Mohamed au personnel de la crèche : la prochaine fois je vous nique toutes !

Publié le 17 juillet 2014 - par - 5 182 vues

ChauvelotScènes de la vie quotidienne dans le sud de la nouvelle France

Ramadan : « c’est le ramadan, on fait ce qu’on veut »:

« Bonsoir …,

Je ne pourrai pas regarder malheureusement l’émission de ce soir car je suis épuisée et le mot est faible ! Cette nuit nous n ‘avons quasiment pas pu dormir à cause du bruit justement, sous nos fenêtres que faisaient une dizaine de jeunes filles musulmanes (cris aigus, chants, courses…) ; n’en pouvant plus à 0 h 30 j’ai osé ouvrir mes volets pour leur demander de se calmer et là, je me suis fait insulter copieusement sous prétexte qu’elles faisaient ce qu’elles voulaient à cause du Ramadan, ce à quoi j ‘ai osé répondre que j ‘en avais rien à foutre de leur ramadan de…, que ce que je voulais c’est le calme pour pouvoir dormir enfin, car moi, je travaille. Je vous passe les insultes, les menaces… jusqu’à ce que Pierre se réveille en furie et pousse lui aussi sa gueulante d ‘homme virulent et qu’elles partent crier ailleurs, enfin !!!  Alain a voulu descendre très en colère et choqué que je me fasse insulter, ainsi mais j ‘ai réussi à l’ en dissuader, heureusement !!

J’étais furieuse, excédée, fatiguée, choquée, bref je me suis endormie vers 2 h00 du matin seulement pour me lever à 6 h 30. C’est une honte ce que nous subissons !… »

Mohamed au personnel de la crèche : « La prochaine fois je vous nique toutes ».

Celui que d’aucuns considèrent comme une chance pour la France est au chômage, mais roule en BMW et porte des vêtements de marque. Accessoirement il est «déjà connu des services de police ».

L’ autre jour il vient  à la crèche, laisse sa BM en plein milieu, bouscule la porte du sas d’entrée et, menaçant et hurlant, s’en prend, devant les autres petits qui se mettent à pleurer, à la dame qui s’occupe de son fils : « ça fait deux ans que vous me cassez les couilles, vous êtes des merdes, ça fait 15 fois que je récupère mon fils comme ça ». «comme ça » traduit le fait qu’il a été changé avec des vêtements de la crèche en l’absence de changes normalement fournis par la famille.

Après 10 minutes, de hurlements, d’insultes, de bousculades avec d’autres parents et membres du personnel-deux jours d’ITT pour l’une d’entre-elles- le représentant de la Nouvelle France considère que ça suffit et quitte les lieux avec ce message remarquable de nouveau citoyen : « demain, si mon fils est encore dans cet état, je vous nique toutes »

(Et prétentieux en plus !)

La voilée qui se la joue donneuse de leçon

Sur le marché forain à La Seyne sur Mer, le seul et dernier étalage de robes de style européen ; à un angle, deux femmes dont une voilée discutent en arabe. Une Française « traditionnelle » cherche la belle affaire, et pour ne pas déranger les arabophones passe derrière elles. « Vous pourriez au moins demander pardon » s’entend-elle interpeller. « C’est à moi que vous parlez ? Oui, lui répond celle qui se signale pour son appartenance à la religion de paix et d’amour, Vous auriez pu demander pardon » «  Je n’ai pas à vous demander pardon, je ne vous ai pas touchée lui rétorque l’autochtone  qui n’a jamais connu une telle situation en 50 ans de fréquentation de ce marché.

La Kalachnikov ici et là :

–    une rafale sur la devanture du local refait à neuf par l’office HLM de La Seyne sur Mer pour héberger un groupe de rap local dans la cité sensible,

–    une rafale sur les volets de la pharmacie d’une cité sensible de Toulon,

–    une rafale en l’air devant un club de judo sis à proximité de la même, devant les enfants et ponctuée d’un sonore « allah ouakbar ».

Jean Théron

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi