Mossoul et Raqqa : Pujadas vous dira tout, comme d’habitude

 

pujadas

« Oyez, oyez, gens de France et de Navarre, les batailles pour Mossoul et Raqqa ont commencé ! Tenez vous à l’écoute, grâce à David Pujadas, l’homme qui vous dira avec l’exactitude nécessaire tant ce qui se passera que ce qu’il conviendra d’en penser. Oyez, osez, braves gens de France et de Navarre, les batailles pour Raqqa et Mossoul ont commencé ! »

Et voici qu’en effet, de toutes parts, affluent soudainement images et commentaires sur la fin d’une histoire dont l’immense majorité des citoyens de ce pays n’a rien su. Ou si peu.

Sauf, évidemment, ceux qui eurent autre chose à apprendre que la leçon du 20 heures, cette messe pour malentendants, malvoyants et malcomprenants soigneusement tenus à l’écart des vrais enjeux. Sauf ceux, les mêmes, qui ont pris le silence des grands défenseurs de l’Homme-en-danger, les SOS-Machin, les Mouvements-Bidules, les Ligues-mon cul et autres courroies de transmission des tueurs pour ce qu’il est depuis toujours : complicité pure et simple.

Infortuné peuple français, maintenu à distance, et si longtemps, de la vérité par David Pujadas et par ses clones de TF1, de BFM, d’ITélé, de la 3, de la 4, de la 78 bis, de la 985 et de tout le reste !

Car c’est vrai : 150 dollars la petite Yazidi parce qu’elle avait des yeux bleus. Tu te souviens, David ? Elle hurlait de terreur. Elle t’a demandé de l’aider, mais tu avais autre chose à montrer que son pauvre calvaire d’esclave sexuelle pour petits gars de Lunel ou d’Aubervilliers. Aubervilliers, David, c’est loin du Pont du Garigliano, pas vrai ? Et ce n’était pas SOS-Antifas qui allait te faire une fiche là-dessus, ne me dis pas le contraire. SOS-Antifas, c’est l’équivalent alcoolisé-cocaïnisé du type qui tient le sabre sur la photo :

http://www.europe-israel.org/2014/11/femmes-yezidies-et-chretiennes-esclaves-sexuel-138-e-pour-une-fillette-35-e-pour-une-femme-de-plus-de-40-ans-lhorreur-du-marche-aux-esclaves-video/

Vingt mètres de chute libre pour les homos jetés du haut des immeubles de Mossoul et de Raqqa, au pied de robots coranisés qui non contents de les avoir vus s’écraser comme des merdes, lapidaient leurs cadavres jusqu’à ce qu’ayant éjaculé dans leurs kamis comme n’importe quel conducteur de bus de la RATP, ordre leur soit donné de rentrer chez eux pour la prière du soir. Tu te souviens, David, de l’appel à l’aide de ces pauvres types planant tels des plumes de corbeaux dans le ciel de l’Enfer islamique ? Quand La Ligue des Droits de l’Homo était comme par hasard occupée ailleurs, à traquer les Identitaires poitevins comme on le fait du lapin dans son terrier ? Ce Mouvement-là, je te le confirme, c’est lui qui tient l’appareil photo quand le bourreau pousse la victime dans le vide :

http://www.adheos.org/etat-islamique-fait-son-show-avec-l-execution-d-homosexuels

Et les brûlés vifs, les écrasés par des chenilles d’engins agricoles, les jetés vivants dans de l’acide, les traînés bien vivants eux aussi derrière des voitures, les achevés d’une balle dans la nuque par des gosses de dix ans nés en Europe, les noyés dans des cages pour fauves, les égorgés dos à la mer sur des plages pour clubs de vacances ? Tu te rappelles leur indicible souffrance, David Pujadas ? Et leur dernier cri jeté contre la muraille épaisse et gluante de l’information telle que tu la conçois, telle que tu l’entends, peinard, au moment du maquillage ? Ils ne t’ont donc rien dit là-dessus, les justiciers du Mouvement pour la Résurrection de l’Ami Pol Pot ? Alors qu’ils savaient, eux ? Pertinemment ?

http://www.planetenonviolence.org/Les-Enfants-Terroristes-De-Daesh%C2%A0-Des-Tueurs-Encore-Plus-Sanguinaires-Nos-Futurs-Assassins_a4109.html

Est-ce à cause des amicales pressions de ceux-là, ou d’autres davantage « mainstream« , que tu t’es abstenu, pendant des mois et des années, de dire le moindre mot, de livrer la moindre image sur ce qui, par ton esprit de boutiquier comptant ses sous avant de baisser le rideau de fer, eut risqué de choquer le bon petit Français à peine rentré chez lui et tellement désireux « qu’on ne l’emmerde pas davantage avec ces histoires » ?

Et maintenant, voilà que témoin ordinairement privilégié, spadassin par indifférence professionnelle, fossoyeur de nations au sourire de momie exhumée des siècles, tu ne passeras désormais plus une soirée sans avoir appâté ton public avec les vers bien rampants de la guerre finale, des derniers assauts, de la prise de Mossoul et de celle de Raqqa, du sang répandu dans les caniveaux et des pick-ups charriant les corps d’une ligne de sacs de sable à une fosse commune. Chef de meute ! Ça fait combien de galons sur l’épaule, ça ?

