://www.youtube.com/watch?v=Tu2pScgaPR8

J’ai regardé avec peine jusqu’au bout le film… A la fin, je me suis demandé si on n’était pas encore une fois à côté de la plaque en matière de recherche de moyens pour tirer vers le haut les élèves toujours plus nombreux issus de l’immigration…

Ensuite suivait un débat que je sentais dès le début n’aller que dans le sens d’une auto-satisfaction générale qui ne visait qu’à mettre en avant les bienfaits d’une telle mixité (artificielle !)… Bienfaits sûrement pas pour tous que ce projet !… Je n’ai donc pas suivi longtemps les verbiages des chimériques intervenants…

Dans le documentaire, le directeur du Collège Berlioz, Farid Boukhelifa, qu’on sent sincèrement et sérieusement impliqué dans le projet, aura beaucoup la parole. Il commençait à désespérer quand il voyait dans son collège le niveau et le climat se dégrader et s’installer progressivement l’évitement d’une famille sur 3 et donc une perte significative d’élèves. Il pense qu’en mélangeant les élèves on pourra ainsi pallier le déterminisme social. Alors ce projet, il y croit dur comme fer ! Il dit qu’en France, on sait très bien accompagner les très bons élèves mais pas les mauvais. La surveillante générale pense qu’avec des bons élèves la classe sera plus calme… on pourra mieux travailler avec les autres… 

Hélas, il ne suffit pas de croire à un projet pour que celui-ci soit viable. Il y a eu déjà tant de ces projets prétentieux depuis la réforme des programmes de 1972 avec l’ambition d’améliorer le niveau des élèves qui n’aboutissent finalement qu’à une baisse générale de ce niveau ! Surtout sans résultats tangibles, c’est vrai, chez les moins bons éléments qui concentrent pourtant de la part du système politico-éducatif toutes les priorités.

La mixité ethnique à Coysevox-Berlioz n’a pas été faite en plus dans la satisfaction générale des parents d’élèves et des professeurs du collège dit favorisé, car tout s’est fait en dehors de toute concertation. Ils ont d’ailleurs mené une action qui n’a pas été suivie d’effet puisque le projet multicollèges a été mis en application dès la rentrée 2017:

https://www.leparisien.fr/paris-75/paris-75018/les-parents-d-eleves-bloquent-coysevox-contre-le-projet-multicolleges-01-12-2016-6401415.php

Selon les parents c’est faire peser sur le seul collège de Coysevox, déjà fortement mixte, la responsabilité de désenclaver Berlioz, qui souffre d’une ségrégation forte, c’est mettre en péril le premier, sans bénéfice garanti pour le second.

Les chiffres ne laissent d’ailleurs pas apparaître ceux d’un collège si favorisé : 26 % de familles défavorisées, 51 % pour les quotients familiaux moyens et 23 % des élèves d’un milieu favorisé. Ce qui laisse à penser que le but du projet est bien celui du mélange multi-ethnique!

Il faut noter aussi que certains professeurs de Berlioz, à leur demande, avaient obtenu leur changement pour Coysevox et que se retrouver avec ce qu’ils avaient fui ne devait guère les satisfaire !

A la rentrée 2017, les anciens élèves de 4ème de Coysevox devaient tous aller en 3ème à Berlioz :  ce qui devait faire 150 élèves en tout en 3ème dans cet établissement. Mais certains parents de Coyesevox n’ont pas été tentés par le changement de collège : 120 élèves seulement étaient présents en 3ème ! 30 élèves désinscrits ! Partis ailleurs…

Que nous a appris le documentaire ?

– Grande inquiétude à la rentrée chez les élèves du collège défavorisé de Berlioz de voir arriver les Blancs du collège d’à côté : Va y avoir des petites guerres entre nous… pas vraiment sympa parce qu’il y aura beaucoup de Blancs… Les Blancs mettent pas d’ambiance… c’est les Noirs et les Arabes qui mettent de l’ambiance dans ce monde… Inquiétude vite dissipée car l’ambiance dans l’école il y en a ! Même beaucoup (trop) : ça ne pense qu’à tchatcher, gesticuler, danser… même en cours ça bouge, ça rigole, ça ne semble intéressé par rien… mais ça dort quand même un peu quand viennent la fatigue et l’ennui… avec Antigone par exemple !

– Inquiétude chez certaines élèves blanches qui ont tout saisi de la situation mais qui semblent résignées. Elles font preuve d’une grande maturité d’esprit les amenant à une bonne prise de conscience de la situation : La mixité ça ne se fait vraiment pas, ou pour quelques-uns seulement… Les profs sont moins sévères… Les cours moins compliqués… ça risque d’être dur l’année prochaine…

Les cours ? Souvent dans le bruit ! Il faut parfois consacrer du temps (perdu) à faire la discipline… quand on est un prof plus exigeant : dehors !… dehors !… dehors !… C’est honteux !… puis sortie des élèves perturbateurs pour que le cours commence.

