Montpellier : du « p’tit bar » à la chicha

Publié le 21 octobre 2015 - par - 2 commentaires - 1 674 vues
Share

Meres-voilees-Petit-BardCommentaires-témoignage sur l’article de florence Labbé.

http://ripostelaique.com/montpelliers-emeutes-au-petit-bard.html

Dans les années 70, les tours de ce quartier de Montpellier, le «  Petit Bar » étaient réservées, comme la Paillade naissante, à une population française peu fortunée, pour employer un euphémisme. Pour y avoir proposé à la vente, sans grand succès, la fable illusoire du « Programme commun », préfacé par Georges Marchais, à de braves gens atones sortant du lit à onze heures du matin, on faisait déjà le sombre inventaire d’une population plus encline à subir les messages idéologiques de la télé que de prendre en main son propre présent, réputé sans avenir. Mais au moins peut-on affirmer qu’il y a cinquante ans cette population était encore indigène, parlant avec l’accent languedocien.

C’est sous le pesant, l’interminable règne autocratique du régional-socialiste Frèche que le peuplement de substitution s’est opéré.

Et la situation est devenue la même que dans toutes les banlieues, dans tous les quartiers envahis par les militants salafistes : des zones de non-droit où nos lois de laïcité et de Liberté ont été remplacés par la loi unique et inique du chef de guerre, par la cruauté de l’émir-chef de clan le plus brutal, par la dictature absolue de la charia tribale.

Cette déliquescence, cette carence de l’État, ce refus de maintenir l’ordre républicain face aux rituels obscurantistes, face aux contraintes religieuses et identitaires imposées aux habitants, face aux communautarismes en somme, dépasse aujourd’hui les limites du supportable. L’installation des communautarismes religieux, ethniques ou comportementaux-déviants par les exécutifs successifs  s’est accentuée à partir de 1981 et a continué sous Chirac et Sarkozy. La Laïcité et la Liberté républicaine ont été reniées, détruites jusqu’au point de non retour qui paraît être atteint aujourd’hui.

L’occupation des rues par des marées de prosternistes commandités par l’imam aux seules fins d’exiger plus de mosquées sur fonds publics, cette outrance communautariste a été « tolérée » autant par un Sarkozy qu’un Hollande, au même titre que  ces autres délits de droit commun perpétrés par les « gens-du-voyage » ou les zadistes.

Ces exactions, qui constituent autant d’atteintes à la liberté citoyenne, sont devenues quotidiennes, permanentes. C’est cette intolérance absolue de ces communautaristes à l’égard de nos Libertés fondamentales qui est devenue IN-TO-LÉ-RA-BLE.

Ainsi  chacun peut constater la multiplication des femmes emprisonnées sous les burquas et qui circulent en toute impunité dans les rues ou les magasins, malgré la loi de 2010 qui interdit le port de ce carcan machiste dans les lieux publics.

Ces autres communautaristes déjantés que sont les zadistes-anti-républicains ont pu occuper durant des années, en les polluant et en les stérilisant, des zones rurales promises à un développement valorisant. Ils ont pu  vandaliser des locaux, détruire des récoltes de plantes expérimentales et coûteuses… au nom de leurs fantasmes libertaires, tout ça sans une réelle volonté de l’exécutif de les contraindre à respecter nos Libertés citoyennes.

Et que dire de la communauté des « gens du voyage », héritiers de ces roulottiers hippomobiles d’après-guerre que l’on nommait alors manouches ou romanichels sans craindre l’écart d’avec cette pensée totalitaire actuelle de bobos et de sociologues déments, qui a détruit notre héritage du Siècle des Lumières.

Depuis la loi jospiniste de 2000, ils ont droit à tout, gratuitement, les « gens-du- voyage : stationnement, hébergement, eau chaude et froide, sanitaires, école, soins… aux frais du contribuable. Mais ça n’est pas encore assez !

Avec leurs grosses Mercédès tractant des mobil-homes dernier cri, ils se sont permis en août 2015, du côté d’Amiens, de bloquer plusieurs jours une autoroute, prenant en otages les usagers. Ces dernières semaines, leur présence illégale le long des voies ferrées à obligé la SNCF à fermer la gare de Castres durant deux semaines. Quinze jours sans train pour les habitants, privés de « voyage » et de service public. Où étaient les ministres de la République,  ces semaines là ?

Depuis hier, ce sont encore d’autres « gens-du-voyage » qui mettent à sac Moirans, une bourgade de l’Isère. Feux de palettes, de pneus et de dizaines de voitures, l’autoroute la plus fréquentée d’Europe bloquée, des arbres abattus aux tronçonneuses prévues pour l’occasion… pour faire libérer un des leurs, malfrat récidiviste.

Le juge n’a pas « autorisé » cette sortie, et il a eu raison.

Mais il se pourrait que l’exemple du laxisme en faveur des malfrats, donné par la ministre actuelle de la justice soit contagieux au point d’entraîner une dérive communautariste mortifère pour notre Nation France.

C’est le journal Le Point qui ose titrer : « Soulèvement des gens du voyage » ! Soulèvement ! Ça sent son BHL, ça pue la pensée bobo de ces multimillionnaires qui ignorent la vie du Français de moins en moins moyen, de plus en plus en butte à ces brutalités communautaristes.

Soulèvement ? Non : violences, exactions, délits de droit commun, atteintes gravissimes aux biens et aux personnes, refus inexcusable d’appliquer les Lois de la République… Ils sont où, les ministres de Hollande ? Qu’attendent-ils pour commander à la Police, à la Gendarmerie, à l’Armée de la République d’intervenir, à la justice, de punir sévèrement ?

La pensée unique gauche et droite confondues a ses pudeurs d’autruche.

Ces Tartufes oublient qu’il est désormais impossible de cacher la vérité plus longtemps. Les mensonges de la médiacratie apparaissent au grand jour et le Peuple de France pourrait bien s’emparer de la Vérité pour la transformer en « force matérielle », comme l’écrivait Karl Marx.

Alors, politiciens vénaux et magistrats partisans, médiacrates vendus et bobios intégristes… il serait grand temps pour vous de retrouver un peu de raison citoyenne !

André Léo

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Pivoine

« par la loi unique et inique du chef de guerre, par la cruauté de l’émir-chef de clan le plus brutal, par la dictature absolue de la charia tribale. »
Encore une erreur faite par bcp d’islamophobes : « Mohammed » n’a jamais existé, et ces peuples ont été convertis à la religion de Moïse (pour leur malheur). C’est de la juridiction contenue dans le Pentateuque, que découle directement la charia.
Si vous n’êtes pas d’accord, prenez le temps de lire la Bible, et vous constaterez que tout vient de là.
« Depuis hier, ce sont encore d’autres « gens-du-voyage » »
Vous avez raison, car ces gens-là sont bien de souche européenne.

Lire !

Et toi lit le coran… Je pense que tous le monde ici à lu la Bible, et pourtant il n’y a rien de comparable