Monsieur Vanneste, toute vérité n’est pas bonne à dire!

Je ne sais trop ce qui a poussé le Député Vanneste à soulever le point d’Histoire sur lequel les spécialistes (dont Serge Klarsfeld) s’accordent pourtant pour dire qu’il n’y eut pas de chasse aux homosexuels en France durant l’Occupation, hors les provinces annexées. Les Allemands n’eurent vraisemblablement pas le temps d’envisager la question, nul doute qu’un séjour plus long de ce côté-ci du Rhin le leur aurait permis. Au nom des homo comme des hétérosexuels, merci donc aux libérateurs.

Toute vérité n’étant pas bonne à dire, Monsieur Vanneste récolte en fait ce qu’il a semé : un engin explosif qui lui saute à la figure, sur un terrain déjà largement miné.  C’est son problème et ma foi, je pense qu’il aura du mal à le régler à l’amiable, dans son camp comme face aux autres partis. 

Une chose est certaine : il devient difficile, pour ne pas dire impossible, de sortir du cadre de plus en plus étroit dans lequel l’Histoire est aujourd’hui enfermée. Non contents de la gommer des livres scolaires exactement comme les staliniens retouchèrent les photos qui les gênaient dans les années 20, les tenants de sa distorsion nous démontrent qu’il est, en 2012, de la dernière imprudence de se référer ouvertement à la moindre de ses pages, fût-elle dûment authentifiée.

Cette dérive du débat public vers l’ostracisation systématique de ceux qui, même s’ils n’ont pas tort, ne parlent pas comme il faut, signifie purement et simplement que nous entrons dans une ère nouvelle dont je prétends qu’elle naît pour de bon des heures les plus sombres de notre Histoire (et de celles des autres par la même occasion).

Monsieur Vanneste risque ainsi de ne pas être le dernier homme politique à faire les frais  des tricheries qu’ailleurs on nous vend comme accomodements raisonnables, quand il s’agit ni plus ni moins de masquer au citoyen la cuisine civique, sociale et culturelle qu’on lui prépare ainsi qu’à sa descendance.

Nous vivons désormais le siècle du mensonge. Je serais Monsieur Vanneste, je reconnaîtrais publiquement m’être trompé. Je demanderais pardon, à genoux, aux homosexuels. J’en rajouterais même un peu, du genre « la Terre est plate et le Soleil est seul dans l’Univers ». Charge aux gens d’aller vérifier ça dans les livres et même sur Internet.

Alain Dubos

PS : Inquiet d’être traîné en Justice pour avoir rappelé à mon tour un fait historique, je précise qu’à Auschwitz, en 97, il m’arriva d’expliquer à des ados ce que représentaient les bouts d’étoffes (dont le triangle rose) cousus sur les haillons des déportés. 

 

 

image_pdf
0
0