Montpellier : Des intrigues de pouvoir chez les anti-passe ?

Décidément, à Montpellier on ne s’ennuie jamais.

Depuis plusieurs semaines, les rues sont animées le samedi par les défilés des anti-passe. Vus de manière superficielle, les weekends se suivent et se ressemblent : les gens défilent et crient leur refus du passe sanitaire et expriment de manières variées en quelle piètre estime ils tiennent notre bon Président Macron.

Il y a bien des jets de bouteilles ici et là, entre des factions minoritaires, mais rien de bien extraordinaire en ce type de circonstances.

Et pourtant, l’œil attentif détecte des remous sous la surface…

Je m’explique.

Parmi le groupe d’organisateurs des manifestations anti-passe sanitaire, Christophe Derouch, issu du milieu de la santé, menait les premières manifestations. Prises de paroles diverses, slogans anti-passe, chants, ambiance bon enfant et conviviale, assistance fournie en constante augmentation, pas de dérives politiciennes. Les choses semblaient bien se passer pendant les premières semaines.

Mais cela n’allait pas durer.

Comme pour les évènements des Gilets jaunes, l’extrême gauche commença à parasiter les manifestations avec slogans anti-capitalistes et drapeaux rouges et noirs complètement déplacés dans un évènement anti-passe. S’ensuivit des insinuations à l’encontre de Christophe Derouch dans la presse gauchisante, dénonçant une « récupération » des manifestations par l’extrême droite. Procédé bien connu : quand on veut abattre son chien, on prétend qu’il a la rage.

Peut-être y avait-il des gens de droite dans les manifestations, et alors ? N’ont-ils pas le droit de participer à un rassemblement anti-passe ? Mais le fait est qu’aucun drapeau ou slogan d’extrême droite n’a étés vu ou entendu, alors que les drapeaux rouges et les slogans d’extrême gauche accompagnés de tambours assourdissants étaient, eux, bien présents tout au long des cortèges à partir de la mi-août.

Le point de bascule des manifestations de Montpellier se situe le 21 août.

Le groupement d’extrême gauche venu en force avec ses drapeaux rouges déborda le cortège qui progressait tranquillement et lui fit barrage avec roulement de tambours et vocifération diverses. De mes yeux, j’ai vu le cortège s’arrêter et son organisateur, M. Derouch, décontenancé par cet évènement incongru et menaçant, faire reculer les gens pour éviter toute confrontation. C’est alors que le barrage d’extrémistes et d’Antifas s’est élancé à la poursuite des manifestants en retraite avec moults cris, sifflets et encouragement à charger « les fascistes ».

S’ensuivit, dans une rue latérale, ce qui a été relaté dans la presse comme « un affrontement entre groupes extrémistes de droite et de gauche », alors que le reste de la manifestation continuait sa route. Presse qui a omis de signaler que M. Derouch a été physiquement agressé par les assaillants d’extrême gauche alors qu’il tentait de rejoindre sa manifestation. Le but des attaquants aux drapeaux rouges et tambour était manifestement de chasser M. Derouch du cortège.

C’est lors de la manifestation du 28 août qu’on a pu voir le résultat du coup de force d’extrême gauche de la semaine précédente.

L’organisateur Christophe Derouch, craignant vraisemblablement (et à juste titre) pour sa sécurité, était absent.

Et un des autres organisateurs, celui qui ce jour-là prendra la place qu’occupait M. Derouch, donne la parole de manière très conviviale, en le présentant par son prénom, à un des Antifas participants de l’attaque de la semaine précédente contre le cortège et M. Derouch et qui apparaît dans l’affrontement de ce jour.

L’Antifa manieur de tambour (c’était lui le tambour de la semaine précédente) délivra alors un court discours expliquant la nécessité de chasser le fascisme international, les violeurs, les agresseurs, et, j’imagine que vous vous l’aurez deviné, l’extrême droite. Manifestement, la teneur de sa déclaration indiquait clairement que lui et ses amis s’arrogeaient dorénavant le doit de décider, telle une moderne Inquisition, qui pourrait ou ne pourrait pas participer aux futures manifestations. N’est-ce pas la mise en place de ce qu’on appelle « Woke » ?

