Monsieur le maire, pour moi, détruire une école, c'est grave, ce n'est pas un épiphénomène

Nous avons reçu, de la part de René Balme, maire de Grigny, une mise en demeure de publier un droit de réponse à un article de Mireille Popelin, qui évoquait la destruction d’une école, à Grigny. René Balme ayant publié cette réponse sur son site (voir ci-dessous), nous portons ce texte à la connaissance de nos lecteurs. Deux de nos rédacteurs, Mireille Popelin (mise personnellement en cause) et Radu Stoenescu, avec des approches différentes, répondent à René Balme, avec qui nous sommes prêts à approndir des divergences qui sont énormes.
Monsieur le Maire,
Voici donc ce que je lis sur votre site.
http://www.rene-balme.org/24h00/spip.php?article1172
Permettez-moi tout d’abord de rectifier une erreur : vous me connaissez, Monsieur Balme ! Avec notre association, l’UFAL (Union des familles laïques) nous sommes venus à votre demande pour un débat sur le scandale de la loi obligeant les communes à financer la scolarité des élèves choisissant une autre école dans une autre commune, alors que la commune a une école publique laïque et gratuite pour tous les élèves.
Chaque fois que je dénonce la délinquance dans mes articles, je suscite la même réaction : « populiste, raciste, vision étriquée (j’ai corrigé la faute involontaire, l’école publique et laïque m’ayant appris l’orthographe) vision étriquée donc de la géopolitique, d’ailleurs en a-t-elle une ?  » (de vision géopolitique ) ?
Monsieur le maire, c’est vous qui employez l’insulte et les propos méprisants !

