Mon cher Mouloud Aounit, il faut que vous remettiez un peu d’ordre au Mrap !

Très cher ami Mouloud Aounit, Président d’honneur du Mrap,
Je reprends la plume une fois de plus pour vous écrire personnellement, car je sais combien vous avez œuvré pour défendre notre belle religion d’amour, de tolérance et de paix qu’est l’islam. Je ne reprends pas ici la liste de vos interventions en sa faveur (1).
Je voudrais tout d’abord nous féliciter du succès de la « journée sans immigrés » organisée le 1er mars dernier (2), et à laquelle des dizaines de mouvements ont appelé, dont le Mrap (3). Ce fut une bien meilleure réussite que l’an dernier. En effet, selon les informations des médias, il n’y avait qu’une cinquantaine de personnes qui s’étaient déplacées au rassemblement prévu à Paris (contre 200 le 1er mars 2010), et une dizaine à celui de Marseille (4). A Lyon également, on pouvait aisément compter les rares participants alors qu’ils étaient plusieurs dizaines en 2010 :
Voilà donc bien des manifestations quasiment « sans immigrés », dans la droite ligne de cette « journée sans immigrés ». Espérons que l’on fera encore mieux en 2012 ! Pour ma part, évidemment, j’ai participé activement à cette opération : je suis restée à la maison toute la journée. Ainsi d’ailleurs que mes coépouses, sauf Wahiba-Thérèse qui avait parloir avec notre époux à Fleury-Mérogis. Nous avons donc scrupuleusement suivi le mot d’ordre des organisateurs « marquer notre présence par notre absence », puisque nos voisins de quartier qui ne manquaient pas de remarquer nos niqabs chaque fois que nous sortions ont été privés toute la journée du plaisir de leur insultes islamophobes.
Mais ce n’est pas l’objet principal de ma lettre, cher Mouloud. Ce qui me fait réagir et vous interpeller personnellement, c’est un incident au sujet du Mrap de Marseille. Mon attention a été attirée par un communiqué du Collège de la présidence national de votre mouvement (5). Celui-ci « exprime sa solidarité à la Présidente du MRAP de Marseille agressée par une personne se réclamant du Parti des Indigènes de la République » lors d’un rassemblement pour le peuple algérien à Marseille qui avait lieu le 12 février dernier.
Tout d’abord, je ne trouve pas judicieux de communiquer publiquement sur ce différend entre un membre du Mrap et un Indigène de la République. Imaginez combien nos adversaires xénophobes et anti-musulmans comme ces sites abjects Bivouac-Id, Riposte laïque et autres fdesouche.com vont sauter sur l’occasion comme des vautours assoiffés de racisme pour mettre la discorde dans nos rangs !
Mais pire encore que ce communiqué national du Mrap, celui du Bureau de la Fédération des Bouches-du-Rhône me fait bondir :
On y apprend que ce qui a provoqué l’indignation d’un « militant connu » du Parti des Indigènes de la République, ce sont deux revendications spécifiques du Mrap de Marseille pour nos compatriotes algériens : « Egalité entre les hommes et les femmes » et « Abrogation du code de la famille ».
Il s’agit là d’une ingérence inacceptable dans nos affaires intérieures, algériennes et musulmanes. On croirait lire du Sarkozy ou du Copé ! Mais de quoi je me mêle ? Le « code de la famille » est parfaitement conforme à notre noble Coran et à la Sunnah de notre Prophète (que le salut et la bénédiction soient sur lui), que vous-même avez eu à cœur de défendre à maintes reprises contre les attaques des islamophobes. Depuis quand faudrait-il « abroger » la polygamie ou la répudiation, et interdire ainsi aux musulmans de pratiquer librement leur foi ? Vous qui êtes tout comme moi un laïque convaincu, vous ne pouvez pas laisser passer une telle entrave à notre liberté religieuse dans les propres rangs du Mrap, et cautionner ce néo-colonialisme envers nos frères et sœurs d’Algérie.
Quant à l’« égalité entre hommes et femmes », là encore quel nombrilisme franchouillard et totalitaire, et quelle atteinte à notre liberté de croyance et de culte ! Vous connaissez aussi bien que moi le verset de la 4ème sourate que tout musulman authentique respecte : « Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand ! »
Ce tract du Mrap Marseille constitue donc manifestement une offense grave et une stigmatisation de l’ensemble des musulmans pratiquants. Il était alors normal qu’on tente d’empêcher de le distribuer aux Marseillais. Et le bureau local du Mrap qui invoque le « droit d’expression » devrait savoir qu’il y a des limites claires à ce droit, comme l’a d’ailleurs rappelé la 17ème chambre correctionnelle de Paris à l’encontre de l’islamophobe Eric Zemmour, et comme vous-même l’avez maintes fois exprimé en condamnant par exemple une caricature de notre Prophète (que le salut et la bénédiction soient sur lui).
Nous voyons là une fois de plus le prolongement nauséabond et délétère d’une islamophobie encouragée par la droite de gouvernement elle-même qui vient de lancer un « débat » dangereux sur l’islam après celui sur l’identité nationale dont on connaît les dérives stigmatisantes et racisantes qui hélas gangrènent gravement et de plus en plus la cohésion nationale et le vivre-ensemble.
Même dans nos rangs, personne n’est plus à l’abri de ce vent mauvais du racisme anti-musulman. Je vous avais déjà signalé le cas de Christian Delarue, membre du Bureau exécutif et du Conseil d’administration du Mrap, qui trouvait totalement anodin qu’on puisse uriner sur le noble Coran et le brûler (1). Et voilà que la Présidente du Mrap Marseille s’en prend aussi à la liberté religieuse et à la foi des musulmans.
La gauche de la gauche elle-même fait l’objet de ce sournois entrisme qui rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. Je ne suis aucunement étonnée d’apprendre que le compagnon de la militante qui distribuait ce tract nauséabond à Marseille est adhérent au NPA. Car n’est-ce pas ce parti qui a discriminé une candidate aux élections régionales parce qu’elle portait le voile ? Et qui vient de décider à son dernier congrès que ce sera une règle générale en son sein ? N’est-ce pas du NPA que proviennent deux transfuges, le cégétiste Fabien Engelmann et l’étudiante Vénussia Myrtil, pour se mettre au service du Front national et de la fille de Jean-Marie Le Pen ?
Très cher ami, cette dérive nauséabonde de nos amis du NPA et de certains membres du Mrap est inconcevable. Depuis que vous avez quitté la direction du mouvement, rien ne va plus. Je vous supplie que mettre toute votre autorité morale de Président d’honneur pour corriger ces égarements qui ne pourraient que s’amplifier si on ne met pas un coup d’arrêt définitif. Je compte sincèrement sur vous et votre dévouement de plus de vingt aux côtés des musulmans pour reprendre la main et agir avec justice mais sévérité afin d’effacer cet affront que constitue ce tract marseillais nauséeux et les deux communiqués confusionnistes qui en ont découlé.
Que la Paix et la Bénédiction d’Allah le Très-Haut soient sur vous, mon cher Mouloud Aounit, sur votre famille et sur ceux qui suivent la voie juste jusqu’au Jour du Jugement Dernier.
Leïla ADJAOUD
(1) https://ripostelaique.com/Mouloud-Aounit-quelles-sanctions.html
(2) http://www.la-journee-sans-immigres.org/
(3) http://www.mrap.fr/droits-des-migrants-et-etrangers/mardi-1er-mars-2011-journee-sans-immigres
(4) http://info.france2.fr/france/echec-de-la-deuxieme-journee-sans-immigres-67582738.html
(5) http://www.mrap.fr/tout-savoir-sur-le-mrap/le-college-de-la-presidence-du-mrap-exprime-sa-solidarite-a-la-presidente-du-mrap-marseille

image_pdf
0
0