Pas un mot sur le passe sanitaire, ou les gens qui risquent de perdre leur travail face au chantage à l’injection. Notre tambourineur et ses amis à cagoules et drapeaux rouges sont dramatiquement englués dans la lutte phantasmatique contre une idéologie éteinte depuis 70 ans.

L’Antifa tambourineur (à gauche sur la photo ci-dessous) en profita même pour remercier l’assemblée présente de son concours la semaine précédente et termina son intervention par une poignée de main fraternelle avec Franck Mazalon, celui qui a pris, grâce à son intervention si on y réfléchit bien, la place de M. Derouch.

Je dois avouer que pour un témoin desdits évènements, le moment fut assez surréaliste.

Et les gens applaudirent…

On vit vraiment une époque formidable.

Maximilien le révolutionnaire sud-américain, émule des barbudos cubains de la Sierra Maestra fraternise avec Franck Matazon représentant de la bourgeoisie montpelliéraine écolo.

Richard Roudier

image_pdf
0
0

22 Commentaires

  1. Ce phénomène doit être assez général! depuis deux samedis , la CGT ainsi qu’un groupe se réclamant antifa s’incruste dans les défilés anti pass à Strasbourg!!! comme avec le GJ ils sont là pour pourrir le mouvement! il en est de même pour les « mouvements » extrème gauche, tels « Lutte ouvrière » » la CNT des anarchistes !!

  2. Et quand je vois cela, malgré mes 57 ans, je ferais bien  » le coup de poing  » comme avant face, à ces ordures !!!!!!!
    GRRRRRRRR

  3. Les SA du gouvernement sont bien organisés !!!
    Donc, à part une violente révolte, c’est foutu !!!

  4. Encore un puissant article de Richard Roudier qui a une très grande capacité d’analyse et d’expérience de terrain. Et qui met sa peau (avec son fils, au bout de ses convictions).

    Quel dommage que le compteur des vues et des commentaires de RL ne le saluent pas à la hauteur des articles insipides et inutiles sur les véreux Zemmour, Ménard et Marine le Pen.

  5. Heureusement que leur tactique grossière ne semble pas avoir fonctionné. Hier à Montpellier il ya avait beaucoup plus de monde que la semaine dernière et il n’y a eu à ma connaissance aucune échauffourée…

  6. Malheureusement, il s’est passé la même chose avec NOPASS24 à Périgueux ce samedi 4 septembre.

  7. C’est une bien triste péripétie mais très prévisible, hélas. La foule ou la meute réagit avec son système reptilien et limbique, son cortex est désactivé, ce qui explique ce qui s’est passé. L’organisateur de toute évidence avait sous-estimé les capacités de nuisance des antifas et la foule manifestante bon enfant a gobé le narratif « révolutionnaire » de ces guérilleros de pacotille qui seraient pathétiques s’ils ne jouaient pas sciemment le rôle de milices macronistes.

    • Ce qui est pathétique, c’est le peuple bon enfant qui gobe tout assez facilement…

  8. Un groupuscule minoritaire organisé prend la direction d’un mouvement populaire opposé.
    Le mouvement anti-passe doit se structurer physiquement.

  9. L’histoire se répète avec les nouveaux SA. Les citoyens normaux devraient se désolidariser de ces crasseux et leur tourner le dos en signe de mépris.

  10. Tant que les policiers judiciaires, magistrats du parquet et juges du tribunal correctionnel seront d’extrême gauche à Montpellier, ce sera de pire en pire .

  11. ben oui, c’est toujours ainsi dans un mouvement « spontané » sans colonne vertébrale politique et analyse globale. Car la lutte n’est pas « sanitaire » contre l’arnaque du covid, elle est politique contre la politique globale de Macron (que soutiennent par ailleurs les gens dont vous parlez ici), c’est pour cela que la seule échéance possible est celle d’avril 2022, mais, quand on lit ici certains articles, on a compris que c’est râpé.