– Le directeur du collège semble préoccupé à faire venir les parents dont les enfants posent problème(s). Pas de Blancs distingués dans cette catégorie ! Certains parents écoutent et semblent préoccupés par le comportement qu’on leur décrit mais pas tous ! Une mère d’origine arabe, par exemple : Elle avait été convoquée car son gentil rejeton avait dit à un surveillant : Tu veux que je te gifle ?… Il avait perturbé une sortie scolaire sur l’orientation possible post 3ème… Après le chapitre discipline, le chapitre travail : En difficulté, il ne fait rien !… Alors a commencé l’explosion de haine : … Pourquoi, il ne fait rien ? et blablabla… et Pourquoi, il ne fait rien ?… C’est parce qu’il n’a pas les yeux bleus ?… Alors colère de la surveillante générale : Comment? On traiterait mieux les élèves parce qu’ils ont les yeux bleus ? Je ne peux pas vous laissez dire ça… etc. etc.

– Il n’apparaît pas qu’avoir mis des élèves d’un collège dit plus favorisé socialement aux côtés de ceux d’un collège dit défavorisé ait entraîné du positif sur le plan de l’émulation entre élèves. Pas plus d’envie de s’intéresser au travail scolaire proposé. Une élève, alors qu’on la prépare à un entretien suite à son projet d’orientation, a ces mots désolants : L’école c’est chiant !… C’est toujours toujours la même chose !… Le professeur lui dira quand même que sa prestation (5 mn pour chaque élève) était bonne mais surtout on enlève : Truc… Chiant… et plus ! Une autre élève qui voulait devenir architecte se rend quand même compte de son niveau : J’ai des notes catastrophiques… alors travailler dans un cabinet d’architecte lui suffirait. Ce qui est sûr, c’est qu’on ne la voit guère préoccupée en classe à suivre les cours et pourtant elle dit être bien fatiguée à la fin de sa journée d’école : Je vais chercher mon frère… ensuite je dors… en plus même mes devoirs je fais pas (sic). Elle se réveille quand même après puisqu’elle dit, en cours, à son voisin : J’ai dormi à 2 h du matin. Je t’ai envoyé un message vers 1 h… minuit…

Finalement la mixité ethnique n’apportera guère de positif pour ceux qu’on souhaite tirer vers le haut. Moins de bruit dans les cours ? Pas vraiment apparent. Le sens de l’effort personnel ? On le cherche, pourtant c’est une part essentielle à une bonne réussite scolaire.

Ce qui était en plus choquant dans ce documentaire, et même très grave, c’est de constater en plus le lavage de cerveau imposé aux élèves en leur faisant monter un spectacle sur Rosa Parks, une idole noire américaine de la lutte antiraciste, adulée en France jusque dans les collèges ! Et une fois encore, rabaisser les Blancs, pousser à la rébellion les Noirs ! Parfaitement inapproprié et contre-performant à l’école. Les Noirs et autres étrangers se complairont ainsi toujours à se poser en victimes, qu’ils ne sont pas, en même temps qu’ils mettront dans la tête des Blancs un sentiment de culpabilité, culpabilité à réparer alors qu’ils ne sont coupables de rien ! Exemple de cris poussés dans ce spectacle : Nous l’avenir, nous disons non !… Nous la France de demain… il faut interpeller partout le peuple blanc… qu’ils voient de leurs yeux de Blancs l’insolente révolte du peuple noir ! etc.

Françoise Lerat

PS : Un de mes petit-fils de 10 ans vient d’entrer en 6ème en école privée. Je suis un peu rassurée !

image_pdfimage_print
11
3

21 Commentaires

  1. La photo en haut de l’article montre-elle un expat dans un école française en Afrique ?
    Je m’y perds.

  2. au début j’ai cru que ce documentaire était tourné dans un pays d’afrique avec cette fille qui moquait « trop de blancs » !! mais non c’est bien en france, et voilà aujourd’hui la situation terrible qu’on laisse à nos enfants après plus de 40 ans de politique d’immigration massive imposée avec regroupement familial, droit du sol, pour corser l’affaire –

  3. tous les jours s’ajoute une pierre à l’édifice de destruction de notre pays et de ses institutions : les arguments tous plus ineptes les uns que les autres que sortent ces illuminés pour faire avaler ce genre de projet idéologique est hallucinant: pas contre rien ne marche et ne marchera – avec des « si » on peut refaire l’histoire aussi ! nos enfants dans ce genre de collège avec le lavage de cerveau toujours culpabilisant pour les français, qui leur est imposé ne savent plus où ils sont, et la loi du nombre aidant ils sont de plus en plus submergés par ceux auxquels est inculquée la haine du peuple blanc – même le privé commence à être « infesté » et n’est plus un refuge pour échapper à ce cauchemar qui nous est imposé

  4. Il y a quand-même encore une blanche sur la photo ( Mimolette il ne va pas rester, il n’est là que pour la prise de vue ) le reste c’est du black et à gauche, un gris.
    Même les gris deviennent minoritaires !