Non, je n’ai pas consulté Lyon capitale, mais le Progrès tout simplement.
Non, je n’ai nullement l’intention de vous « démolir » mais seulement de dire ma révolte quand des délinquants saccagent une école, de dénoncer la délinquance locale et nationale, quels que soient les élus, droite ou gauche.
Populiste : le terme est injustement décrié (voir la définition de Wikipédia). Moi, j’aimerais bien que le peuple retrouve sa souveraineté (que les élites et les élus ont volée, UMP et PS confondus).
Raciste parce que je dénonce la délinquance ?
Sur votre site, qui s’adresse à tous vos administrés, j’ai vu que vous aviez interrogé Paul Ariès, qui anime un journal « Sarkophage ». Or, ce journal a publié un de mes articles,  » la sécurité, une valeur de gauche « , ( n° 5 P 19 ) .
Entre délinquance habituelle (600 voitures brûlées à Noël, un épiphénomène, selon vous) je cite mon article : » ces bandes  » la caillera  » , comme ils se nomment eux-mêmes, ont surgi sur la ruine politiquement organisée des cultures populaires (JC Michéa). Il s’agit de la fraction du lumpenprolétariat définie par Engels comme « cette lie d’individus corrompus, de tous les alliés le pire possible. »
Ces délinquants qui, dit-on, ne sont pas intégrés, ont parfaitement intégré le système capitaliste !
Pour avoir vu de très près (au sens propre du terme) le fonctionnement de ces bandes à Villeurbanne, je sais que ce sont les grands frères qui commandent les petits et les obligent à voler : ils évitent ainsi souvent la prison.
A Villeurbanne, rue Richelieu, nous avons fait une pétition citoyenne avec habitants, directeur d’école et l’avons rendue publique (Progrès). Le maire ne nous a pas insultés, lui, il a convoqué les services concernés et la police. Hélas, trop tard pour la gauche, quelques mois après, elle perdait les élections (2002) précisément pour avoir négligé la sécurité, qui était « un fantasme » Quant à moi, j’ai subi menaces et cailloux visant mes fenêtres, intimidations. J’ai dû déménager !
Je connais les classes populaires, j’en suis issue. Et c’est grâce à l’école publique que j’ai réussi à faire le métier que j’ai toujours voulu faire : institutrice
C’est vous dire que je respecte l’école et n’accepterai jamais qu’on la détruise !
Les classes populaires sont touchées par la crise sociale, avec chômage, précarité, délocalisations, mais pourquoi subiraient-elles la violence de ces délinquants qui s’attaquent au Bien Commun, ce lieu sacré, l’école ? (et les émeutes !)
Ce sont les ouvriers, employés que je fréquente au cours de débats, (souvent avec le PCF) de Grigny, de Givors, etc. que j’écoute : ils sont las de cette délinquance, ils la subissent dans les transports en commun, dans leur quartier, leurs voitures sont dégradées, volées, brûlées. Alors, si l’on saccage l’école où iront leurs enfants !
Dans le film magnifique  » Nos meilleures années » qui raconte la vie d’une famille italienne en 68, on assiste à une réunion politique de ces « révolutionnaires » intellos, bobos, et gauchos (on a les mêmes, version française), l’un de ces intellectuels dit  » il faut détruire les écoles  » et un ouvrier de chez Fiat s’étonne  » Détruire les écoles ? Mais pourquoi ? NOUS, on pense plutôt qu’il faut en construire des écoles. »
Je suis dans ce NOUS, monsieur le Maire et crise économique (il y en a eu d’autres) ou pas, RIEN ne peut justifier qu’on brûle une école.
Je dirai que le phénomène nouveau (et je pèse mes mots, l’école publique m’a appris à me servir d’un dictionnaire ) c’est que l’on puisse brûler une école !
C’est que l’on s’attaque aux édifices publics, voilà le PHENOMENE inquiétant et sur lequel il faut réfléchir au lieu de parler des  » relents nauséabonds  » de mes « copies insipides ». S’attaquer au Bien commun, c’est s’attaquer à l’ETAT, et c’est grave !
La délinquance existe à Grigny comme ailleurs, dites-vous, mais lorsque, derrière les délinquants, il y a des prêcheurs de haine, religieux ou politiques, qui cherchent à communautariser et détruire la République laïque et sociale, il faut bien analyser et ne pas mettre tout sur le compte de la politique néo-libérale du gouvernement de droite (la politique de la gauche, avant, n’était guère différente).
Avec mon association et d’autres avec lesquelles nous avons travaillé (NPNS, Femmes solidaires et Femmes contre les intégrismes) nous avons dénoncé les islamistes et leurs prêcheurs, religieux ou politiques. Aussi lorsque j’ai vu sur votre site que vous donniez la parole à Nasrallah, je n’en croyais pas mes yeux !
Je suis féministe et laïque, et n’ai pas envie d’une République islamique, j’ai écouté les militantes féministes et laïques (quel courage !) des pays du Maghreb (nous les recevons) qui nous supplient de défendre NOTRE laïcité à la française car ainsi nous les protègerons. Savez-vous bien ce que sont ces chefs religieux, connaissez-vous leur charte ?
Nous, à Riposte laïque nous sommes pour l’égalité hommes-femmes.
Le Coran de ces fondamentalistes prône ouvertement la haine des juifs (Tuez-les tous), des mécréants et des non-musulmans. Leurs manifestations, à Londres, ne me paraissent pas être des démonstrations d’empathie envers l’Europe (1) où ils vivent pourtant. Heureusement que ces manifestations ne pourraient pas avoir lieu en France, où nos lois interdisent cette tolérance… intolérable. Quoique… Nous avons déjà des prémices d’accommodements raisonnables (voir article de Maurice Vidal).
Cela dit :
Nous, à Riposte laïque, nous condamnons toutes les formes de racisme et d’antisémitisme
Agressions physiques, verbales, tags (collège d’Agde et autres). (Aujourd’hui, alors que j’écris cette lettre, le 7 septembre 2008) agression antisémite à Paris ; tout comme il y eut une agression physique contre un  » Arabe » dans un parc à Paris. Le communautarisme, contraire à la République laïque, entraînera de plus en plus ces agressions, hélas !
Mais nous n’acceptons pas pour autant que des délinquants utilisent la victimisation sociale pour faire accepter leurs délits.
Monsieur le Maire, accepterez-vous de publier sur votre site ma lettre -réponse ?
Croyez, Monsieur le Maire, à mon profond attachement aux valeurs de notre République laïque et sociale.
Mireille Popelin
(1) Sur les pancartes des manifestants :
 » Europe,tu vas payer, ton extermination est en route  »
« Préparez-vous au véritable holocauste »
 » Europe, tu vas payer ton 11 Septembre est en route »
« L’Europe est le cancer, l’islam est la réponse »
« l’islam dominera le monde  »

image_pdf
0
0