1

Mon fils Samir est dealer : c’est la faute aux racistes!

La maman d‘un gentil CPF qui ne voulait que rendre service : « Le matin, il dort, et le soir, il deale. Moi, je n’en savais rien, Samir glissait des billets dans mon portefeuille. Le racisme a ruiné nos vies »

Le racisme ? C’est de nous qu’il s’agit, bien entendu ! Avec nos exigences ! Pas de drogue, pas de viol dans la rue, pas de centaines de mosquées en plus, pas de moutons égorgés sous les yeux de vos enfants, boudin-purée pour tous à la cantine, et bien plus encore !

« Ce n’est pas la vie que j’attendais pour lui, c’est celle que la société lui a donné », braie Assa, 68 ans, mère au foyer et résidante à Lille, dans un quartier où le deal fleurit depuis des années.

Ce n’est JAMAIS leur faute ! Toujours celle des méchants islamophobes qui veulent les expulser à la moindre incartade.

Elle est affublée de son penaillon qui n’empêche pas les pensées de lui malmener l’esprit, toutes liées à son biquet qui deale depuis ses 13 ans. Assa ne l’envoyait donc pas à l’école tous les matins ?

Comme elle, sa « soeur » Fatima, 70 ans, porte le poids des activités de son fils, lui aussi revendeur de stupéfiants dans le quartier.

Mères de racailles dealers, elles fulminent dès qu’elles évoquent la difficulté de leur quotidien.

« Moi, je n’en savais rien, Samir glissait des billets dans mon portefeuille »
Et sympa, en plus, le fournisseur de réconfortants.

Dans sa tour HLM, la famille d’Assa vit dans la précarité. « D’aussi loin que je me souvienne, on n’a jamais connu aucun répit, malgré des efforts constants, quotidiens », soupire Assa.
« Le matin, il dort, et le soir, il deale », relate Fatima, l‘autre moman fallacieusement accusée d’indignité éducative.
La mère de famille rêve d’un avenir meilleur pour son fils aîné.
(Amusant ! Moi aussi je rêve d’un avenir meilleur pour mes enfants, et il n’a pas la couleur de la drogue)
« Mon coeur de mère saigne, ma voix accuse les politiques »
Il faut savoir que pour gémir, pour se plaindre, se lamenter et toujours accuser les autres, les full wrapped sont les plus fortes.

Assa en a gros sur le cœur. « C’est de la rancoeur, j’en veux à ceux qui ont imposé cette situation à nos fils », insiste-t-elle, « mon coeur de mère saigne“
Attention, Assa, si vous pouviez éviter de parler de sang ! Les dernières allusions à ce liquide me rappellent trop les moutons que votre conjoint barbu égorge à vif sur le balcon de votre tour, entouré des futurs décrocheurs scolaires. Evoquons plutôt les larmes des autres mamans. Celles qui voient leur enfant rentrer de l’école avec deux grammes de psychotrope en poche. Sont obligées d’aller le chercher au commissariat, complètement défoncé. A cause de votre chouchou.
Les contrôles de police se multiplient, sans que les „opportunités de reconversion“ pour ces fricoteurs du deal ne se présentent.

Les opportunités ne se présentent pas comme l’ange Gabriel à la Vierge Marie. Il faut y mettre du sien, Assa. Il faut se lever le matin, malgré la fatigue et obliger le morveux à aller au lycée, même si vous devez pour cela prendre le bus avec lui et vérifier qu’il y est bien entré (Figurez-vous que cela m’est arrivé à moi-même, tirée par mon père dans un tram et hurlant « oui, je préfère devenir vendeuse chez Lidl »)
« Mon fils a le choix entre dealer et rien d’autre, ce n’est pas un choix, c’est une malédiction », soupire Assa en frottant ses mains suintante de graisse de méchoui sur son tablier.
Faire des études ? Le morpion a bien tenté l’expérience, mais le prix du métro et des fournitures scolaires, moins les rentrées d’argent de la came auraient failli pousser la famille à la ruine.
Ho, la mère aimante : l’école est obligatoire en France ! Vous pouvez ravaler vos arguments.

Les transports en commun sont gratuits à Lille pour les moins de 18 ans, c’est officiel! Je sais qu‘en plus, les repas de la cantine sont offerts à tous, c’est l’une des mesures phares qui concernent la plupart des groupes scolaires de Lille, depuis la rentrée 2020. Votre mini-dépravateur profitera d’un repas complet (garantit sans porc) tous les midis. Vous aurez toute la chakchouka pour vous toute seule. A savourer allongée devant la télé.

Quant aux fournitures qui pèseraient tant sur votre budget : chaque année, une allocation de rentrée scolaire vous est versée aux alentours du 20 août. Elle est destinée à financer les fournitures scolaires et non la Samsung QLED 4K 2020 50LS03T Smart TV 50″, Intelligence Artificielle, Multi View, Ambient Mode, One Remote Control, Support Mural Non Gap Inclus, avec Alexa intégré grande dimension.

« On n’avait déjà rien, on s’est retrouvé avec des menaces de saisie », pleurniche la moman.
« Le racisme a ruiné nos vies »

Ca y est, c’est notre faute !
Toutes deux marocaines, Assa et Fatima ont vu le racisme teinter leur vie d’une couleur sombre. « Accès au logement, à l’emploi… C’est difficile, aujourd’hui en France, quand on est précaire et arabe, de se sortir de la pauvreté ».
Samir ajoute son grain de couscous : « Quand les institutions arrêteront d’être racistes, j’arrêterai de dealer, autant vous dire que c’est pas près d’arriver ».
Sans alternatives immédiates, (c’est-à-dire aux frais des Français) les deux racailles continuent leurs petits trafics, et Assa et Fatima leurs jérémiades.

Anne Schubert