1

La voilée demande à Macron des p’tits blancs pour ses rejetons

Depuis le vote du Sénat pour l’interdiction du port de la chape islamique aux „manmans“ accompagnatrices en sortie scolaire,  de nombreuses ensachées manifestent avec le hashtag #PasToucheAMonHijab.

Pour manifester, protester, exiger, des championnes.

En France, elles sont trois Strasbourgeoises à rouscailler. Mona, Imane et Amel, enragées des amendements qui visent leur armure, décident de hurler pour les autres, veulent être „enfin considérées“.

« Leur objectif : empêcher les lois „liberticides, discriminatoires et islamophobes“. Amusant de la part de moukères qui se dissimulent derrière une tiretaine. « On veut être considérées en tant que personnes à part entière“. (Le Parisien) Mona, interne en médecine. (A cet endroit, j‘ai dû faire une pause. Comment peut-on réussir les examens de médecine, réputés intransigeants, tout en étant conne à ce point ?). Evidemment, les soins étant gratuits en France, les hôpitaux grouillent d’ensachées qui se sentiront plus confortables si le docteur est camouflé !

Hôpital Européeen Marseille

De  nombreux amendements au projet de loi de lutte contre le « séparatisme » ont été ajoutés.Parmi eux, plusieurs visent directement les encapsulées : interdiction de la wassingue dans les compétitions sportives, du burkini dans les piscines, de la chabraque dans l’espace public pour les mineures, de l’opercule pour les mamounettes pourtant si dévouées durant les sorties scolaires…

Mamounette bénévole en route pour l’école

Pour Hiba, fana du torchon islamique, défenseuse du symbole meurtrier et vice-présidente de l’association musulmane FEMYSO, c’est un « étouffement ». Curieux pour une personne dont les coreligionnaires ne cessent d’égorger tout ce qui bouge !

Hiba reste optimiste : « J’espère qu’un jour on n’aura plus à justifier nos choix et que les musulmanes pourront travailler sans avoir peur d’être discriminées. » Et si pour changer, on parlait de NOS choix lorsque, par malheur, nous séjournons dans vos pays à la ramasse ?

De plus, Hiba, les femmes musulmanes sont les bienvenues, elles peuvent travailler, rien ne les en empêche ! Il me semblait pourtant que ce sont vos sœurs qui restent à la maison se goinfrer de cornes de gazelle devant la téloche, pendant que les crèches s’occupent gratuitement de leurs 8 ou 10 enfants ? Franchement, on n’a rien contre. Vous pourriez contribuer à la croissance économique au lieu de lui coûter un pont ! Voyez, on nous oblige même nous, chrétiennes, à porter une muselière ? On fait des efforts, non ?

 

Alors, je n’ai pas une tronche d’enrobée, peut-être ?

Vous me direz, je me répète. Exact. Comment ne pas s’énerver de croiser devant chez moi des créatures camouflées, principalement si c’est dans un unique but de provocation, je n’en vois guère d’autre, car les tempêtes de sables, entre Amiens et Perpignan, c’est de moins en moins courant.

Vous provoquez, Aicha. Ce n’est pas un vêtement que vous exigez, c’est un symbole, un apologue.

N’est-ce pas un de vos « frères » qui a assassiné Sarah ? Ne sont ce pas des « frères » qui caillassent et flambent les policiers ? (Pour le mois de janvier dernier, 2.953 violences contre les policiers recensées en France).

Et vous pensez que c’est une bonne idée d’afficher leurs symboles ? Surtout d’exiger que nous les acceptions, nous les principales victimes de VOS attentats? De toutes façons, on vous accorde la main et vous voudrez le bras. Curieuse de voir ce qui suivra. Ce sera le hijab ? Ensuite la grille faciale ? Pratique, pour soigner vos malades, Mona.

Etape suivante

Vous avez lu ? A Montpellier, une entortillée de jaune s’est adressée à Macron, qui, les bras croisés, preuve de son évident désintérêt,  s’en foutait comme de la dernière Fête de la Pomme à Presles-en-Brie, pour lui demander plus de « mixité » dans l’école de son rejeton (Le gamin tellement débile qu’il n’avait jamais entendu le prénom de Pierre, il croyait que c’était une sorte de caillou). PREUVE flagrante que ces « gens » causent l’arabe à la maison. Contribuant ainsi directement à la violente décrépitude de l’enseignement en France. La camouflée réclamait donc du blanc ? Pourquoi donc ? Nos enfants seraient forcés de coéduquer les illettrés ?

J’imagine la petite annonce : « Collège essentiellement fréquenté par des racailles, recherche, pour soulager les profs régulièrement battus, rossés et insultés, collégiens d’origine française bien élevés, au vocabulaire recherché. Se présenter au proviseur. »

Je vous rassure, l’arrogant s’en cogne tellement de la fruste jaunâtre que, le temps de rejoindre les salons dorés du palais, il avait même oublié avoir rencontré une groupie islamiste.

Bienheureux Luxembourgeois : dans tout le territoire du Grand-Duché, l’usage du torchon islamique dans les différents types et modèles, « Hijab » « Niqab », « Burqa », « Shayla », « Hijab Amira », « Khimar » et autres est formellement interdit. On en rêve….

Anne Schubert