1

Notre camp c’est celui de la France indépendante et souveraine

RevolutionFrance

Je viens vous apporter le fraternel salut de Résistance Républicaine et plus particulièrement celui de résistants à l’islamisation en Paca.

Je tiens à remercier et à féliciter Richard Roudier et la Ligue du Midi pour l’organisation de ce rassemblement.

Chers amis, nous le savons, une fraction du monde arabo-musulman a engagé des opérations de guerre contre notre pays.

Des attaques d’une extrême violence ont meurtri la France tout au long de 2015, des assassinats ignobles, au cri de Allah akbar, perpétrés par des musulmans fanatiques, – ils seraient aujourd’hui plus de 8000 soit l’équivalent d’une brigade,- recrutés sur notre propre sol dans la communauté musulmane et enrôlés dans les troupes du calife Al Baghdadi.

Toutes les composantes de notre population ont été frappées. C’est tout le peuple de France en fait, dans sa vie de tous les jours, qui a été mitraillé en traître, tué, achevé, décapité, estropié et marqué à jamais.

« Pas d’amalgame » nous mettent en garde ceux qui ont par ailleurs la responsabilité d’assurer notre sécurité.

Bien sûr, pas d’amalgame. Pour qui nous prennent-ils ? Pour des racistes ? C’est bien mal nous connaître.

Cela dit il y a problème.

Les rues de nos grandes villes voient défiler des milliers, des dizaines de milliers de manifestants, dont un grand nombre de musulmans, aux cris de « Israël assassin » « Israël= nazi », des drapeaux d’Israël sont brûlés ponctués de Allah akbar, chaque fois qu’Israël riposte aux attaques terroristes des islamistes du Hamas.

Et après les tueries de janvier et pire après les massacres de novembre, où sont-ils ? Disparus ; pas de « djihadistes assassins » crié dans nos rues, pas d’ « état islamique = nazi », pas de drapeau de daesh brûlé. Rien. Le silence.

Comme le silence de la ministre de l’Education nationale sur le plateau de canal + lorsque son  coreligionnaire de voisin explique que comme musulman normal il ne serre pas la main des femmes et refuse de condamner clairement l’état islamique.

Alors, dans une situation de guerre chacun doit choisir son camp. Le choix est simple, c’est ou la loi d’allah ou la loi des hommes, c’est ou la loi de l’islam ou la loi de la République.

Aujourd’hui, à Montpellier, comme dans d’autres villes de France, rassemblés au-delà de nos différences, nous appelons nos compatriotes à rejoindre notre camp, à rejoindre nos associations, à sauver notre pays.

Nous ne sommes pas dans le camp du calife de l’état islamique comme nous ne l’aurions pas été dans celui des califes de Cordoue ;

Notre camp n’est pas celui de l’islam, de la mort et de l’obscurantisme, ce n’est pas celui de l’extrême droite, du totalitarisme et de la soumission.

Notre camp c’est celui de la France indépendante et souveraine, une et indivisible, notre camp c’est celui de la vie et des Lumières, celui de la démocratie et de la laïcité,

Notre camp en un mot, c’est celui de la liberté, et c’est ce camp qui vaincra.

Jean Théron, responsable Résistance républicaine PACA et vice-Président de Résistance républicaine