Montpellier : un hommage poignant à Lola, les patriotes unis

Un contexte anxiogène

Le contexte n’était pas particulièrement favorable pour organiser un rassemblement d’une telle envergure ; la météo nous promettait de violentes averses (une fois de plus), le parcours prédéterminé prévoyait une dispersion sur la place de la Comédie peu aisée à sécuriser et la descente de la rue de la Loge avec ses nombreuses ruelles adjacentes pourvoyeuses d’incertitudes, ne nous rassérénait point.

Montpellier, on commence à s’y accoutumer, est une ville globalement acquise à la gauche (bobos, écolos et pro-islam), mais ni plus ni moins que les vingt autres métropoles de France. Le matraquage depuis une semaine par le système politico médiatique dénonçant la « récupération indécente » par « la droite » (surtout Reconquête, voire les identitaires) avait anesthésié le peu de courage civique restant à la population de souche.

Facteurs clé de la réussite :

Pourtant une surprise attendait (et satisfaisait) les organisateurs, c’était l’absence des braillards d’extrême gauche et de leurs supporters progressistes habituels (syndicalistes patentés, associatifs dument subventionnés, punk à chiens professionnels…) Est-ce à cause de l’information erronée du Midi Libre du matin indiquant une manif à 16h ou la certitude que cela ne mobiliserait pas trop ? Un communiqué regroupant une quinzaine d’organisations gauchistes signataires nous vouant aux gémonies ne parvenait à réunir plus de ZERO contre-manifestants.

Ont-ils eu la frousse ? Est-ce le nombre imposant des manifestants qui les a gênés ?  Peut-être aussi, la présence vigilante et concentrée des membres du service d’ordre de la manifestation patriote y était-elle pour beaucoup.…

Il eut été facile de mettre une vingtaine (voire plus) de contre-manifestants une heure avant sur le lieu de rassemblement (place de la Préfecture) pour pourrir, voire dissuader la venue des patriotes. Cela avait déjà été fait (avec plus ou moins de succès) il y a quelques années.

De même, quelques trublions auraient pu polluer la descente du cortège en lançant leurs anathèmes habituels (« pas de fachos dans nos quartiers, pas de quartier pour les fachos », etc.) ce qui aurait apeuré une partie des patriotes et clairsemé nos rangs.

Et bien NON… rien de tout ça et c’était très bien !

Sobriété dans les prises de paroles

Trois jeunes garçons prenaient la parole devant la préfecture entre deux banderoles : « Justice pour Lola » et « Lola Petite sœur – ni oubli, ni pardon ». Les deux orateurs ont évoqué le parcours de la terroriste, entrée en 2016 avec un visa étudiant, visa expiré en 2019 et qui était soumise à une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français) depuis le 21 aout 2022 ; ce genre de situation étant dupliquée par des centaines de milliers de clandestins sur l’ensemble du territoire national.  En tous cas, ces mesures n’ont pas trop gêné « l’assassine » qui a su se maintenir tranquillement sous les radars complaisants de la loi. Nul besoin de dire que l’émotion était à son comble…

Points positifs :

  • La masse critique des manifestants : de 250 à 300 (240 selon les Renseignements Territoriaux). Ce nombre est suffisant pour occuper sereinement la place de la Préfecture, descendre de façon marquante vers la place Jean Jaurès, puis la rue de la Loge et finir de façon remarquée place de la Comédie.
  • La sécurité, en nombre, majoritairement jeune et déterminée, dissuasive, avec des consignes précises.
  • La cadence et le choix des efforts (prises de paroles initiales, cortège, mots d’ordre, animation prévoyant une série de haltes visant à regrouper les manifestants, scénario final).
  • La « déco » : banderoles de circonstance (messages simples mais clairs), panneaux en carton ciblés, drapeaux nationaux et occitans etc.
  • Beaucoup de jeunes même si on peut regretter qu’il n’y ait pas eu plus de familles avec des poussettes, mais on peut être assurés qu’avec de telles manifestation, la peur est en train de changer de camp…

Conclusion :

La manifestation se terminait devant la fontaine des trois Grâces qui recueillait des gerbes de fleurs blanches déposées à même le sol et des portraits de Lola suspendus. Une « Marseillaise » particulièrement émouvante était entonnée et la dispersion prononcée.

Belle manifestation, globalement réussie grâce à l’union des patriotes dans un contexte défavorable. On peut diffuser largement, la bonne vidéo de Brilitz Media qui circule déjà. Pour info, la banderole « justice pour Lola » était encore visible aux « Trois Grâces » ce lundi 24 octobre à 09h00. A 11h00, ne restaient que les roses blanches au sol et le portrait de Lola sur les statues.

Richard Roudier

image_pdfimage_print

4 Commentaires

  1. Je crois que la famille se serait passé de ce rassemblement. Vous lui avez demandé ?

  2. merci à ces patriotes, il est plus que tant de se rassembler : sauvons nos enfants que l’Etat tue

  3. plus que jamais la droite patriote doit se rassembler pour faire face aux collabos qui soutiennent l’ennemi de l’intérieur : cette petite fille blonde devrait être en vacances scolaires et non au cimetière

  4. au moins des actes! lola est morte baillonnée, notre devoir c’est de parler haut et fort en son nom

Les commentaires sont fermés.