  12. Encore un apprenti Chié-guevara d’opérette qui n’a rien à foutre ici.
    De toutes manières, le Sud, ça fait un moment que ce n’est plus la fronce, le Sud est déjà complètement créolisé et ce n’est pas parti pour s’arranger, au contraire.

    Sud de la Fronce (définition) : « Ex territoire Français conquis par la gauchiasserie crasse islamique depuis 1981, pays ou les femmes sont soit porteuses de burka ou dans le cas contraire certaines d’être violées »

  13. merci d’écrire anti passe avec un e à la française
    les magouilles des politicards ne me font plus ni chaud ni froid

  14. Je dois être idiote..j’étais à ces manifs..je n’ai rien vu..
    J’avoue ne jamais écouter les discours sur les marches du théâtre..

  15. On attend que les manifestants dénoncent enfin la manipulation par de faux vaccins !! C’est plus urgent que cette histoire de passe !!. C’est la mise en danger de notre vie à tous . arrêter avec cette  » liberté » ! Ces actions sont faciles à casser par ce gouvt !!

  16. J’en profite pour poser 2 questions :

    – c’est quoi la DROITE ? Je ne vois que des « bourgeois » (ou ceux qui se prennent pour tel) et qui défendent leurs économies et leurs vies dédiées à l’apparence.

    – c’est quoi la STRÊME DROUETTE ? Ce serait des personnes qui veulent simplement préserver leurs origines par respect d’eux-mêmes et de leurs anciens? Qui veulent conserver leur culture ? Sur leur terre ancestrale ?
    STRÊME DROUETTE ne veut donc rien dire. Ce sont des gens normaux !!!!!!!!!

    Serait-il possible de les appeler autrement que STRÊMISTES contrairement aux cinglés de NPA, SUD, etc qui eux le sont ???

    • S’ est quand même drôlatique ce déni. Vous collez volontiers des étiquettes : rouges, gauchistes, gauchiasses, extrême gauche (quand vous restez polis), etc. Et bien oui, vous êtes en extrême droite. Derrière votre soi-disant défense d’ une mythique patrie, d’ une soi-disant culture ancestrale (laquelle?), vous êtes tout bonnement des pilliers de l’ ordre social bourgeois, celui de la minorité riche, du capital, quoi. Vous n’êtes pas seulement des ennemis des immigrés, mais avant tout des ennemis des exploités en général, des ennemis de classe. Oui, vous êtes d’ extrême droite, et même facho (le fascisme étant le stade suprême de domination du capital). Assumez, tout comme j’ assume être un rouge.

      • Et qu’ est ce que la culture, monsieur Pantalon, sinon ce que chacun en fait. Je n’ ai sûrement pas la même culture que vous. Je suis athée, je lis des livres d’ auteurs venant de divers pays, je m’ intéresse à diffejtes formes d’ art, d’ Europe, d’ Asie, d’ Afrique, à différents cinémas. La culture, c’ est comme le reste, ça bouge, ça évolue, ça progresse, ça subit des influences venues des 4 coins du monde. Parler de culture ancestrale n’ a aucun sens. Nous sommes nourris de philosophes, de poètes, etc, anglais, français, allemands, musulmans…

          • Petite rectif car, Pantalon, vous parlez de terre ancestrale et non de culture ancestrale. Ça n’ a pas de sens non plus. Chacun d’ entre nous possède des ancêtres venus d’ autres coins de la planète. Même les fameux gaulois venaient d’ Asie. L’ humanité n’ a jamais cessé d’ être en mouvement. Tout cela relève de mythes, généralement construits au 19eme siècle.

        • Allez donc dire aux peuples africains entre autres qu’ils n’ont pas de culture ancestrale alors qu’ils n’ont de cesse de réclamer à corps et à cri la restitution d’objets faisant partie de cette même culture. Si tu ne sais pas où tu vas souviens-toi toujours d’où tu viens. Vous n’êtes qu’un arbre sans racines qui s’effondrera au moindre coup de vent. Confondre l’étude d’autres civilisations en niant celle de la France est un non sens mais bon tellement révélateur de votre révisionnisme et de votre négationniste.

Les commentaires sont fermés.