Montpellier : les agresseurs gauchistes de nouveau en échec

Débandade des gauchistes devant le succès de la manifestation de 15 000 personnes (14-08-2021) à Montpellier (34)

Richard Roudier revient sur un compte-rendu erroné de la manifestation de France Bleu Hérault

Une radio du service public a prétendu  (en se trompant, en plus, sur mon prénom) que plusieurs « anti-capitalistes » avaient tenté de me pousser hors du rassemblement. Cela amène plusieurs remarques et réflexions de ma part :

1°) Cette affirmation est totalement erronée puisqu’à aucun moment, je n’ai été au contact de ces personnes

2°) À aucun moment de cet incident, je n’ai entendu crier ou mentionner mon nom ; le seul slogan que j’ai entendu, venu du groupe des porteurs de drapeaux noirs ou rouges était : « À bas l’État, les flics et les fachos… anti-anti-anti-capitalistes »

3°) Je n’ai fait qu’accomplir mon devoir de citoyen en me joignant à la chaîne humaine qui s’est formée spontanément devant la tribune improvisée du Peyrou, chacun faisant barrage à une troupe de perturbateurs gauchistes armés, qui voulaient empêcher les organisateurs, au premier rangs desquels Christophe Derouch, de délivrer leur message

4°) Ce sont ces agresseurs en déroute au nombre d’une centaine qui ont quitté le cortège, se dirigeant avec quelques manifestants abusés vers le centre-ville alors qu’un cortège de 10 000 manifestants continuait son chemin vers la Place de l’Europe.

Je ne suis pas un capitaliste et si je suis pour la liberté d’entreprendre, je n’hésite pas à dénoncer les multinationales et l’idéologie qui les soutient.

À son habitude, France bleu Hérault  n’a fait que raconter des « bobards »  : celui qui était visé était Christophe Derouch, lequel avait échappé à une tentative d’attaque au niveau de la rue Foch ; et toute la semaine il avait fait l’objet de plusieurs attaques sur les blogs et journaux gauchistes. Chez les gauchistes montpelliérains, c’était la course à celui qui lui arracherait le micro.

Visiblement, durant cet épisode de plusieurs minutes, le reporter de France Bleu Hérault devait se tremper les pieds dans le bassin du Peyrou ou prendre ses consignes dans une quelconque officine gauchiste car il n’a rien relevé de la scène…

Il n’a pas remarqué l’équipement des agresseurs (amalgame de staliniens, d’antifas, de black blocs et de punks à chiens…) à savoir les gazeuses, des barres de fer, les cutters, les cagoules, les lunettes de moto…

Il n’a pas évoqué non plus leur désappointement et leur hystérie puisqu’ils comptaient sur leur haut fait d’armes (heureusement avorté) pour scinder le cortège et le dévier vers le centre-ville et la préfecture. Malheureusement pour eux, c’est le contraire qui se produisit, la quasi-totalité des manifestants prenant la direction du Boulevard Henri IV, reformant un cortège de plus de 10 000 personnes en direction de la place de l’Europe.

Il n’a pas précisé que ces malfaisants se fichent du passe sanitaire et des libertés publiques comme de leur première barre de fer.  Leur seul objectif, pour répondre sagement aux directives de leurs employeurs, est de réaliser un « copier-coller » de l’épisode des Gilets jaunes qu’ils ont saboté pour le plus grand profit des oligarques et de la clique qui nous oppresse.

Les manifestants avec drapeaux tricolores et occitans protègent la tribune

 Manif anti-passe sanitaire Nîmes (30)

Les participants à la manifestation anti-passe sanitaire et les opposants à la vaccination obligatoire s’étaient donné rendez- vous à 16 heures devant les jardins de la Fontaine à Nîmes ce samedi 14 août. L’itinéraire avait été quelque peu modifié puisque le cortège est parti du boulevard Jean-Jaurès entièrement couvert par la foule puis s’est dirigé vers la place des Arènes en traversant les rues Dhuoda et de la République avant de se disperser devant la préfecture.

Les médias officiels ont annoncé la présence de 3 000 personnes.  Il s’agissait d’une manifestation interrégionale et les chiffres peuvent être estimés à 3 500 manifestants.

La foule était particulièrement remontée et la colère semble s’intensifier même si l’ambiance est demeurée festive et conviviale. La présence du chanteur contestataire Francis Lalanne y a beaucoup contribué par sa verve et ses chansons.

La section nîmoise de la Ligue du Midi et de nombreux sympathisants étaient présents, veillant notamment à ce que l’extrême gauche ne détourne pas une fois de plus un mouvement spontané et populaire du peuple français enraciné au profit du capitalisme financier mondialisé et apatride.

Des membres de la Ligue sont intervenus discrètement afin que l’Internationale que diffusait une sono soit remplacée par la Marseillaise dans un esprit d’unité.

Traditionnellement le weekend de l’Assomption est plutôt calme. L’intensité de la mobilisation à Nîmes et dans tout le pays devrait alerter le gouvernement. En outre les manifestants ont accepté de braver une chaleur caniculaire pour se faire entendre ; ils semblent prêts à endurer d’autres difficultés pour s’opposer à la mise en place de la dictature sanitaire décidée par « la gouvernance mondiale ».

Manifestation à Foix (09)

Une foule considérable participait ce samedi matin à la manifestation de FOIX où l’on comptait pas loin de 2 000 participants dont des membres de la Ligue.

Les jeunes étaient en plus grand nombre par rapport aux précédents rassemblements et manifestaient, certains pour la première fois, avec enthousiasme.

Dimanche soir, on devrait assister à des ralentissements de camions au nord de PAMIERS.

 Richard Roudier

 

image_pdf
0
0

5 Commentaires

  1. « anti-capitalistes », grosse « fake news » de France Bleu.
    Tout le monde sait très bien que ces larves sont des terroristes-anarchistes.
    Et qu’accessoirement, pour beaucoup d’entre eux, ils profitent des bienfaits du capital de leurs parents hors manif.

  2. Monsieur R.R, J’espère vous rencontrer un jour, au gré d’une manif, tout comme P.C.et les rares qui luttent pour sauver ce pays.
    Courage.

Les commentaires sont fermés.