Montée de l’islam en Belgique : un reportage qui fait honneur à la RTBF

Publié le 23 avril 2012 - par - 4 538 vues
Share

Les sophistes ne manquent pas pour vouloir démontrer qu’il n’y a pas de problème avec l’islam. Vous les islamophobes (ils veulent dire les islamo-lucides) prétendez que l’islam cultive la haine. À votre avis la haine est-elle un mal ou un bien ? Vous ne répondrez pas autre chose que la haine est un mal. Or en accusant l’islam de promouvoir la haine, vous attisez la haine contre cette religion. Vous pensez donc que la haine contre l’islam est justifiée. Donc vous justifiez une chose que vous considérez comme mauvaise. Vous êtes donc mauvais. Le problème de l’islam c’est vous les islamo-lucides, mais nullement l’islam lui-même. Ces sophistes, avocats de l’injuste, ont connu leurs beaux jours. Ils ne sont pas assurés pour l’avenir. Le reportage de la chaîne publique belge RTBF – http://www.bivouac-id.com/billets/video-faut-il-craindre-la-montee-de-l%E2%80%99islam-en-belgique-rtbf/

– diffusé dans l’émission « Questions à la une » le 11 avril 2012 est comme une flèche qui crève la baudruche pleine de vide des théories fumeuses à propos de la religion de tolérance, d’amour et de paix.

La haine et le mensonge

Le moment le plus fort du reportage est le film que les reporters ont pris en caméra cachée du prêche de l’imam, de la mosquée d’Anderlecht (commune de la région de Bruxelles) le 9 mars 2012, le lendemain de la fête mondiale de la femme, et 15 jours avant l’inauguration officielle de la mosquée.

L’imam de service s’est lancé en arabe dans une condamnation violente de la journée de la femme. Le reportage donne une traduction sous-titrée de son prêche prononcé d’une façon hystérique. Du fait que cette journée se passe au même moment que la fête juive de Pourim, retraçant un évènement qui aurait eu lieu en 480 avant Jésus Christ et comme, selon l’imam, la journée de la femme aurait été créée à l’initiative d’une Juive, Clara Zetkin, il s’agirait donc d’une fête juive. « Femme musulmane » en suivant cette journée, « tu imites la femme juive », « ton comportement est loin d’être divin ». « Il ne faut pas suivre ces ingrats ». Célèbrent cette journée « des ignares, qui n’appartiennent pas à la culture musulmane ». « Il faut suivre la sunna, il faut fuir les cultures innovatrices ». Un prêche violent contre les Juifs, contre l’Occident, contre l’égalité homme femme : rien que de l’amour, de la tolérance et de la paix !

À la sortie de la prière, les reporters interrogent les fidèles sur le contenu du prêche. Un premier déclare, l’imam a dit : » il y a des fêtes nombreuses, d’autres religions, chacun il a sa fête et on doit respecter sa fête ». Un autre, élu écologiste, originaire d’Afrique du Nord, rapporte que l’imam a parlé « du respect d’autrui, du respect de toutes les religions, toutes les religions monothéistes c’est la même chose, il n’y a pas de différence ». L’exact contraire de la vérité. Les fidèles musulmans pris en flagrant délit de mensonge !

La haine propagée est encore visible dans la littérature diffusée par les librairies islamiques. Dans un livre, intitulé, Ma sœur, voilà comment allah et son messager veulent que tu sois, il est écrit : « l’homme présente plus de qualités que la femme ».

Dans un autre livre, aussi très demandé, Conseil aux femmes musulmanes, on lit : « c’est à cause de leurs méfaits que les femmes représentent la majorité en enfer » ou « les femmes sont déficientes en termes de raison et de religion ». Un autre conseil : »Ne saluez pas les non musulmans les premiers. Si vous croisez l’un d’eux sur votre chemin, ne vous écartez pas pour leur laisser le passage, ce sont des mécréants. » On a du mal à croire qu’il s’agit là de préceptes religieux, on croirait plutôt qu’il s’agit d’un manuel pour voyous.

Les femmes, les non-musulmans sont méprisés. Mais d’autres musulmans sont aussi déconsidérés. Voilà ce qu’on dit des chiites : « s’ils étaient des oiseaux ce seraient des vautours et si c’était des quadrupèdes ce seraient des ânes ». D’où viennent ces sympathiques propositions et recommandations ? Une petite recherche sur Internet vous apprendrait qu’elles sont issues du coran ou de la sunna.

Prêcher la haine n’est pas sans conséquences. Le 12 mars 2012, une mosquée chiite de Bruxelles a été incendiée volontairement. L’imam est mort asphyxié. Un homme originaire du Maroc, arrêté a avoué être l’auteur de l’incendie au motif des violences entre le gouvernement de Syrie et les opposants sunnites. Deux témoins interrogés par les reporters considèrent que les messages de haine des imams dans les mosquées influencent des jeunes et des moins jeunes pour passer à la violence.

La réalité politique par rapport à ce constat effrayant

Est-ce que les responsables politiques belges prennent la mesure du danger ? Que proposent-ils ? Philippe Demelenne, un écrivain, journaliste de gauche, qui a eu le courage de s’intéresser aux islamistes de Belgique, déclare que la gauche utilise la communauté musulmane comme un filon électoral.

L’entretien du reportage avec le maire Philippe Moureaux, Parti Socialiste, de Molenbeek, une commune de la région de Bruxelles principalement habitée par des communautés musulmanes, est édifiant. Le repli identitaire viendrait selon le maire des discriminations à leur encontre. Philippe Moureaux nie la réalité du développement du rigorisme islamique tout en cultivant des liens très étroits avec la communauté musulmane. Pendant l’entretien il est frappant de voir ses familiarités avec la population de Molenbeek. Un automobiliste s’arrête en pleine rue pour lui promettre « on votera toujours pour vous, pas pour les autres ». À 71 ans le maire s’est marié en juin 2010 avec une femme d’origine marocaine de 35 ans.

