1

Mondialisation : quelques gros gagnants, beaucoup de perdants

Résultat de recherche d'images pour "PHOTO FERRARI TRIBUTO"

Si les Gilets jaunes ne sont pas convaincus des bienfaits de la mondialisation, les milliardaires le sont. Depuis la crise de 2008, jamais les grosses fortunes n’ont engrangé autant de richesses, en France comme ailleurs.

Et la vente des voitures de luxe est un excellent indicateur du niveau de vie des moins démunis…

Chez Ferrari, on a du mal à fournir. Il s’est vendu 7755 bolides dans le monde, soit 900 de plus qu’en 2018. Il est vrai qu’une Ferrari, c’est beau !

L’entrée de gamme, la F8 Tributo ( en photo ) se brade à 232 684 euros, soit 55 années de  travail d’un paysan gagnant 350 euros par mois !

Chez Rolls Royce, on a également le sourire. Entre 2017 et 2018, les ventes ont explosé de 25% et le cru 2019 sera encore meilleur.

Pour s’offrir une Rolls Phantom, un chèque de 450 000 euros suffit.

Selon le rapport de l’ONG Oxfam, les 26 personnes les plus fortunées de la planète possèdent autant de richesses que la moitié de l’humanité la plus pauvre.

https://www.ouest-france.fr/economie/banques-finance/rapport-oxfam-des-milliardaires-toujours-plus-nombreux-et-toujours-plus-riches-6183229

En 2019, on compte 2208 milliardaires dans le monde, soit deux fois plus qu’en 2008.

Entre 2017 et 2018, il y a eu un milliardaire de plus tous les deux jours.

En France, si nos Gilets jaunes ont le frigo vide le 15 du mois et si toutes les corporations sont dans la rue, d’autres voient la vie en rose.

En 20 ans, la richesse cumulée des 10 plus grosses fortunes de France a été multipliée par 12. Une croissance de 1100%.

Parallèlement, le nombre de pauvres a augmenté de 1,2 millions.

Le nombre de milliardaires a explosé, passant de 15 en 2008, année de la crise, à 38 aujourd’hui.

Les 38 milliardaires de France possèdent autant de richesses que les 40% les plus pauvres.

La bourse a augmenté de 25% depuis le 1er janvier.

Les sociétés du CAC 40 ont versé 44 milliards de dividendes à leurs actionnaires. Record d’Europe, c’est trois fois plus qu’il y a 15 ans.

Un tel creusement du fossé entre les riches et les pauvres peut-il durer ?

Il est permis d’en douter et le mouvement des Gilets jaunes le prouve.

En terme de niveau de vie et de progrès social, le mondialisme est la pire des régressions qu’on ait vue depuis la guerre.

C’est le contre-modèle absolu des Trente Glorieuses, lesquelles  virent l’émergence des classe moyennes et leur enrichissement grâce à une croissance à la chinoise.

Quand Macron  accorde royalement 30 euros par mois de plus à un Gilet jaune, alors que les  8  Français les plus riches possèdent autant que les 30% les plus pauvres, il joue avec le feu.

Car non seulement le peuple s’enfonce dans la misère, mais notre apôtre du mondialisme lui demande de partager cette misère avec tous les déshérités de la planète.

Loin de moi l’idée de dénoncer les créateurs de richesses et d’emplois. Je suis plutôt admiratif de ces milliardaires partis de rien et qui ont fait fortune à la tête d’une start-up du numérique.

Mais à côté de ces petits génies visionnaires, beaucoup ont profité de la spéculation et des optimisations fiscales que facilite le mondialisme. Et trop de fortunes rapides se sont faites sur le dos du peuple.

Celui-ci ne va pas se complaire éternellement dans la régression sociale, engendrée par une immigration massive de pauvres totalement improductifs. Le réveil du volcan n’est plus très loin…

En ouvrant les vannes de l’immigration, nous avons importé à l’intérieur des démocraties occidentales, la fracture multiséculaire qu’il y a entre les pays du Nord et ceux du Sud. C’est du suicide.

Jacques Guillemain