  5. « PS : Un de mes petit-fils de 10 ans vient d’entrer en 6ème en école privée. Je suis un peu rassurée ! »
    Le problème c’est qu’il y a de plus en plus de maghrébin musulman dans les écoles privées catho. Du coup le niveau baisse et la violence y augmente. La première chose à faire serait d’interdire les musulmans, ouvertement ou en imposant la viande de porc à la cantine et les cartables et trousse en cuir de porc

    • Les israeliens ont confectionné les sièges de bus avec des morceaux de cuir-porcs. Du coup, il n’y a plus d’attentats dans les bus israeliens. Simple et trés convaincant. Eh oui, imaginez les 72 vierges recevoir le terroriste et lui dire : « Ne nous touche pas, tu pues le porc ». :o)))

  6. On doit admettre qu’il y a des races fortes et des races faibles, que nous sommes tous différents et inégaux par le sang hérité de nos ancêtres, que l’intelligence tient de la race et de rien d’autre, que le métissage entre races de niveau intellectuel différent est responsable d’une régression des races qui étaient au sommet. Pour prouver mon dire toutes ces races allogènes africaines et arabes n’ont rien inventé et très peu publié de littérature . Toute l’industrie qu’il y a en Europe, sur le continent américain a été créée , inventée par des blancs .

  7. Nous ne faisons pas assez d’enfants et c’est sur nous qu’on râle en disant qu’il y a trop d’humains dans le monde.

  8. Sachant que les ecoles privées sont envahies aussi. Bien qu’elles soient encore le dernier bastion d’un semblant d’éducation, il n’en reste as moins que le côté catho est en train d’être piétiné et dilué par l’absorption de minorités qui exigent la suppression des croix alors que c’est l’essence même de ces institutions dont le caractère chrétien donne les valeurs inhérentes de respect, de morale. Le cheval de troie s’est engouffré et les directeurs se couchent et obtemperent devant ces revendications

  9. La mixité avec ce gros blanc permis des noirs, ou la réalité de demain en voyant de plus en plus de pub où il n’y a QUE des noirs ???

  10. La photo en tête de l’article ressemble plus au Grand Remplacement qu’à la mixité !

  11. Le niveau des collèges est déjà au ras des pâquerettes, avec ce système il deviendra nullissime.

  12. La mixité obligatoire est une idée d’imbéciles qui n’ont jamais mis les pieds dans un collège ! Au moins cela permet de faire monter le patriote ! Dans le film  » le collège d’à côté » tout est dit au début : »ce qui me choque c’est qu’il y a trop de blancs », c’est raciste ? C’est vrai qu’en Afrique il y a trop de noirs ? Trop, cela va exploser l’UE cette population africaine qu’on ne pourra plus accueillir et on sera obligé, s’ils veulent, de les aider …Ce n’est pas pour aujourd’hui. …

    • Oui à Berlioz les noirs semblent assez ouvert pour accepter quelques blancs !
      Les parisiens ont de la chance.

  13. Malheureusement il faut rendre cette mixité obligatoire dans le public comme dans le privé afin que ceux qui se sentaient protégé comprennent qu’il faut voter et bien voter. Tant qu’ils se sentiront à l’abri on ira peu à peu vers le précipice ; c’est mieux d’y aller d’un coup et tout recommencer.

  14. La suppression des « classes de niveau » a déjà été première grande catastrophe avec, une fois de plus, la volonté de mixité (initialement sociale et non pas ethnique).. alors un grand plongeon dans l’abîme.
    Et même dans le « privé sous contrat », il y a des pressions pour qu’ils prennent des cassoss, et parfois même des exclus des collèges et lycées pour comportement violent d’où il se font virer.

    Le refuge dans le privé sous contrat sera de courte durée, il n’est pas « sous contrat » sans contrepartie ! surtout avec le pape du wokisme à la déséducation nationale.

    Il restera le privé hors contrat, mais sauf pour ceux souhaitant approfondir les sourates du Saint Coran, c’est très cher.

    Ou encore l’enseignement familial à domicile, je pense que c’est la bonne voie à explorer, il y a plein de retraités prêts à donner la main si besoin.

  15. Deux commentaires :
    1) que ce soit dans le public comme dans le privé, les fouteurs de merde sont toujours les mêmes : les renois et les rebeus !

    2) dans le privé peuvent s’y ajouter les fils (ou filles) de rupins, d’intellos ou de peoples…

  16. On est bien d’accord : ce ne sont pas les « blancs » qui mettent l’ambiance, ni à l’école ni dans les rues.

Les commentaires sont fermés.