Comme on distribue des rations vitaminées à des peuples hagards, suivi par la cohorte cravatée ou seins-offerts de tes semblables parfumés au Guerlain, tu jetteras en pâture à tes badauds-assujettis-à-la-redevance la minute et trente secondes de rouge réalité, le « coco-tu-me-fais-ça-en-urgence » remplaçable par le murmure courroucé de la star, le discours sans la moindre matière du candidat au « rien-qui-fume« , la passe décisive qui amène le but d’anthologie et, last but not least, la rogne bovine du Pouvoir bâillonnant la libre parole de ce qui pourrait troubler la tranquille ordonnance de ton petit théâtre quotidien.

Tu m’épates, David Pujadas. L’opportunisme à un tel sommet n’est rien d’autre que de l’art. Exactement comme ton conformisme qui copule avec lui dans une étreinte d’initiés, de happy few, de trans-humanistes galvanisés par la terrifiante innocence des gens. Je dis chapeau ! Parce qu’au delà des souffrances répandues à l’extérieur de ton studio « on air« , tu survivras, toi, au-dessus de l’infâme cloaque où va bientôt grenouiller ton public offert à la déesse-Guerre, toi, pareil à cette image renvoyée par le miroir de ta salle de bains, image face à laquelle, je l’espère pour ta santé mentale, tu grimaces, persuadé de sourire.

Jean Sobieski 

 

image_pdfimage_print

17 Commentaires

  1. Sob’, tu es pénible. Tu écris tellement bien que le modeste lecteur que je suis en arrive à ne plus se préoccuper du sujet et du fond de l’article.

  2. Jean Sobieski,
    BRAVO!
    Seul mot adapté à cet article magnifique qui, en épinglant brillamment ce charognard nous place immédiatement dans la ligne de mire ses semblables, ses « frères », dont nous avons des exemples à revendre. Plus de télé depuis 1991, je m’épargne les crises de rage devant notre lâcheté complaisante envers ces bourreurs de crâne du quotidien falsifié.( Malheureusement, j’écoute toujours des stations de radio, et c’est la même chose, mais au moins sans l’image ). Merci.

  3. Bravo, Sobieski et merci ! Je ne regarde jamais les infos sur la 2 pour éviter de voir la gueule « à » pujadas et celle de la blonde gôcho (j’ai oublié son nom!) et si je me branche sur d’autres chaînes, c’est pour avoir « des nouvelles », par ex. le nom de l’assassin de la maison de retraite pour religieux…appréhendé hier,je crois…hé, hé ! L’identité de cet ancien militaire n’a pas encore été dévoilée…bref, ensuite, je passe sur la chaîne « animaux » par ex. tout en surfant sur R.L, R.R, Polemia, etc…tous sites de réinfos, nettement plus objectifs et passionnants que les décervelés journaleux…

    • Un énorme merci à vous Catherine pour cette excellente vidéo, à cette époque monsieur laquais était jeune et débutait sa carrière. Aujourd’hui, il aurait droit je pense à un oscar ou à minima le Nobel.

  4. Bravo pour cet article ! Il est vrai que cet individu est particulièrement puant, mais c’est toute la presse qui est biaisée et mensongère en France. Cela fait bien longtemps que je consulte différents médias étrangers pour savoir ce qui se passe vraiment chez nous … Et l’on appelle cela une république démocratique …

    • « Il est vrai que cet individu est particulièrement puant, »
      C’est tellement vrai que je l’appelle « Pujadis » et encore maintenant !

    • Pourquoi regarder ces médias menteurs?, depuis sa création je regarde le journal « infos » sur TVlibertés.com la REinformation.

  5. Excellent!
    Une seule chose à dire : je transmets … ça vaut vraiment la peine !

  6. Merci à vous Jean, sujet extrêmement « sensible », espèce protégée, malheureusement, ce qui m’a choqué c’est le : Tu survivras…, c’est inquiétant !
    Bon moi je vous l’avoue, il y a bien longtemps que j’ai fait don de ma tv à la déchetterie communale, depuis le préposé a été enfermé à Vincennes, allez comprendre??
    La photo d’accompagnement est vraiment flippante, c’est lui Pujadas ???

  7. Ce que j’apprécie au plus au point ces derniers temps c’est la partie d’équilibristes que ces journaleux réalisent pour nous expliquer qu’il existe deux sortes de frappes :
    – les gentilles frappes, celles qui spontanément évitent les civils car constituées de gentils obus qui savent les éviter, souvent, très souvent, trop souvent et tout ça se passe à Mossoul et à Raqqa et c’est normal, en face nous avons des terroristes.
    – à côté de ça nous avons les affreux obus, les abominables missiles qui ne frappent que les civils car ils ont été dressés que pour ça et tout ça se passe à Alep, et c’est normal, en face nous avons des rebelles.
    Si Pujadas vous le dit c’est que c’est vrai non ?

      • Antécumé-Pata était ou est toujours le nom d’un village Amérindien wayana à proximité de Maripasoula sur le Maroni.
        Au début des années 60, un jeune ouvrier Lyonnais, André Cognat, épris de liberté a fait sa vie au milieu des wayanas et a, dit-il, fondé le village d’Antécumé-Pata dont il a pris le pseudonyme.
        J’ai pour ma part habité durant 20 ans en Guyane, de retour en métropole depuis plusieurs années, je reste nostalgique de tout ce qui touche à cette terre.
        On dit que c’est plein de vilaines bêtes, la seule que j’ai côtoyée s’appelle Christiane Taubira!

Les commentaires sont fermés.