Montpellier : quatre adjoints au maire socialiste assistent à une messe avec leur écharpe tricolore !

Publié le 23 août 2010 - par
Traduire la page en :

L’écharpe et l’étole

Je vais m’entourer de mille précautions avant d’écrire la suite, tout en sachant que celle-ci me placera immanquablement au rang des laïcards poursuivant des combats dépassés (ou d’une autre époque, ce qui revient au même). Le but n’est pas non plus de pourfendre qui la superstition, qui le fétichisme, qui l’obscurantisme, qui la bigoterie, nous n’en sommes même pas là. Je tiens d’ailleurs à préciser que l’auteur de ces lignes respecte toutes les convictions, aussi éloignées soient-elles des siennes. Et pour en finir avec ce préambule précautionneux, loin de moi l’intention de faire un quelconque prosélytisme en faveur par exemple de l’athéisme ou seulement de l’agnosticisme, la question n’est pas là.

Je rapporterai les faits avec d’autant plus d’objectivité que ce n’est même pas moi qui les expose : c’est le bon vieux quotidien de province, en l’occurrence Midi Libre, avec photos à l’appui comme on va le voir. On ne peut donc pas me soupçonner de déformer la réalité.

Voici l’histoire. Le 16 août dernier, comme tous les 16 août, avait lieu à Montpellier ce que notre journal appelle « un voyage dans le temps avec un retour dans le Montpellier du XIVe siècle, l’époque de Saint Roch ». Il s’agit de promener à travers la vieille ville la statue et les reliques du saint, natif de Montpellier qui, dit-on, accomplit jadis des miracles, quoique étant lui-même malade de la peste. Entre autres temps forts : la dégustation de l’eau miraculeuse d’un puits, la bénédiction des animaux pour ceux que cela intéresse, et, bien entendu, une messe en l’église Saint Roch.

Voyez-vous, j’admets tout cela. Après tout, il s’agit d’une tradition et, somme toute, cette manifestation publique de religiosité n’a lieu qu’une fois par an, si vous voyez ce que je veux dire…

Mais revenons à la messe (si j’ose dire). Et là, que vois-je sur l’une des photos du Midi Libre* ? Au premier rang, pendant l’office, debout ainsi que les autres fidèles, dignes à souhait, plusieurs adjoints au maire (socialistes) de Montpellier (j’en compte au moins quatre). Passe encore, me direz-vous, puisque j’ai promis de respecter les convictions de tout un chacun, fût-il adjoint au maire de Montpellier. Un adjoint au maire a bien le droit d’être croyant, voire mystique, et de se recueillir dans les sanctuaires bâtis à cet effet. Certes. Seulement voilà, un tout petit détail est à remarquer : chacun de ces édiles est ceint de son écharpe. Vous avez bien lu : l’écharpe aux couleurs de la République est là, fièrement arborée, au premier rang, faisant en quelque sorte pendant avec l’étole de l’officiant.

Je ne vais pas me lancer dans une polémique. Il va de soi que les laïques (et non laïcs comme l’écrit trop souvent la presse) que nous sommes, dans un état lui-même constitutionnellement laïque, donc considérant que les croyances religieuses sont une affaire privée, se sont toujours opposés à la présence ès qualités des élus de la République à des manifestations religieuses. Je ne citerai pas les innombrables manquements de nos représentants à cette règle élémentaire, ce serait trop long. Mais cette fois, il me semble qu’un palier supplémentaire a été franchi : non seulement ils étaient là ès qualités, mais qui plus est, avec leur écharpe en bandoulière, pour que cela se voie bien. Le symbole de la République venait faire allégeance à Dieu ! Emile Combes, Aristide Briand, Jean Jaurès, Edouard Herriot et tant d’autres…aux oubliettes de l’histoire. Dépassés vous dis-je, obsolètes.

Voilà, je vous ai soumis les faits, libre à chacun de vous d’en penser ce qu’il veut. Permettez-moi tout de même, pour ma part, de considérer que le franchissement de ce nouveau palier est lourdement chargé de signification. Le religieux fait un retour en force, et quand je dis le religieux, je ne m’en tiens évidemment pas à la religion catholique. Ce sont toutes les religions qui s’engouffrent comme un seul homme dans ces brèches si généreusement ouvertes et offertes. Il suffit d’ailleurs pour s’en convaincre de se rappeler les paroles ô combien bienveillantes du Vatican à l’égard des musulmans et de leurs signes de reconnaissance. Toutes les religions sont à l’évidence de connivence pour cette invasion de l’espace public. L’ennemi, c’est d’abord le laïque, pour toutes les religions. Le diable, c’est lui. Quant à l’athée…n’en parlons pas.

Pourquoi ce phénomène me direz-vous ? C’est en effet une question utile et fondamentale. Je ne vais pas me mettre à l’aborder dans ce texte, ce serait trop long, cela mérite un autre débat. Pourquoi la société multinationale qui se construit favorise-t-elle, toutes tendances politiques confondues, le retour en force de la religion ?

Je soumets la question à votre réflexion. Allez, encore un petit effort : lors de leur prise de fonction, les futurs présidents de la République finiront bien par prêter serment sur la bible, comme en Amérique. Ou sur autre chose…

Yves Pialot

* L’intitulé de cette photo est : « Grand’messe au sanctuaire ».

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi