Mort de Mireille Darc : au revoir, la Sauterelle…

Publié le 28 août 2017 - par - 40 commentaires - 2 665 vues

Entre blessures morales et physiques depuis ton enfance, à force de te titiller, la Faucheuse a donc eu raison de toi, la Grande Sauterelle, comme on t’appelait. Toi qui avais une malformation cardiaque – t’empêchant d’enfanter –, tu avais cependant gagné beaucoup de combats contre cette garce !
C’est vrai que t’étais grande, belle à croquer, décidée et pleine d’humour. Une authentique femme de chez nous !
Née Mireille Aigroz, tu avais choisi ton nom de scène en songeant à Jeanne d’Arc et à une rivière de ton enfance, dans le Sud.
Bien sûr, on se souviendra de toi dans cette robe noire avec une descente de reins propre à damner tous les saints du Paradis, que tu portais avec une aisance exquise, dans Le Grand Blond avec une chaussure noire (1972), d’Yves Robert. Robe signée Guy Laroche et que tout le monde découvrit à ton arrivée sur le plateau :
« On m’attend sur le plateau, je n’ai prévenu personne. De face, je suis d’une élégance irréprochable, dans une robe noire fluide d’un superbe classicisme. Une vingtaine de paire d’yeux me fixent et j’entends déjà une rumeur admirative. Puis, soudain, le silence, de ces silences embarrassés qui suivent généralement les grosses boulettes. Ça y est, me dis-je, ils ont vu ! Ils ont vu, et ça ne passe pas…
Yves Robert en a perdu la voix. Les techniciens, confus, regardent ailleurs.
-Bon, eh bien… eh bien, si c’est comme ça, je vais me changer.
-Non, attends… attends…
Yves se gratte la tête, me tourne autour.
-Attends… comment t’expliquer ça…Je n’avais pas envisagé ton personnage sous cet angle, mais passé le premier choc, ça me donne une idée…
Francis Veber abonde et, un quart d’heure plus tard, la robe est adoptée. »
(http://www.devildead.com/histoiresdetournages/index.php?idart=65)

Plus tôt, toi l’ingénue de province montée à Paris, tu étais devenue l’égérie de la joyeuse bande de Georges Lautner – avec qui tu tourneras treize films –, composée de sacrés numéros, dont : Michel Audiard, Francis Blanche, Lino Ventura. Du lourd, c’est le cas de le dire, puisqu’Audiard t’emmènera voir des combats de boxe ! Tu étais d’ailleurs la seule fille admise parmi ces mecs qui s’assumaient comme tels.
Résultat, une belle liste de films populaires que des petits bobos considèrent sûrement avec dégoût, en se pinçant fort le nez pour ne pas inhaler ces « relents de populisme » ! Citons Les Barbouzes (1964) ; Ne nous fâchons pas (1966) ; La Grande Sauterelle, (1967) ou La Valise (1973).
Pourtant, malgré cette entourage très masculin, tu n’étais pas du genre femme soumise, un peu comme le personnage de Galia dans le film éponyme : « Elle fait scandale : voilà une femme qui choisit sa vie, ses amants et son plaisir, deux ans avant Mai 1968 qui fera tomber tous les tabous. La France s’offusque, une star est née. »
(http://www.lepoint.fr/cinema/mireille-darc-la-vie-malgre-tout-28-08-2017-2152631_35.php)
Puis tu entameras une longue carrière à la télé, entres séries et téléfilms, et surtout, en réalisant des documentaires à contre-courant du sensationnalisme si prisé des chaînes. Des documentaires qui parlent souvent des femmes, de toutes les femmes, depuis la prostituée jusqu’aux religieuses, sans juger, écoutant avec empathie : « Quand j’interviewe des femmes, c’est une partie de moi que je recherche. Toutes ces femmes quand je leur pose des questions, je sens très bien ce qu’elles ressentent, explique l’actrice. Les documentaires, je les fais pour me
trouver. Ce sont comme des thérapies. J’essaie de trouver mes peurs, d’affronter
mes manques. »

Comment ne pas parler de tes quinze années passées auprès d’Alain Delon, un homme « romanesque, romantique, tendre et en même temps très fort », confieras-tu beaucoup plus tard à Gala ? Ensuite ce sera une amitié indéfectible : « Il est présent et pour rien au monde je ne voudrais qu’il parte, qu’il me quitte. J’ai besoin de lui. Oui, je l’aime, d’une autre manière, c’est certain, mais au-delà de tout » (in émission télévisée Le Divan).
Au cinéma on retiendra votre duo exceptionnel dans Les Seins de glace (1974), de Lautner,  et L’Homme pressé (1977), d’Edouard Molinaro, où, dans certaines scènes, on en on vient à se demander si vous jouiez ou si vous vous montriez tels quels.
Ce qui me fait dire qu’il doit sacrément pleurer le Alain, aujourd’hui. Pierre Richard ne doit pas non plus en mener large.
Enfin, tu étais une battante, mais la mort a fini par gagner, partiellement, le combat. Car, au moins sur Terre, tu as laissé assez de traces pour qu’on ne t’oublie pas de sitôt, jolie Sauterelle…

Charles Demassieux

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Isabel Machado

Une pensée peut-être pour le mari de Mireille DARC ? Un homme loin des caméras et des médias mais qui a su l’aimer pendant tant d’années et si j’en crois ce que me disait un jour un ami très cher : “Il n’y a d’amour que dans la durée”. Quinze ans avec Delon, mais beaucoup d’autres années avec un homme qu’elle a aimé et chéri. Aimer et chérir, n’est-ce pas l’Amour avec un grand A ?

Dorylée

La camarde a perdu le sens commun : il y avait quand même bon nombre d’ordures à faucher avant vous.
Adieu belle blonde, vous me manquerez…

dufaitrez

Oui, je l’aimais bien…
Mais, ces temps-ci les nécros s’accumulent sur les “Stars”…
“La Gloire vaut bien une robe”, ou l’inverse…aurait dit Henri IV….
400 millions pour 2 “stars” du foot, passionnent ! 400 Millions!!!!!!!!!!!!! Smic ???
Chacun a son talent, ne surestimons pas celui des autres…
Leçon de Modestie ?

Tristana

Le fait que Delon ait été aimé et si longtemps par cette fille” bien” fait douter de vos accusations inappropriées sur ce forum. Dire du mal d’un homme qui a tant compté pour elle est un manque de respect envers la défunte.

Pierre ESCLAFIT

Une très grande qu’on a tous aimée. A bientôt grande sauterelle.

Niko

Adieu à une grande dame du cinéma. Je suis d’autant plus triste qu’elle est décédée le jour de mon anniversaire…

Zorglub

Belle épitaphe , qu’elle repose en paix

Charles Demassieux

Question personnelle. Tu es le même Zorgblub que sur Babelio ? Si oui, alors je suis plutôt long à la détente !

Bernard Leroy

UNE FRANÇAISE LOIN…. tellement loin de ces pauvres filles voilées qui se disent françaises….

Pascal JUNG-LEDOUX

Grande tristesse…

ravachol

L’élégance et la gentillesse nous ont quitté !!

Spipou

Je me souviens encore, je crois que c’était avec Le Grand Blond, c’était Pierre Richard en tout cas, de cette scène… Pierre Richard, je ne me souviens plus pour quelle raison, doit faire semblant d’être au lit avec une autre femme, avec toute l’exagération dans le grotesque dont il était capable… Et au milieu de ce grotesque, je me souviens… Le visage de Mireille Darc, sa tristesse voilée, discrète et d’autant plus poignante. A cet instant, j’ai eu l’impression qu’elle ne jouait pas. Ce n’était plus l’actrice, c’était la femme blessée, qui partait en silence, emportant son chagrin sans faire de vagues.

Je me souviens. Le grotesque de la scène et le tragique de Mireille, comme une actrice du théâtre antique…

Spipou

J’étais amoureux de Mireille Darc. Vraiment amoureux, et pendant très longtemps.

Be cool

Et en plus elle chantait. Écouter requin chagrin avec Michel sardou vous transporte de joie.

Lotus bleu

On se calme, oui d’accord c’était une bonne actrice française, mais pendant qu’elle jouait et que le petit peuple la regardait au cinéma ou devant leur boîte à image, nos élites corrompues faisaient leur oeuvre de déconstruction du pays ou de reconstruction selon leur conception ou leur idée de la France et ils ne nous demandèrent pas notre avis.
Ah oui, hier, c’était Mireille Darc, aujourd’hui c’est Oulaya Amamra, pas demain, au-jour-d’hui. Ça va vite.

Spipou

Oui, bon… Peut-être que ça ne vous fait rien qu’elle soit disparue, mais moi si.

Je ne ressens pas le besoin de me “calmer”.

Tristana

Les “élites corrompues” auraient continué leur œuvre avec ou sans Mireille Darc. Alors autant que ce soit avec ? Votre commentaire est inutile. Merci de laisser les lecteurs exprimer leur tristesse.

Haggar Dunor

Une grande actrice vient de nous quitter ! Pour moi, elle faisait un peu partie de la famille. Je trouve que la Grande Faucheuse ne chôme pas cette année…

Gérard

Charles, c’est magnifique…
Charles je ne te connais pas, mais nos larmes te remercient.
Ces quelques mots viennent atterrir sur notre tristesse… et posent cette caresse remplie de gratitude, là où la douleur s’est installée.
Merci Charles
Amicalement
Gérard Boyadjian

Jon-Erik Harper

Superbe actrice dans la lignée des Florence Guérin, Ingrid Held, Claudine Dupuis…

DURADUPIF

Merci à cette blonde sudiste qui a envoutée les nordistes et qui nous interpelle sur un sucess story à la ramasse.

Jacques VINENT

Charles, mon salaud, tu m’as mis la goutte au coin de l’œil.
Et merci aux commentateurs, pour la tendresse et la sensibilité de leurs posts.

Tristana

Je n’ai pas pu l’écrire comme je le voulais à la fin de mon commentaire précédent, faute de place : merci à Charles Demassieux pour son très bel article en hommage mérité à une actrice et une femme exceptionnelle..

Joël

Je suis triste de la savoir décédé “notre” Mireille d’Arc! Hier soir je regardais une nouvelle fois un film à sketches (les bons vivants) où la troisième partie mets en avant Mireille D’Arc, Pierre Richard et de Funes entre autres… Que de l’élégance et du texte subtile avec des acteurs d’un autre temps à ce jour disparus! Mireille joue avec distinction le rôle d’une prostitué recueillie par un vieux célibataire délicieux de douceur (De Funès) C’est drôle et d’une fraîcheur requinquante! Tout le bon disparaît! reste la merdasse et le rap mondialiste! Je souffre à l’adresse des jeunes Français qui n’auront connus que du compassionnel ethnique et communautaire inculte et “fier” de l’être…..

Tristana

Mireille était tout cela, exceptionnelle, un type de femme déjà rare à l’époque mais devenu depuis lors introuvable, le moule étant cassé sans doute. Une grande fille toute simple, dans le sens de discrète et sans la moindre arrogance, mais si jolie, sexy et en même temps douce, gentille, intelligente (très) et pleine de classe et d’humour, un cocktail rare ! Une féministe aussi, une vraie c’est-à-dire pas une de ces féministes de pacotille vulgaires, hystériques, exhibitionnistes et donneuses de leçons mais une femme indépendante donnant l’exemple par sa façon de conduire sa vie aussi bien amoureuse que professionnelle, en femme indépendante mais sans le moindre scandale. Repose en paix, Mireille, tu resteras dans nos cœurs et dans nos plus beaux souvenirs de cinéma.

Urky 94

Une vraie représentante de la vraie France qui s’en va . Après Jeanne Moreau et Pierre Rich récemment j’ai la nostalgie d’un temps peut-être révolu de grands acteurs -trices) qui ont fait la renommée de notre cinéma

Chantal

Bel hommage pour une talentueuse et belle actrice

Mickdan

Triste nouvelle ce matin,Mireille Darc tout simplement une femme bien,adieux !!

Caroline ARTUS

Très bel hommage, Charles, d’une Dame exquise et raffinée : à côté d’elle, nombre de nos soi-disant stars féminines peuvent aller se rhabiller !

Alsace 67

C’est vrai les gens qu’on aime s’en vont ………… mais on va tous mourir un jour , pourvu que cela ne soit pas dans d’horribles souffrances .
J’ai l’opportunité de côtoyer des personnes très âgées , grabataires dont le coeur bat toujours , mais dans quel état , allongées toutes la journées déjà dans un autre monde elles attendent la mort .
Que ce soit Mireille d’Arc , Jeanne Moreau ou quelque personnalité célèbre , la mort est toujours une épreuve difficile pour ceux qui restent , encore pire et tragique injuste pour des parents qui perdent leurs jeunes enfants .

Josiane Filio

Merci et félicitations, Charles, pour ce joli portrait à la hauteur de la classe et de la discrétion de l’artiste. Tu vas certainement faire des heureux parmi ses fans qui te liront.
Ceux qui ont su apercevoir derrière l’icône du cinéma français, la femme humaine et accessible … à des années lumières des starlettes d’aujourd’hui qui pensent qu’il suffit de cracher sur le FN et le Peuple, pour exister !

Victor Hallidee

Très joli texte-hommage. Dommage qu’elle n’ait pu le lire. Elle en aurait assurément été très touchée.

Respectvaleurs

Un triste jour. Trop de gens nous manquent, les Lino, Blier, Audiard et j’en passe. Une époque bénie, insouciante, une France sûre d’elle-même et qui savait dire “merde!”.

La_Soupape

Elle était belle de partout Mireille et votre homage aussi Charles.

C’est en voyant partir au fur et à mesure les artistes qui nous ont fait rêver qu’on s’aperçoit qu’on vieilli. Le seul truc qui me réconforte, c’est que hormis Depardieu et quelques autres, les “artistes” con temporains ne me feront ni chaud ni froid ou mieux, me feront très plaisir si ils y passent avant moi.

La France a encore perdu une étoile, bon voyage Mireille et merci mille fois…

hélas

La _Soupape@ Très juste ;-)

hélas

Mais où vont les gens qu’on aime , quand ils s’en vont ? C’est pas vrai qu’ça s’arrête ; ça s’rait trop con ! (Fugain) ! — L’autre jour : Jeanne Moreau ;__ aujourd’hui Mireille DARC — Quoi dire ? Le cinéma français se dépeuple !! NOS STARS S’ETEIGNENT !! Mireille , vous nous manquerez ! Reposez en paix ! On ne vous oubliera pas !

phil

Merci Charles pour cet hommage d.une très belle dame

STUREL

dernière vedette du cinéma français , avant le cinéma Merguez de Yvan Attal , Mathieu Kassovitz , Yamina Benguigui et Jamel Debouze

hélas

STUREL@ Trop sympa de qualifier ça de “cinéma” merguez …..là le mot “cinéma ” est vachement galvaudé ….Mais bon , les NAZES que vous citez , n’ont que le “public”(trop grand mot) qu’ils méritent ..: Les attardés mentaux : QUI NIQUENT TOUT !

Mille

Beaucoup de peine, elle est partie trop tôt.

Lire Aussi