Exploiter le filon musulman est un moyen de se faire élire dans une ville ou les communautés musulmanes sont majoritaires. Mais l’augmentation de la population musulmane et de l’emprise de la religion laisse voir d’autres éventualités. Des élus musulmans issus de Turquie ou du Maroc remplissent eux-mêmes de plus en plus les fonctions d’élus car on n’est jamais mieux servi que par soi-même. La majorité des échevins de la ville de Saint Josse, région de Bruxelles, sont originaires de Turquie ou du Maroc. 11 sur les 13 élus P.S. de Schaerbeek, région de Bruxelles, sont originaires de communautés musulmanes d’Afrique du Nord et de Turquie. Un député d’origine turque avoue que ses campagnes électorales ont lieu en priorité dans les mosquées. Ses discours, sa correspondance se font en langue turque. Une députée d’origine turque assiste voilée aux séances parlementaires. Les partis se disputent la participation de membres de la communauté musulmane.

Gaétan Goidsenhoven, Mouvement Réformateur, maire d’Anderlecht – là où s’est dit prêche haineux traduit dans le reportage – avoue qu’il n’a aucun moyen de vérifier la teneur des prêches dans les mosquées. Ce serait l’affaire de la sûreté de l’État. Aucun de ses services ne lui a communiqué une quelconque information à ce sujet. N’y aurait-il pas eu le reportage de la RTBF, il n’aurait jamais su sur quoi portaient les prêches. Il se dit choqué par ce qu’il a entendu. Il a convoqué les responsables de la mosquée. Ils lui auraient affirmé qu’ils ont été pris par surprise, qu’ils ont admonesté l’imam et l’ont assuré que cela ne se reproduirait pas. Cela semble suffire au maire. Ils ont été pris par surprise ! En engageant l’imam n’ont-ils pas vérifié ses opinions ? Une simple admonestation ! Pourquoi pas un renvoi ? Cette façon cavalière de répondre aux inquiétudes du maire en dit long sur la force de pression que les administrateurs de la mosquée exercent sur le maire. Au moment de l’inauguration officielle de la mosquée, ils avaient insisté sur la réponse qu’ils attendaient pour un dossier de demande de subvention d’une école secondaire logée dans la mosquée. Un des responsables déclarait devant le maire : « nous avons fait la demande, on va bientôt avoir une école secondaire musulmane. Toutes les démarches sont déjà faites, nous attendons la réponse d’ici bientôt ». Visiblement l’octroi des subventions pour l’école secondaire musulmane n’est pas un moyen de pression sur les administrateurs de la mosquée pour s’assurer que l’enseignement dispensé ne soit pas à l’image du prêche de haine de l’imam. Non, il semble plutôt que ce soit un moyen de pression sur le maire. Si le dossier de subventions n’aboutissait pas, sa réélection serait compromise.

L’avis des « experts »

Le reportage se conclut par l’interrogation de deux « experts ». Le premier est Édouard Delruelle. C’est un chercheur au Fonds national belge de la recherche scientifique, professeur extraordinaire de philosophie à l’université de Liège. Il exerce depuis 5 ans comme directeur adjoint du Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme. Pour lui il ne faut pas croire que l’intégration soit un échec. Globalement ce serait une réussite. Les problèmes qui émergent seraient un symptôme de l’absence de la prise de responsabilité de l’État en matière sociale. Le désinvestissement de l’État aurait créé un terreau fertile pour les débordements que l’on constate.

Ce n’est pas ce que le reportage laisse penser. Quatre jeunes musulmans qui se considèrent comme intégrés font des déclarations bien gênantes. L’un à qui on demande s’il est pour l’égalité homme femme répond : »oui et non ». La femme ne doit pas travailler, il ne faut pas qu' »elle se mêle des affaires qu’un mec doit faire ». L’autre avoue qu’il ne pourrait pas épouser leur amie, habillée court, ne portant pas le voile, et considérée en conséquence comme une dévergondée. Quant à cette dernière elle déclare que « de toute façon » elle n’épousera pas un non musulman, pourquoi ? « Parce qu’il le faut ».

Firouzeh Nahavani, professeur de sciences sociales à l’ULB, de parents iraniens, voit comme causes importantes du développement du rigorisme islamique, l’augmentation du prix du pétrole en 1973 et la révolution des mollahs en Iran en 1979. Deux puissances islamiques, l’Arabie Saoudite et la République Islamique d’Iran ont une politique agressive dans le domaine « culturel » : construction de mosquées et diffusion de l’islam à travers l’Europe. Il serait intéressant de voir sur quoi elle base son avis qui a le mérite d’être nouveau. Est-ce que nos gouvernements ont exploré cette piste ?

Ce reportage fait honneur à la RTBF. Il faut féliciter Brunot Clément, directeur de l’émission « Questions à la une » et Frédéric Deborsu, le reporter courageux.

Ce qui se passe en Belgique ressemble point par point à ce qui arrive en France. Jules César commence ses Commentaires sur la guerre des Gaules en parlant du premier de leurs trois peuples constitutifs, les Belges. Selon César, « Horum omnium fortissimi sunt Belgae  » de tous ceux-là les Belges sont les plus forts. On aimerait bien que les Français ne soient pas en reste et que notre service public produise des documents de cette qualité.

Armand Catonien

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.