Monsieur Pena Ruiz, allez-vous voter pour Hollande, le futur destructeur de la laïcité?

Publié le 24 février 2012 - par - 886 vues
Traduire la page en :

( Réflexions après la lettre de Henri Peña-Ruiz à Hollande (Le Monde, 23/02/12)

 http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/02/23/lettre-ouverte-a-francois-hollande-sur-la-laicite_1647186_3232.html

           

 

L’auteur accuse avec juste raison le candidat Hollande de préparer un nouvel affaiblissement de la laïcité. Voilà des propos que je partage, évidemment. A quelques détails près cependant.

Lorsque l’auteur, qui fait peut-être le naïf plus qu’il ne l’est vraiment, considère la position de Hollande comme « politiquement paradoxale », il se trompe ou fait semblant de se tromper. Il y a longtemps que le PS se fout de la laïcité, pour ne pas dire qu’il a adhéré au vaste parti des anti-laïques, au même titre qu’un Sarkozy. Les preuves sont multiples, n’est-ce pas Monsieur Delanoë, ou encore ces élus « socialistes » qui assistent régulièrement aux cérémonies religieuses (toutes religions confondues) assis au 1er rang ceints de leur écharpe, se signant quand il faut le faire (s’il s’agit d’une religion où l’on se signe) ; ou encore ces maires ou présidents de régions ou de conseils généraux qui distribuent sans compter l’argent public aux divers représentants des cultes. Désolé Monsieur Peña-Ruiz, « politiquement paradoxal » est une impropriété.

Autre erreur (peut-être voulue cette fois encore, c’est en tout cas ce que j’espère) : selon l’auteur de la lettre, Hollande serait « du même parti que Jean Jaurès ». Absolument faux et c’est beaucoup trop d’honneur que vous lui faites. Rien, dans la politique actuelle du PS, ne ressemble un tant soit peu aux luttes menées par Jaurès, rien ne rappelle sa pensée. Des invocations en veux-tu en voilà, certes ! Et Jaurès par-ci, et Jaurès par-là. En réalité, des mots, du vent, une imposture. Non, le PS n’est pas socialiste : cela a été si largement démontré dans les colonnes de RL que je n’ai pas besoin d’y revenir ici.

C’est peut-être avec quelque malice que Henri Peña-Ruiz va même jusqu’à écrire, s’adressant à Hollande : « Mettez vos pas dans ceux de Jaurès ». Je veux croire encore une fois que l’auteur ne croit pas une seconde à l’éventualité de cette mise de pas dans des pas qui ne sont pas de la même pointure. Dans le cas contraire, moi qui ai toujours eu, malgré nos divergences, la plus grande estime pour M. Peña-Ruiz, je me ferais du souci pour lui.

Enfin, l’auteur de la lettre considère à juste titre que « c’est d’une gauche laïque et sociale décomplexée » que le pays a besoin. Je passe sur l’emploi un peu bizarre de l’adjectif « décomplexée » (de quels complexes est-il fichtre question ici ?). Toujours est-il que, s’adressant à qui elle s’adresse, cette déclaration pourrait faire rire, si la situation n’était en vérité dramatique.

S’il s’agit de défis lancés publiquement, par voie de presse, au candidat prétendu socialiste, c’est très bien. Mais je doute fort que l’homme qui, après avoir entériné sans broncher le traité de Lisbonne qui balayait d’un trait de plume l’expression du suffrage universel exprimée 2 ans auparavant, l’homme qui ne trouve rien à redire sur les nouveaux pouvoirs européens en matière financière (entre autres) envoyant les États donc la démocratie aux oubliettes, que cet homme qui assure aux marchés financiers qu’avec lui ils n’ont aucune inquiétude à avoir (après avoir dit le contraire quelques jours plus tôt) oui, je doute fort que cet homme prenne si peu que ce soit les propos de notre philosophe en considération.

Une dernière remarque tout de même. Pas une seule allusion, dans cette lettre, à l’Islam, dont on sait d’ailleurs qu’il lorgne avec gourmandise sur l’Alsace-Moselle pour les raisons que l’on sait, clairement exprimées par Henri Peña-Ruiz. On ne saurait penser à tout.

Yves PIALOT

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi